Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Blog d'Elisabeth Poulain

La mode début XXe, Les Dames et leurs plumes d’autruche sur la tête

7 Juin 2016, 15:51pm

Publié par Elisabeth Poulain

Chapeau à plume d'autruche & tour de cou à plume d'autruche-L'Illustration 1913-03-08, Cl. Elisabeth Poulain
Chapeau à plume d'autruche & tour de cou à plume d'autruche-L'Illustration 1913-03-08, Cl. Elisabeth Poulain

Chapeau à plume d'autruche & tour de cou à plume d'autruche-L'Illustration 1913-03-08, Cl. Elisabeth Poulain

Mais pourquoi donc les femmes bien nées, bien sûr, avaient-elles tant besoin de se faire remarquer, lorsqu’elles sortaient, non pas en se poussant du col, mais en gardant la tête haute pour mettre en valeur la ou les plumes qu’elles arrivaient à faire tenir en haut sur leur chapeau?  

Sortir hors de chez soi, dans la journée, sans chapeau n’était pas pensable. Montrer ses cheveux aurait été qualifié de faute sociale, tant sortir « tête nue » était tout simplement inconvenant. Il s’agissait de détourner l’attention de leurs cheveux proprement dits, déjà bien souvent gonflés avec des postiches, pour mettre en valeur le mouvement aérien de leur tête fine, en haut de leur long cou gracile. Une gestuelle adaptée rendait la personne encore plus gracieuse, selon les codes en vigueur.

Le rôle du chapeau était codifié. Il montrait que la dame était de sortie dehors dans l’espace public, à une époque où elle pouvait déjà marcher seule en ville, une grande ville par exemple, comme Paris. Mais pour ce faire, elle se devait de cacher ses cheveux, d’où l’importance du chapeau, à une époque où le foulard n’existait pas Dedans, chez elle ou arrivée chez des amies, elle se devait par contre d’enlever ce chapeau avec une plume. Montrer ses cheveux était strictement réservé à l’espace privé.

En  soirée, il n’était guère concevable de porter un chapeau pour se rendre à une soirée à l’Opéra ou au théâtre. J’imagine que les spectateurs à l’arrière auraient eu quelques raisons de se plaindre. Orner par contre sa chevelure d’un bijou et  d’une plume d’aigrette qui pouvait s’y attacher pour aller à une soirée était par contre du meilleur goût. 

Chapeau à 2 plumes d'autruche-Grand-Magasin-Louvre-1911-PD-wikipedia

Chapeau à 2 plumes d'autruche-Grand-Magasin-Louvre-1911-PD-wikipedia

Une autre raison était bien sûr d’attirer l’attention, avec cette idée que la hauteur, la blancheur et la délicatesse de la plume ne pouvaient que s’assortir au mieux avec la beauté, la finesse, le raffinement de la dame, qui s’habillait pour la sortie, un évènement social d’importance. C’était aussi une façon très première de distinguer la dame bourgeoise d’une servante. Pour cette dernière, il n’était même pas pensable de porter une plume sur son chapeau. D’une façon certaine, elle aurait trahi sa condition.

Quelques représentations publicitaires de la Dame en sortie montrent l’importance de la plume d’autruche le plus souvent de couleur blanche pour faire ressortir le contraste avec le chapeau noir. Parfois aussi, elles pouvaient être teintes en noir par exemple, pour accentuer l’accord avec une ceinture par exemple un chapeau clair ou même noir, en signe d’audace ou de période de  deuil. Une autre hypothèse est que cela permettait aussi de rafraîchir des plumes un peu usées.  

Voici la première catégorie de publicités pour des plumes d’autruche portées par des femmes. La 1ère montre une dame qui s’apprête à sortir, en page 20 des Annonces de l’Ilustration du 8 mars 1913 et la seconde représente une charmante jeune femme portant un chapeau absolument fabuleux.

. La première dame aux cheveux bruns porte un tailleur de couleur claire, à la veste et à la jupe très longues, avec un petit sac « Martza en pékin moiré, fermoir bijouterie marcassite » à la main. « Son chapeau en picot anglais ou tangal, avec une très belle fantaisie autruche » de couleur foncé est ornée d’une plume blanche d’autruche et son cou d’un long « tour de cou de plumes d’autruche blanche avec pan dégradé et flot de tulle » dans une composition signée PB. La publicité occupe une colonne, celle qui est placée la plus à gauche de cette page de gauche.

. La seconde jeune femme porte une capeline ornée de deux belles plumes d'autruche, qui est bordée en plus de petites plumes tout autour. C'est une publicité des Grands Magasins du Louvre datant de 1911, me semble-t-il.  

