Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le Blog d'Elisabeth Poulain

Amsterdam, un si beau vélo bleu noir, tout neuf, si digne…

2 Mai 2016, 15:58pm

Publié par Elisabeth Poulain

*Amsterdam-le vélo-bleu-nuit-bien-attaché-à-la-grille-&-qui-s'ennuie-Cl.Elisabeth-Poulain

*Amsterdam-le vélo-bleu-nuit-bien-attaché-à-la-grille-&-qui-s'ennuie-Cl.Elisabeth-Poulain

Il fait vraiment rêver, non pas par ses couleurs ou son design très innovant ou par l’inscription qui figure sur le mur sur lequel il s’appuie … Non, non, rien de tout cela ne le tente. Il tient seulement à affirmer sa très grande dignité et son  sens profond du maintien « comme il faut ».

S’il pouvait parler, il vous dirait que l’important dans la vie  est de savoir garder tête haute et grand calme intérieur en toutes circonstances. Il faut savoir qui on est et s’y tenir, même si ce temps de petit hiver, doux et humide, à l’abri du vent n’est pas l’idéal pour un vélo. Mais ce n’est pas dramatique non plus. Sur ce point et beaucoup d’autres…il est en complet accord avec sa maîtresse  à qui il doit ressembler beaucoup. Il ne va pas jusqu’à dire qu’elle est comme lui sur ce point, mais il le pense quand personne ne l’écoute réfléchir. Il faut dire aussi que c’est elle qui l’a choisi. Elle a fait le bon choix. Jugez-en.

Amsterdam-le vélo-bleu-nuit-bien-attaché-à-la-grille-&-qui-s'ennuie-Cl.Elisabeth-Poulain

Amsterdam-le vélo-bleu-nuit-bien-attaché-à-la-grille-&-qui-s'ennuie-Cl.Elisabeth-Poulain

Chez lui, tout est beau, il n’y a rien à jeter, ou plutôt à changer. Je ne vois pas quel accessoire supplémentaire, il serait possible de lui ajouter. Il a un petit panier à l’avant pour mettre des petits objets, une sonnette bien brillante, une selle haute rehaussée, des plaques anti-remontées d’eau sur le pneu arrière à hauteur des jambes, un tendeur double bleu moyen fixé à l’arrière, un catadioptre de forme rectangulaire placé en hauteur, bien visible entre les deux tiges du porte-bagage juste en dessous de la selle, et non pas comme en France sur le garde-boue. Devant par contre, il ne me semble pas voir de phare avant.

Quatre sticks ronds de couleur jaune sont posés en quatre endroits différents du vélo. On peut imaginer qu’il s’agit de la marque. Un très gros antivol l’attache de biais bien solidement à un barreau blanc d’une grille blanche fraîchement repeinte, elle-même solidement  fixée au mur de briques. Dans l’autre sens, proche du sol mais ne le touchant pas, se trouve la béquille qui normalement devrait toucher terre.

La seule remarque, que ce vélo si propre, si neuf, si digne pourrait faire, s’il osait, serait de dire qu’il aimerait bien plus rouler, pour de vrai, que de rester attaché immobile, fusse à une belle grille fraichement repeinte dans un univers de briques, briques au mur, briques au sol, avec trop peu de passants pour l’admirer et seulement quelques vélos attachés ici et là, trop loin pour pouvoir échanger entre voisins…

Un autre univers urbain, avec plus de passants, un peu plus de bruit, plus de vie, même s'il y a des travaux, le tram, des voitures, des gens, tel serait son souhait…bientôt exaucé. Patience ! L'intéressant vient de ces jeux de lignes, de contrastes et de couleurs qui  surgissent en contrastes plurielles entre les retangles des briques au mur, au sol, ces lignes blanches fortes  et celles obliques, les courbes du cadre du vélo et celles qui rayonnent dans les deux roues... Un joli jeu complexe d'univers en quelques mètres, sans qu'il se passe quelque chose. Littéralement, il ne se passe rien...  

 

Amsterdam, la ville en travaux, vu du tram, sans vélo, avec un grand moulin, Cl. Elisabeth Poulain

Amsterdam, la ville en travaux, vu du tram, sans vélo, avec un grand moulin, Cl. Elisabeth Poulain

Pour suivre le chemin

. Les pièces constitutives d’un vélo sur http://www.oqlf.gouv.qc.ca/ressources/bibliotheque/dictionnaires/20130208_minilexique.pdf  

. Plus d’informations sur le vélo à Amsterdam sur http://www.lemonde.fr/mobilite/article/2012/11/22/amsterdam-depassee-par-le-succes-du-velo_1792570_1653095.html  

. Clichés Elisabeth Poulain

Voir les commentaires

Pulvérisé Poulain > Chocolat en poudre solubilisé > La boîte métal 500g

30 Avril 2016, 18:55pm

Publié par Elisabeth Poulain

*Pulvérisé Poulain, Chocolat en poudre solubilisé, Poids net 500g, Cl. Elisabeth Poulain

*Pulvérisé Poulain, Chocolat en poudre solubilisé, Poids net 500g, Cl. Elisabeth Poulain

Un clivage s’est fait souvent dès le début de l’essor de l’industrie du chocolat. Certains dirigeants de l’industrie chocolatière furent aussitôt attirés par la publicité et surent faire un très bon usage de ce pouvoir d’expression visuelle dont le développement a durablement marqué la fin du XIXe et le XXe siècle. Citons dans cette catégorie d’entrepreneurs innovants, créateurs de véritables paysages de chocolat, Menier, Kolher…par exemple.

D’autres choisirent des emballages plus discrets pour finaliser leur vision du chocolat, avec le plus souvent seulement le nom du fondateur à titre de marque en distinction quasi exclusive par rapport à la concurrence. Pour autant, toute l’attention du fondateur de ce chocolat se porta aussi sur sa signature graphique, avec ce POULAIN écrit en majuscules en lettres cursives et un P singulier, ainsi que sur la recherche fine de signes qualitatifs pour prouver visuellement la promesse de très haute qualité, sans concurrence possible. C’est en effet ce qui est écrit « Le Meilleur des Chocolats » en lettres d’imprimerie au centre de la face avant.
 

