Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Blog d'Elisabeth Poulain

Sedan > La + grande forteresse médiévale d’Europe > L’art de s’adapter

27 Septembre 2015, 16:58pm

Publié par Elisabeth Poulain

Sedan, arrivée près du château, vu d'en bas, Cl. Elisabeth Poulain

Sedan, arrivée près du château, vu d'en bas, Cl. Elisabeth Poulain

Le titre. Parfois il s’impose de lui-même comme une évidence. D’autres fois, dix titres arrivent en se bousculant au portillon, sans que vous-même, l’auteur, connaisse celui qui va arriver le premier en tête. Dans ces cas – là, il suffit – c’est une façon de parler - de commencer à écrire ce que vos mains en particulier vont vous dire. Ce sont elles qui vont trouver le chemin. Celui qui mène à Sedan tout particulièrement et une fois là-bas, vous font trouver le château fort, comme naturellement. Une précision concernant aussi ce que nous allons voir.

L’objectif de la journée a été de découvrir le château de Sedan. Un petit déplacement qui se présente comme un lieu à voir mais sans jamais vouloir obtenir, avant, des informations qui pourraient nous faire voir autrement le site. Ce que nous cherchons, c’est la surprise, la découverte, pour savoir en particulier s’il va y avoir une rencontre toute personnelle entre un site, un lieu, un moment, un monument, une histoire, une ville… dont on ne connaitra toujours qu’une toute petite partie et qui en plus va changer chaque jour du fait d’autres connaissances qui vont apporter un éclairage différent.

Il y a toujours cette certitude qui est que plus on découvre, plus on apprend, plus on comprend et moins on sait. Le champ de la connaissance est infini et nous fait savoir que plus on avance et plus on peut être sûr –c’est même la seule assurance – qu’on a encore plus à comprendre. Comme si le chemin s’allonge encore plus loin et pas du tout proportionnellement, encore plus loin. L’horizon s’éloigne encore plus.
 

Sedan, avenues, rues et couleurs de la ville, le château, Cl. Elisabeth PoulainSedan, avenues, rues et couleurs de la ville, le château, Cl. Elisabeth Poulain
Sedan, avenues, rues et couleurs de la ville, le château, Cl. Elisabeth Poulain

Sedan, avenues, rues et couleurs de la ville, le château, Cl. Elisabeth Poulain

C’est bien ce qui s’est passé avec le château de Sedan, qui change tout le temps, tout en gardant la force de sa singularité. Non seulement selon ses fonctions au gré des époques mais aussi selon l’endroit où vous êtes assis ou debout à marcher. Et qui explique cet « art de s’adapter » dans le titre. C’est une façon de dire que la ville avance forcément à sa façon et le château non seulement aussi mais encore plus, du fait que bien que « grand », l’espace lui a toujours manqué.

La stratégie du temps pour le Château de Sedan a ici encore plus sa particularité et la place qu’elle s’accorde. A commencer par celle que vous allez mettre en place de façon intuitive, personnelle, en l’appliquant à vous-même. « Commencez par arriver d’une façon fluide au château », en suivant les panneaux vous conduisant vers le centre ; en un mot, une phrase, regardez plutôt la ville, ses rues, les façades…C’est la première leçon. Essayez de ne pas vous focaliser sur votre GPS, vos cartes, pour vous laissez-vous guider par le flux des voitures, ou comme si vous étiez une molécule d’eau dans la Meuse. Vous pouvez regarder les panneaux de temps en temps, c’est même une pratique recommandée. Une histoire débute toujours par le point Ier, qui n’a de premier que l’apparence.

Regardez la ville en commençant par relever quelques aperçus qui après coup revenus chez vous s’assemblerons ou non pour donner du sens. Certaines pourront même s’assembler en séquences. Les photos, que vous avez réussies à prendre, assise à la place voisine de la conductrice émérite, vont bien sûr vous guider. Elles vont vous rappeler aussi ces belles façades ornées de couleurs fortes de calcaire jaune et de briques rouges différentes de ce qui vous avez l’habitude de voir. Vous n’êtes pas ici dans le Val de Loire, en Provence ou en Normandie…

