Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Blog d'Elisabeth Poulain

Collection Emmaüs > La charrue hippomobile > Une affiche de l’Est…

10 Mars 2016, 16:28pm

Publié par Elisabeth Poulain

Coll. Emmaüs-moissonneuse-lieuse-publicité-origine-inconnue-Cl. Elisabeth PoulainColl. Emmaüs-moissonneuse-lieuse-publicité-origine-inconnue-Cl. Elisabeth Poulain

Coll. Emmaüs-moissonneuse-lieuse-publicité-origine-inconnue-Cl. Elisabeth Poulain

Traduction du titre. En commençant par Collection Emmaüs puisque c’est là que je l’ai achetée, entourée d’un cadre jaune du plus bel effet, il y a peu de temps. C’est un ensemble qui m’a tapée dans l’œil. Il s’agit bien d’une affiche publicitaire, me semble-t-il en reproduction petit format. Aucune date n’est indiquée. Quant aux lettres qui y sont reproduites, il vous faudra attendre de rencontrer quelqu’un qui s’y connait en écriture cyrillique. Il m’est donc impossible de vous citer la marque, qui au moins aurait pu nous aiguiller sur la provenance, la marque, le pays de destination et ...la date approximative.

Que voit-on ? Dans un vaste paysage agricole de collines doucement vallonnées, avec le village perché au sommet de l’une d’elles, c’est la scène centrale qui fascine. On y voit un homme tenant les rênes de deux chevaux de course, l’un brun et l’autre noire, très beaux l’un et l’autre, tirer sans aucune fatigue perceptible, la moissonneuse qui coupe les tiges. La machine est dotée des pièces qui permettent par exemple de lier le blé en bottes, que l’on voit au premier rang.

En perspective séquentielle du paysage rural, on distingue de haut en bas . le ciel avec en avant le village avec l’église et les chaumières revêtues de chaume joliment mises en valeur,

. le grand champ de blé auquel mène un très beau chemin bien net, avec des champs verts de chaque côté puis, le très grand champ de blé non fauché jusqu’à la séquence principale,

. puis l’on voit le champ fauché, avec mises en avant deux bottes liées bien disposées au centre, et le début ou la fin d’autres bottes à gauche et à droite que l’on ne voit pas sur le dessin.
 

Coll. Emmaüs-moissonneuse-lieuse-publicité-origine-inconnue-Cl. Elisabeth Poulain

Coll. Emmaüs-moissonneuse-lieuse-publicité-origine-inconnue-Cl. Elisabeth Poulain

En perspective séquentielle du paysage rural, on distingue de haut en bas . le ciel avec en avant le village avec l’église et les chaumières revêtues de chaume joliment mises en valeur, . le grand champ de blé auquel mène un très beau chemin bien net, avec des champs verts de chaque côté puis, le très grand champ de blé non fauché jusqu’à la séquence principale, . puis l’on voit le champ fauché, avec mises en avant deux bottes liées bien disposées au centre, et le début ou la fin d’autres bottes à gauche et à droite que l’on ne voit pas sur le dessin.

La magie du dessin repose sur la séquence principale qui ressort au centre en rouge. C’est la machine quasi magique, la moissonneuse, qui en est l’héroïne, avec à son service les deux superbes chevaux déjà cités qui ont l’air de se promener. Tandis qu’à l’arrière tenant les rênes, de ses mains fermes et douces, le fermier très bien habillé avec sa casquette blanche guide l’avancée avec des rênes molles, puisque les chevaux sont harnachés d’un joug qui les lie à la machine.

La gamme des outils supplémentaires permet de faire admirer les grosses pièces qui s’ajoutent à la moissonneuse en fonction des besoins. Les trois du haut permettent pour les deux du bord de griffer la terre et pour celle du milieu d’intervenir plus légèrement. Quant aux pièces-outils supplémentaires liées à la fauche, elle se distingue très bien à droite en bas et sur la moissonneuse en action, avec en plus en bas à gauche cette fois-ci le siège qui s’accroche à l’ensemble où l’on voit parfaitement la grande lame qui coupe.

Les couleurs. Le ciel est bleu, un bleu d’été calme, surtout sans orage, qui permet de travailler dans des conditions optimales, sans craindre l’averse d’orage qui lierait les blés. Le village ressort en beige plus ou moins accentué, avec un peu de vert pour les arbres, proches et dans le lointain. Un vert qui devient bleu à mesure que le regard s’éloigne. Et surtout, il a cette gamme magnifique de couleurs de blé mur qui occupe, un peu plus de la moitié de la composition, selon qu’il s’agit des tiges dans le champ, des épis qui sont coupés, des bottes qui sont liées, ou du blé encore sur tige que l’on voit du dessus entre l’homme à la charrue et l’accès au champ au bas du coteau.

La marque est représentée en lettres noires entourées d’un bleu plus soutenu, qui occupe toute la largeur. Elle est répétée par trois fois en petits caractères noires sur fond clair, une fois sur la machine elle-même, une fois sur la pièce de coupe à gauche en bas et une fois en bas à droite sur la roue-coupeuse. A voir le soin que le créateur de l’affiche a pris, on sent qu’il a voulu montrer la dimension « moderne » qui allait faciliter la vie à la campagne.

Coll. Emmaüs-moissonneuse-lieuse-publicité-origine-inconnue-Cl. Elisabeth PoulainColl. Emmaüs-moissonneuse-lieuse-publicité-origine-inconnue-Cl. Elisabeth Poulain

Coll. Emmaüs-moissonneuse-lieuse-publicité-origine-inconnue-Cl. Elisabeth Poulain

En France, la modernisation de l’outillage rural avait commencé un peu avant la seconde guerre mondiale. La Reconstruction puis le début de la grande période de prospérité à partir de 1960 ont précipité le bouleversement du rapport à la terre, grâce en particulier à la mécanisation. De la charrue tirée par deux chevaux de traits, on est passé au tracteur polyvalent, à fonctions multiples…

Pour suivre le chemin

. Emmaüs France sur http://emmaus-france.org  

. Une histoire de la traction hippomobile à retrouver sur https://fr.wikipedia.org/wiki/Traction_hippomobile  

. La faucheuse sur https://fr.wikipedia.org/wiki/Faucheuse_(machine_agricole)  avec une reproduction d’une toile de Carl Larsson, un grand peintre suédois, de la vie famillale et rurale mais pas seulement, 1853-1919

. La moissonneuse-lieuse, inventée en 1872, sur https://fr.wikipedia.org/wiki/Moissonneuse-lieuse

. Voir une très bonne photo prise en 1941 par le photographe Conrad Poirier de deux étudiants d’Ecole d’Agriculture sur une moissonneuse tirée par deux chevaux de trait sur https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Feature._Agricultural_School_BAnQ_P48S1P06852.jpg

. Il est quand même étonnant de trouver si peu d'informations et de photos sur la vie rurale et le travail de la terre en France, qui est quand même un grand pays agricole, à la longue histoire...  

. Cliché Elisabeth Poulain

Commenter cet article