Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Blog d'Elisabeth Poulain

Sur une assiette en noir & blanc, le Roi Dadbin & Aroua la vertueuse

28 Avril 2017, 11:28am

Publié par Elisabeth Poulain

Assiette Mille et une Nuits, le Roi Dadbin, entre palais, fleurs & dragons, Cl. Elisabeth PoulainAssiette Mille et une Nuits, le Roi Dadbin, entre palais, fleurs & dragons, Cl. Elisabeth PoulainAssiette Mille et une Nuits, le Roi Dadbin, entre palais, fleurs & dragons, Cl. Elisabeth Poulain

Assiette Mille et une Nuits, le Roi Dadbin, entre palais, fleurs & dragons, Cl. Elisabeth Poulain

C’est le titre d’un conte des Mille et une Nuits tel qu’il est dessiné en noir et blanc sur une assiette à dessert, qui ne porte aucune indication. En particulier le dessin n’est pas signé. Au verso, seul un tampon a imprimé une forme indistincte de petite taille sans signification particulière, malgré toute ma bonne volonté. Vous dire d’où vient cette assiette à dessert, je n’en ai nulle idée. Une piste serait pourrait être liée à l‘Alsace et à une dame institutrice, amoureuse de la langue française à une époque où parler français était interdit, même dans le cadre familial. C’est-à-dire entre 1870 et 1918 de présence allemande en Alsace dans le Haut-Rhin . 

Seule reste vraisemblablement d’un service entier, cette assiette unique, qui devait évoquer un souvenir. Elle est vraiment curieuse à plus d’un titre. Ce devait être une assiette à dessert, qui pourtant est également creuse. Je viens de tester approximativement sa contenance, qui est environ d’un quart de litre. Elle est imprimée en noir, gris et blanc, dans des teintes qui n’ont franchement rien de bien séduisantes. Mais avant même de vous parler de ce conte des Mille et Une Nuits, il faut absolument commencer par le décor choisi qui figure sur le tour de l’assiette.

Assiette Mille et une Nuits, le Roi Dadbin, Cl. Elisabeth Poulain

Assiette Mille et une Nuits, le Roi Dadbin, Cl. Elisabeth Poulain

En effet cette assiette est ornée à son pourtour de quatre dragons qui se font face deux par deux, leur long corps écailleux en partie enroulé sur lui-même par deux fois qui touche une ornementation en forme de volute. Leurs dents pointues sont bien perceptibles dans une sorte de grand sourire, qui n’augure rien de bon. Entre les deux formes animales, se tient droite une fleur en forme de sceptre à long manche avec une poignée. Sur les côtés, on peut apercevoir deux palais d’architecture arabe, encadrés dans des volutes tracées en noir en haut et ressortant en blanc sur le fond grisé clair ou foncé dans le bas de la couronne qui entoure le fond de l’assiette.

Et voici enfin le roi Dadbin, comme il est nommé au bas de l’assiette, et les « Mille et Une Nuits » écrites au-dessus des deux personnages. Aroua n’est pas citée, même en seconde position alors qu’elle est la véritable héroïne de ce conte : sans elle, ce roi ne serait qu’un potentat comme un autre, cruel, vindicatif, jaloux et j’en passe… Je m’en voudrais de vous révéler l’intrigue tant elle est à la fois fine en matière d’analyse des caractères des différents personnages et forte par la vertu d’Aroua qui applique avec un très grand courage le principe suivant cité en gros caractères :

. « CELUI QUI DONNE INJUSTEMENT LA MORT SERA CONDAMNE A MORT ;

.   CELUI QUI MALTRAITE SERA MALTRAITE,

.  ET CELUI QUI FAIT LE BIEN EN RECEVRA LA RECOMPENSE", ce qui est le cas d’Aroua.

Ce conte est d’une si grande sobriété, pour dégager la force d’Aroua la vertueuse…que je ne voudrais pas vous dévoiler toute l’histoire elle-même, pour éviter d’abîmer ce conte des Mille et Une Nuits.

