Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Blog d'Elisabeth Poulain

Florence Cestac > Dessin > 2 potes & leur chien partant voir Papy-Mamy

17 Juillet 2015, 16:52pm

Publié par Elisabeth Poulain

Florence Cestac, dessin, L'Ado, animal de Labo, pour le Point 03.09.2009, copyright Florence Cestac

Florence Cestac, dessin, L'Ado, animal de Labo, pour le Point 03.09.2009, copyright Florence Cestac

Florence Cestac est une grande bosseuse qui aime à brouiller les frontières qui, pour d’autres qu’elle, peuvent exister dans le domaine de tout ce qui peut s’imprimer. Libraire, elle a très vite choisie d’être aussi d’être auteur, éditeur, dessinateur de BD, de presse…spécialisée dans le télescopage d’univers en frontal, avec un très grand sens parodique. Elle est tout particulièrement une dessinatrice de BD et aussi de dessins comme croqués sur le vif montrant un humour rafraîchissant. Elle adore représenter le télescopage avec le minimum de mots et un très fort sens de la ligne et des couleurs. A ces composants de base, elle ajoute un humour visuel qui me fait franchement éclater de rire.

Sa bibliographie se présente en conséquence sans autres mots imprimés à l’écran, que ceux des titres des 62 albums qu’elle a conçus. Quant à ses dessins, elle en montre quelques-uns, soit en cartouche unique, soit en petites séries. Allez voir celle en 9 cartouches « Mon fils chéri », vous comprendrez mieux son style d’humour. Quant à sa série des « camemberts, claquos ou clacos », elle est fabuleuse. D’ailleurs vous pouvez une commander un, l’étiquette s’entend ; pour l’instant, pour la vache, il faut peut-être encore attendre, même si l’artiste habite à Pont-Audemer dans un très beau coin de Normandie. Une région de France où il reste encore des vraies vaches dans les près.

Les jeux de rôles entre les deux membres d’un couple, ou la situation très conflictuelle du positionnement adopté par les « Zados », un terme prononcé en faisant les liaisons, représentent une mine d’or pour elle. Ces presque adultes qui zappent tout le temps en jouant simultanément et avec beaucoup de stratégie à l’adulte-enfant tout en revendiquant les droits des deux, sans aucune obligation d’aucune sorte, surtout pas…Le dessin que je vous présente illustre avec beaucoup de justesse l’article, du Point « L’Ado, animal de Labo » conçu sur l’analyse avec des extraits des rapports entretenus entre les Ados et leurs parents pris au sens large. Il faut ajouter que l’auteur de cet essai n’a pas hésité à donner à son essai « l’Ado ( et le bonobo). Essai sur un âge impossible », sans majuscule à Bonobo puisque c’est un singe, un primate, membre de la famille des Hominidés.

Florence Cestac, dessin, L'Ado, animal de Labo, pour le Point 03.09.2009, copyright Florence Cestac

Florence Cestac, dessin, L'Ado, animal de Labo, pour le Point 03.09.2009, copyright Florence Cestac

Le dessin sur fond blanc. On y fait connaissance avec le chien et les deux copains qui doivent être frères ou cousins. Quoi qu’il en soit de leur situation familiale, ils ont les mêmes grands-parents, les fameux Papy et Mamy, qu’ils s’apprêtent à aller voir, avec cette merveilleuse question posée par les deux en même temps « Pourquoi notre look pose problème pour aller voir Papy et Mamy ? ». On comprend vite que la question centrale repose sur l’analyse de leur look.

Commençons par le chien. C’est bien le seul à ne pas se poser pas de question. Pour lui, la vie est claire. Ce petit molosse à pattes courtes a été choisi par son maître justement pour faire peur. Il réussit parfaitement son pari. Il est très bien dans son rôle, avec ses yeux bigleux, son regard chafouin et méchant, sa bouche baveuse tellement il serre les temps et cette bave qu’il postillonne à tout va. Ses griffes raclent le sol, en y traçant des sillons de méchanceté. Et en plus, comme si cela ne lui suffisait pas, il a un collier d’enfer, avec de grosses pointes saillantes vers l’extérieur. Le premier chien qui voudra l’attaquer en le mordant au cou le sentira passer !

