Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Blog d'Elisabeth Poulain

Le Train en gare > L’attente, l’arrivée, le passage, le départ > Angers

23 Juin 2015, 15:59pm

Publié par Elisabeth Poulain

Un titre à 70 caractères, qui tombe presque pile-poil, est déjà un bonheur de blogueur, bien que je n’ai pas réussi à placer les trois petits points pour montrer que l’histoire ne s’arrête pas là, surtout aussi quand il s’agit d’un train.

Gare d'Angers, la gare, les rails vus du haut, le vide, n°1, Cl. Elisabeth Poulain

Gare d'Angers, la gare, les rails vus du haut, le vide, n°1, Cl. Elisabeth Poulain

Un train est fait pour rouler. Par définition aussi, sa marche s’entend avec des arrêts compris et annoncés à l’avance, mais pas toujours. Ce train-là ne s’est pas arrêté. Telle était sa fonction ce jour-là, sans personne pour l’attendre à l’arrêt d’Angers, puisque ce n’était pas sa fonction du moment.

Gare d'Angers, les rails vus du haut, l'arrivée du train, n°2, Cl. Elisabeth Poulain

Gare d'Angers, les rails vus du haut, l'arrivée du train, n°2, Cl. Elisabeth Poulain

Un train est fait pour rejoindre le lieu où on l'attend, sans perdre de temps.  Il n'y avait donc personne, ni mouvement d'aucune sorte. Des voitures qui passaient le pont, oui certainement, des voyageurs en bas sur le quai derrière mon dos, près du centre des quais localisé par les panneaux indicateurs de la composition des trains, aussi. Mais en cet endroit où la largeur des quais diminue, en regardant vers Paris, c'était un vide étonnant, dans une immobilité terriblement forte.

Gare d'Angers, les rails vus du haut, l'arrivée du train, n°3, Cl. Elisabeth Poulain

Gare d'Angers, les rails vus du haut, l'arrivée du train, n°3, Cl. Elisabeth Poulain

C’est dire qu’il n’y avait ni voyageurs descendant, ni voyageurs attendant de monter, ni accompagnants ou personnes attendant ceux qui arrivaient, ni non plus de membres du personnel attaché à la SNCF, la Société nationale des Chemins de Fer français.

Gare d'Angers, les rails vus du haut, l'arrivée du train, n°4, Cl. Elisabeth Poulain

Gare d'Angers, les rails vus du haut, l'arrivée du train, n°4, Cl. Elisabeth Poulain

Il n’y a eu aucun mouvement perceptible et saisi par la photographie. C‘est cette vacuité dans un univers urbain très contraint avec un train qui arrive, passe et s’en va… sans autre réaction qui m’ont attiré. Il faut dire que je passais en tenant mon vélo à la main sur le large trottoir avec mon appareil photo.

Gare d'Angers, les rails vus du haut, la rame presque au complet, n°5, Cl. Elisabeth Poulain

Gare d'Angers, les rails vus du haut, la rame presque au complet, n°5, Cl. Elisabeth Poulain

L’idée était de prendre des photos vues du dessus des rails, des quais et des poteaux centraux… avec des lignes de fuite fortes et des différences d’un côté à l’autre, particulièrement au niveau des parois de pierre, des voies et des chemins à terre et des quais uniquement sur le côté gauche et au milieu.

Gare d'Angers, les rails vus du haut, la rame vue de l'arrière, n°6, Cl. Elisabeth Poulain

Gare d'Angers, les rails vus du haut, la rame vue de l'arrière, n°6, Cl. Elisabeth Poulain

Il est frappant aussi et surtout de constater la grande différence paysagère entre le côté droit au style architectural très urbain fin du XIXe et la dimension végétale d’un espace reconquis il y a plusieurs décades en côté gauche. Il s’y élève maintenant des immeubles et… la patinoire qui va déménager pour aller dans le nouveau quartier de Saint-Serge pour se rapprocher de la rivière Maine.

Gare d'Angers, les rails vus du haut, traversée terminée, n°7, Cl. Elisabeth Poulain

Gare d'Angers, les rails vus du haut, traversée terminée, n°7, Cl. Elisabeth Poulain

Le seul désordre est le graffiti traité à la peinture blanche sur le fond rose brique foncé, que l’on aperçoit en horizontal sur la rambarde du pont sur un des clichés. Et le trouble à voir les photos, est de ne pas savoir quel est le sens d'avancée du train...Regardez par exemple les photos en remontant cette fois-ci...vous avez l'impression que le train arrive.

Imaginez maintenant un pas de plus, les photos vous arrivent dans le désordre, votre interprétation pourra être plurielle. Vous pouvez en déduire par exemple qu'il n'y a vraiment personne...Les voyageurs sont pourtant là mais on ne les voit pas.

C'est une illustration en image du fait que la photo - aussi -  n'est pas le territoire, pas seulement la carte!

 

Pour suivre le chemin

. La gare d’Angers sur https://fr.wikipedia.org/wiki/Gare_d'Angers-Saint-Laud  mais sans information sur le tunnel permettant de traverser Angers en souterrain pour aller vers Le Mans, Paris…

Gare d'Angers, parapet, rails vus du haut, traversée terminée, n°8, Cl. Elisabeth Poulain

Gare d'Angers, parapet, rails vus du haut, traversée terminée, n°8, Cl. Elisabeth Poulain

. « L’arrivée du train en gare de la Ciotat », un film des frères Lumière réalisé en 1895 et projeté en 1896 pour la première fois, retrouver l’essentiel sur https://fr.wikipedia.org/wiki/L'Arriv%C3%A9e_d'un_train_en_gare_de_La_Ciotat  

. Avec l’analyse de d’Encyclopédie Larousse sur http://www.larousse.fr/encyclopedie/film/lArriv%C3%A9e_dun_train_en_gare_de_La_Ciotat/780  

. Clichés Elisabeth Poulain

Commenter cet article