Sead Château, arrivée, tour d'angle, arrière coteau, vieux murs, Cl. Elisabeth PoulainSead Château, arrivée, tour d'angle, arrière coteau, vieux murs, Cl. Elisabeth PoulainSead Château, arrivée, tour d'angle, arrière coteau, vieux murs, Cl. Elisabeth Poulain
Sead Château, arrivée, tour d'angle, arrière coteau, vieux murs, Cl. Elisabeth PoulainSead Château, arrivée, tour d'angle, arrière coteau, vieux murs, Cl. Elisabeth PoulainSead Château, arrivée, tour d'angle, arrière coteau, vieux murs, Cl. Elisabeth Poulain

Sead Château, arrivée, tour d'angle, arrière coteau, vieux murs, Cl. Elisabeth Poulain

Déjà vous avez commencé à percevoir la singularité de Sedan. C’est une ville baignée par les eaux de la Meuse, enrichies de celles du Chiers, qui apporte à Sedan sa double dimension luxembourgeoise et belge avant de devenir française et de repartir franchement vers le nord, la Belgique, l’Allemagne et les Pays-Bas. Ici, on est dans un pays de frontières qui ont tellement fortement variées dans l’histoire qu’on se surprend à pratiquer un jeu multiple de saute-mouton par-dessus les paysages, les frontières et dans les différents temps de l’histoire.

Pour l’heure, vous n’êtes pas encore parvenu à la forteresse. Pour la trouver, lever la tête en l’air et chercher la hauteur. Entre deux maisons ou immeubles, vous arriverez à voir ce château fort de si grandes dimensions. Vous arriverez ainsi en haut par la Porte des Princes. C’est la porte arrière proche du Bastion du Gouverneur après avoir contourné l’angle le plus saillant du Bastion des Dames situé plus bas près du centre-ville. Vous êtes sûr que c’est bien là, car le chemin s’arrête devant vous, sur un parking entouré d’arbres. A votre droite, s’élève un mur qui retient le talus haut qui a été fortement creusé pour créer cette grande esplanade encaissée qui a servi en cet arrière de point d’accès haut. C’est par là qu’on accède à la billetterie « Cour », ainsi qu’à l’Hôtel « Le Château Fort ».

L’ambiance « Murs » vue du dehors. Elle est vraiment impressionnante, tant certains vieux murs ont une capacité étonnante à parler. C’est par eux que nous avons commencé notre tour de découverte du site, d’une façon toute personnelle. Beaucoup de murs formant de l’extérieur les remparts de la forteresse ont été refait à l’identique. C’est en partie gauche quand on regarde la grande porte d’entrée haute. Par contre la partie droite, de cette même porte offre par ses fortifications un contraste intéressant. Les murs de cette partie que nous ne verrons pas de l’intérieur font partie du Palais des Princes, une grande extension du Château fort à l’opposé du site et qui n’est pas ouvert à la visite. Certains murs présentent à vif leur bourrage intérieur composé d’argile, de remblai, de caillou…

Sedan, Château, arrière, Porte des Princes et parking, Cl. Elisabeth PoulainSedan, Château, arrière, Porte des Princes et parking, Cl. Elisabeth PoulainSedan, Château, arrière, Porte des Princes et parking, Cl. Elisabeth Poulain

Sedan, Château, arrière, Porte des Princes et parking, Cl. Elisabeth Poulain

La Grande Cour – une dénomination toute personnelle - se présente dans toute sa complexité d’aujourd’hui. Seul reste l’essentiel, à savoir les murs qui ont pu être conservés ou leurs fondations quand ceux-ci ne sont plus. C’est le cas de l’abbaye, le premier site édifié sur cet éperon rocheux. Faites confiance à des ermites et ou à des soldats pour sélectionner les endroits qui ont en eux-mêmes de la force. Les raisons peuvent être multiples, le retrait de la ville de la tentation pour les uns, la vue sur la ville pour se protéger pour d’autres, ou pour la protéger…

L’espace finit toujours par manquer comme le montrent les extensions cumulatives du château fort sur lui-même. C’est la première impression qui se dégage du site quand on est dans la cour à atteindre l’ouverture de la billetterie. Ici, on ne connait pas l’angle droit, à l'exception de la "Tour Carrée", c'est dire si elle intrigue en un tel lieu fait d'ajustages au mieux de ce qu'il était possible à un moment de l'histoire. L’imbrication est constante et sans recherche aucune de symétrie, un terme incongru dans la forteresse. C’est la raison pour laquelle la grande et incroyable façade de l’hôtel d’une rigueur fabuleuse ressort aussi fortement en ce magnifique soleil d’été. C’était avant la réserve des munitions, le lieu le plus sensible de la citadelle.

