Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Blog d'Elisabeth Poulain

Architecture > Entre forme & peau, Le dedans-dehors > Ile de Nantes

23 Février 2015, 16:38pm

Publié par Elisabeth Poulain

Nantes, Ile de Nantes, Manny, double peau, résille d'aluminium, Cliché Elisabeth Poulain

Nantes, Ile de Nantes, Manny, double peau, résille d'aluminium, Cliché Elisabeth Poulain

Quand on a le sentiment d’avoir la sensation - et selon les cas - vraiment déjà tout fait, tout vu en matière d’architecture, que peut-on faire de plus, pour exprimer du nouveau ? C’est ce qu’on demande à la profession des architectes, du nouveau-nouveau, encore plus nouveau que celui d’hier, pour être en phase avec l’époque, d’un nouveau qui a laissé le concept de progrès au rang des valeurs du début du XXe siècle. On cite toujours encore la technologie et le développement durable comme facteurs sûrs de l’évolution. Oui, mais concrètement, que faire de plus pour être « en phase », alors que le parallélépipède rectangle ou le cube est de plus en plus la forme de base? Celle qui est la mieux adaptée pour optimiser l’espace qui, forcément, est et va nous être encore de plus en plus compté. Et alors même que le monde de toutes les cultures nous est accessible, comme jamais auparavant, avec des effets très nets sur les tendances en matière de « look » des immeubles.

Une des réponses alors est de focaliser l’attention sur la singularité du travail architectural portant sur les façades visibles de la rue . L’important ne porte plus sur la disposition des ouvertures d’une façade, leurs dimensions, leurs modes d’ouverture, en plus de la forme globale qui devient apparemment plus simplifiée… qu’une nouvelle façon d’envisager les relations entre le dedans et le dehors et donc ...une autre relation avec les autres, tout en assurant un recentrage sur soi. Un sacré challenge qu’on peut appeler une double-peau. La double-peau est une des réponses à cette exigence de la novation. Elle consiste à modifier la relation entre l’intérieur et l’extérieur d’un immeuble en créant une sur-enveloppe extérieure fixée à la façade d’accroche. Il n’est alors plus possible de définir une façade seulement comme une paroi sur laquelle s’accrochent toutes les structures intérieures que sont les planchers-plafonds, les escaliers… avec des ouvertures dont l’emplacement est régulé par les fonctions dictées par les usages intérieurs.

On pourrait dire que la (vraie) façade porteuse proprement dite est doublée en extérieur par une autre façade à fonction de look accrochée à la première, de sorte qu’on ne voit plus du dehors ni la façade porteuse, ni ce qui se passe à l’intérieur, puisque la perception même de mur/ouverture est modifiée. Vue de l’intérieur, la double-peau interfère évidement avec ce qu’on perçoit. Elle génère son propre paysage. Chaque ouverture dispose d’un paysage différencié, du fait du jeu de lignes variées - bois, métal ou béton- qui se croisent, s’entrecroisent de façon très élaborée par l’architecteur-concepteur, pour éviter en particulier l’effet-prison des barreaux verticaux et chasser l’uniformité qui pourrait être un autre danger. Dire qu’il n’y a plus rien à voir du dedans vers l’extérieur serait aussi erroné. Le placage extérieur laisse entrevoir des entre-deux, entre croisillons, entre lattes, entre poteaux qui se croisent, avec aussi savamment disposés des vides qui forment autant de surface de respiration pour éviter l’effet monobloc …Le jeu de l’architecte est alors à la fois de mettre en œuvre un concept graphique en relief et d’éviter la répétition trop prévisible, pour imposer un style vivant, à l’instar de ce qui se fait dans la nature.

 

Nantes-Ile de Nantes-Manny-résille d'aluminium-Patrice-Coupechoux-Clichés Elisabeth Poulain
Nantes-Ile de Nantes-Manny-résille d'aluminium-Patrice-Coupechoux-Clichés Elisabeth Poulain
Nantes-Ile de Nantes-Manny-résille d'aluminium-Patrice-Coupechoux-Clichés Elisabeth Poulain
Nantes-Ile de Nantes-Manny-résille d'aluminium-Patrice-Coupechoux-Clichés Elisabeth Poulain
Nantes-Ile de Nantes-Manny-résille d'aluminium-Patrice-Coupechoux-Clichés Elisabeth Poulain
Nantes-Ile de Nantes-Manny-résille d'aluminium-Patrice-Coupechoux-Clichés Elisabeth Poulain

