Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Blog d'Elisabeth Poulain

Dessins d'enfant > L'oeuf, la cane & ses canetons & la petite fille

25 Février 2015, 12:01pm

Publié par Elisabeth Poulain

Les âges des artistes. Je n’en sais diable rien. Et à vrai dire peu importe. Tout comme le genre de la petite personne, sauf pour l’un des dessins dont je connais la créatrice. Les couleurs forment leur premier point commun avec les crayons feutres utilisés. Il y a l’orange, le vert et le bleu mais pas dans tous. L’autre est que l’usage qui en a été fait provoque à chaque fois des vibrations étonnantes.

L'oeuf-femme, dessin d'enfant, cliché Elisabeth Poulain

L'oeuf-femme, dessin d'enfant, cliché Elisabeth Poulain

. La bonne femme-œuf vert au tracé extérieur bleu est le premier dessin que je vous présente. Elle est positivement admirable, tellement elle est bizarre. Bien centrée dans une page de listing d’ordinateur qui a déjà été barbouillé au verso, elle se tient admirablement sur ses deux jambes, les pieds bien calés dans des pantoufles jaunes, tout comme sa jambe droite. L’autre est orange marron. Ses deux bras en bleu sont tendus vers le haut, avec chacun ses cinq doigts remplis de vert jaune.

Sa tête est une pure merveille, avec d’abord son cou jaune vert, pour faire le lien avec les mains. Son visage tracé en bleu était aussi au départ vert-jaune puis la couleur a été modifiée pour passer franchement au vert franc rayé. On distingue néanmoins très bien les yeux ronds comme des billes de loto, son nez à narine unique et ses yeux plus clairs bien ronds en billes de loto.

Et le corps ? C’est un œuf rouge rempli d’une série orange de 4 œufs en bas, de trois rangées d’œufs marron dont le plus gros à droite a bien du mal à trouver sa place à l’intérieur et de trois rangées d’œufs violets en haut. Et le tout fait une vraie composition avec peut-être deux artistes, dont l’un aurait fait la tête et l’autre les pieds… Avec tout de suite une question : qui a fait le corps, une autre façon de savoir jusqu’où descend la tête et jusqu’où montent les pieds ?

Maman-Cane et ses canetons, dessin d'enfant, cliché Elisabeth PoulainMaman-Cane et ses canetons, dessin d'enfant, cliché Elisabeth Poulain

Maman-Cane et ses canetons, dessin d'enfant, cliché Elisabeth Poulain

. La cane et ses trois canetons en promenade sous la protection d’une drôle de forme émergée à l’arrière. La scène est idyllique. Maman-Cane au joli plumage bleu moyen vers l’avant, est habillée d’une bande bleue foncée, avec ensuite un panachage de rose moyen et de rose plus clair qui ressort bien sur le tracé extérieur en vert. Ces coloris vont se retrouver chez les trois canetons dont la taille diminue avec le rang d’ordre.

La Bande des Quatre flotte gaiement sur les vagues de plusieurs bleus sous lignés d’une bande rouge et d’une orange. Une bande verte au-dessous montre la terre ferme avec sur le côté droit une colline de couleur orange qui plonge à l’horizon. Un volumineux soleil souriant au visage de clown domine toute la scène. C’est charmant, bien composé et plein d’inventivité, avec cette forme bleue sans œil apparent cette fois-ci encadrée de bleue qui sort la tête de l’eau en arrière. Est-ce une tourelle de sous-marin ou un serpent de mer bienveillant ? Je gage pour la seconde solution, mais il lui manque un œil !

Il convient de citer enfin le dessin du soleil du haut qui a dû être fait en premier. Il n’a pas forcément plu ; quoi qu’il en soit, la feuille n’a pas été coupée. Elle a été repliée vers l’arrière et la pliure soulignée d’un tracé orange fait à la règle. Le soleil s’inscrit dans un grand cercle composé par une première couronne de rayons de couleur orange qui se terminent par un point chapeauté d’un demi-cercle de couleur rouge-rose foncé, le même qu’on retrouve en bas entre le trait de la vague bleue foncée et l’orange qui termine la composition. Le visage du soleil proprement dit est bien évidemment situé au centre ; il ressort en traits rouge-rose foncé, sur fond orange. On dirait un visage de clown très souriant, avec un gros trait rouge-rose qui souligne encore son sourire.