Ce château, qui a commencé petit, n’a pas arrêté pas de grandir, de grossir, de détruire ses petits remparts maigrelets, pour en édifier de plus gros vers l’extérieur, jusqu’à atteindre 26 mètres d’épaisseur! Avec cette curiosité à mes yeux, que ces énormes de travaux de terrassement nécessités par le creusement des douves puis l’édification de remparts ne sont pas indiqués sur les cartes, mais heureusement sur le plan du château offert aux touristes, oui.

Sedan, Château, entrée haute dans la cour, sens inverse des aiguilles d'une montre, Cl. Elisabeth PoulainSedan, Château, entrée haute dans la cour, sens inverse des aiguilles d'une montre, Cl. Elisabeth Poulain
Sedan, Château, entrée haute dans la cour, sens inverse des aiguilles d'une montre, Cl. Elisabeth PoulainSedan, Château, entrée haute dans la cour, sens inverse des aiguilles d'une montre, Cl. Elisabeth Poulain
Sedan, Château, entrée haute dans la cour, sens inverse des aiguilles d'une montre, Cl. Elisabeth PoulainSedan, Château, entrée haute dans la cour, sens inverse des aiguilles d'une montre, Cl. Elisabeth Poulain

Sedan, Château, entrée haute dans la cour, sens inverse des aiguilles d'une montre, Cl. Elisabeth Poulain

Petit, devenu gros, le château ne s’est pourtant jamais suffi à lui-même, lui qui devait être déjà une ville dans la ville. Il a fallu lui adjoindre un autre château à côté, pas féodal celui-là, qualifié de « Palais des Princes » pour bien mettre en valeur sa fonctionnalité résidentielle de haut prestige. Pendant ce temps qui s’est écoulé sur des centaines et des centaines d’années, le château et la ville n’ont cessé de s’adapter réciproquement ainsi qu’aux contraintes de l’époque et aux différentes autorités.

C’est maintenant la ville de Sedan qui en est la propriétaire. Elle a retrouvé ainsi son cœur de pierres qui éclaire toute la communauté urbaine grâce à un nouveau souffle. Il ne s’agit plus de continuer à pousser les murs vers l’extérieur mais de leur redonner vie et sens à partir de l’intérieur, grâce aux circuits de visite, au musée, aux promenades balisées et sécurisées afin de permettre aux visiteurs de voir et de sentir la grandeur sous leurs pieds, devant leurs yeux, dans un endroit à nul autre pareil. Pour favoriser ces échanges, cette mise en lumière du dedans d’une forteresse qui est la plus grande d’Europe, la ville de Sedan a ouvert le Café Turenne, le Restaurant La Tour d’Auvergne et le Château Fort cette fois-ci en version hôtel quatre étoiles.

Cette jolie façon de faire rentrer la ville dans le château en invitant les touristes de tous âges, les enfants tout particulièrement,  à voir autrement ce château fort est une réussite qui prouve la force d’adaptation d’un lieu fortement ancré dans l’Histoire. Dans la petite histoire que je viens de vous conter, ce billet commence par une histoire d’eau, se poursuit par une histoire de pierres, et de bois avec lesquels le château, les murs, les maisons… ont été construits. Une façon de saluer le bloc rocheux sur lequel la forteresse s’est ancrée ainsi que le bois du manteau forestier du massif des Ardennes qui fait l’admiration de tous, le bois sans lequel il n’y aurait pas de charpente et donc pas de tour ni de château...