Pulvérisé Poulain, Chocolat en poudre solubilisé, Poids net 500g, face avant, face arrière,Cl. Elisabeth PoulainPulvérisé Poulain, Chocolat en poudre solubilisé, Poids net 500g, face avant, face arrière,Cl. Elisabeth Poulain

Pulvérisé Poulain, Chocolat en poudre solubilisé, Poids net 500g, face avant, face arrière,Cl. Elisabeth Poulain

C’est ce que montre cette très ancienne boîte de 500 gr, haute à quatre faces, dont deux différentes qui se répètent deux fois. La face principale commence par « PULVERISE » en lettres droites d’imprimerie tout en haut du panneau orange. POULAIN arrive ensuite en lettres obliques partant vers le haut à droite. L’indication de la marque se présente comme une signature en lettres manuscrites dont le P est accentué par sa taille et ses trois rondeurs. Toutes les autres lettres de plus petites tailles sont liées, avec en plus un trait qui part de la fin du n pour souligner la signature. La mention « CHOCOLAT EN POUDRE SOLUBILISE occupe la partie laissée vacante par le positionnement oblique de la signature.

Le bas de cette fenêtre orange sur fond bleu avec toutes les lettres bleues est rempli par trois mentions. « Le meilleur des chocolats instantanés » sur trois niveaux, avec le meilleur en arrondi comme une ombrelle protectrice. Vient ensuite le slogan qui fut constamment repris « GOUTEZ & COMPAREZ !! » . Et en bas se trouve la mention « Poids net 500 grammes ».

Pulvérisé Poulain, Chocolat en poudre solubilisé, Poids net 500g, les deux faces, Cl. Elisabeth Poulain

Pulvérisé Poulain, Chocolat en poudre solubilisé, Poids net 500g, les deux faces, Cl. Elisabeth Poulain

L’autre face qui se répète aussi deux fois, comme la précédente, reprend toute la partie haute de la face principale sans changement, avec « Goûtez et Comparez !! » qui se retrouve en bas. Entre les deux, les différences portent sur deux petits encadrés, l’un en français et l’autre en anglais. C’est une surprise. Il m’a fallu sortir une grosse loupe pour arriver à deviner ce dont il s’agissait. Voilà le texte en français : « 1 cuillère à bouche pour une tasse à thé, 2 cuillères à bouche pour un déjeuner. Verser dans le lait bouillant et laisser cuire dix minutes à petit bouillon en remuant constamment. » Le texte, qui est identique en anglais, prend moins de place. Et enfin tout en bas, se trouve le slogan GOUTEZ & COMPAREZ. Des petits traits séparent les mentions.

Clairement le dessin du petit cheval dans cette boîte carrée de 500 grammes que j’ai sous les yeux ne figure pas sur cette boîte en fer, vraiment en très mauvais état. Une conclusion s’impose, entre le carton vert style Art Nouveau et cette boîte métal, c’est cette dernière qui est la plus ancienne : elle ne porte pas le dessin du petit poulain dans sa signature graphique. Mais difficile de vous donner une date. Aucune n'y figure sur la boîte ni dans les rares documents que j'ai pu trouver avec peine.

Pour suivre le chemin:

. Voir le billet précédent, http://www.elisabethpoulain.com/2016/04/une-belle-boite-de-chocolat-poulain-lacta-poulain-debut-du-xx-siecle.html

. Attendre le suivant sur le chocolat Poulain 

. Clichés Elisabeth Poulain 

Voir les commentaires

Amsterdam, « le vélo-parent à petit-enfant », sous la pluie

28 Avril 2016, 09:48am

Publié par Elisabeth Poulain

*Amsterdam-vélo-parent-à-bac-petit-enfant-sous-la-pluie-Cl. Elisabeth Poulain

*Amsterdam-vélo-parent-à-bac-petit-enfant-sous-la-pluie-Cl. Elisabeth Poulain

Voici un cliché très représentatif de l’espace urbain où il y a encore de la place. Nous ne sommes pas en plein cœur ancien de  la ville, plutôt en zone portuaire chic désormais urbanisée, où vivent beaucoup de quadras, de jeunes couples et de jeunes étudiants.  Voici d’abord en première ligne le vélo-parent et son voisin tout simple dont j’ignore s’ils sont attachés. Les autres sont appuyés contre le mur de l’immeuble. Le seul qui ait un anti-vol visible d’une taille impressionnante de couleur bleue est situé dans le fond à gauche. Il est attaché à une grille bienvenue.

L’intéressant est ce vélo-parent au premier plan. J’ignore le nom véritable que l’on  donne à cet attelage composé d’un vélo auquel est accroché sur le devant un grand bac profond dans lequel s’assoit un petit enfant ou même deux…. L’intérêt de placer cette « annexe » à l’avant est que le cycliste, le plus souvent « la » cycliste, peut surveiller l’enfant pendant le parcours tout en devant tenir compte de la forte augmentation de la longueur et de la lourdeur de l'ensemble

L’intéressant dans ce cliché est la disposition des vélos au sol. Vraisemblablement nous sommes tout près du Llyods Hôtel en zone portuaire, juste en face d’un des grands bassins, avec en face une grande île qui a maintent une bi-polarité fonctionnelle avec des entrepôts portuaires adaptés et… depuis quelques années des grands immeubles d’habitation parfois implantés les pieds dans l’eau,   plus que cela, les façades plongent directement dans l’eau.

Amsterdam-vélo-parent-à-bac-petit-enfant-sous-la-pluie-Cl. Elisabeth Poulain

Amsterdam-vélo-parent-à-bac-petit-enfant-sous-la-pluie-Cl. Elisabeth Poulain

J’aperçois au moins cinq vélos le long du grand bâtiment de briques du Lloyds Hôtel, avec ses grilles devant des fenêtres à ras du sol et deux vélos devant, près du lampadaire, celui que j’appelle de vélo-parent et son voisin de lampadaire avec cette fois un panier ajouré en fil d’acier fixé à demeure à l’arrière. Une bonne pratique urbaine pour faire les petites courses.

