Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Blog d'Elisabeth Poulain

Salon des Vins de Loire, 30è édition, Parc-Expo-Angers, L’arrivée

6 Février 2016, 11:14am

Publié par Elisabeth Poulain

Salon des Vins 2016-Parc-Expo-Angers-Arrivée-matin-2016-02-01. Cl. Elisabeth Poulain Salon des Vins 2016-Parc-Expo-Angers-Arrivée-matin-2016-02-01. Cl. Elisabeth Poulain Salon des Vins 2016-Parc-Expo-Angers-Arrivée-matin-2016-02-01. Cl. Elisabeth Poulain

Salon des Vins 2016-Parc-Expo-Angers-Arrivée-matin-2016-02-01. Cl. Elisabeth Poulain

Chaque année à Angers, tel un rite, on se prépare pour être avant l’heure, au Parc des Expositions, toujours avant l’ouverture, pour se mettre dans l’ambiance. Aller rencontrer des vignerons, revoir ceux qu’on a plaisir à retrouver, bon pied, bon œil, sans objectif particulier, si ce n’est de humer l’air du temps perçu à travers le prisme du salon, toujours avec un petit coup au cœur, sans jamais de nostalgie. J’ai en effet commencé à arpenter les allées du Parc-Expo à sa seconde édition, avec mes étudiants, lui qui en est aujourd’hui à son 30è millésime.

Ce salon des vins s’est agrandi au fil des ans, avec à chaque édition des changements grands et petits, voulus ou involontaires, à effets immédiats ou plus lointains, perceptibles parfois, invisibles le plus souvent et qui pourtant ensemble donnent à chaque année une tonalité différente, dégageant des vibrations qui, connectées entre elles, conférent des atmosphères particulières. Un salon des vins est un monde extrêmement concentré et tonique, qui tourne sur lui-même, pour promouvoir, dans notre cas, les vins de Loire - d’autres vins aussi, d’autres boissons…- et ceux qui les font, sans lesquels il ne saurait y avoir de vin.

Chaque millésime dynamise également, en synergie le territoire sur lequel il est implanté, en liaison aussi avec tous les autres évènements du monde du vin qui se sont amarrés au fil du temps, et au risque de l’alourdir, à ce navire-amiral qu’est le Salon des Vins de Loire. Et quand on joue ainsi à un jeu de billard à un nombre impressionnant et inconnu de boules, il faudrait pas moins qu’une équipe interdisciplinaire et interculturelle d’ethnologues, d’archéologues, de sociologues et de spécialistes de gestion de systèmes… pour arriver à caractériser ce qu’est un grand salon des vins.
 

SDVL2016-Vestiaire-JeunesFemmes-Libre Dégustation-Marc Massot-Sommelier-Ligers d'Or-Cl. Elisabeth PoulainSDVL2016-Vestiaire-JeunesFemmes-Libre Dégustation-Marc Massot-Sommelier-Ligers d'Or-Cl. Elisabeth PoulainSDVL2016-Vestiaire-JeunesFemmes-Libre Dégustation-Marc Massot-Sommelier-Ligers d'Or-Cl. Elisabeth Poulain

SDVL2016-Vestiaire-JeunesFemmes-Libre Dégustation-Marc Massot-Sommelier-Ligers d'Or-Cl. Elisabeth Poulain

Arriver à l’avance est aussi une façon de saluer le lever du jour dans un lieu qui a gardé ses caractéristiques de zone industrielle, située comme toujours en marge du territoire de la ville. Avec aussi et encore des parcelles de territoire appartenant au Parc-Expo qui ne sont toujours pas fini d’aménagement. Je vise en particulier le parking n°1, situé de l’autre côté de la route de Paris et qui permet d’accéder grâce à un souterrain à la grande verrière qui forme l'entrée officielle des bâtiments. C’est par là que l’on peut accéder à Amphitéa 4000 –le nom de la salle polyvalente située en arrière de la verrière- toutes deux œuvres de l’architecte Frédéric Rolland.

