Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Blog d'Elisabeth Poulain

2017 > Tout est bon dans la cerise, la chair, les queues et le noyau…

1 Juillet 2017, 16:11pm

Publié par Elisabeth Poulain

Cerises Burlat dans le bas du cerisier, avec le soleil, 1.1-1.2-Cl. Elisabeth Poulain Cerises Burlat dans le bas du cerisier, avec le soleil, 1.1-1.2-Cl. Elisabeth Poulain

Cerises Burlat dans le bas du cerisier, avec le soleil, 1.1-1.2-Cl. Elisabeth Poulain

Voici venu le temps des cerises, le vrai, en ce mois de juin 2017 qui se termine en beauté. C’est ce que vous sentez quand vous passez près de ce cerisier fier de ses 35 ans dont les branches ploient, ou plutôt ont ployé sous le poids de ces magnifiques petites baies rouges, dont la teinte de rouge fonce avec la maturité, en grossissant en même temps. Plus la baie est jeune, sans avoir atteint sa taille adulte, plus elle est rouge claire. L’inverse est vraie également : plus elle atteint sa maturité et plus sa teinte fonce et sa taille augmente de dimension. Autant de signaux indiquant qu’elles sont prêtes à être cueillies, si non  il faut savoir que les oiseaux aussi adorent les cerises…  

Celui qui veille à la bonne santé de ce cerisier, qui atteint maintenant ses 35 ans, savait déjà que 2017 serait une bonne année à fruits. Au début du printemps, ce monsieur avait commencé à stocker des branches - d’un autre arbre -  suffisamment solides pour pouvoir soutenir les branches basses de son arbre en pleine maturité afin qu’elles ne se brisent pas sous le poids des cerises. Pour cela, il lui fallait trouver des branches qui se terminaient en Y, au creux duquel la branche portant des cerises allait pouvoir se loger et laisser mûrir paisiblement ses cerises jusqu’à la cueillette …Et c’est bien ce qui s’est passé.

Cerises Burlat dans le bas du cerisier, avec le soleil, Cl.2 Elisabeth Poulain

Cerises Burlat dans le bas du cerisier, avec le soleil, Cl.2 Elisabeth Poulain

Mais il y a plus. La cerise fascine, d’autant plus que « chez elle, tout est bon : y a rien à jeter » pour paraphraser la première phrase du célèbre refrain de la chanson de Georges Brassens. Je précise, tout, vous gardez tout mais attention vous ne mangez pas tout ! Je commence par le meilleur,  goûteux avec mille et une variantes selon la variété que vous choisissez. On va en rester aux Burlat, qui font partie de la grande famille des Bigarreaux.  

Quand on pense aux cerises, l’eau vous vient à la bouche, tellement leur chair sucrée est goûteuse avec une pointe d’acidité, surtout quand elles sont justes à point au regard de leur maturité. Avant elles sont dures et acides, après elles vous restent en main et tâchent vos vêtements…s’il en reste après le passage des oiseaux gloutons…

Cerises Burlat du cerisier dans l'arbre, Cl.31.32-Elisabeth Poulain
Cerises Burlat du cerisier dans l'arbre, Cl.31.32-Elisabeth Poulain

Cerises Burlat du cerisier dans l'arbre, Cl.31.32-Elisabeth Poulain

. La chair de la cerise est en effet si gouteuse qu’il vous faudra « partager » avec les oiseaux, qui les adorent au moins autant que vous. La seule différence est que vous pouvez les manger crues, après les avoir lavées ou cuites en tarte, clafoutis, en conserves que vous faites vous-même… ou que vous transformez en kirsch d’Alsace, bien sûr…C’est peut-être plus difficile !  

. Les queues de cerise ensuite. Il me faut parler au pluriel, car il va vous en falloir au moins une poignée par litre d’eau. Ce qui veut dire que vous les lavez avant de les faire sécher pour les conserver.  Ne me demandez pas combien cela fait de cerises. La bonne réponse « tout dépend de la grosseur ». Certains puristes vont jusqu’à peser cette poignée, 30 grammes pour 1 litre d’eau, avec un effet diurétique garanti…

. Et … ce qui manque, ce  sont…-suspense- … les noyaux de cerise. Attention à ne pas les avaler. Il ne s’agit pas de plaisanter. Ces noyaux doivent être précieusement gardés, lavés et même bouillis pour leur ôter toute chair, afin qu’ils soient bien propres. Ensuite vous piquez à la machine un sac en tissus de coton solide de la forme anatomique choisi, en laissant  une ouverture pour y glisser les noyaux une fois bien séchés. Quelques points de couture permettront de clore le sac.