La composition est complexe. On distingue parfaitement les textures, les couleurs, les lignes... Ce sont des murs de briques, des sols de briques en gris-rouge par temps de pluie, rouge teinté de gris quand il fait beau…Voici ces lignes blanches verticales des grilles fraichement repeintes, ces éléments métalliques des vélos qui restent toujours lumineux sous la pluie, ces cercles brillants disposés un peu n’importe comment que sont les roues de vélos.

Quant au vélo familial   si long, avec ce grand bac avant, son porte-enfant se remplit d’eau et de feuilles d’arbres quasiment toujours pendant l'hiver…On imagine le grand vidage et le rapide nettoyage… à faire avant de donner le top départ de ce vélo à usage familial, avec cette question « pourquoi ne met-on pas une bâche dessus ? ». Je pense que poser la question c’est y répondre… Et vive le vélo à Amsterdam, la ville du vélo…

Amsterdam, la ville du vélo, vue sur le tram et ses rails, Cl. Elisabeth Poulain

Amsterdam, la ville du vélo, vue sur le tram et ses rails, Cl. Elisabeth Poulain

Pour suivre le chemin

. Amsterdam, sur http://www.amsterdam.info/fr/  ainsi que sur https://fr.wikipedia.org/wiki/Amsterdam

. Sur Facebook, voir https://www.facebook.com/iamsterdam  ainsi que https://www.facebook.com/Humans-of-Amsterdam-406776679369875/  

. Transporter son ou ses enfants à vélo sur http://www.hollandbikes.com/comment-transporter-son-enfant-a-velo.htm  

. Lloyds Hôtel à voir sur http://www.lloydhotel.com/photos.htm#234745  

. Photos Elisabeth Poulain, la première avec vélos, la 2e sans, avec le tram qui arrive..., avec une étoile * au début pour indiquer quand la photo est coupée en gardant le centre pour tenir compte du système..   

Voir les commentaires

Une belle boîte de chocolat Poulain, Lacta Poulain, début du XX siècle

25 Avril 2016, 16:56pm

Publié par Elisabeth Poulain

*Chocolat Poulain-Lacta-Poulain-24-tablettes-Boîte-carton-début XXe siècle,Cl. Elisabeth Poulain

*Chocolat Poulain-Lacta-Poulain-24-tablettes-Boîte-carton-début XXe siècle,Cl. Elisabeth Poulain

C’est une de ces petites trouvailles que l’on peut découvrir quand on s’apprête à quitter une maison de location qui avait été occupée pendant des années par les anciens propriétaires ainsi que par une locataire d’été. Il s’agissait d’une dame d’un âge certain vivant sur la Côte d’Azur et qui revenait chaque été dans sa région d’origine en Val de Loire pour bénéficier du bon air ligérien et de sa relative fraîcheur estivale. Une fraîcheur bien réelle pour elle qui ne supportait pas en outre la foule se pressant l’été au bord de la Méditerranée. Elle occupait la majeure partie aménagée du Ier étage et les combles à titre de grenier. C’est là que se trouvait en particulier cette boîte, sous une poutre qui soutenait la toiture, coincée tout près du mur. 

La boîte de carton. Ses dimensions. Le couvercle  mesure 20,4 cm de long et 11,2cm de large, la partie inférieure est donc quelque peu plus petite, 20 x 10,5. Seule la partie supérieure externe du boitier comporte des indications, au contraire de la partie inférieure qui fait socle. La partie supérieure comporte une face avant très travaillée ; ses quatre faces latérales comportent par deux fois les mêmes mentions, en longueur « CHOCOLAT POULAIN » en longueur er « Boite de 24 Tablettes » en largeur.

Chocolat Poulain-Lacta-Poulain-24-tablettes-Boîte-carton-début XXe siècle,Cl. Elisabeth Poulain

Chocolat Poulain-Lacta-Poulain-24-tablettes-Boîte-carton-début XXe siècle,Cl. Elisabeth Poulain

Les couleurs du boitier sont au nombre de trois, avec un traitement différencié pour chacune d’entre elles. . La couleur la plus couvrante est le vert, une teinte qui de nos jours ne viendrait pas  à l’esprit pour du chocolat. En fait il faudrait parler des verts tant il y a de subtilité.

. Commençons par la couleur du fond, c’est un vert léger, jauni, un peu passé. La partie figurant dans le rectangle dans lequel s’inscrit le dessin, est d’une tonalité un brin plus soutenue. Ensuite on trouvera un vert foncé plus consistant, très présent d’autant qu’il est associé au noir.

. Le noir est intimement associé à l’ensemble de plusieurs façons, d’abord parce qu’il sert à structurer le décor rectangulaire à grille, qui lui-même comporte un rectangle noir en bas, du dessin, sur lequel se détache le nom de la marque en négatif, vert clair jauni sur fond noir. Au-dessus figure un panonceau richement orné de forme globalement rectangulaire, avec deux décrochés dans le bas, comme des amorces de pilier, qui semblent reposer sur le long ruban noir. C’est la fenêtre du haut, celle qui porte le prestige. La partie haute est adoucie de deux courbes qui se rejoignent presque au centre, pour enserrer un médaillon en forme de coquillage ou de fleur de lotus, pétales en haut et des langues racinaires vers le bas. .

. La troisième couleur est le rouge qui se décline en rose clair, en commençant par la plus claire des deux couleurs. Une volute de feuillage et de fleurs orne toute la bordure de de ce rectangle ornée d’une bordure rose, elle-même entrelacée d’un ruban vert. C’est une façon douce d’annoncer le lien avec les médaillons rouges entourés de vert. L’important est en effet d’accrocher des deux côtés de l’ovale les deux médaillons rouges contenant le petit poulain emblème de la marque, qui figure en gros caractères au milieu. Plus tard la silhouette d’un seul poulain toujours associé à la marque sera placée au-dessus des lettres, en oblique, comme s’il s’apprêtait à sauter l’obstacle.