L’ouverture a été marquée ce matin-là par un fin crachin intermittent qu’on aurait dit venant de Bretagne, avec un bon vent d’Ouest pour faire bonne mesure. Et l’entrée dans le salon lui-même s’est faite sans attente particulière, avec un contrôle des sacs pour cause de Vigipirate. Arriver parmi les premiers est un plaisir de connaisseur qui se déguste comme tel, tout comme le fait de reconnaître chaque année parmi les quatre jeunes femmes du vestiaire, Mélanie, la « chef » qui connait tout du métier, et que j’ai plaisir à retrouver depuis les débuts du salon.

A peine entrée dans Amphitéa, on commence à remarquer ce qui a changé par rapport à l’année précédente, avec très vite des successions de flashs visuels plus anciens qui vont se superposer les uns devant les autres au gré de la mémoire et sans qu’on le cherche. Il n’y a plus de "Bienvenue" collée en gros caractères par terre. Dommage ! Mon premier regard est toujours attiré par le côté gauche, qui s’ouvre sur les stands. Mais cette fois-ci, la première personne avec laquelle je vais parler est en partie droite dans l’espace de Libre Dégustation. C’est Marc Massot, un sommelier, très actif dans le concours des Ligers qui a eu lieu le week-end précédent l’ouverture du salon. Un concours qui a beaucoup d’importance en Loire. Tous les participants attendent avec impatience la parution du journal le lendemain, avec tous les résultats. Avoir une médaille aux Ligers est important, est un faciliteur de vente.

A droite, de longues tablées revêtues de papier blanc présentent les bouteilles à la dégustation, avec une localisation particulière pour les vins primés au concours des Ligers. C’est là qu’œuvre Marc Massot qui s’occupe du service des palettes des bouteilles des vins pétillants au concours des Ligers qui a eu lieu la veille. Le concours des Ligers est une opération lourde qui globalise plus de 7 000 échantillons. « Je viens en particulier pour assurer le service de la centaine des Ligers d’Or. Cela fait 20 ans que je mène ces différentes missions. Je participais à la formation des élèves sommeliers à l’Union de la Sommellerie France-Région Val de Loire ».

 

SDVL2016-Collégiale des Domaines de Loire-Isabelle-Charrier-Solex-Do. de Pied Flond-Cl. Elisabeth PoulainSDVL2016-Collégiale des Domaines de Loire-Isabelle-Charrier-Solex-Do. de Pied Flond-Cl. Elisabeth PoulainSDVL2016-Collégiale des Domaines de Loire-Isabelle-Charrier-Solex-Do. de Pied Flond-Cl. Elisabeth Poulain

SDVL2016-Collégiale des Domaines de Loire-Isabelle-Charrier-Solex-Do. de Pied Flond-Cl. Elisabeth Poulain

Et très vite commence pour moi le repérage des exposants, les vignerons à ancrage lourd dans la constitution de ce qui fait la renommée des vins de Loire. Beaucoup de négociants ne sont plus là. Parmi les vignerons présents, certains occupent, si non la même place du moins le même coin et cela depuis des années. D’autres ont changé de style de stand, de lieu d’ancrage du stand, de voisins, mais pas tous. Et c’est ça aussi l’intéressant. Certains n’ont pas bougé. Il existe heureusement des points de repère et un bon nombre de visages connus.

C’est par La Collégiale des Domaines de Loire, avec Isabelle Charrier, la responsable export Europe (à gauche sur le photo) que commencent mes rencontres intra-salon. Elle est un des piliers forts de ce groupement de plus d’une cinquantaine de producteurs de vins ligériens, crée en 1988 au Puy Notre-Dame à une vingtaine de kilomètres au sud de Saumur. « Je travaille essentiellement avec des clients allemands et belges qui sont très présents et de bons connaisseurs des vins de Loire. Ils constituent le noyau fidèle de nos acheteurs étrangers. Globalement ici en Loire, la dimension export semble diminuer légèrement. Je voyais plus d’importateurs nouveaux il y a quelques années et cette impression semble générale. Prowein prend de plus en plus d’importance. Elise Dumoulin, mon assistante qui s’occupe du Grand Export, en particulier du marché nord-américain, constate toujours le poids des différences culturelles à l’égard du vin dans ces pays qui n’en avaient pas la culture. » Le partage de la culture française du vin continue aussi à se diffuser, lentement.