La petite fille au grand sourire, dessin d'enfant, cliché Eisabeth Poulain

La petite fille au grand sourire, dessin d'enfant, cliché Eisabeth Poulain

. Pour finir voici « la petite fille qui sourit», qui tient dans un rectangle de papier de 13’5 cm sur 9. C’est le dessin signé au dos en lettres majuscules bleues au verso. Sa réalisation n’a pas de nom. Du papier, des crayons feutre de couleurs variées et… voici (1) un visage tracé en couleur brune avec deux ronds pour les yeux, un autre pour le nez et une grande courbe pour le sourire qui remonte très haut vers les yeux.

Reprenons séquence par séquence. (2) C’est la robe verte en forme de cône qui a marqué le signal de départ, ou plutôt son tracé orange qui a été rempli après que la structure globale en orange –sauf la tête- ait été formée. (3) Ensuite vient le petit V en guise de torse-triangle qui soutient l’ensemble de la composition du haut. Celle-ci se compose des bras de couleur brune envoyés horizontalement pour occuper tout l’espace, de la même façon que toute la hauteur a été utilisé. (4) Sur le triangle repose le cou, représenté par un rectangle fortement renforcé au feutre. Cet axe est l’élément structurel le plus fort à voir. Au-dessus, ont été dessinés (5) la tête en tracé jaune, de la couleur soleil en haut à droite, juste en dessous du ciel bleu représenté dans le bandeau du haut. (6) Des grands cheveux, 3 à chaque fois, s’échappent de la tête pour venir boucler vers l’intérieur de chaque côté de la tête. Avec à chaque fois, une hiérarchie descendante, le trait bleu le plus long étant situé vers l’extérieur.

Le jeu des lignes. La structure vient du V inversé de la robe, avec l’horizontale des bras, une diagonale axée droite haut, vers le bas à gauche formée par le bas des boucles. La partie droite de la composition est plus dense que la gauche, outre le soleil, y figure un cœur bleu ciel qui renvoie au ciel du haut. Quant à la partie basse, elle est très fortement marquée par ses grosses tâches noires qui montent comme des bulles qu’on retrouve dans les bras. Il reste à citer les deux « allées » vertes situées sur chacun des côtés qui partent ou arrivent à la robe verte par chacun des côtés.

Dessins d'enfant, la femme-oeuf, la cane & ses canetons, la petite fille, Cliché Elisabeth PoulainDessins d'enfant, la femme-oeuf, la cane & ses canetons, la petite fille, Cliché Elisabeth PoulainDessins d'enfant, la femme-oeuf, la cane & ses canetons, la petite fille, Cliché Elisabeth Poulain

Dessins d'enfant, la femme-oeuf, la cane & ses canetons, la petite fille, Cliché Elisabeth Poulain

Synthèse rapide de ce que peut voir l’oeil.

- Le Ier dessin montre à voir une forme humaine à cheveux bouclés, jambes et bras bien écartées en signe de bonne préhension de l’espace, avec une tête marrante, un regard assuré, un grand sourire et un corps-œufs de couleur rouge chauffant, rempli de 23 œufs absolument fabuleux, sans encadré ni décor supplémentaire. L’énergie n’a besoin ni d’un décor, ni de barrière. Le tout a été collé sur un carton orange, ce qui explique qu’il n’est pas possible de lire ce qui a été écrit au verso.

- Le dessin n°2 représente une scène très sophistiqué à quatre plans-séquences. La bande la plus éloignée est un soleil à face de clown souriant qui éclate de vitalité avec tous ses rayons enserrés dans un double cercle rouge-rose renforcée d’un trait noir vers l’intérieur. La seconde bande orange et rose représente la montagne, qui rencontre la bande de prairie verte, en bordure de l’eau - ou avancent maman-cane et ses canetons de gauche à droite - qui constitue la séquence de couleur n°4, qui elle-même se termine par le jeu d’un tracé rouge-rose et orange ensuite. Comme un monde global ou l’air renvoie à la terre et à l’eau, la terre à l’eau et à l’air et l’eau à la terre et au ciel, avec un mouvement horizontal qui va de gauche vers la droite et une grande diagonale qui coupe la scène du haut-gauche au bas-droite qui sépare le soleil, de la terre et l’eau.

- Le dessin n°3 représente une petite personne qui rayonne ; elle soutient le monde en portant le ciel bleu sur sa tête, avec ses cheveux bleus, auquel elle a accroché le soleil, ses pieds qui sont des chemins verts, ses bras repoussant les murs. Sa robe verte se transforme en volcan éclairé par le soleil qui est aussi la couleur de sa tête, de ses bras et de ses mains, avec du brun-couleur de l’arbre. Quant aux bulles noires, elles signent la force de sa vitalité, c’est la couleur la plus forte qu’elle a pu trouver, en l’absence de violet…

. Pour suivre le chemin

Photos Elisabeth Poulain

Commenter cet article