Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Blog d'Elisabeth Poulain

Savennières, Tessa Laroche, Domaine de La Roche aux Moines

21 Août 2015, 15:21pm

Publié par Elisabeth Poulain

Savennières, Vue sur le vignoble du Domaine de la Roche aux Moines et la Loire, Cl. Elisabeth Poulain

Savennières, Vue sur le vignoble du Domaine de la Roche aux Moines et la Loire, Cl. Elisabeth Poulain

Quand on s’appelle Tessa Laroche, aux commandes du Domaine de La Roche aux Moines à la Roche aux Moines à Savennières et que l’on est la fille de Madame Laroche, avec un tel nom, une telle adresse, d’une certaine façon, on porte le monde sur ses épaules. Intégrer dans son nom, celui du lieu-dit du cœur de l’appellation la plus prestigieuse des vins de Loire, est une charge très lourde. La Roche aux Moines est en effet un lieu-dit déjà cité en l’an 1130 de notre ère. C’est aussi un formidable enjeu et un stimulant sans pareil, pour avancer toujours et porter haut les couleurs incarnées par le Domaine géré au départ par Madame Laroche, sa mère toujours en relais quand sa fille est partie en prospection présenter les millésimes du domaine et maintenant par elle, qui est œnologue de formation.

Toutes deux président à la naissance de « grands vins au féminin », sans jamais oublier qu’un grand vin ne peut se concevoir sans une alchimie extrêmement fine entre une terre à nulle autre pareille, des vignes dont chaque parcelle a son identité propre, des soins constants en agriculture biologique depuis 2009 et une vinification au plus près de ce que le raisin peut exprimer le plus justement possible, sans forcer, comme naturellement. Alors que chacun sait ou devrait savoir que cette simplicité est le fruit d’un travail intense, qui commence par le choix des nouvelles parcelles pour de nouvelles plantations, l’attention constante aux vignes, à toutes les étapes de leur production annuelle et de leur durée de vie et une vinification la plus légère possible qui, depuis des décades, sont la signature du domaine. La certification en agriculture biologique, que je viens de citer parachève cette logique d’excellence; elle a été adoptée au niveau de l’appellation « Savennières Roche aux Moines » avec Tessa Laroche, élue présidente de l’appellation en 2009.
 

Savennières, Domaine de la Roche aux Moines, La Demeure & les Communs, Cl. Elisabeth Poulain

Savennières, Domaine de la Roche aux Moines, La Demeure & les Communs, Cl. Elisabeth Poulain

« Mon métier est d’abord une question de gestion d’équipe. Seule, on ne pourrait tout faire. Avec moi, il y a Ludovic et Florian qui connaissent très bien le domaine, avec 10 ans de présence ici pour le premier et 6 ans pour le second. Maman reçoit aussi les clients quand je ne suis pas là. Elle adore ça. Un client peut prendre toute l’après-midi, de la fin du déjeuner jusqu’à 18h. Il y a plusieurs catégories de clients, les fidèles qui ne veulent par exemple n’être reçus que par l’une ou l’autre ou ceux qui aiment bien changer d’interlocutrice. ». Il s’agit bien sûr d’une généralité, compte tenu du fait que Tessa Laroche se déplace beaucoup en France et à l’étranger pour présenter les vins du Domaine.

Pour optimiser sa stratégie de temps, elle a adopté deux modes différenciés d'action. « Pour l’instant, je suis en « mode été », du 15 juillet à la fin août ; mon planning est plus cool. Je peux passer plus de temps dans les vignes. C’est là que je me ressource le mieux. Le reste de l’année, je me déplace beaucoup, en particulier à l’étranger, pour présenter les millésimes à nos clients. Nous exportons un peu partout, surtout aux Etats-Unis. Je vais par exemple à New York tous les ans. Pour l’Europe, je peux citer la Suisse, l’Espagne, l’Italie, la Belgique, les Pays-Bas côté flamand surtout… qui ont de gros importateurs qui nous sont fidèles… Avec bien sûr des nouveaux clients chaque année, à qui je fais découvrir notre gamme.»

