Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Blog d'Elisabeth Poulain

L’Homme qui regarde, L'Homme qui crie > Deux portraits par J. Philippe

9 Avril 2016, 16:53pm

Publié par Elisabeth Poulain

L'Homme qui regarde, qui crie, signature du peintre J. Philippe, Cl. Elisabeth Poulain

L'Homme qui regarde, qui crie, signature du peintre J. Philippe, Cl. Elisabeth Poulain

Le peintre d’abord. J. Philippe est un homme qui a pu exprimer sa différence dans la peinture. A ma connaissance, pendant des années, il n’a jamais peint d’autre chose que des portraits d’homme. C’était sa façon de montrer qu’il existait, qu’il existait aussi pleinement qu’il le pouvait. Il a certainement dû apprendre quelques règles  en peinture.   Je pense tout aussitôt qu’il avait spontanément ausi et surtout  la sensibilité des couleurs et le sens du trait, pour arriver à dire ce qu’il voulait, lui.  Il a été aidé dans sa démarche par un artiste qui a animé pendant des années l’atelier de peinture de  Rablay-sur-Layon en Maine-et-Loire.

Les deux portraits que je vous présente aujourd’hui doivent dater du début du XXIe siècle. C’est au moins la date à laquelle ils ont été exposés et mis en vente.  Ce sont des œuvres réalisées avec les moyens du bord, à savoir des peintures de plusieurs types sur un carton fort, avec des renforcements de couleur en pastel parfois sur plusieurs couches et des lignes au crayon noir qui soulignent les traits. 

J. Philippe-L'Homme qui regarde-Rablay-sur-Layon-Cl. Elisabeth-Poulain

J. Philippe-L'Homme qui regarde-Rablay-sur-Layon-Cl. Elisabeth-Poulain

. L’Homme qui regarde. Il est rose, un rose difficile à décrire tant il est multicouche et souligné de traits de couleurs qui jouent plusieurs harmonies, chacune la sienne. Le rose, qui domine, ressort sur un fond qui a connu du rouge brique, du rouge plus clair, qui n’a pas du plaire au peintre. Alors il a recommencé et recommencé jusqu’à ce qu’il trouve une nouvelle harmonie, la sienne. En même temps, les modifications de couleur qu’il a apportées l’ont obligé à modifier la forme de la tête qu’il a dû trouver et trop grosse et peu adaptée. Pour souligner ce nouveau tracé quasi rectangulaire de la tête, J. Philippe a cherché d’abord un joli vert franc, puis un vert bleuté plus doux et à l‘intérieur du violet. Pour le cou, ce violet s’affiche à l’extérieur, sans présence sur le côté gauche. Foin de la symétrie, on est tous différent, d'un côté l'autre…

C’est dedans que les choses se passent. Le feu brûle. On le sent présent dans tous les orifices, les yeux, le delta entre les yeux, le nez qui devient le soutien de toute la construction avec ce triangle qui se finit par une toute petite bouche. C’est le jaune, qui entoure le rouge, crayonné de bleu, de noir aussi... Ce noir de crayon va accentuer la forme définitive du visage de cet homme. Il vous regarde et vous écoute de sa seule oreille, avec cette curieuse construction d’un triangle frontal, qui repose sur le triangle du nez qui lui-même est posé en équilibre sur la bouche. Et le jaune du feu intérieur fait le lien avec tous ces volcans, sans oublier celui des coups de crayon multiples.

J. Philippe-L'Homme qui crie-Rablay-sur-Layon-Cl. Elisabeth-Poulain

J. Philippe-L'Homme qui crie-Rablay-sur-Layon-Cl. Elisabeth-Poulain

. L’Homme qui crie. Il est fait essentiellement de rose-rouge surtout, avec du jaune autour de l’œil qui voit et de la bouche qui crie du fond de la gorge. Cette fois-ci, cet être de souffrance est comme voilé d'un blanc très liquide en un halo de pleurs sur les côtés et le haut de la tête. Et toujours ces traits verticaux noirs en pastel gras pour strier l’espace du nez, des joues… qui se présentent comme autant de coups de hachette, comme autant de plaies, qui expriment la souffrance du cri. .

Cet homme, qui crie sa douleur, son mal-être … a pu signer son portrait, par deux fois, tant le blanc avait mangé l’espace. La force qui se dégage de cette création montre qu’il s’agit d’un véritable travail d’artiste. Pendant plusieurs années, J.Philippe, comme il signait ses représentations d'homme, a en effet créé beaucoup d’œuvres remarquables, en particulier des portraits d’Indiens fabuleux… Il s’agit d’une autre histoire, une autre fois...

                                                                     *

Poursuivre le chemin

. Rablay sur Layon,  à découvrir sur le site de la petite ville sur http://www.rablaysurlayon.com/  ainsi que sur https://fr.wikipedia.org/wiki/Rablay-sur-Layon  

. Le village d’artistes fondé en 1987 http://villagedartistes.canalblog.com/archives/2011/05/01/21099862.html  

. Clichés Elisabeth Poulain

Commenter cet article