L’objectif premier de cet encadrement très valorisant a été de mettre en valeur un médaillon de forme ovale lui-même entouré de fin liseré de feuilles, qui contient le nom de la marque. CHOCOLAT POULAIN figure en rouge en lettres d’imprimerie composées de rayures horizontales alternées de points et ou de traits de couleurs rouges, avec un des bords de la lettrine renforcé d’un trait rouge continu. L'ensemble montre l’importance de la présentation raffinée de ce chocolat à une époque très ouverte non seulement sur l’Art nouveau et sur la publicité, qui associés ont su défier le temps.

Chocolat Poulain-Lacta-Poulain-24-tablettes-Boîte-carton-début XXe siècle,Cl. Elisabeth Poulain

Chocolat Poulain-Lacta-Poulain-24-tablettes-Boîte-carton-début XXe siècle,Cl. Elisabeth Poulain

Pour suivre le chemin

. L’histoire de la marque Chocolat Poulain dont le siège était à Blois https://fr.wikipedia.org/wiki/Chocolat_Poulain   

. Voir le site actuel de la marque sur http://www.chocolatpoulain.fr/#/home  

. Photos Elisabeth Poulain, * l'étoile signifie que la photo est un extrait pour tenir compte des contraintes du système.  

Voir les commentaires

Les sucettes Chupa-Chups, Pop Machine Garçons, Le mécanicien…An 2000

23 Avril 2016, 14:59pm

Publié par Elisabeth Poulain

Chupa-Chups-Pop-Machine-The Power-sucette-vers l'an 2000-Cl. Elisabeth Poulain

Chupa-Chups-Pop-Machine-The Power-sucette-vers l'an 2000-Cl. Elisabeth Poulain

Chupa Chups pour commencer. C’est une marque au départ catalane, de nationalité espagnole, à très forte notoriété internationale. Maintenant, elle fait partie d’un groupe italien de sucreries à vocation mondiale. Comme pour toutes les grandes marques, vous trouverez de moins en moins d’informations  sur le net, à l’exclusion d’éléments identiques d’information complètement maitrisés. En conséquence, ce billet ne va pas s’appuyer sur des infos répétées en boucle, ou sur l’évolution d’une entreprise fondée par un entrepreneur, Enric Bernât,  qui au départ en 1958 eut une vision très avant-gardiste et intéressante  d’une sucette ronde. Celle-ci fit l’objet de grosses campagnes publicitaires de communication focalisées  aussi bien sur les adultes que sur les enfants, avec un succès étonnant. La sucette ronde fut dès le départ plus qu’une sucette, elle devint un quasi-must de la vie sociale, grâce aussi il faut le dire, à une inventivité impressionnante et une distribution à la hauteur.

Voici donc exemple de Chupa Chups destiné plutôt à des garçons tout autant qu’à des hommes, partant du principe que l’humour n’a pas d’âge, que ce soit dans un sens ou dans un autre, mais avec des motivations différentes, forcément. Le titre de cette série, dont je n’ai qu’un seul exemplaire –désolée personne n’est parfait- est à la pointe de l’innovation. Il fallait une pile dans la POP Machine pour animer la sucette dont vous teniez le boitier avec la pile à la main, tandis que la partie sucrée-sucette bougeait dans la bouche.

Chupa-Chups-Pop-Machine-The Power-sucette-vers l'an 2000-Cl. Elisabeth Poulain.

Chupa-Chups-Pop-Machine-The Power-sucette-vers l'an 2000-Cl. Elisabeth Poulain.

Inutile de vous dire que le bonhomme POP est fier de son coup, surtout avec une « battery included » AA 1,5v. Comme je ne l’ai jamais fait marcher, je ne peux pas vous dire, si tout était OK. Après test avec une pile neuve, le résultat a été négatif ; 16 ans et des poussières après, ce n’est guère étonnant. Le petit bonhomme rouge-orange est la tentation faite homme, avec une grosse clé à la main et des gants bleus qui ressortent sur les roues dentées noires sur fond bleuté du support en carton.

On peut supposer qu’il y a eu une série de POP Machine « The Power ». Celle que je viens de vous montrer est un rappel de la célèbre affiche de film de Charlie Chaplin pour les « Temps modernes ». On peut en voir un extrait issu de l’affiche de présentation du film (1936) « Les Temps modernes ». Quant à la POP Machine, seul le plastique thermoformé, qui permettait de protéger l’ensemble, a jauni avec le temps…

Chupa-Chups-Pop-Machine-The Power-sucette-vers l'an 2000-arrière-Cl Elisabeth Poulain

Chupa-Chups-Pop-Machine-The Power-sucette-vers l'an 2000-arrière-Cl Elisabeth Poulain

Pour suivre le chemin

. J’avais acheté ces sucettes CC dans plusieurs pays européens pour montrer à des étudiants-ingénieurs à bac +5 des bons exemples innovant de création de marques immédiatement positionnées à l’international, en brouillant les frontières, les âges, les genres…Elles eurent un franc succès du en particulier à leur dimension transgressive, contrairement aux cigarettes en chocolat de Breda qui n’amusèrent personne.

. La marque internationale catalane d’origine, donc de nationalité espagnole à ses débuts, est la filiale depuis 2006 d’un grand groupe italien, qui possède par exemple Mentos dans son portefeuille, http://www.perfettivanmelle.com/our-brands/chupa-chups/  

. Retrouver l’histoire très succincte de Perfetti Van Melle sur http://www.perfettivanmelle.com/who-we-are/our-history/  

. A voir par les yeux de sa filiale française, sur http://www.chupachups.fr/sucettes.html  

. La référence wikipedia, avec très peu d’’informations, comme dans tous les grands groupes, sur https://fr.wikipedia.org/wiki/Chupa_Chups  

. Voir aussi sur ce blog http://www.elisabethpoulain.com/article-mini-cas-le-sucre-formes-couleurs-les-tirelires-chupa-chups-125446577.html  

. Sur le sucre cette fois-ci en boîte poudreuse de sucre-glace, d’une autre marque http://www.elisabethpoulain.com/article-le-sucre-glace-en-personnages-formes-couleurs-daddy-en-exemple-124983055.html  

. Photo de Charlie Chaplin dans les Temps Modernes (1936) à voir sur https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Chaplin_-_Modern_Times.jpg

 . Photos de cette Pop Machine Chupa Chups Elisabeth Poulain

Voir les commentaires

Amsterdam-Vélo-vitesse-à l'arrêt

22 Avril 2016, 15:01pm

Publié par Elisabeth Poulain

Amsterdam, la ville du vélo, vélo-vitesse à l'arrêt, Cl. Elisabeth Poulain

Amsterdam, la ville du vélo, vélo-vitesse à l'arrêt, Cl. Elisabeth Poulain

C'est une toute petite histoire, qui en mérite à peine le nom. A tant s'attendre à voir des vélos à Amsterdam, on se surprend, avant même arrivées,  à en saisir  un posé au bord du quai dans une petite gare de banlieue traversée par le train, d'où l'effet-vitesse d'un vélo en attente de son propriétaire, à son retour du travail.

