Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Blog d'Elisabeth Poulain

Les mains des femmes > Le goût des fleurs > La broderie 1

28 Octobre 2015, 20:31pm

Publié par Elisabeth Poulain

Napperon brodé avec des fleurs dans un panier, Cl. Elisabeth Poulain

Napperon brodé avec des fleurs dans un panier, Cl. Elisabeth Poulain

Les mains des femmes > Le goût des fleurs > La broderie en exemple Oui, un drôle de titre parce qu’une drôle de question me trotte dans la tête depuis un certain temps. Vous avez deviné qu’elle porte sur ce triple thème, qui associe dans une même réflexion à la fois les femmes, leurs mains et les fleurs pour savoir quels liens existent dans un sens descendant. Il ne s’agit pas de faire parler des fleurs pour leur demander ce qu’elles pensent …Ni de demander aux femmes ce qu’elles pensent des fleurs, ce qui pourraient être un sujet intéressant. J’imagine déjà des questions du genre « pourquoi aimez-vous les fleurs ? » qui part d’un présupposé obligé dans nos sociétés, même en ce XXIe siècle qui veut que toutes les femmes aiment les fleurs. Parce que certaines s’en fichent un peu. Ne nous égarons pas. Restons concentré.Il s’agit aujourd’hui de vous présenter trois ouvrages de dame, une petite broderie de forme carrée, un sac à main de soirée et un poudrier. Tous trois ont en commun de projeter une certaine vision des fleurs et des femmes.

. Le napperon de 33cm sur 35cm forme un presque carré. Il est taillé dans un tissu de coton fin et qui ne présente pas de tenue particulière. Il devait être amidonné pour pouvoir présenter une belle surface à poser. L’intérêt de ce tissu est qu’il a dû être facile à travailler pour les mains de la brodeuse. Comme il en allait souvent ainsi, le bord est fini avec des jours qui permettent de transformer l’ourlet en une finition de qualité, dont les coins montrent la maîtrise du savoir-faire de la brodeuse.

Au milieu, en diagonale, se déploie une corbeille remplie de fleurs qui se courbent avec grâce vers le bas. L’anse très grande montre qu’il s’agissait plus d’une vannerie de décoration que d’usage. C’est ce que montrent d’ailleurs les grandes tiges de fleurs qui chapeautent la composition, avec de-ci de-là des petites branches de fleurs. Les couleurs ont dû passer avec le temps, particulièrement le brun de l’osier et le jaune des tiges. Quant aux boutons de fleur, il en est de deux sortes, rose clair vers le haut et plus foncé vers le bas.

. La petite bourse de soirée revêtue de perles minuscules. C’est un ouvrage rare, dont il ne manque que le lien qui permettait de le tenir à la main, pour aller à l’Opéra ou dans un bal de la Haute Société. Ses deux faces sont semblables. Le cœur est représenté par une rose dont on devine quelques pétales entourée de formes rondes dont les bords s’enroulent sur eux-mêmes, avec tout autour ce motif qui est repris. Au-dessus de la fleur, une sorte d’étoile se déploie avec là aussi en forme de fleur. Un petit miroir entouré de satin rose se trouvait à l’intérieur revêtu du même rose. J’avoue que je ne sais plus où il se trouve.

. Il me reste à vous parler du poudrier qui est revêtu d'une peinture de deux roses, une rouge et une rose appliquée sur une toile fine. On voit distinctement les fleurs et les feuilles. A l'intérieur, il y a encore la houppe de plume douce et la poudre ocre qui sent encore, tant son parfum est fort. Autant de  souvenirs émouvants qui datent d'avant la Seconde Guerre Mondiale. 

Pour suivre le chemin

Photos Elisabeth Poulain, à voir ensuite.

Le napperon, la bourse, le poudrier et les fleurs, Cl. Elisabeth Poulain
Le napperon, la bourse, le poudrier et les fleurs, Cl. Elisabeth Poulain

Le napperon, la bourse, le poudrier et les fleurs, Cl. Elisabeth Poulain

Commenter cet article