Savennières, Domaine de la Roche aux Moines, Tessa Laroche, le vignoble clos de murs, Cl. Elisabeth Poulain
Savennières, Domaine de la Roche aux Moines, Tessa Laroche, le vignoble clos de murs, Cl. Elisabeth PoulainSavennières, Domaine de la Roche aux Moines, Tessa Laroche, le vignoble clos de murs, Cl. Elisabeth Poulain

Savennières, Domaine de la Roche aux Moines, Tessa Laroche, le vignoble clos de murs, Cl. Elisabeth Poulain

. Son mode annuel usuel hors été. « J’essaie d’optimiser mon temps. En déplacement, je ne pars jamais plus de 6 ou 7 jours. Je veux être présente au domaine, là où il faut être, quand il le faut. Pas plus, si non, je ne suis plus là. Je n’aime pas déléguer. De toutes les façons, il y a des décisions à prendre que moi seule peut prendre. Pour cette raison, j’ai par exemple arrêté de faire certains salons. A certains moments, pour le débourrement de la vigne en mars-avril, il me faut absolument être là. Alors j’essaie d’utiliser les week-ends pour partir… Il faut aussi savoir partir pour goûter d’autres vins que les siens. Savoir déguster, c’est vraiment important. C’est ce que m’a dit ma mère depuis que j’ai 18 ans, pour être à l’écoute, avoir une palette de sensibilité plus ouverte…Quand un vin ne me plait pas, je ne me force pas. Quand j’aime pas, j’aime pas.

Pour en revenir au domaine, rien de tel pour moi que d’être dans les vignes et dans la cave. C’est ma partie ‘ancrage dans la terre’, couplée au domaine avec le fait qu’il y a toujours eu beaucoup de personnes qui sont venues et qui viennent déguster pour goûter et acheter directement ici au domaine. Notamment des Anglais, des Suédois à cause de Scania –l’entreprise suédoise présente à Angers -, des Danois, des Norvégiens… Pour certains, cela devient un rite de passage, dont la fréquence varie avec les personnes ; pour certains, c’est tous les 10 ans, d’autres plus fréquemment…Ces contacts directs avec nos clients qui viennent spécialement ici sont très importants pour un domaine. Ce rituel du mois d’août explique aussi que j’aime bien être là aussi. C’est important de connaître ceux qui dégustent nos vins. »

Savennières, Domaine de la Roche aux Moines, Mains de Tessa Laroche, Sol, plant et grappe, Cl. Elisabeth Poulain SSavennières, Domaine de la Roche aux Moines, Mains de Tessa Laroche, Sol, plant et grappe, Cl. Elisabeth Poulain SSavennières, Domaine de la Roche aux Moines, Mains de Tessa Laroche, Sol, plant et grappe, Cl. Elisabeth Poulain S

Savennières, Domaine de la Roche aux Moines, Mains de Tessa Laroche, Sol, plant et grappe, Cl. Elisabeth Poulain S

Des vieux millésimes des « Grandes années » de Savennières Roche aux Moines sont encore disponibles à la vente. Certains portent le nom de cuvée ; en vin doux il s’agit de la « Cuvée de l’Abbesse » et de la « Cuvée des Nonnes » en moelleux. Elles cohabitent dans la carte des vins du Domaine, avec les valeurs sûres et maintenant aussi de nouveaux millésimes avec de jeunes vignes telles que «Le Berceau des Fées ». Le temps ici ne s’apprécie pas seulement dans le cycle annuel des saisons qui signent les millésimes, les Grandes Années qui font référence indiscutable mais aussi dans une durée très longue qui date du IIIe siècle de notre ère au premier millénaire de notre histoire. Un temps si lointain qu’il en devient fascinant. Il nous renvoie à l’occupation romaine que nous avons peine à imaginer en Loire. Déjà, les vignerons savaient que le site était exceptionnel. Le plus incroyable est qu’il l’est resté grâce aux efforts de tous au fil des générations et de la législation française en particulier sur les beaux paysages à préserver.

Le domaine en lui-même est fabuleux. Il réunit dans un même lieu et sur un même plan, dans une hiérarchie réfléchie de dates de plantation, la vigne en cépage de Chenin B en ses différentes déclinaisons d’âge de parcelles. Certaines sont closes de murs à l’arrière du Château en haut du coteau. Egalement en face sur une surface étendue, sans murs cette fois-ci, allant en une double déclinaison douce vers un vallon transversal à la Loire et vers le grand fleuve sur la gauche. Si les rosiers sont bien présents en bout de rangées côté vallon, ils le sont aussi côté plateau mais cette fois-ci autrement. Ils sont placés au centre du jardin à la française avec un bassin au centre à l’arrière de la belle demeure classique.