Il y a tant de vélos à l'arrêt, que parfois on se surprend à se demander si certains ne finissent pas par prendre racine. Comme pour la voiture, la question de la place de stationnement longue ou courte durée est un vrai problème urbain. Tout support ou presque est bon pour fixer le vélo, en remarquant aussi que les accroche-vélos sont très pratiques. Ils permettent de fixer par exemple les deux roues et le cadre si le coeur vous en dit.

L'étonnant aussi pour nous, Français, est de constater que les cyclistes ont le droit de rentrer leur vélo sur le quai, pour plus de protection vraisemblablement. On a aussi le droit d'emporter son vélo avec soi, pendant le trajet ferroviaire, pour faire le pré-et le post parcours... Une formule qui est bien pratique pour relier la gare et revenir chez soi à la fin de la journée.

Pour suivre le chemin

. Attendre la prochaine photo, qui sera la n°2, celle-ci formant la n°1, la première, sans n°, ouvrant le bal, qui avait commencé l'année d'avant. Toutes celles, qui vont suivre porteront un n° en principe. On verra dans la durée. Ces  ont été prises pendant un séjour en novembre de l'année suivante.

. Photo Elisabeth Poulain

 

Amsterdam, la ville du vélo, vélo-vitesse à l'arrêt, Cl. Elisabeth Poulain

Amsterdam, la ville du vélo, vélo-vitesse à l'arrêt, Cl. Elisabeth Poulain

Voir les commentaires

L’Illustration 1912-12-14-La famille en publicité-Rasurel

21 Avril 2016, 16:04pm

Publié par Elisabeth Poulain

* Pantoufles Rasurel-La-famille-heureuse-Gus-Bofa-L'Illustration-1912-12-14-Cl.Elisabeth-Poulain

* Pantoufles Rasurel-La-famille-heureuse-Gus-Bofa-L'Illustration-1912-12-14-Cl.Elisabeth-Poulain

Le titre en commençant par Rasurel. C’est un nom de marque que l’on connait encore aujourd’hui, même si les produits de la gamme ont changé. Il y a aujourd’hui par exemple des maillots de bain Rasurel. En décembre 1912, ce sont des pantoufles - un terme désormais désuet, on lui préfère celui de chaussons - que la marque vantait dans une « annonce » qui couvrait une demi-page de L’Illustration, en page 5 du célèbre hebdomadaire. C’est encore maintenant une des meilleures places en bas d’une page impaire, au début du périodique.

Un dessin de Gus Bofa que l’artiste a lui-même appelé « La Famille heureuse ». On y voit l’essentiel dans une grande économie de décor, les 7 + 1 + 2 membres de la famille. 6 sont assis, 1 seul est debout, 1 est mi-debout-mi-assis, avec un membre mystère ++ . C’est ce que nous allons voir maintenant. En commençant, contrairement à la coutume par la droite pour repartir vers la gauche, on distingue, assis en arrondi en arrière du tapis lui-même placé devant un meuble en hauteur avec une lampe éclairée posée sur une cheminée, voici les héros de cette famille.

Pantoufles Rasurel-La-famille-heureuse-Gus-Bofa-L'Illustration-1912-12-14-Cl.Elisabeth-Poulain

Pantoufles Rasurel-La-famille-heureuse-Gus-Bofa-L'Illustration-1912-12-14-Cl.Elisabeth-Poulain

.1. Mère-Grand assise sur un fauteuil bas dont on voit l’accoudoir blanc, tout comme tout le haut de son corps, ses cheveux blancs y compris. Elle est souriante et nous regarde de ses yeux tombant..

. 2. Grand-Père, c’est lui qui occupe le plus de place, d’abord parce qu’il a le fauteuil le plus massif et le plus haut. C’est aussi lui qui a besoin de plus d’espace en largeur. Grosse moustache, grand sourire, grandes oreilles, il tient quelque chose de sa main gauche et porte avec fierté sa veste à brandebourgs. On ne se pose pas la question de savoir qui est le chef de famille.

.3. La Fille du couple. Elle se tient, en souriant à peine, le buste en avant, genoux croisés avec ses mains aux doigts entrelacés. Elle porte un bracelet au poignet droit. Son visage ressemble à celui de sa mère, des cheveux courts avec quelques bouclettes et une frange sur le front. Sa tenue est simple, un haut blancs aux manches courtes, très légèrement décolleté autour du cou. Et une jupe qui lui laisse la possibilité de croiser les genoux.

.4. Le mari de la jeune femme. Pour dire qui il est, il pose sa main gauche sur le dosseret de la chaise de sa femme, du coup elle se penche en avant…pour que le spectateur voit bien ce geste d’appropriation.

Pantoufles Rasurel-La-famille-heureuse-Gus-Bofa-L'Illustration-1912-12-14-Cl.Elisabeth-Poulain

Pantoufles Rasurel-La-famille-heureuse-Gus-Bofa-L'Illustration-1912-12-14-Cl.Elisabeth-Poulain

.5. L’ainée du jeune couple. Elle ressemble très fortement à sa mère, avec ses cheveux bruns plus volumineux, des couettes peut être, le même visage en plus jeune, moins accentué. Elle sourit vraiment peu.

.6. Le fils premier du couple a des cheveux bruns comme Papa, le même sourire et des oreilles qui se ressemblent fort, avec un franc sourire, lèvres fermées pourtant.

