Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Blog d'Elisabeth Poulain

Le village à la française, une vision plurielle au fil du temps

1 Mars 2015, 17:35pm

Publié par Elisabeth Poulain

Le concept du village est si fort en France, tellement chargé d’images et de symboles positifs qu’il en devient d’un usage si courant qu’il est permis de s’interroger. N’y at-il pas toujours en arrière-plan une opposition réelle entre le village vu comme une extension du « Home Sweet Home » d’origine anglaise par différence avec la ville, la grande ville où l’anonymat règne en roi. Peut-on encore vouloir vivre au village ? Cette image est-elle vraiment périmée, dépassée ? …Avec tout de suite une autre question, l’attraction renouvelée vers le village n’est-elle pas très récente ?

Dénoncer la ville, la grande ville a été pendant un certain temps quasiment devenu un sport national tant les nuisances sont perceptibles au regard en particulier de la tension qui peut y régner, du coût des logements, de la circulation automobile et de la qualité de l’air, surtout pour ceux qui n’y habitent pas. Vivre en ville et y travailler empêchent de trop la critiquer, au moins face à ceux qui n’y habitent pas. Pour le village c’est un peu un phénomène identique mais en inversé.

Vivre au village est toujours vu de l’extérieur comme le concept de la vraie vie proche de la nature, des gens et d’une vie sociale concentrée à taille humaine. C’est une des raisons pour laquelle des personnes proches de la retraite se voient volontiers acquérir une maison ou un domaine à la campagne, dans le village ou tout près. Voyons quelques traits qui identifient un village, après avoir d’abord fait un constat.

Plus beaux villages de France, Eure, Lyons la Forêt, Le Bec Hellouin, wikipedia  Plus beaux villages de France, Eure, Lyons la Forêt, Le Bec Hellouin, wikipedia

Plus beaux villages de France, Eure, Lyons la Forêt, Le Bec Hellouin, wikipedia

. Il n’existe pas de définition légale du mot « village ». C’est le premier étonnement qu’on peut ressentir. Etymologiquement, le lien est fait avec la villa romaine, c’est-à-dire la grande exploitation agricole que les Romains de l’Antiquité ont implantée en particulier en Gaule mais pas seulement. De villa à village, le lien est fait avec le monde rural et le groupement d’un certain nombre de personnes travaillant ensemble à la mise en valeur d’un site. Mais il n’existe aucune précision concernant par exemple le nombre d’habitants, sa datation dans l’histoire… Certes il existe de nombreux termes permettant de distinguer le hameau, le village, le bourg, le faubourg à l’entrée de la ville, la petite ville, la ville moyenne, la grande ville, la capitale et tous les mots récents d’agglomération, de métropole, conurbation urbaine… Mais là aussi les définitions exactes restent imprécises, tant les mots ont des origines différentes et les situations changer rapidement au fil du temps. D’une province à une autre, les situations se modifient et l’image du village aussi. Quelques caractéristiques apparaissent cependant dans la perception du village.

. Le village encore aujourd’hui est toujours caractérisé par sa taille humaine, son accessibilité, sa plénitude, une façon de montrer l’organisation d’un territoire autour d’un centre, la place du village, des rapports sociaux apaisés du fait de l’objectif commun de partager ensemble un même lieu, avec cette idée sous-jacente de la solidarité qui en découle. On est de quelque part, où sa propre histoire est partagée par d’autres que soi, avec en commun une certaine réciprocité variable.

. Le village est un lieu perçu comme identifiable de loin. C’est souvent l’église qui ressort au cœur du village, grâce à son haut clocher où l’horloge sonne les heures. On le voit de loin et quand on s’en approche, on peut suivre le déroulé du temps, de la journée dans la semaine tout comme celui des saisons. Cette proximité avec les autres en phase avec un territoire qu’on connait et un déroulé du temps prévisible qu’on décline au fil des saisons font intimement partie du concept. Le château ou la tour, une autre des formes représentatives du pouvoir, peut aussi servir de repère dans le paysage, avec l’avantage partagé avec le clocher de l’église, de pouvoir être vu de loin, surtout quand le paysage n’est pas plat. On peut alors percevoir ces grandes ou ces hautes constructions humaines comme des phares dans l’océan ou des symboles de l’architecture et de la culture identitaires d’une région, d’un pays...

Plus beaux villages de France, Montsoreau et Candes Saint-Martin, Vallée de la Loire, wikipedia
Plus beaux villages de France, Montsoreau et Candes Saint-Martin, Vallée de la Loire, wikipedia

Plus beaux villages de France, Montsoreau et Candes Saint-Martin, Vallée de la Loire, wikipedia

. Dans ces deux représentations du village groupé près de l’église et/ou du château, le symbole qui se dégage est celui de la protection par le groupe de chacun de ses membres. On parle volontiers de la communauté villageoise. Les maisons sont nichées au plus près de l’élément érigé dominant, ce qu’on peut interpréter comme la meilleure façon d’être couvert, en cas de menace ennemi venant de l’extérieur, surtout quand en plus il y avait un mur d’enceinte. « Etre dans les murs » du village a toujours été nettement préférable au « hors les murs », sans protection aucune. Encore maintenant, cet élément est partie intégrante du concept de village. C’est aujourd’hui un élément important de valorisation du patrimoine intra-muros, où le village devient un lieu très recherché non plus pour se protéger contre l’ennemi extérieur, mais contre les atteintes du temps.