Parfums naturels de Lenthéric, Lucienne Guette, chapeau plumes blanches d'autruche, L'Illustration1912.03.02, Elisabeth Poulain

Parfums naturels de Lenthéric, Lucienne Guette, chapeau plumes blanches d'autruche, L'Illustration1912.03.02, Elisabeth Poulain

. La dame n°3 aux cheveux bruns photographiée est Mlle Lucienne Guett de l’Odéon pour les « Parfums naturels de Lenthéric ». Sa tenue de soirée est composée d’une jupe longue étroite assortie à un boléro qui recouvre un chemisier aux manches bouffantes. La coquetterie vient à la fois d’une grande capeline ornée d’une vigoureuse plume d’autruche ou plusieurs blanches, pour faire ressortir la dentelle de son chemisier, son long de cou en perles et son sourire « canaille » en vous regardant droit dans les yeux. Elle occupe une pleine page, à droite.

. Le quatrième visuel publicitaire est plus étonnant. Il est composé de deux clichés juxtaposés. C’est une publicité parue dans l’Illustration en page 18 des Annonces. Il occupe le quart de la page en haut à droite, avec d’abord un dessin d’autruche et de l’autre côté une dame altière, habillée de noir et d’une énorme capeline dotée d’une deux plumes blanches d’autruche. Heureusement chacune regarde dans sa direction. Leurs regards ne se croisent pas. C’est une publicité pour la ferme d’Autruches de Nice, Alpes Maritimes qui est spécialisée dans les « Réparations… de vieilles plumes » à des prix imbattables, 13 francs pour la fantaisie. » Il existait un vrai commerce d’importation de la plume, en provenance le plus souvent d’Afrique du Sud où les ventes en Europe étaient faites par des commerçants juifs implantées sur place. La guerre qui éclata en 1914 mit fin à ces achats en provenance de France en particulier.

La mode pages Annonces, chapeau plumes d'autruche noires, L'illustration-1910.08.06-1913.07.05, Cl.Elisabeth Poulain
La mode pages Annonces, chapeau plumes d'autruche noires, L'illustration-1910.08.06-1913.07.05, Cl.Elisabeth Poulain

La mode pages Annonces, chapeau plumes d'autruche noires, L'illustration-1910.08.06-1913.07.05, Cl.Elisabeth Poulain

Outre ces publicités pour des plumes blanches, il existait aussi un marché de la plume blanche d’autruche teintée en noir. Les raisons en étaient doubles : les périodes de deuil duraient longtemps et l’attrait pour le contraste a toujours existé en matière de mode. Porter une plume noire sur un chapeau clair ou noir avec une robe blanche pouvait offrir des harmonies subtiles. C’est ce que vous montrent ces deux photographies de professionnels placées dans les pages « Annonces » en très bonne place de l’Illustration, sous le titre « La mode ». Ce qui était une jolie façon de redonner de la beauté et de la qualité à ces pages d’annonces qui ne brillaient pas toujours par leur attrait…

Pour suivre le chemin

. La plume sur https://fr.wikipedia.org/wiki/Plume  

. L’autruche https://fr.wikipedia.org/wiki/Autruche 

. Teindre des plumes naturelles http://www.euro-fly.com/teintures-veniard-pour-plumes-et-poils-c102x616637  

. Retrouver l’expression de "la femme en cheveux" sur http://iconoclaste.blog.lemonde.fr/2013/06/22/dans-mon-enfance-une-femme-en-cheveu-etait-une-femme-de-mauvaise-vie/  

. Ière dame, chapeau et tour de cou, Henry la Pensée, 5 rue du Faubourg Saint-Honoré Paris, L’Illustration, 8 mars 1913, Annonces page 20, avec ce slogan « Pour le Printemps, le complément du costume tailleur », le chapeau 120 fr. et 100 fr. pour la belle « fantaisie autruche », le tour du cou 170 fr, le sac 125 fr.

. 2è dame, pour les parfums naturels de Lenthéric, Parfumeur, 245 Rue Saint-Honoré, Paris, L’Illustration 2 mars 1912, Annonces pleine page 11

. 3è et 4è dames « La Mode » L'Illustration, 6.08.1910 et 5.07.1913

. La dame et l’autruche de la ferme d’Autruches de Nice, L’Illustration 14 décembre 1912, page 18 des Annonces.

. Clichés Elisabeth Poulain et PD-wikipedia pour le chapeau du Grand Magasin du Louvre, avec mes remerciements 

Autruche avec plumes, Elégante avec chapeau à plumes d'autruche, Ferme d'Autruches, Nice, Cl. Elisabeth Poulain

Autruche avec plumes, Elégante avec chapeau à plumes d'autruche, Ferme d'Autruches, Nice, Cl. Elisabeth Poulain

Commenter cet article