Savennières, Domaine de la Roche aux Moines, Vue sur la Loire et le moulin du vallon, Cl. Elisabeth Poulain
Savennières, Domaine de la Roche aux Moines, Vue sur la Loire et le moulin du vallon, Cl. Elisabeth Poulain

Savennières, Domaine de la Roche aux Moines, Vue sur la Loire et le moulin du vallon, Cl. Elisabeth Poulain

Un jardinier à demeure s’occupe des 1600 rosiers et des différentes composantes du parc et du jardin, sans oublier de citer le magnifique jardin potager sur le plateau lui-même clos de murs pour éviter les courants d’air intempestifs qui pourrait nuire aux plantations. Lui aussi adore les roses, comme « les Pierre de Ronsard" qui sont une des signatures visuelles du domaine. Elles en sont à leur seconde floraison, comme me l’indique Tessa Laroche, qui va passer une bonne partie de sa pause estivale à ôter les fleurs fanées des rosiers de la propriété.

Sur la partie haute du plateau, parallèlement au fleuve, face à l’arrière de la demeure, ce sont les arbres qui servent de coupe-vent. La vigne est de toute beauté. Dans le fond de la propriété se trouvent des parcelles de Savennières. Chacune laisse à voir des rangées perpendiculaires au fleuve, avec ces arbres pour structurer les séquences, « sans poteau électrique visible pour ne pas nuire à la beauté de ce paysage de pleine nature. » Des arbres, il y en a partout, mais certainement pas n’importe comment. Ils structurent le paysage, protègent et assurent une grande régularité climatique. Ce sont essentiellement des feuillus qui ont maintenant un âge respectable. Une parcelle de jeunes vignes est ainsi prénommée « Le Chêne . Là, le terroir est plus lourd, plus profond avec des grains plus gros. On ne peut pas dire que nous sommes envahis par les grappes !»

Domaine de la Roche aux Moines, Vignoble clos de murs, Cl. Elisabeth Poulain
Domaine de la Roche aux Moines, Vignoble clos de murs, Cl. Elisabeth PoulainDomaine de la Roche aux Moines, Vignoble clos de murs, Cl. Elisabeth Poulain

Domaine de la Roche aux Moines, Vignoble clos de murs, Cl. Elisabeth Poulain

Il y a aussi un endroit très spécial qui a donné son nom à la nouvelle cuvée dénommée « Le Berceau des Fées. » Cette fois-ci ce sont des pins qui attirent la curiosité du visiteur. Ils forment un cercle, plantés 1 par 1 pour deux d’entre eux, puis par 2, par 3 et par 4 mais cette fois-ci en quadrilatère inégal. La parcelle de 3 hectares de jeunes vignes qui donnent naissance à ce vin se situe pourtant de l’autre côté face au coteau descendant, comme un maillage entre les deux parties du domaine. C’est une autre façon pour Tessa Laroche de lier les deux parties du domaine entre elles, comme les roses qui signent l’appartenance à un paysage de femmes, sans oublier d’autres plants vigoureux comme la bignone.

Comme dans tout le domaine, de l’autre côté de la petite route, avec vue sur le grand paysage du coteau descendant de la Loire, les plants de vieilles vignes obtenues en sélection massale sont aussi rutilants de santé, en cette fin du mois de juillet. Florian, un des deux salariés de l’exploitation, est en train de couper les entre-cœurs, ces branches stériles, qui auraient tendance à trop se développer aux dépens des tiges porteuses de grappes et à nuire au bon murissement des grappes. Ces tâches, qui entrent dans le cadre de la taille d’été, sont essentielles pour conserver une forte densité d’expression au vin. « Ici on ne rogne pas les vignes pour éviter le stress de la plante surtout en période de sécheresse ».

Domaine de la Roche aux Moines, Berceau des Fées, Vues sur la Vallée Loire, Cl. Elisabeth PoulainDomaine de la Roche aux Moines, Berceau des Fées, Vues sur la Vallée Loire, Cl. Elisabeth PoulainDomaine de la Roche aux Moines, Berceau des Fées, Vues sur la Vallée Loire, Cl. Elisabeth Poulain

Domaine de la Roche aux Moines, Berceau des Fées, Vues sur la Vallée Loire, Cl. Elisabeth Poulain

L’allée, qui coupe le vignoble en deux côté fleuve et vallon descendant, fait face à la propriété close de murs ; elle structure ce grand espace ouvert qui permet de voir facilement la fin de la délimitation de l’aire d’appellation au bout, puis sur sa gauche d’apercevoir l’Ile de Behuard au milieu de la Loire et dans le fond la ville de Rochefort au bord du Louet, un des petits affluents de la Loire. Deux grands pins parasol plantés sur le côté gauche marquent le début de l’allée et chaque rang de vigne avec son rosier rouge attitré. C’est le point haut du domaine repérable de loin, grâce à leur belle silhouette. De l’autre côté de l’allée des vieilles vignes, se trouvent des vignes plantées en 1983. On retrouve à chaque pas du domaine cette volonté de toujours composer avec le temps pour constamment renouveler le vignoble, en gardant un équilibre toujours à refaire entre les parcelles, leurs caractéristiques propres et l’adéquation optimale avec les plants en fonction de leurs âges, de leur mode de sélection et de la gamme des vins …