Une des raisons actuelle de cette lenteur semble provenir de l’abondance et du dynamisme de l’offre étrangère qui va de pair avec une curiosité accrue pour d’autres vins dans une optique de plus d’ouverture vers d’autres cultures du vin. A part La Collégiale des Domaines de Loire et Luc Bizard d’Epiré – Savennières - que j’ai vu d’ailleurs juste après, ceux que j’ai rencontrés sur le salon ne m’ont pas spontanément cité l'export.

On ne parle plus de l’export, comme si ce n’était plus une démarche différente de la vente en France. Les professionnels vont maintenant plutôt parler de leurs clients étrangers, les clients, sans adjectifs particuliers, désignant ceux qui sont en France. Le CFCE (Centre Français du Commerce Extérieur) est parti du salon depuis longtemps et les conférences sur les marchés étrangers ont cessé. Elles avaient lancé avec succès le cycle des formations pendant la durée du Salon. L’accès à l’information sur les marchés hors de France se fait maintenant autrement par contacts directs, présences sur des salons étrangers pour tester la demande et/ou trouver un importateur et par le numérique qui complète des déplacements dédiés.

SDVL-Angers-2016-Château d'Epiré-Luc Bizard-Florent-Baumard-Famille-Orion-Cl. Elisabeth PoulainSDVL-Angers-2016-Château d'Epiré-Luc Bizard-Florent-Baumard-Famille-Orion-Cl. Elisabeth PoulainSDVL-Angers-2016-Château d'Epiré-Luc Bizard-Florent-Baumard-Famille-Orion-Cl. Elisabeth Poulain

SDVL-Angers-2016-Château d'Epiré-Luc Bizard-Florent-Baumard-Famille-Orion-Cl. Elisabeth Poulain

Luc Bizard et son maître de chai du Château d’Epiré, implanté en noble terre de Savennières, sont toujours présents au même endroit, dans la grande allée K à Amphitéa dans le fond. « J’exporte depuis toujours, ça tourne autour de 40%, un chiffre en augmentation », me dit-il en me parlant de son année. Il est vrai que Savennières n’est assurément pas une appellation comme une autre. Tout le monde en est bien d’accord, sans contestation.

D’autres au contraire ont muté et repris leur liberté hors d’un groupement d’exposants partageant un stand commun, où chacun avait son individualité. Il en va ainsi de Florent Baumard de Rochefort sur Loire qui avait déjà quitté le Grand Palais l'année dernière et que l’on retrouve à Amphitéa dans l’allée I, cette fois-ci dans un stand individuel.

Au coin de la Salle Amphitéa, juste avant de pénétrer dans le hall de liaison avec le Grand Palais, on retrouve comme chaque année le stand d’angle du Château de Moncontour avec Gilles Feray aux commandes pour les vins de Vouvray et de Touraine. Ce lundi matin à l’ouverture, le boss tient sa réunion hebdomadaire avec son équipe étoffée de commerciaux. Quatre autres domaines-châteaux font en effet partie des propriétés de la famille. Citons outre celui de Montcontour, le Château du Coudray Montpensier en AOC Chinon, le Château de Montfort en AOC Vouvray. Deux autres domaines complètent les vignes, celles du Domaine de Vaugondry et celles du Domaine du Petit Côteau.

SDVL-2016-Pascal Preys-vigneron-Jean-Jacques-Dutrieux-tailleur-pierre à silex-Meusnes, Cl. Elisabeth Poulain. SDVL-2016-Pascal Preys-vigneron-Jean-Jacques-Dutrieux-tailleur-pierre à silex-Meusnes, Cl. Elisabeth Poulain.
SDVL-2016-Pascal Preys-vigneron-Jean-Jacques-Dutrieux-tailleur-pierre à silex-Meusnes, Cl. Elisabeth Poulain. SDVL-2016-Pascal Preys-vigneron-Jean-Jacques-Dutrieux-tailleur-pierre à silex-Meusnes, Cl. Elisabeth Poulain.

SDVL-2016-Pascal Preys-vigneron-Jean-Jacques-Dutrieux-tailleur-pierre à silex-Meusnes, Cl. Elisabeth Poulain.

