Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Blog d'Elisabeth Poulain

Photos 3 > Grands paysages d’été d’Ardennes > La beauté de la campagne

26 Septembre 2015, 10:19am

Publié par Elisabeth Poulain

Paysages d'été en Ardennes, une histoire de poteau, d'arbre & de vaches, Clichés Elisabeth Poulain  Paysages d'été en Ardennes, une histoire de poteau, d'arbre & de vaches, Clichés Elisabeth Poulain  Paysages d'été en Ardennes, une histoire de poteau, d'arbre & de vaches, Clichés Elisabeth Poulain

Paysages d'été en Ardennes, une histoire de poteau, d'arbre & de vaches, Clichés Elisabeth Poulain

Ardenne ou Ardennes. D’une façon intéressante, Ardenne ne prend pas de « s » quand il désigne l’ensemble du massif ardennais français, belge et luxembourgeois. Le terme se conjugue au pluriel quand on vise chacune des composantes nationales qui ne sont séparées que par des frontières quasiment ou franchement invisibles. C’est surtout le cas quand on est en pleine forêt, mais pas seulement. Pour ce billet, Ardennes doit donc s’écrire au pluriel, même si chez nous, en France, par définition nous n’avons qu’une seule Ardenne. Cette participation à l’unité se traduit par un pluriel qui englobe aussi les pays voisins, un efaçon originale de traduire sa singularité!.

Imaginez. Vous êtes sur la route,  vous ne conduisez pas et vous adorez prendre des photos aléatoires, quand la voiture roule. C’est dire que vous ne savez pas ce que l’appareil photo va saisir en photo. Il y a d’abord le décalage dans le temps entre ce que vous voyez, le moment où votre doigt appuie sur le bouton et le moment où la photo se fait. Il y a en plus le fait que la voiture roule, ce qui renforce la dimension aléatoire. Si les Dieux de l’Olympe sont bien lunés, si la chance est avec vous, quelques-uns de ces clichés seront réussis, d’une façon très inégale. C’est le cas avec cette sélection de trois clichés successifs, pris quasiment au même endroit mais pas tout à fait, puisque la voiture roule.

Paysages d'été en Ardennes, le poteau & l'arbre rond, Cliché1-3 Elisabeth Poulain

Paysages d'été en Ardennes, le poteau & l'arbre rond, Cliché1-3 Elisabeth Poulain

Les trois clichés pris à la suite les uns des autres. C’était le matin, un jour de beau temps par un soleil un peu voilé. La lumière était adoucie et la tonalité des couleurs abaissée par rapport à d’autres jours où le soleil plombe tout.

. Le premier a été pris dans un léger virage, à un moment où je cherchais des poteaux. La chasse au poteau dans des campagnes fouettées par le vent l’hiver est un plaisir de photographe, d’autant plus difficile à satisfaire qu’il est quasiment impossible de s’arrêter sur des routes où rien n’est prévu pour cela. Sauf à être absolument sûr qu’aucune voiture ne passera par là, ou que la vision se fait de si loin qu’on est assuré de ne pas constituer un danger.

Paysages d'été en Ardennes, l'arbre rond & la vache, Cliché 2-3 Elisabeth Poulain

Paysages d'été en Ardennes, l'arbre rond & la vache, Cliché 2-3 Elisabeth Poulain

. Le second dit « à la vache » est la suite du premier. C’est là que j’ai eu le temps d'admirer la portée en pente douce descendante de ce long coteau, blondi par la chaleur de l’été, avec des arbres verts ancrés de façon aléatoire dans ce grand espace si calme. Il y avait là une seule vache, un véritable bloc d’inertie, à l’égal du chêne peut-être, qui lui servait de diffuseur de bien-être et de repère. Comme dans la chanson « Auprès de mon arbre » de Brassens, avec une différence de taille qui est la vache ne semblait pas nostalgique pour un sou.

Paysages d'été en Ardennes, l'arbre rond & les deux vaches, Cliché 3-3 Elisabeth Poulain

Paysages d'été en Ardennes, l'arbre rond & les deux vaches, Cliché 3-3 Elisabeth Poulain

. Le troisième cliché a été saisi tout de suite après le premier. On voit qu’il y a une autre vache sur la gauche. Le rendu du paysage est évidemment différent. On s'aperçoit alors que c'est l'arbre, le chêne qui est la véritable star de ce paysage de coteau à longue pente douce.

Le hasard a disposé les choses autrement. Il y a toujours d'autres arbres, cet adouci de lumière et ce fondu des couleurs. Il y a aussi une certitude qui est que ces grands paysages où le seul mouvement l’été un matin très calme est celui du regard jeté d’une voiture a quelque chose qui relève de la magie d’une douceur inégalée, d’autant plus forte que l’on sait que l’hiver le vent s’en donne à cœur joie dans ces grands espaces d’une grande solitude et où on doit  se prendre à rêver à la chaleur des villes…

Pour suivre le chemin

. Le département (français) des Ardennes, avec beaucoup d’informations et de belles photos sur https://fr.wikipedia.org/wiki/Ardennes_(d%C3%A9partement)  

. Retrouver la carte de l’Ardenne partie française sur https://www.google.fr/?gws_rd=ssl#q=ardenne+fran%C3%A7aise+carte  

. Photos Elisabeth Poulain

Commenter cet article