Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Blog d'Elisabeth Poulain

Tableau > Un vieux paysage de rivière > Collection Emmaüs

27 Février 2015, 12:22pm

Publié par Elisabeth Poulain

C’est une huile – une peinture à l’huile – que j’ai achetée il y a longtemps dans un Centre Emmaüs, un achat vite réglé parce que j’étais pressée. J’ai perçu qu’il s’agissait d’un « vieux paysage », ce qui est proprement absurde, puisque par définition le (vrai) paysage intègre intimement les effets du temps. Il ne peut pas être vieux. Il se modifie à chaque changement imposé au fil du temps, parfois très visible, la plupart du temps de façon si naturelle qu’on ne le perçoit pas vraiment.

Il en va différemment avec un paysage peint, avec la toile sous les yeux. Le choix des couleurs, la façon de peindre, une certaine mise en valeur du paysage peuvent donner des indications…Mais ce sont surtout la vieillesse du châssis, le nombre de clous, l’état de la toile, ses dimensions qui renseignent non pas sur l’âge proprement dit mais sur son usure. Et c’est ça aussi qui m’avait intéressée. Et la raison pour laquelle j’ai gardé cette toile.

La rivière, les arbres, la petite maison, Coll. Emmaüs, Cl. Elisabeth Poulain

La rivière, les arbres, la petite maison, Coll. Emmaüs, Cl. Elisabeth Poulain

Ses dimensions en format paysage d’abord. Elles sont de 65, 3 cm de longueur sur 40,5cm de largeur. Il s’agit vraisemblablement d’un châssis fait maison ou à la demande. Le nombre de clous et leur cloutage pas forcément très régulier sur les côtés vont dans ce sens aussi, tout comme le repli de la toile elle-même sur les côtés de façon à ne pas déborder sur l’arrière.

Un paysage d’eau, de rives, d’arbres, avec une maison dans le fond en perspective. Le peintre s’est situé au-dessus de la rivière de façon à pouvoir avoir une profondeur qui lui a permis de représenter une petite maison blanche à toit rouge-rose. Tout dans la composition conduit à ce point focal. La rivière, qui fait un coude en avancée de la maison, porte sur sa rive gauche vue de notre côté, un grand arbre avec des buissons vers l’avant et une vue longue vers la jonction avec le ciel. La rive droite, moins chargée, porte quelques arbres au feuillage argenté.

La rivière, les arbres, la petite maison2, Coll. Emmaüs, Cl. Elisabeth Poulain
La rivière, les arbres, la petite maison2, Coll. Emmaüs, Cl. Elisabeth Poulain

La rivière, les arbres, la petite maison2, Coll. Emmaüs, Cl. Elisabeth Poulain

Quant à l’eau , elle est sont traitée de façon rapide, une façon aimable de dire que le travail est maladroit sans correspondance véritable entre les éléments. Et c’est là surtout que l’on voit qu’il s’agit d’un travail d’amateur, qui voulait obtenir un certain rendu de la profondeur d’un paysage, d’une amplitude et d’une harmonie entre des verts, des gris violets et l’eau aux reflets bleutés. Les  nuages sont intéressants, ils témoignent grâce à leurs volutes en effet d'une réelle proximité avec celles des arbres. on a l'impression qu'ils se parlent.   

Il reste à voir l’arrière de la toile où le regard perçoit une autre vue du paysage, en quasi-disparition de certaines couleurs et l’émergence d’autres, en particulier du jaune qui correspond à une bande verte qui pourrait être une île située à mi-chemin entre le tronc d’arbre à droite et la petite maison blanche dans le fond.

Pour suivre le chemin

. Les formats dans la peinture occidentale http://fr.wikipedia.org/wiki/Ch%C3%A2ssis_(peinture)  

. Voir les règles de composition d’un tableau dans la peinture occidentale, avec la porte d’harmonie http://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A8gles_de_composition_dans_la_peinture_occidentale  

. Photos Elisabeth Poulain

Commenter cet article