Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Blog d'Elisabeth Poulain

Ballade à Isle sur la Sorgue en mai, entre façades, couleurs et eau…

26 Février 2016, 18:23pm

Publié par Elisabeth Poulain

Isle sur la Sorgue, arrivée, Cl. Elisabeth Poulain

Isle sur la Sorgue, arrivée, Cl. Elisabeth Poulain

Arriver dans une petite ville qui a gardé son centre ancien grâce à sa configuration d’Ile est déjà une vibration stimulante  pour l’imagination. Au plaisir de la découverte, s’ajoute celui de l’attente, sans objectif à atteindre. Il fait beau, le temps est clair, le torrent d’eau vive est un vrai plaisir en soi, près d’un parking récent et facile d’accès et … sans l’avoir cherché. Découverte, attente, sans projet ni volonté de voir un monument en particulier ni surtout de tout voir - comme si cela était possible - simplement se promener, telle a été le mot d’ordre implicite. Prendre telle rue, plutôt que sa voisine, sans carte ni autre documentation pour notre part, simplement en se laissant porter, comme le chant imaginé de l’eau claire qui file parmi les herbes aquatiques, a été un vrai plaisir…Ce sont nos yeux et nos pieds qui nous ont guidé, dans cette petite ballade.

 

Isle sur la Sorgue, Canal du Moulin vert, L'eau, le vert et la pierre du Vieux Moulin, Cl. Elisabeth Poulain Isle sur la Sorgue, Canal du Moulin vert, L'eau, le vert et la pierre du Vieux Moulin, Cl. Elisabeth Poulain

Isle sur la Sorgue, Canal du Moulin vert, L'eau, le vert et la pierre du Vieux Moulin, Cl. Elisabeth Poulain

En quoi, cette sorte d’enceinte liquide a-t-elle modulé le développement de la ville ? L’a-t-elle protégé, enfermé ou transformé… ? A-t-elle su ou pu garder une partie de son identité profonde, sans sur-jouer la volonté de non-changement, pour répondre à la pression du tourisme et la tentation d’attirer encore plus les visiteurs ? Chacun connaît de ces villes closes protégées par des remparts par exemple, qui se pétrifient en période estivale dans une attitude de « sur-tourisme », un néologisme que je viens d’inventer pour désigner un re-façonnage de centre ancien à la manière de ce qu’on suppose être maintenant le passé… pour correspondre à l’attente de ceux qui procurent aux communes touristiques une bonne partie de leurs ressources.

 

Isle sur la Sorgue-Haut mur-avec gouttières-au milieu et rigole en bas sur le muret joint- Cl. Elisabeth Poulain  Isle sur la Sorgue-Haut mur-avec gouttières-au milieu et rigole en bas sur le muret joint- Cl. Elisabeth Poulain

Isle sur la Sorgue-Haut mur-avec gouttières-au milieu et rigole en bas sur le muret joint- Cl. Elisabeth Poulain

Une façon très première de marcher en ville est de se guider par le hasard, en commençant par admirer le ruisseau d’eau vive qui pétille de percées de soleil à travers le feuillage. Il porte un nom charmant, ce canal du Moulin vert. C’est ensuite ce qui reste du mur de façade du  moulin de pierre blanche avec encore la trace de sa porte et d’une fenêtre, qui se reflète dans l’eau, qui surprend le promeneur. Arrive ensuite  un autre mur d’une hauteur étonnante en allant vers le centre par la rue du Logis Vieux. Il vient d’être entièrement refait cette fois-là. Sa hauteur ne laisse rien voir de la maison près de l’eau. Il a aussi pour particularité d’être doté d’un petit muret bas supplémentaire avec, dans sa partie supérieure, un étroit canal de recueil de l’eau. C’est tellement étonnant qu’on lève la tête ; on découvre alors plusieurs tuyaux d’évacuation de l’eau à hauteur d’homme au milieu du mur. L’eau n’est pas seulement celle qui coule devant nos yeux. Il y a peut être aussi celle qui peut déborder en cas de crue.

