Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Blog d'Elisabeth Poulain

Les Paysages du Vin, Beaujolais-Villages-Georges Duboeuf & les fleurs

22 Décembre 2015, 18:47pm

Publié par Elisabeth Poulain

Pub Beaujolais Villages Georges Duboeuf, le Figaro magazine 2005-09-03, détail, Cl.1/2 Elisabeth Poulain

Pub Beaujolais Villages Georges Duboeuf, le Figaro magazine 2005-09-03, détail, Cl.1/2 Elisabeth Poulain

Le billet est centré sur les relations que le vin entretient avec les fleurs. Ce pourrait être d’abord la vigne, mais en fait non. Le thème de la petite fleur sauvage poussant naturellement au pied des vignes est peu exploité, en raison de la petitesse, par exemple, d’une fleur de pâquerette, à supposer que le photographe passe par là, juste au moment où il faut. Quant aux rosiers qui sont maintenant plantés au bout visibles par les touristes des rangées de vigne, leurs fleurs servent plus de décor floral, soucieux de plaire à celles et ceux qui les admirent, qu’à renseigner vraiment sur les attaques de l’oïdium... Une des preuves est que les rosiers sont toujours justement situés dans l’axe de vue des touristes et de ceux qui s’arrêtent pour goûter les vins.  

Une autre solution est d’associer visuellement les fleurs et le vin sur l’étiquette ou dans la publicité faite en particulier pour des vins de négoce. Dans le monde du vin, tout est symbole, à commencer par le vin, tout comme la fleur, quand  cet homme du vin est négociant. Il ne s’agit pas de parler de la pollinisation de la fleur de vigne par les abeilles, absolument indispensables pour avoir du vin. Une autre idée, pour se démarquer fortement de la concurrence a été de choisir la fleur comme emblème, ce qui, lors de la création de sa maison de négoce dans le Beaujolais, n’était pas une pratique courante, surtout dans une vision franco-française.

Je devrais dire les fleurs plutôt parce que Georges Duboeuf, qui a maintenant pour associé son fils Franck, a choisi très tôt de constituer un décor floral sur la base des couleurs du drapeau français avec le bleu du bleuet, le blanc des pétales de la marguerite et le rouge du coquelicot. Choisir des fleurs est aussi une façon très directe de parler aux femmes et à ceux qui n’ont pas forcément une connaissance approfondie du vin, surtout dans les pays qui n’avaient pas forcément une grande culture du vin. Ces trois fleurs sont devenues au fil du temps une signature du Beaujolais-Village « Georges Duboeuf ».

Pub Beaujolais Villages Georges Duboeuf, le Figaro magazine 2005-09-03, Cl.2/2 Elisabeth Poulain

Pub Beaujolais Villages Georges Duboeuf, le Figaro magazine 2005-09-03, Cl.2/2 Elisabeth Poulain

Une nouvelle étape a consisté à passer de l’étiquette sur la bouteille à la publicité pour l’appellation « Beaujolais-Villages » sous le nom de Georges Duboeuf, en jouant cette fois-ci pleinement avec les fleurs. Il n’y a plus de bouteille toujours remplie, ni de vin dans le verre. C’est l’étiquette, placée dans le verre, qui est mise dedans. On y lit distinctement « Georges Duboeuf, Beaujolais-Villages, mis en bouteilles par Les Vins Georges Duboeuf, 71570 Romanèche-Thorins, France ». Les fleurs éclatent de force ; elles empiètent sur le bord inférieur de l’étiquette ovale, avec un effet loupe, les deux bleuets à gauche  sont plus petits que les trois marguerites du bas, avec deux magnifiques coquelicots rouges sur le côté droit en bas.Et le tout porte les trois couleurs identitaires du drapeau de la France.  

Les fleurs décidément à l’honneur, des fleurs en mouvement, qui dynamisent la présentation. Le visuel montre en un arrière-plan très présent trois magnifiques coquelicots qui prennent presque toute la hauteur de la page, avec deux marguerites sur le côté droit à mi-hauteur et un tout petit bleuet juste au-dessus de l’étiquette à travers les deux parois du verre. Le nom de Georges Duboeuf ressort en lettres blanches sur fond noir entre les deux premiers coquelicots. Les données concernant les adresses figurent en bas en lettres fines noires sur fond bleuté léger.

C’est une franche réussite visuelle qui n’a absolument pas vieilli, grâce à ce savant désordre entre les fleurs de l’étiquette qui débordent sur l’ovale proprement dit et celles du fond qui explosent de vitalité. Ce billet s’inscrit dans le questionnement suivant « pourquoi avons-nous tant besoin des fleurs ? » que je commence à ranger dans une nouvelle catégorie appelée "Paysages" qui cette fois-ci relève des paysages du vin.  

                                                                             *

Pour suivre le chemin

. Cette publicité, qui figure en page 162 du Figaro Magazine « Spécial Vins » en date du 3.09.2005, est une création VAVRO design, Lyon

. Voir aussi sur ce blog un précédent billet datant du 9.04.2013, sur la dégustation selon Georges Duboeuf et son fils, dans un visuel publicitaire de 2004, signé Vavro également me semble-t-il http://www.elisabethpoulain.com/article-georges-duboeuf-la-degustation-l-oeil-et-la-main-sur-le-verre-116951340.html  

. Une adresse simple, www.duboeuf.com  et un mail qui l’est tout autant message@duboeuf.com  . Voir aussi https://fr.wikipedia.org/wiki/Georges_Dub%C5%93uf  

. Photo Elisabeth Poulain, à partir du visuel.  

Commenter cet article