.7. Voici le fils second vraiment très mignon ; comme Grand-Mère, il a des cheveux très clairs, peut-être pas pour les mêmes raisons. Comme son frère, il est assis sur un mini-tabouret, encore plus petit. Et ses oreilles ressemblent fort à celle du Grand-Père et à son Père, en forme de double exploit.

.4bis. Au second rang, revoici Mr Gendre, le papa des trois enfants. Son personnage quoique non visible en entier se détache avec force sur l’affiche publicitaire Rasurel imprimée en caractères noirs sur fond blanc. Il est très chic avec sa chemise blanche à col cassé, son gilet de couleur claire, sa cravate noire. Il sourit en tenant la pose avec sa main droite posée négligemment sur sa hanche droite.

                                                                       *

. Et voilà le membre mystère, dont je n’ai parlé jusqu’ici, pour la bonne raison qu’il s’agit du chien blanc à longues oreilles et courtes pattes. Il occupe la première place devant les trois adultes assis. Visiblement il est très à son aise sur le tapis qu’il a monopolisé. C’est par lui qu’arrive le regard pour rayonner dans un premier temps comme en faisceau sur les 4 adultes.

. Les deux autres + et + sont, vous l’avez deviné, la poupée de la petite fille avec ses cheveux foncés bouclés, sa robe à rayures et ses petites sandales. Son frère a pris la peine de poser avec son gros nounours. Quant au petit frère, il est tellement content d’être là avec les grands, que cela lui suffit. Après, il ira re-jouer avec son copain, le vrai chien blanc, celui qui lui parle.

L’affiche en arrière est simple et humoristique, en mettant bien l'accent sur les pantoufles, en rappelant que ce sont des productions du Docteur Rasurel « C’est la formule du bonheur !!! ». Une dernière précision qui déborde sur la carpette, vous précise que ces pantoufles sont « en vente dans la principale maison de chaque ville, exclusivement à Paris, A la Belle Jardinière et dans ses succursales »

*Pantoufles Rasurel-La-famille-heureuse-Gus-Bofa-Extraits-L'Illustration-1912-12-14-Cl.Elisabeth-Poulain*Pantoufles Rasurel-La-famille-heureuse-Gus-Bofa-Extraits-L'Illustration-1912-12-14-Cl.Elisabeth-Poulain

*Pantoufles Rasurel-La-famille-heureuse-Gus-Bofa-Extraits-L'Illustration-1912-12-14-Cl.Elisabeth-Poulain

Pour suivre le chemin

. L’Illustration, 14 décembre 1912, Annonces p. 5 pour Rasurel

. Rasurel, une marque et une entreprise créées par Louis Neyron, un industriel lyonnais – spécialiste de la maille- plus connu maintenant par la maison qu’il se fit construire en 1912-1913 une maison désormais inscrite sur la Base Mérimée aux Monuments historiques protégés voir https://fr.wikipedia.org/wiki/Maison_de_Monte_au_Lever  dans le Doubs

. Il n’existe pas à ma connaissance d'information particulière sur les débuts de la marque et/ou de l’entreprise à ses débuts, disponible aisément  sur le Net

. L’artiste GUS BOFA sur https://fr.wikipedia.org/wiki/Gus_Bofa,  à retrouver sur « son » site officiel http://www.gusbofa.com/publicite.php3?action=detail&theme=8  

. Cl. Elisabeth Poulain, l'étoile indique qu'il s'agit d'un extrait...

 

Voir les commentaires

La vache rouge > La plus belle pour aller au pré > La vache qui rit

20 Avril 2016, 13:47pm

Publié par Elisabeth Poulain

*The Laughing Cow-La vache qui rit-Fromageries-Bel-UK-2003-Cl. Elisabeth Poulain

*The Laughing Cow-La vache qui rit-Fromageries-Bel-UK-2003-Cl. Elisabeth Poulain

Elle est une star incomparable et elle le sait, ce qui explique qu’elle n’a jamais eu besoin de vanter sa beauté, son teint éclatant, son sourire aux belles dents qu’on distingue à peine  en arrière de ses lèvres noires bien dessinées. Son nez, pardon son museau blanc, tout comme ses cornes sont d’un blanc éclatant au point qu’on la soupçonne de se les faire blanchir régulièrement. Cette grande coquette nous fait le plaisir de ne pas vieillir, je dirais aussi, sans exagérer aucunement, qu’elle rajeunit vraiment. Elle a ce fabuleux pouvoir de nous montrer son attachement réciproque à nous, qui l’admirons tant. Avec elle,  nous rajeunissons.

Après une introduction pareille, après tant d’éloges, vous êtes en droit de vous demander ce dont je vais vous parler. En un raccourci synthétique, l’objet du billet est de voir combien et comment cette représentation d’un fromage au lait de vache a évolué au cours d’une dizaine d’années, ou un peu plus.

La boîte, que j’ai sous les yeux, date de 2003, du moins est-ce l’année de sa date d’expiration. Elle a été achetée quelque part en Europe, mais pas en France. Et, là, vous pouvez clairement lire que la Belle Vache Rouge que vous voyez  est  « The Laughing Cow », ce qui l’a rend un brin ou franchement snob. La boîte indique qu’elle contient 8 BIG PORTIONS, comme s’il pouvait en être autrement au vu de la taille de la boîte. Pour bien montrer l’importance de cet élément, quatre étoiles de deux grandeurs différentes figurent dans la partie « Ciel » de la boîte juste au-dessus du bandeau un peu cintré qui porte le nom de la marque en italiques légers.   

The Laughing Cow-La vache qui rit-Fromageries-Bel-UK-2003-Cl. Elisabeth Poulain

The Laughing Cow-La vache qui rit-Fromageries-Bel-UK-2003-Cl. Elisabeth Poulain

The Laughing Cow. La Belle est saisie au mieux de sa forme. Sa santé est excellente, son tonus au plus haut. Elle broute de l’herbe superbe verte des alpages dans un paysage de montagne marqué dans le fond par trois sommets. Une route d’ailleurs y conduit sur le côté droit, qui touche d’ailleurs une de ses boucles d’oreille-boîte petit modèle, qui l’encadre des deux côtes. On n’est pas loin du célèbre « miroir, mon beau miroir, dis-moi que je suis la plus belle », ce qui ne la rend pas antipathique pour autant.