« Cette année, la véraison va se faire en une semaine, vers le 15 août environ avec un début de vendange qui va débuter vers la mi-septembre. ». On retrouve le temps, cette fois-ci dans sa déclinaison végétale pure, après une petite tornade une semaine avant. La vie dans la vigne n’est jamais un long fleuve tranquille. Il faut aussi toujours prévoir, en étant attentif à l’évolution de la société. C’est ainsi que pour répondre à des demandes de touristes français et étrangers, amateurs de bons vins et tout autant dégustateurs de grands paysages que Tessa Laroche a racheté une maison paysanne qui jouxte la propriété. Elle l’a faite entièrement rénover pour la proposer à la location en gite.

Dans le fond de la propriété du coté descendant vers le vallon, les rangées de vigne ont été plantées en 2011 cette fois-ci parallèlement à l’allée centrale et à la Loire plus bas. Il s’agit de faciliter l’écoulement de l’eau lors des pluies. Le sol est là très caillouteux, avec des teintes rouges-rosées, grisées ou vertes. On y sent vraiment la chaleur, par différence avec la température plus fraîche de la partie du vignoble située en arrière de la demeure.

Savennières, Domaine de la Roche aux Moines, Florian, Vue sur la Loire, Cl. Elisabeth Poulain Savennières, Domaine de la Roche aux Moines, Florian, Vue sur la Loire, Cl. Elisabeth Poulain Savennières, Domaine de la Roche aux Moines, Florian, Vue sur la Loire, Cl. Elisabeth Poulain

Savennières, Domaine de la Roche aux Moines, Florian, Vue sur la Loire, Cl. Elisabeth Poulain

Il est alors temps de revenir à la propriété et de contourner le magnifique bâtiment technique, que l’on appelle ici « les Communs » d’une longueur étonnante, chapeauté en son milieu par une petite tourelle carrée, comme une vigie, qui permet de voir d’en haut le domaine sur tous ses côtés. C’est un exemple particulièrement réussi d’architecture dédiée au vin, rare en Loire. « Sa construction date du début du XIXe siècle, vers 1830. Il fait le pendant de la belle demeure (XVII et XVIIIe) sur sa droite, avec, en lien, les arbres qui sont aussi une des signatures de ce site exceptionnel. Vous pouvez le constater avec la photo choisie comme bandeau de présentation par les Dames Laroche sur le site du Château. 

En arrière du grand bâtiment technique, se situe l’Allée du Chai, plantée de tilleuls, qui, comme son nom, l’indique conduit au chai. C’est là que se situe le chai à barriques qui contient la récolte de 2014, qui précède la cuverie pour 50% des vendanges qui vieillissent en cuve industrielle. L’endroit est très spécial, avec une atmosphère particulière, faite de calme, de retenue et de sérieux. Il ne s’agit pas dans cette allée de mettre des fleurs, mais de rester concentré sur l’objectif professionnel qui est de faire des vins au mieux de leur nature profonde. Les tilleuls grâce à leur feuillage renforcent cette atmosphère. La proximité avec le jardin potager de l’autre côté du haut mur, qu’on ne voit pourtant pas, souligne aussi le lien de la vigne avec la croissance des plantes, le soin qui leur est porté et leur production tant attendue.

Domaine de la Roche aux Moines, Tessa Laroche, Le Berceau des Fées, Cl. Elisabeth Poulain

Domaine de la Roche aux Moines, Tessa Laroche, Le Berceau des Fées, Cl. Elisabeth Poulain

Le moment de « goûter en particulier un millésime 2014 du Berceau des Fées est venu. Il est pour l’instant vendu en vin de France. Il lui faut attendre encore une cinquième année d’existence pour avoir droit à l’appellation. C’est un vin de plaisir, vinifié en jus de jeunes vignes, à déguster dans les deux ans. Ce vin d’été titré à 13%, est présenté dans une bouteille cirée et mis en bouteille en 2014. Pour l’étiquette, je voulais autre chose. J’ai donc expliqué à la graphiste, Marie Carmarans, ce que je voulais et son travail m’a plu. » On comprend qu’elle savoure avec un plaisir particulier ce beau challenge qui montre une autre facette des capacités des différentes parcelles du domaine à parler la riche langue du vin.