 

Isle sur la Sorgue-La confluence-Entrée du Centre, entre canal, rivière, pont Gambetta. Cl. Elisabeth PoulainIsle sur la Sorgue-La confluence-Entrée du Centre, entre canal, rivière, pont Gambetta. Cl. Elisabeth PoulainIsle sur la Sorgue-La confluence-Entrée du Centre, entre canal, rivière, pont Gambetta. Cl. Elisabeth Poulain

Isle sur la Sorgue-La confluence-Entrée du Centre, entre canal, rivière, pont Gambetta. Cl. Elisabeth Poulain

Arrivés avenue des Quatre Otages, c’est une autre eau qui nous a attiré, celle que l’on peut déguster dans un verre, assorti à la bouteille d’eau minérale …rouge. Du coup, l’eau a eu un meilleur goût grâce à la couleur et au plaisir d’être assis à une terrasse de café en regardant les touristes passer. C’est presque l’été, la chaleur en moins et la lumière encore adoucie. Quant au rouge-rouge, nous en verrons très peu, si ce n’est Place de la Liberté en couleur attendrie d'une touche de brun.

C’est la belle demeure de couleur jaune adouci, qui nous sert de phare en somme. Elle est située à la confluence de l’eau régulée par le canal à gauche et l’eau vive à droite. Le pont Gambetta nous tend les bras pour s’engager naturellement dans l’étroite rue Gambetta qui mène à la Collégiale. C’est une rue commerçante piétonnière. Notre regard ne s’est pas attaché aux boutiques, où, à quelques exceptions près, se retrouvent toutes les grandes marques qui signent notre époque. Ce sont les rues, les ruelles et les maisons que nous avons regardons avec beaucoup d'intérêt, surtout qu'il y avait suffisamment de monde dans les rues pour que la ville soit animée et pas trop pour que la foule des grands jours rende la découverte difficile... 

 

Isle sur la Sorgue, Rue Gambetta, Rue dorée, Rue du Crédit, CL. Elisabeth Poulain  Isle sur la Sorgue, Rue Gambetta, Rue dorée, Rue du Crédit, CL. Elisabeth Poulain  Isle sur la Sorgue, Rue Gambetta, Rue dorée, Rue du Crédit, CL. Elisabeth Poulain

Isle sur la Sorgue, Rue Gambetta, Rue dorée, Rue du Crédit, CL. Elisabeth Poulain

Pour faire un autre voyage imaginaire, il suffit de lever un peu la tête pour retrouver les murs des façades d’avant au-dessus des vitrines d’aujourd’hui, en y ajoutant le charme des noms des petites rues et impasses en transversale, qui ouvrent la vue ou pas sur d’autres parties de la ville. La Rue Dorée, la rue de la Loutre, ainsi que l’Impasse de l’Hôtel de Palerme nous ont bien plu…, par leur nom. Reposer son regard  sur la chaussée vous permet aussi de découvrir des "pépites" visuelles ou un autre élément, comme ces « chiens-bottes », des créations d’art pleine d’humour posés à terre. Chacune d’entre elles a fait preuve d’une inventivité sans pareil, provoquant le regard interrogatif d’un jeune passant, mais il n’y avait pas que lui.

 

Isle sur la Sorgue-Rue de la République-Imp.Hôtel de Palerme-Les chiens-bottes-Cl. Elisabeth PoulainIsle sur la Sorgue-Rue de la République-Imp.Hôtel de Palerme-Les chiens-bottes-Cl. Elisabeth PoulainIsle sur la Sorgue-Rue de la République-Imp.Hôtel de Palerme-Les chiens-bottes-Cl. Elisabeth Poulain

Isle sur la Sorgue-Rue de la République-Imp.Hôtel de Palerme-Les chiens-bottes-Cl. Elisabeth Poulain

Les façades sont souvent figées  en une attente dénuée d’impatience d’un badigeon. Dans cette rue ancienne, les fenêtres ne sont pas toujours dotées de volets. Quand il y en a, ils sont souvent de couleurs claires qui se sont grisées au fil du temps. La peinture des volets en couleurs dites provençales traduit le plus souvent une volonté de montrer que le vieux bâtiment rénové est bien dans l’air du temps. Citons le un bleu avec une pointe de parme, des rouges bordeaux éteints. Le vert un peu jauni semble plus ancien…

 

Isle sur la Sorgue-Façades-Rue de la République-Portes-Cl. Elisabeth PoulainIsle sur la Sorgue-Façades-Rue de la République-Portes-Cl. Elisabeth PoulainIsle sur la Sorgue-Façades-Rue de la République-Portes-Cl. Elisabeth Poulain

Isle sur la Sorgue-Façades-Rue de la République-Portes-Cl. Elisabeth Poulain

Isle sur la Sorgue, rue de la République, Hôtel de Brancas-Villars, Cl. Elisabeth Pouain

Isle sur la Sorgue, rue de la République, Hôtel de Brancas-Villars, Cl. Elisabeth Pouain