. La dimension patrimoniale du village préservé, du fait même de sa singularité et de son emplacement hors des grandes agglomérations, est désormais une caractéristique protégée par un label au sein d’une association, celle des « Plus Beaux Villages de France », qui existe maintenant depuis 33 ans. C’est en effet en 1982 que l’association est née sous l’impulsion du maire de Collonges La Rouge, M. Charles Ceyrac. Il a repris le titre d’un gros ouvrage de photographies en couleurs paru en 1977 aux éditions « Sélection du Reader’s Digest » sous le titre « Les plus beaux villages de France ».

L’impact de l’album a été très fort, tant le concept de sélectionner des beaux villages représentatifs des paysages de la France parmi les plus connus et de l’art de vivre à la française a été perçu aussi bien par les lecteurs, par les associations culturelles, les institutions et l’auteur-éditeur.

. Le livre est une rencontre très réussie entre des visions des problématiques propres à chaque catégorie de participants qui se sont entendues pour faire de ce livre quelque chose de nouveau, grâce en particulier à la qualité et la mise en valeur des photos, des cartes, aux textes concis, à l’équipe d’auteurs et au soin avec lequel le projet a été menée jusqu’à insérer un glossaire à la fin et à citer toutes les institutions publiques et les organismes privés concernés. Il y a à la fois une réelle représentation du village mis en valeur par des photographies de grande qualité pour se montrer dans ses plus beaux atours, sa réalité et surtout aussi sa singularité. A feuilleter ce gros livre, on n’a qu’une envie, c’est d’aller visiter, non pas tous les villages, mais bon nombre. Et c’est effectivement ce qui s’est passé.

Plus beaux villages de France, Roussillon et Baux de Provence, Cl. Elisabeth PoulainPlus beaux villages de France, Roussillon et Baux de Provence, Cl. Elisabeth Poulain

Plus beaux villages de France, Roussillon et Baux de Provence, Cl. Elisabeth Poulain

. Cinq ans après la parution du livre, en 1982, le maire de Collonges la Rouge eut donc l’idée de fédérer dans une association les villages à forte typicité paysagère autour du concept du plus beau village de France. Trois conditions furent adoptées pour devenir un des plus beaux villages de France, à savoir, posséder un faible nombre d’habitants, défini par un nombre maximum (2 000 hab), avec au moins deux sites ou monuments historiques et après vote en conseil municipal de l’engagement de sauvegarder le paysage.

Le village ancien aujourd’hui est devenu un acteur majeur du tourisme en vue d’optimiser la valorisation d’un patrimoine ancien. Il n’est plus seulement un groupement réduit à taille humaine et à fonctionnalité essentiellement agricole. Grâce au numérique maintenant, l’influence du tourisme à cet égard joue un encore plus grand rôle dans la découverte des paysages iconiques d’une région par les touristes. L’adhésion à l’association est évidemment une contrepartie de la communication offerte, ce qui explique aussi qu’un village peut faire partie de la sélection une année, et ne plus l’être l’année qui suit. Cela laisse de la souplesse au système pour évoluer.

Quelques exemples. En Normandie, Le Bec-Hellouin et Lyons la Forêt font désormais partie de la sélection (pas en 1977), en Provence les Baux de Provence et Roussillon aussi (en 1977 non)… Pour le Val de Loire, citons pour exemples 2015 Sainte-Suzanne, Candes Saint-Martin et Montrésor plus au sud. Ces deux derniers « Plus beaux Villages de France » l’étaient déjà en 1977.

. Une des retombées de ce regroupement d’acteurs locaux pour mettre leurs villages en valeur à tous les niveaux en commençant par le propriétaire d’une vieille maison dans un endroit déserté et où il n’allait plus… est que d’autres, sous d’autres dénominations, peuvent faire autrement la promotion de leur patrimoine , en évitant bien sûr de reprendre les mêmes termes.

On ne parle alors plus de village, mais par exemple des petites cités de caractère associées à des villes et pays d’art et d’histoire en Pays de Loire ou des « 100 Plus Beaux Détours de France » mis en musique par Michelin. Comme en rappel aux 102 Plus beaux Villages de France du début !

Pour suivre le chemin

. « Les plus beaux villages de France », sélection du Reader’s Digest, Ière édition, 1977, 322 pages . Retrouver l’association « Les plus beaux villages de France » sur http://www.les-plus-beaux-villages-de-france.org/fr/carte-des-plus-beaux-villages-de-france 

. Et l’histoire de la création de l’association et les conditions d’adhésion à l’association sur http://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Plus_Beaux_Villages_de_France  

. Photos des contributeurs de wikipedia, avec mes remerciements et Elisabeth Poulain pour Roussillon et les Baux de Provence.

Plus beaux villages de France, Sainte-Suzanne, Mayenne, wikipedia

Plus beaux villages de France, Sainte-Suzanne, Mayenne, wikipedia

Commenter cet article