C’est un Domaine aux Moines 2013 que nous goûtons ensuite. Il a bénéficié d’un élevage de 18 mois pour 50% en fût et le reste en cuve. Il a été mis en bouteille en mars 2015. Comme tous nos millésimes, il est très terroir, qui fait ressortir sa minéralité. Par nature, c’est un bon vin de garde, à l’acidité nécessaire. Minéralité et Acidité sont les deux constantes Mère-Fille qui sont mises en application au domaine. Bien sûr, nous nous adaptons au millésime chaque année. Plus que ça en fait, c’est le domaine qui s’adapte au mieux au changement climatique. Maintenant on ramasse les raisins dorés ; avant on botrytisait pour avoir le sucre. L’élevage est plus long… »

Comme Tessa Laroche le dit « cet été 2015, je ne pars pas en vacances. Ca m’embête. Je préfère rester au domaine. Je me ressource en étant ici, les pieds sur la terre de Savennières où chaque plant, chaque arbre...me parlent. Parmi mes travaux d’été, j’ai en particulier prévu aussi d’enlever les fleurs fanées des rosiers. » C’est ici qu’elle prend les grandes décisions qui engagent la propriété. Parmi celles-ci, citons quelques exemples, les plantations de nouvelles parcelles sur 3ha, comme pour « Le Berceau des Fées », l’arrachage d’un rang sur deux à la fin des années 2010 pour gagner en concentration, l’affectation d’une parcelle avancée sur le coteau descendant Ouest au Cabernet-Franc. « Une fois par exemple que la parcelle de cabernet ne produira plus, nous l’arracherons et replanterons en chenin. Aujourd’hui cette parcelle de 90 ans donne encore de beaux petits raisins que l’on garde. Cela nous permet de s’ouvrir sur d’autres connaissances, d’autres réactions de la terre à d’autres cépages… Je prends beaucoup de plaisir à ce que je fais. C’est vraiment ma passion. »

Cela se sent, cela se goûte dans les vins de Savennières du Château de la Roche aux Moines et... c'est bon.

Domaine de la Roche aux Moines, Allée du Chai, Murs, Barriques,  Cl. Elisabeth Poulain

Domaine de la Roche aux Moines, Allée du Chai, Murs, Barriques, Cl. Elisabeth Poulain

Pour suivre le chemin

. Retrouver, découvrir le domaine, avec de belles photos http://www.domaine-aux-moines.com/  

. Le gite en proximité immédiate avec le domaine, avec vue sur les vignes, maintenant ouvert à la location sur http://www.gite-domaine-aux-moines.com/fr/6prix.html  

. Marie Carmarans, graphiste, sur https://www.facebook.com/marie.carmarans.3  

. Manger au village de Savennières http://www.lechenin.fr/  

. La sélection massale, une définition sur http://www.larvf.com/,selection-massale-definition-dictionnaire-du-vin-vocabulaire-lexique,10355,4025349.asp  

. L’histoire de l’appellation sur http://vins-savennieres.com/IMG/pdf/l-histoire_du_vignoble.pdf  

. Le cahier des charges de l’AOC Savennières Roche aux Moines homologuée par décret 2011-1626 du 23.11.2011 http://www.federationviticole.com/images/pdf/savennieres%20rm%2023%20nov%202011%20cdc.pdf  

. Parcourir avec délectation le toujours excellent billet de PhilR, de la Pipette aux Quatre Vins sur http://pipette.canalblog.com/archives/2011/05/09/21073914.html  

. L’essentiel sur Savennières http://www.dico-du-vin.com/r/roche-aux-moines-aoc-savennieres-roche-aux-moines-anjou-loire/  

. Rapidement l’histoire de l’appellation sur http://vins-savennieres.com/IMG/pdf/l-histoire_du_vignoble.pdf  

. D’autres photos de Savennières sur http://merveilleux-anjou.blogspot.fr/2012/07/savennieres-quelques-vignobles.html  

. Photos Elisabeth Poulain

Savennières, Domaine de la Roche aux Moines, Vue sur le gite et le mur du domaine, Cl. Elisabeth PoulainSavennières, Domaine de la Roche aux Moines, Vue sur le gite et le mur du domaine, Cl. Elisabeth Poulain

Savennières, Domaine de la Roche aux Moines, Vue sur le gite et le mur du domaine, Cl. Elisabeth Poulain

Commenter cet article