Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Blog d'Elisabeth Poulain

Photo. L'étang Saint-Nicolas, Suisse angevine, Roc Epine, Angers 1926

18 Décembre 2015, 12:48pm

Publié par Elisabeth Poulain

Carte postale 1926, Angers "La Suisse angevine", L'Etang St-Nicolas, Cl. Elisabeth Poulain

Carte postale 1926, Angers "La Suisse angevine", L'Etang St-Nicolas, Cl. Elisabeth Poulain

Développement du titre. Il s’agit dans ce billet de vous présenter une carte postale d’Angers datée du 8.4.1926 ou 1928, envoyée vraisemblablement d’Angers, sans certitude, car le timbre et la carte dessous ont été découpés. Du Maine et Loire, oui, assurément car on distingue encore « Maine »…

La photo est prise du haut d’une des maisons à terrasse étroite que l’on voit sur certains clichés anciens, d’où l’on pouvait avoir une vue profonde sur l’étang qui à cet endroit fait un grand zig-zag – soit deux coudes à angle droit inversés - pour que l’eau du petit ruisseau « le Brionneau » puisse se frayer un chemin entre les veines de schiste noir. Plus loin le ruisseau  traverse le parc Balzac pour rejoindre la rivière Maine, la plus petite de France (11kms) et qui n’a pas de source, car elle est constituée par la rencontre entre la Mayenne, la Sarthe et son affluent le Loir. Un double exploit qui n’est pas assez connu. Quatre plans séquences de la carte postale se dévoilent dans le sens des aiguilles d’une montre.

Au premier plan, on distingue sur le coteau pentu qui même au chemin qui longe l’étang, des rangées de vigne, un lointain témoignage qui rappelle que ces terres étaient possession de l’Abbaye Saint-Nicolas située plus bas, à l’endroit où le Brionneau disparait sous terre dans un tunnel pour réapparaître de l’autre côté de la place. Il traverse ensuite ce qui est maintenant le Parc Balzac pour rejoindre la Maine en douceur.  Entre le chemin de terre du bas et l’étang, on distingue quelques petits arbres qui protègent la rive  fréquentée alors par des pêcheurs à la ligne. 

. En longeant toujours cette rive, c’est la roche qui domine avec ici et là des arbres feuillus petits et moyens qui habillent la pente dans laquelle le chemin se poursuit, quitte à passer à travers un gros rocher qui a été spécialement taillé à cet effet.   

Angers, Etang Saint-Nicolas, Vue de Roc Epine, rive gauche, sur pointe en rive droite, Cl. Elisabeth Poulain, 2015

Angers, Etang Saint-Nicolas, Vue de Roc Epine, rive gauche, sur pointe en rive droite, Cl. Elisabeth Poulain, 2015

En poursuivant notre tour, voici le fond de la photo. On découvre le paysage le plus lointain, plat avec des arbres ici et là et des grandes parcelles rectangulaires qui devaient être utilisées pour le maraîchage, sans certitude, mais vraisemblablement. Plus loin, on retrouve la Maine, mais sans la voir. Un endroit qui maintenant est totalement urbanisé de façon mixte, avec des immeubles de diverses hauteurs et encore des pavillons…

Reste à vous parler de cette longue bande de terre qui s’avance dans l’étang. On distingue en partie droite un abord touffu d’arbres, puis quelques grands feuillus presque à la pointe. Un bloc rocheux se tient en arrière au sommet et le reste jusqu’au coude suivant semble constitué de lande. Actuellement, il n’est plus vraiment possible de reprendre un tel cliché. Il faudrait d’abord pouvoir prendre de la hauteur. Les maisons, d’où vraisemblablement le cliché a été pris, existent toujours. D’autres maisons ont été construites depuis lors, à cet endroit tout particulièrement, dans le quartier de Roc Epine par rapport au cliché de la carte postale. Par contre on peut encore discerner une des deux maisons possédant une tour d’où il devait être possible de voir la rive d’en face et plus encore.

Il n’y a plus de vigne. Par contre une parcelle de vigne a bien été replantée plus bas, devant l’Abbaye Saint-Nicolas, devant un nouveau coude du Brionneau pour disparaître, avant de resurgir à la lumière, de l’autre côté de la place de Farcy, mais sans tracé principal unique. Son nouveau cheminement au Parc Balzac se disperse entre de multiples bras, pour tenir compte du caractère marécageux de ce grand espace qui court entre la fin de l’étang Saint-Nicolas et la Maine.

Angers, Etang Saint-Nicolas, Vue sur Roc Epine, rive gauche, arbres, Cl. Elisabeth Poulain, 2015

Angers, Etang Saint-Nicolas, Vue sur Roc Epine, rive gauche, arbres, Cl. Elisabeth Poulain, 2015

Pour suivre le chemin

. Carte postale prise de la rive gauche du Brionneau, sans nom d’éditeur, intitulée « ?…. Angers. _ « La Suisse angevine « _ L’Etang Saint-Nicolas vu du Roc Epine. – A. B. »

. Rendez-vous sur le site http://bellebeille.skyrock.com/2975019041-etang-st-nicolas-La-Suisse-angevine-a-Roc-Epine.html  pour voir quatre cartes postales de Roc Epine, vu de l’autre côté de l’étang Saint-Nicolas, rive droite.

. La Maine et le Brionneau à retrouver dans http://www.eau-anjou.fr/territoires/par-bassin-versant/maine/  

. Retrouver les chroniques de Sylvain Bertoldi, Conservateur des Archives d’Angers, concernant le Parc Saint-Nicolas sur http://www.angers.fr/decouvrir-angers/reperes/histoire-d-angers/chroniques-historiques/lecon-d-histoire-dans-un-parc-saint-nicolas/index.html , ainsi que les relations entre Angers et la Maine sur http://www.angers.fr/decouvrir-angers/reperes/histoire-d-angers/chroniques-historiques/angers-et-la-maine/index.html  

. Voir le cliché pris par Thierry Bonnet vue d’avion et qui montre clairement l’Abbaye en bas à droite, le double zig-zag et l’endroit en haut à droite d’où le cliché a été pris en hauteur, sur le document cité juste au-dessus.

. Photos Elisabeth Poulain, la Ière montre d'en bas, à Roc Epine,  la vue sur la pointe en face, avec des pêcheurs et la seconde est prise plus bas près de la roche percée sur Roc Epine en haut.

Commenter cet article