Assiette Mille et une Nuits, le Roi Dadbin, fleurs en oblique, Cl. Elisabeth Poulain

Assiette Mille et une Nuits, le Roi Dadbin, fleurs en oblique, Cl. Elisabeth Poulain

Quant à la représentation d’Aroua à genoux qui implore le Seigneur, sur l’assiette, au milieu du désert, ses longs cheveux ramassés sur son épaule droite, son regard implorant le ciel de toute la force de sa pureté, elle est d’autant plus impressionnante que le désert lui-même est un amas de roches et de pierres où visiblement il n’est nulle chance de survie, sans eau ni nourriture…En arrière d’elle, se tient le fameux roi Dadbin , qui fit d’Aroua son épouse.

Comme dans les contes, il y a un traitre.  C’est un vassal attaché au sultan, parti guerroyé de son côté, qui est chargé en son absence de surveiller la princesse, à qui il fait des avances repoussées avec indignation par cette dernière. De retour au palais, le sultan est informé par ce vassal que sa femme lui a été infidèle. Le sultan donne alors ordre de mettre Aroua à mort, en la menant sans eau ni vivre dans le désert. Sur l’assiette, sa stature écrase la silhouette agenouillée de la princesse, qui prie le Seigneur, de toute la force de sa foi. Dans le conte, passe un berger ému par tant de beauté et de pureté. Le roi Dadbin, resté en son palais, attend qu’on retrouve la princesse son épouse. Seul ce berger sauve la vie de la princesse en la menant à sa demande dans un lieu où il y a de l’eau.

La représentation du conte sur l’assiette est alors plus que mensongère. La véritable héroïne, qui a bien respecté les liens du mariage malgré les allégations du fidèle du sultan, le traître qui a été éconduit par la princesse, est bien Aroua. Son sauveur est le berger invisible dans le décor ; quant au roi, il est resté au frais en son palais !

Juste un mot pour finir, sur le pourtour, rien n’est centré, comme le montre le manche du long pinceau que j’ai posé sur l’assiette. Les dragons haut et bas ne sont pas alignées verticalement, ni les deux palais à droite et à gauche, avec un différentiel d’horizontalité encore plus important qu’en vertical. Il reste à citer « Mille et une Nuits » en haut face à « Le Roi Dabin » en bas, la ligne verticale formée par le manche du pinceau sépare bien le couple…Cela au moins est vrai.

Conclusion. Quand il s’agit de séduire des personnes en recherche d’originalité teintée de culture pour se nourrir, un roi sanguinaire et stupide vaut mieux qu’une reine fidèle à ses engagements et à ses croyances…Ceci dit, j’aurais bien aimé voir quelques autres assiettes ou éléments de cette vaisselle !

 

Assiette Mille et une Nuits, le Roi Dadbin, le pinceau en quasi vertical, Cl. Elisabeth Poulain

Assiette Mille et une Nuits, le Roi Dadbin, le pinceau en quasi vertical, Cl. Elisabeth Poulain

Pour suivre le chemin

« L’histoire du Roi Dadbin ou de la vertueuse Aroua », à lire dans « Les mille et une nuits, contes arabes traduits par A. Galland, Volume 4, en livre numérique gratuit sur https://books.google.fr/books?id=x4Oq9Au5RyMC&pg=PA113&lpg=PA113&dq=Conte+des+Mille+et+une+nuit,++Le+roi+Dadbin&source=bl&ots=jHSLhbESio&sig=xS1ZqAQg5zMTFhLsgBWxGKlxNOM&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwiT-MzZ3rXTAhUB6RQKHdWoAg0Q6AEIMjAE#v=onepage&q=Conte%20des%20Mille%20et%20une%20nuit%2C%20%20Le%20roi%20Dadbin&f=false

. Voir un site très intéressant, http://www.1001arabianights.com/fr/les-mille-et-une-nuits/tome-viii/histoire-du-roi-dadbin-ou-de-la.html?artpage=2-2

. Et toujours une bonne synthèse, pour replacer ce conte dans le contexte de l’époque, https://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Mille_et_Une_Nuits

. Le pinceau sur https://fr.wikipedia.org/wiki/Pinceau

. Photos Elisabeth Poulain

Commenter cet article