Isle sur la Sorgue-Place de la Liberté, Vieilles façades  de pierres-blanches, Cl. Elisabeth Poulain

Isle sur la Sorgue-Place de la Liberté, Vieilles façades de pierres-blanches, Cl. Elisabeth Poulain

La Place de la Liberté offre un plaisir pour les yeux, avec ses grands platanes qui ombrent les tables des cafés sous leur ombrage. Il y a aussi beaucoup de couleurs, des magasins anciens dont certains ont gardé des lettres peintes sur leur façade, avec aussi des ruelles pour prouver la centralité de cette Place de la Liberté, où se dresse la Collégiale…Quant à nous, nous avons poursuivi notre promenade, cette fois-ci autrement, sans l’appareil-photo toujours ouvert…

Pour répondre à la question du début, il paraît difficile d'y répondre de façon assurée. Il faudrait faire une recherche plus affinée, en demandant aux habitants leurs sentiments. Il s'agit dans ce billet seulement de donner une première impression, en relevant la différence de ressenti entre la grande rue commerciale et les ruelles qui la rejoignent. Cellles-ci ont semble-t-il plus conservé leur nature profonde, faite de fermeture, avec des percées  - où la recherche de la lumière et l'eau jouent un grand rôle - et de calme...

 

Isle sur la Sorgue-Place de la Liberté-Platanes, terrasses café et art de vivre provençal, Cl. Elisabeth PoulainIsle sur la Sorgue-Place de la Liberté-Platanes, terrasses café et art de vivre provençal, Cl. Elisabeth PoulainIsle sur la Sorgue-Place de la Liberté-Platanes, terrasses café et art de vivre provençal, Cl. Elisabeth Poulain

Isle sur la Sorgue-Place de la Liberté-Platanes, terrasses café et art de vivre provençal, Cl. Elisabeth Poulain

Isle sur la Sorgue-Vieilles maisons, Façades colorées et rue Valmy, Cl. Elisabeth Poulain Isle sur la Sorgue-Vieilles maisons, Façades colorées et rue Valmy, Cl. Elisabeth Poulain Isle sur la Sorgue-Vieilles maisons, Façades colorées et rue Valmy, Cl. Elisabeth Poulain

Isle sur la Sorgue-Vieilles maisons, Façades colorées et rue Valmy, Cl. Elisabeth Poulain

A Isle sur Sorgues, il y a bien sûr beaucoup d’autres atmosphères de centre d’une vieille ville à découvrir, qui a déjà beaucoup vu et vécu au fil des siècles, et pas seulement la douceur de vivre provençale. Elle connait depuis quelques décades une belle vitalité grâce au tourisme bien sûr mais aussi et surtout à sa dynamique économique et culturelle. Elle est en effet le troisième centre européen de la brocante après Londres et les Puces de Saint-Ouen près de Paris… Une belle aventure qui se poursuit depuis...

 

Isle sur Sorgues, très vielles maisons, sur poteaux, Place de la Liberté, Cl. Elisabeth Poulain

Isle sur Sorgues, très vielles maisons, sur poteaux, Place de la Liberté, Cl. Elisabeth Poulain

Pour suivre le chemin 

. En première approche, le site de la ville sur http://www.islesurlasorgue.fr/  

. Avec le plan sur le site de l’office du Tourisme http://www.oti-delasorgue.fr/files/ot-sorgue/files/brochures/pdf/plan_a4_lisle_2011.pdf  

. A compléter avec https://fr.wikipedia.org/wiki/L%27Isle-sur-la-Sorgue  

. Lire une bonne synthèse de l’histoire de la ville, en page 14 et 15 sur http://islesurlasorgue.fr/pdf/urbanisme/PLU-21mai2013/1-RP/1-RP_APPRO.pdf  

. Voir le magazine municipal sur les fouilles menées par la DRAC à l’Hôtel de Brancas-Villars http://www.islesurlasorgue.fr/magazine/MAG%2014%20light.pdf  

. Découvrir la Sorgue sur http://maisonregionaledeleau.com/mre/images/stories/fiches_rivieres/MRE_fiche_Sorgue.pdf  

. La brocante à Isle sur la Sorgues http://www.oti-delasorgue.fr/art-et-antiquite/la-brocante-lisle-sur-la-sorgue  et la prochaine foire – sa 100è- aura lieu le 25 mars 2016 prochain, à voir sur http://www.oti-delasorgue.fr/bouger/animations/lagenda-du-mois/330229-la-100eme-foire-internationale-art--antiquites

. Photos Elisabeth Poulain 

Commenter cet article