En diagonale, en face se trouve Jacky Preys, « un vigneron de père en fils depuis cinq générations, spécialiste de vins de Touraine » comme il se définit lui-même. Il est à ce point vigneron ligérien du Salon des Vins de Loire qu’il ne pourrait même pas envisager de quitter « son » coin de salon, celui qui sent l’odeur du si bon silex de Meusnes, en plus des arômes de ses vins dont l'un porte le nom de "Silex, l'odeur de la pierre à fusil". Il est bien le seul vigneron au monde à emmener avec lui, à chaque millésime du Salon des Vins de Loire, celui qui est devenu vraiment un ami, non pas vigneron, mais tailleur de silex, habitant Meusnes également. Là où se situe un des deux plus beaux gisements au monde de silex blond, le plus fin pour la pierre à fusil… Ce village de 1000 habitants environ est devenu ainsi la capitale mondiale de la pierre à fusil.

Meusnes est en effet le seul village français à posséder en plus, parmi ses habitants, les deux tailleurs de silex, Jean-Jacques Dutrieux et le compagnon qu’il a formé à cet art. Autant Jacky Preys est un Tourangeau proche de la terre de Touraine, que sa famille travaille depuis 5 générations, ancré dans la terre, fier de ses vins et fidèle au Salon des Vins de Loire, autant Jean-Jacques Dutrieux est un passionné de la pierre à fusil. Il a la pleine maîtrise de l’art de tailler des pierres à fusil, celles par exemple qu’utilisaient les Insurgés lors de Guerre d’Indépendance aux Etats-Unis, que des bateaux français approvisionnaient directement. Il adore positivement tout autant former son auditoire. Et c’est à chaque fois avec un grand plaisir que je vais l’écouter et que j’en apprends un peu plus sur la fascinante histoire de la pierre à fusil, même si cette fois-ci c’est un superbe pistolet du XVIIIe siècle que j’ai tenu en main. Une vraie merveille…même pour quelqu'un qui ne connaît rien à ces précieuses pièces de musée.

En face en diagonale, se situe un stand carré, avec sa colonne érigée à quatre faces qui permettent en particulier de faire sur un côté la promotion du Domaine de la Barbinière gérée par la Famille Orion en AOC Fiefs Vendéens. Philippe le père est maintenant assisté par ses deux fils, Vincent et Alban. Actuellement en conversion en agriculture biologique, ils sont aussi des habitués du Salon, particulièrement dans cette partie d’Amphitéa. Avec Philippe Orion, nous avons parlé de la nécessaire solidité de l’ancrage dans le domaine et le temps, jointe à la ténacité et la soupplesse  indispensables à  l’adaptation, surtout en des temps où le changement fuse de partout, sans qu’on puisse prévoir où il va impacter les choses et les gens, ni de quelles façons.

 

Pour suivre le chemin

. Le Parc des Expositions d’Angers sur http://www.angers-expo-congres.com/media/plan_parc_expo_2015_bd__064482300_1622_18122014.pdf  

. L’architecte Frédéric Rolland, en ses bureaux de Paris, Angers et Pékin, qui a conçu la salle Amphitéa en 1991, son agrandissement et sa refonte en 1998, au parc-expo d’Angers http://www.frederic-rolland.com/index2.htm  

.La  Collégiale des Domaines de Loire, Isabelle Charrier sur www.collegialedomainedeloire.com  

. Luc Bizard, Château d’Epiré, Chais, www.chateau-epire.com  avec son nouveau beau site et de très belles photos, dont une en particulier avec un lièvre surpris dans les vignes…

. Florent Baumard, Domaine des Baumard, Rochefort sur Loire sur http://www.baumard.fr/

. Gilles Feray, Château de Montcontour https://www.facebook.com/chateau.moncontour avec une photo étonnante de la logistique induite par le Concours des Ligers au regard du nombre de bouteilles.

.Pascal et Jacky Preys, 41130 Meusnes dont certains millésimes sont sélectionnés en particulier par le Guide Hachette, http://www.hachette-vins.com/recherche/Pascal%2520et%2520Jacky%2520Preys%2520/all/  

. Jean-Jacques Dutrieux, tailleur de silex et conservateur du Musée de la Pierre à fusil, à Meusnes, à voir sur http://www.elisabethpoulain.com/article-jean-jacques-dutrieux-tailleur-de-silex-conservateur-de-musee-54388628.html  

. Domaine de la Barbinière, Famille Orion, AOC Fiefs vendéens, Chantonnay http://domainedelabarbiniere.jimdo.com/  

. Photos Elisabeth Poulain

Commenter cet article