Sedan, Château, Grande Cour, Hôtel et Enceinte avec logements sur le haut, Cl. Elisabeth Poulain

Sedan, Château, Grande Cour, Hôtel et Enceinte avec logements sur le haut, Cl. Elisabeth Poulain

Quant à nous, la bonne surprise a été d' arriver avec chance un peu à l'avance. Assises au doux soleil de cette matinée d’été à l'intérieur, nous avons eu le loisir de regarder avec attention les fondations de l’abbaye, puis en sens inverse des aiguilles d’une montre, le mur qui porte le chemin de ronde sur notre droite, le mur du fond coincé avec un bâtiment qui se termine par la Tour carrée qui s’avance dans la Cour. C’est un endroit mystérieux, tant il a l’air délaissé par l’histoire, que nous verrons aussi d’en haut.

Encore assises, c’est le grand mur d’enceinte celui qui se trouve de l’autre côté de l’hôtel par rapport à la Porte d'Entrée, qui nous fascine. Il ne présente que deux petites portes sur la cour intérieure. Les seules traces de vie de tout cet énorme mur – façon de parler – sont des logements tout en haut dont on ne peut voir que la ligne haute des fenêtres et le toit refait récemment. C’est le soleil éclairant les relations de voisinage vues de la forteresse qui a conduit ensuite notre découverte, le regard d’en haut sur la ville d’en bas d’un côté, la Cour intérieure de l’autre, avec toujours le plaisir de la découverte.

Notre choix instinctif nous a mené sur le chemin haut du château qui permet de voir la ville en bas se déployer à ses pieds, avec beaucoup d'intérêt, au point qu'à peine sorties, nous avons garé la voiture près de l'Office du Tourisme  et sommes parties nous balader dans les vieilles rues du centre, avec un grand plaisir...avant d'aller déjeuner en terrasse...

Sedan, le château et la ville, Cl. Elisabeth PoulainSedan, le château et la ville, Cl. Elisabeth PoulainSedan, le château et la ville, Cl. Elisabeth Poulain
Sedan, le château et la ville, Cl. Elisabeth PoulainSedan, le château et la ville, Cl. Elisabeth PoulainSedan, le château et la ville, Cl. Elisabeth Poulain

Sedan, le château et la ville, Cl. Elisabeth Poulain

Pour suivre le chemin

. Sedan, à voir sur http://www.sedan.fr/  , ainsi que sur https://fr.wikipedia.org/wiki/Sedan  

. Le château de Sedan sur https://fr.wikipedia.org/wiki/Ch%C3%A2teau_de_Sedan  

. La belle photothèque de la ville sur http://www.sedan.fr/photoAlbum.html?webfolder=745#  http://www.sedan.fr/ville_d_art_et_d_histoire.html  

. Acquérir quelques bases de connaissance sur l’architecture de la ville sur http://www.sedan.fr/architecture_sedanaise.html  

. Lire, avec un stylo et du papier sous la main pour prendre des notes, l’histoire étonnante de ce château sur http://www.pict-art.com/html/photos%20chartes/sedan.html ---) Bon à savoir, la source-signature figurant ci-dessus n’est plus accessible. Il n’y a donc plus d’auteur pour valider la recherche. Dommage, c’est le seul écrit facilement accessible qui s’était donné pour objectif de restituer une vision globale au cours des siècles, en montrant l’imbrication des liens européens, avec une photo pour chaque modification ou ajout porté au château… .

La Meuse à retrouver sur https://fr.wikipedia.org/wiki/Meuse_(fleuve)  . Son affluent venant du Luxembourg, puis de Belgique, la Chiers, sur https://fr.wikipedia.org/wiki/Chiers  

. La pierre jaune utilisée à Sedan et aussi à Charleville Mézières est à voir sur http://www.hybriprotech.eu/images/documentations/fiche%20dom%20mesnil.pdf  

. La forêt d’Ardenne sur http://www.lunion.com/541990/article/2015-09-05/la-foret-d-ardenne-parmi-les-plus-beaux-massifs-forestiers-de-france  

. Quand on pense forêt d’Ardenne, on n’oublie pas La Hulotte, le journal le plus lu dans les terriers, une création de Pierre Déon, celui qui fait tout à la maison, les textes, les dessins, tout… et cela depuis sa création en 1972 http://lahulotte.fr/img_lh/pdf/fiche-frelon.pdf  

. Retrouver toute l’information générale touristique concernant la région « Ardenne » sur http://www.visitardenne.com/all-access/  

. Photos Elisabeth Poulain.

Commenter cet article