Son maître à gauche, le petit dur en para-commando porte un treillis militaire, de grosses godasses hautes crantées écartées vers l’extérieur. Son blouson est ouvert sur un t shirt gris pour que l’on puisse admirer ses pectoraux bien saillants. Il a en outre des bracelets en cuir noir de force à chaque poignet. Sa main gauche tient une courte chaîne à gros maillon pour retenir le chien. Et son ventre est serré dans un gros ceinturon. Juju La Menace n’aime pas grand-chose, ni grand monde. Même son surnom, trouve-t-il ne répond à son potentiel de force. Il est toujours en pétard avec tout le monde. Même avec son chien, qui trouve-t-il ne mérite pas son nom de Rex La Terreur que leurs copains lui ont donné. C’est lui qu’on devrait appeler comme ça. Mais rien n’y fait, lui c'est toujours Juju et Rex Rex !.

Son pote à côté est le grand mou de service, celui qui est à droite dans le dessin. D’ailleurs quand on veut se moquer de lui, on l’appelle « La Guimauve », sans mettre devant « Dédé ». Et ce n’est pas un compliment. Dédé d’accord, ça il veut bien, mais la Guimauve, c’est non. Pourtant il est mou, si mou qu’il arrive à peine à tenir sa tête. Son cou est toujours penché en avant. Comme chaussures, à ses pieds, il a des savates. Son jeans taille basse tout plissé n’a pas de forme. Son ceinturon parme est choisi tout autant pour la couleur que pour tenir son fût, il n’a pas de fesses. Un t’shirt rayé assorti à une casquette rose informe complète sa tenue, avec un mini-blouson en jeans orné d'un cœur rouge et des mitaines aux mains, même en plein été. Avec son sac à épaule avec un dessin de Mickey à grandes oreilles et nez rouges, il ne passe pas inaperçu.

Récapitulons. En partant de gauche à droite, vous avez devant vous Juju La Menace, qui tient solidement en laisse Rex La Terreur et de l’autre côté Dédé La Guimauve. Les personnes qui manquent sont les heureux Papy et Mamy de ces deux jeunes gens. Ceux-ci s’interrogent gravement sur leur look qui pourrait poser problème pour aller voir Grand-Père et Grand-Mère, les grands parents comme on ne dit plus aujourd’hui, Papy et Mamy, c’est beaucoup plus chic.

Un look tellement travaillé, pourquoi cela pourrait les embêter? Surtout qu’on vient les voir parce qu’on les aime bien. En plus, on a soigné notre look à fond, dit Juju La Menace. Et qu’on vient pour leur demander des sous, faut dire ajoute Dédé La Guimauve. Tais-toi, idiot conclut Juju, avec un profond wouaf de Rex la Terreur. Il est temps d’arrêter l’interview, si, non je sens que je vais me faire interpeller, par un  T’as quelque chose à dire, Toi La Stupide ?

Conclusion. La psychologie a ses limites que le dessin ne connait pas. Il intègre beaucoup de connaissances et de sensibilité psychologiques, que Florence Cestac a complètement su saisir en dessin.

Bonobos en famille, wikipedia en anglais, Bonobo, photo Hug

Bonobos en famille, wikipedia en anglais, Bonobo, photo Hug

Pour suivre le chemin

. Le Point, 3 septembre 2009, page 58 . « L’Ado (Et le bonobo), Essai sur un âge impossible », Nathalie Levisalles auteur, Hachette Littérature, éditeur.

. Une présentation très complète et en anglais – la version est plus complète - des Bonobos et de leur grande sociabilité…sur https://en.wikipedia.org/wiki/Bonobo

. La présentation très succincte de Florence Cestac sur https://fr.wikipedia.org/wiki/Florence_Cestac et plus documentée sur http://www.dargaud.com/bd/Auteurs/Cestac-Florence

. Sa bibliographie telle qu’elle la présente http://www.cestac.com/bibliographie.html . Quelques dessins http://www.cestac.com/expodessins/dessins01.html

. Clacos, claquos, calendos, autant de synonymes de camembert, sur http://alorthographe.unblog.fr/2014/06/08/camembert-clacos-calendos/ 

. Lire le petit lexique de la Bande dessinée produit par L’Académie de Rouen pour les élèves sur http://rosa-parks-col.spip.ac-rouen.fr/IMG/pdf/lexiquebd.pdf C’est toujours très bien fait

. Photo Elisabeth Poulain du dessin de Florence Cestac, copyright Florence Cestac, dans Le Point 3.09.2009, page 58, reproduit ici avec l’autorisation de l’artiste. Et la photo des bonobos vient de wikipedia, Hug photographe contributeur.

Commenter cet article