Retenez le nom de cette vache rouge, son surnom en guise de marque, le dessin de sa tête , le rouge en couleur dominante, sur fond de paysage vert, blanc et jaune léger, le ciel de deux bleus, léger pour elle dans la journée, plus foncé la nuit avec les étoiles et le tout répété par trois fois grâce aux boucles d’oreilles, sans compter les toutes petites vaches multipliées par trois sur la tranche de la boîte! Celles-ci ne sont donc pas qu’une simple coquetterie, c’est une ruse de styliste, pour que vous n’oubliez pas la marque-phare du groupe des Fromageries BEL.

                                                                            *

Pour suivre le chemin

. The Laughing Cow, a natural source of calcium, No added Colour, No preservatives, 140g, Superbly Smoothe Cheese Spread

. A retrouver sur www.thelaughingcow.uk  où vous pourrez découvrir les packagings des dernières partitions fromagères de LVQR au Royaume-Uni

. Le Groupe BEL et le site officiel de La Vache qui rit sur http://www.groupe-bel.com/ http://www.lavachequirit.com/  

. Le groupe BEL et la Vache qui rit, https://fr.wikipedia.org/wiki/La_vache_qui_rit  ainsi que https://fr.wikipedia.org/wiki/Groupe_Bel  

. Photo Elisabeth Poulain, avec une étoile au début pour indiquer qu'il s'agit de la partie centrale du cliché... 

Voir les commentaires

Antoine Berjon > Peintre du télescopage entre fleurs & requin > 1819

18 Avril 2016, 16:39pm

Publié par Elisabeth Poulain

*Antoine-Berjon-Nature-morte-avec-fleurs-coquillages-tête-de requin-et-pétrifications-Google-Art-Project

*Antoine-Berjon-Nature-morte-avec-fleurs-coquillages-tête-de requin-et-pétrifications-Google-Art-Project

C’est une peinture d’une nature morte que j’ai le plaisir de vous présenter, en lien avec ce questionnement forcément à réponses multiples « pourquoi avons-nous tant besoin des fleurs en représentations si diverses? ». Et de la différence, voire de la réelle étrangeté, il y en a, comme vous allez le voir, dans cet appariement entre les fleurs de plusieurs sortes et une tête de requin, et cela au début du XIXe siècle.

Le peintre Antoine Berjon est un Lyonnais qui vécut (1754 à 1843) une période de profondes mutations de la société. Parler aussi d’emblée de Lyon n’est pas un hasard non plus. Cette ville était une véritable capitale en matière artistique, tout particulièrement dans l’art textile. A. Berjon fut notamment peintre de la « Fabrique » lyonnaise, l’organisation collective de la fabrication de la soie, dont Lyon a été une des grandes capitales en Europe. Il poursuivit sa carrière à Paris en travaillant la miniature et le portrait, avant de revenir à Lyon où il devint peintre d'une "classe de de fleur" et illustrateur botanique.

Le titre de cette peinture « Nature morte de fleurs, de coquillages, de tête de requin et de pétrifications » est à lui seul un élément important de sa composition et un signe de son étrangeté. La densité des éléments constitutifs de cette nature morte à quatre composantes montre combien l’artiste entend jouer de ce télescopage tout à fait volontairement. C’est une façon pour lui de donner une forte densité dynamique à sa création audacieuse.

Antoine-Berjon-Nature-morte-avec-fleurs-coquillages-tête-de requin-et-pétrifications-Google-Art-Project

Antoine-Berjon-Nature-morte-avec-fleurs-coquillages-tête-de requin-et-pétrifications-Google-Art-Project

La composition réunit en une grande promiscuité, des fleurs en plusieurs bouquets, avec des plus petites posées sur la commode, qui forment un arrondi pour occuper plus des deux-tiers de la surface du dessus de la commode au tiroir. C’est une façon d’opposer les fleurs naturelles à la tête de requin, qui figure la dimension « morte » de sa composition de « nature ».

Cette nature morte poursuit plusieurs objectifs dont le principal ou du moins un des principaux est de provoquer un choc visuel, à partir d’éléments qui évoquent la nature, présentés de la façon la plus précise et la plus fine, ensemble dans une promiscuité aussi volontaire qu’étonnante, voir même choquante. Cette peinture très précise attire autant qu’elle repousse, obligeant le regard à mélanger les genres, d’une façon irréaliste, dans des poses les plus réalistes visuellement. Et ceci pour attirer et retenir l’attention. Il s’agit pour l’artiste d’intriguer, pour aller au-delà de l’attrait très connu pour les fleurs et du dégoût pour ce qui ne l’est pas.

Le mystère nait de la densité de la cohabitation de thèmes différents. Dans cet espace à la fois restreint au regard du nombre incroyable de disruptions, de mises en choc frontal entre plusieurs bouquets de fleurs dont un a conservé son papier, comme posées dans des pots en attente, il y a une tête de requin, posée sur un coquillage à la grande ouverture, qui font penser à des dents, dans une promiscuité dérangeante. Quant aux pétrifications, je dois dire que je les cherche encore. Elles sont peut-être cachées à qui ne sait pas les voir…

Ce que je retiens de cette curieuse peinture dont les éléments constitutifs associés sont tous bizarres, comme saisis à un instant « t », de retour du marché, dans une cuisine quand la personne en charge de cette fonction n’a pas eu le temps, ni de ranger, ni de fermer le tiroir, ni de mettre les fleurs dans un vase, ni de jeter cette tête de grand poisson dont on se demande ce qu’elle fait là…Même à l’époque, le requin, non ! Et cette scène de cuisine, qui semble n’étonner personne, même à titre de nature morte, me dérange vraiment. Saluons quand même l’artiste pour ses talents de peintre et de coloriste et pour sa capacité à intriguer encore autant aujourd’hui, grâce à ce mystère odorant…où les fleurs jouent un rôle positif pour attirer l'oeil et l'esprit  et sentir bon…mais à mon avis sans espoir de réussite.  