Nantes-Ile de Nantes-Manny-résille d'aluminium-Patrice-Coupechoux-Clichés Elisabeth Poulain

Les raisons avancées de ces réalisations innovantes sont toujours calées sur de savantes avancées technologiques pour ventiler la paroi, diminuer la chaleur, le froid, la lumière tapante, assurer une thermie régulée, améliorer de l’intérieur l’atmosphère de travail en favorisant la concentration, apaiser les tensions éventuelles, et aussi évoquer la présence de la nature par l’univers du bois pour sa présence rassurante, des bruits d’oiseaux pour leurs vertus calmantes… ! Autant de bonnes raisons qui font que chaque bâtiment acquière de facto une singularité forte d’image de nature à s’ancrer dans la ville, le quartier et… dans le regard de chacun. C’est aussi une des fonctions des liens étroits que l’architecture a toujours noué avec l’urbanisme, la sociologie, la psychologie, l’art, la communication, le paysage urbain, …et les tendances de la mode.

L’Ile de Nantes offre plusieurs réalisations dont la plus connue est certainement Manny, comme est nommé ce bâtiment datant de 2009 réalisé par l’Agence Tetrac (2009) pour Fabrice Coupechoux. Dans la Région des Pays de Loire, cet immeuble est cité toujours comme un modèle d’innovation architecturale à forte connotation urbaine. Sa double paroi d’aluminium constitue vraisemblablement le seul exemple régional d’un immeuble de bureau situé dans un site emblématique choisi par la métropole de Nantes pour être une vitrine de son savoir-faire innovant. Une double façade peut aussi s’entendre d’une autre façon. La première que nous venons de voir. Pour Manny, on parle d’une « résille d’aluminium. » L’autre est que l’immeuble est situé à un angle, dont on ne voit que deux de ses façades que l’on voit dans l’axe de l’angle en majesté, pour bénéficier de l’effet « proue du navire ». Avec un vide vers le haut, sans double épaisseur, comme un œil ouvert vers le cœur ancien de la ville de Nantes, par-delà le chenal principal de la Loire. De l’intérieur, une photo prise par le CAUE montre à voir une des façades à résille et l’autre avec uniquement la grande paroi vitrée. La différence de ressenti est impressionnante, tant la légèreté vue de l’extérieur est une évidence, alors qu’à l’intérieur on repère surtout les poutres qui soutiennent l’ensemble. Celles-ci entrent en fort contraste avec « l’œil ouvert » sans double-peau qui structure le haut de l’angle de l’immeuble.

Lors de notre visite, Patrice Coupechoux a tenu à nous indiquer que cet espace de légèreté entre les deux façades est aussi mis à profit pour diffuser des chants d’oiseau pour détendre ceux qui passent dans la rue, une jolie façon de rappeler que la nature est à nouveau présente dans cette partie de l’Ile de Nantes qui a déjà connu plusieurs cycles de vie. Une façon de célébrer le nouveau cycle de la renaissance de l’Ile axé maintenant sur la création, la jeunesse, l’architecture avec l’Ecole d’Architecture toute proche, et aussi la Justice dont le Palais - un grand parallélépipède rectangle noir - se situe en bordure de Loire, juste devant Manny. Plus loin devant, dans l’Ile de Nantes, vers la queue de l’Ile, en suivant le sens du courant, d’autres bâtiments au look de grands hangars sont bardés de bois en formes de lancettes, de poteaux, dans l’objectif de modifier la perception de la nature de la construction en parallélépipède rectangle. De (simple) grand hangar, la nouvelle construction devient bâtiment contemporain, surtout si en photo, on lui adjoint des ramures d’arbres qui frissonnent de vie devant la double-peau. Comme je l’ai vu pour Manny, dont la dénomination est à elle seule un élément d’anthropomorphisme admirable.

Pour suivre le chemin

. L’Ile de Nantes à redécouvrir sur, http://www.iledenantes.com/

. Manny (2009), l’immeuble de Patrice Coupechoux, PDG du groupe de design du même nom, retrouver les fonctionnalités technologiques de l’immeuble sur Architect : Agence Tetrarc - http://www.tetrarc.fr/ et en savoir plus grâce à http://www.paperblog.fr/2759929/manny-la-mammouth-givre-de-nantes/#2LMQsaEFhuo8jbLW.99

. Avec une bonne analyse et des photos superbes sur http://www.caue-observatoire.fr/detail/nantes-immeuble-manny.aspx?id=9AF8D4CD-3E30-4E2B-9772-45B960AF69D6

. Photos Elisabeth Poulain

Commenter cet article