                                                                          *

Pour suivre le chemin

. Aller à Lyon, https://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_de_Lyon

. Découvrer la fascination de la soierie  https://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_de_la_soierie_%C3%A0_Lyon  

. En apprendre plus sur le peintre sur wikipedia https://fr.wikipedia.org/wiki/Antoine_Berjon  

. Voir cette peinture sur https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Antoine_Berjon,_Still_Life_With_Flowers,_Shells,_a_Shark%27s_Head,_and_Petrifications_(1819).jpg?uselang=fr  

. Le Philadelphia Museum of Art, qui expose cette œuvre , à voir sur https://en.wikipedia.org/wiki/Philadelphia_Museum_of_Art

. *L'étoile avant l'intitulé du cliché signifie qu'il s'agit de la partie centrale de l'oeuvre, que vous voyez en version intégrale en dessous.  .  

Voir les commentaires

Amsterdam en novembre, le Vélo sur la péniche, Photo n° avant le n°1

17 Avril 2016, 16:22pm

Publié par Elisabeth Poulain

*Amsterdam, le vélo sur la péniche sur le canal, devant la boîte à lettres, Cliché 1-2- Elisabeth Poulain

*Amsterdam, le vélo sur la péniche sur le canal, devant la boîte à lettres, Cliché 1-2- Elisabeth Poulain

Le titre à vous expliquer, en commençant par vous dire, qu’il s’agit de vous montrer quelques photos d’Amsterdam au mois de novembre quand il fait encore doux, souvent sous la pluie, parfois non. Il y a eu des jours où il faisait seulement gris, et toujours doux. Marcher dans une ville au hasard de la promenade est quand même plus agréable, quand il ne fait pas froid.

Le thème est le vélo, qui règne à Amsterdam, mais pas  en maitre quand même. Cette ville est associée au vélo, tant ce mode de déplacement y est présent, tant les cyclistes font preuve d’imagination pour trouver une petite place pour "leur" vélo.  Pourtant nous n’avons pas vu une foule de cyclistes pédales au pied. Il est vrai que nos horaires tardifs de touristes n’étaient pas vraiment ceux des employés et autres travailleurs, venant rejoindre leur lieu de travail dans le centre ancien.

Par contre le vélo-objet de métal, de caoutchouc  et de plastique pour certaines pièces est omniprésent dans le centre, près des canaux, du port, de la Bibliothèque  et de l’Université…Ce mobilier urbain, qui est en principe vraiment mobile avec ses deux roues et parfois plus, pourtant et léger et de faible encombrement, devient un quasi-souci quand il s’agit de le poser quelque part. Où trouver  de la place est une préoccupation récurrente, quitte parfois à l’oublier, à le laisser se transformer en élément permanent du paysage, ou en complément d’un autre moyen de transport. C’est le cas aujourd’hui.

Ce sont donc  des photos que je vais vous présenter dans l’ordre dans lequel je les ai prises, en refoulant l’idée de faire des séries. Il s’agit par ce non-ordre apparent de restituer une certaine réalité. La ville est un tissage permanent, changeant tout le temps, fortement hétérogène et de ce fait extrêmement riche de cohabitations multiples et variées. Et c’est donc un Amsterdam vu à travers le vélo que je vais vous présenter en photos.   

Amsterdam, le vélo sur la péniche sur le canal, devant la boîte à lettres, Cliché 2-2-Elisabeth Poulain

Amsterdam, le vélo sur la péniche sur le canal, devant la boîte à lettres, Cliché 2-2-Elisabeth Poulain

Le n° d’avant le n° 1. Problème, le n°0 n’existe pas dans la numérotation. Cela tombe bien et en même temps, ça m’ennuie. Pour la photo, cela signifie qu’elle appartient à une autre série, antérieure d’une année. C’est elle qui a déclenché cette série, en me disant « la prochaine fois que tu reviendras, tu feras des photos de vélos. » Et voilà. C’était parti une année après toujours au mois de novembre.

Voici le vélo sur la péniche qui flotte sur le canal, devant la boîte à lettres fixée au n° d’ancrage de la péniche, pas du vélo. C’est une photo que j’aime beaucoup. Elle montre le temps qui passe, le vieillissement du bois de la boîte, poteau compris, le vert mousse en témoigne. Ce qu’on aperçoit de la péniche montre aussi qu’elle a déjà quelques années au compteur. Qu’importe, elle ne doit plus guère bouger. C’est le vélo maintenant, qui permet de faire les courses. Il assure le relai logistique, avec ses grosses sacoches.

La ville. On l’aperçoit dans une vue rectangulaire en haut à droite. Grâce aux maisons hautes serrées les unes contre les autres, le lien se fait entre les personnes dont le nom ou celui de la péniche figure sur la boîte, le vélo qui prend la pluie, comme quasiment tous les cycles, frères de misère et de résistance à l’humidité et ceux qui habitent au chaud derrière des vitres des maisons anciennes, qui étaient déjà des maisons bourgeoises quand elles furent édifiées dans les siècles passées.

Ce vélo est donc un vélo de péniche, un dur de dur, un vieux de la vieille qui dort dehors comme la quasi-totalité de ses confrères. Il porte des couleurs qui s’assemblent bien, du noir pour le cadre, un peu de blanc pour couvrir le pneu arrière et du jaune tonique pour les sacoches. Avait-il un antivol, ce n’est même pas sûr? Etait-il le seul moyen de transport encore mobile, de la péniche ou de lui ? Je gage que c’était lui. Un brave !

Pour suivre le chemin

Il y a tant de source que je ne peux que vous rappelez l'essentiel, Amsterdam est sur facebook et bien sûr dispose d'un site sur wikipedia. Par contre je vous mets la carte du Centre, donnée par l'Office du Tourisme, très aimable, qui me l'a offerte l'année suivante, mais sans pouvoir vous dire exactement où la photo a été prise!   

Amsterdam, carte du Centre ancien, Office du Tourisme, Cl. elisabeth Poulain

Amsterdam, carte du Centre ancien, Office du Tourisme, Cl. elisabeth Poulain

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>