Et c’est là, où cela devient génial, quand vous avez mal quelque part, imaginons par exemple que votre cou soit un peu bloqué. Vous mettez votre coussin à chauffer doucement et très peu de temps au micro-onde;, vous posez le cousin à bonne température sur votre cou et cela vous fait vraiment du bien. C‘était un usage alsacien, au temps où il existait ces gros poêles de faïence qui pouvaient garder la chaleur de la journée  pour en bénéficier le soir et une bonne partie de la nuit…

                                                                     ***

PS. Une remarque d'un lecteur, fin connaisseur de cerisiers et de cerises: "Il faut se méfier des noyaux de cerise dont on ne connaît pas la provenance. Le noyau de cerise est le noyau qui stocke le plus les produits de traitement utilisés. Si la cerise vient de son jardin et qu'on n’utilise pas de produits de traitement, aucun souci. Par contre si ce fruit vient du commerce, il faut être très prudent, car le noyau est probablement malsain. Ne surtout pas le suçoter..!"  A bon entendeur, salut...Ou plutôt, à bon lecteur...       

          

Cherries Variety Lambert, Watercolors 1894, 38450lg.www.nat.usa.gov.wikipedia

Cherries Variety Lambert, Watercolors 1894, 38450lg.www.nat.usa.gov.wikipedia

Pour suivre le chemin

. Les principales variétés sur https://fr.wikipedia.org/wiki/Cerisier

. La Burlat, à voir sur https://fr.wikipedia.org/wiki/Burlat  à compléter avec les bases des Bigarreaux dont elle fait partie  https://fr.wikipedia.org/wiki/Prunus_avium

. Voir aussi ce qu’il en et en Alsace http://www.keldelice.com/guide/specialites/la-cerise-dalsace

. Une brève histoire de la cerise sur   http://www.cerises-de-france.fr/1.cfm?p=395-histoire-de-la-cerise-ses-origines où l’on rencontre le roi Louis XV, qui adorait les cerises, tout comme Napoléon « un fan » comme on ne disait pas à l’époque, Léonard Burlat, un arboriculteur, qui a donné naissance à la variété de cerises les plus connues en France….

.  Les paroles de la chanson sur https://fr.wikisource.org/wiki/Le_Temps_des_cerises

LE TEMPS DES CERISES : Quand nous chanterons le temps des cerises,/ Et gai rossignol, et merle moqueur/ Seront tous en fête !/ Les belles auront la folie en tête/ Et les amoureux, du soleil au cœur! / Quand nous chanterons le temps des cerises, / Sifflera bien mieux le merle moqueur !

Mais il est bien court, le temps des cerises / Où l’on s’en va deux, cueillir en rêvant Des pendants d’oreilles…/ Cerises d’amour aux roses pareilles, /Tombant sous la feuille en gouttes de sang… / Mais il est bien court, le temps des cerises, /Pendants de corail qu’on cueille en rêvant !

Quand vous en serez au temps des cerises, / Si vous avez peur des chagrins d’amour, / Évitez les belles ! / Moi qui ne crains pas les peines cruelles,/ Je ne vivrai point sans souffrir un jour…/ Quand vous en serez au temps des cerises, / Vous aurez aussi des peines d’amour !

J’aimerai toujours le temps des cerises :/ C’est de ce temps-là que je garde au cœur /   Une plaie ouverte !/ Et dame Fortune, en m’étant offerte, / Ne pourra jamais fermer ma douleur…/ J’aimerai toujours le temps des cerises/ Et le souvenir que je garde au cœur ! J.-B. Clément.

. Lire aussi le texte d’une chanson de Jean Ferrat sur la vieillesse, avec des paroles de Guy Thomas sur http://www.lesarbres.fr/texte-cerisiers,Jean+Ferrat,,.html

. Dessin datant de 1894, d’une grappe de cerises, mis en ligne sur www.nat.usda.gov. à voir sur https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/d/d3/Cherries_38450lg.jpg?uselang=fr

. La chanson de Georges Brassens sur http://www.paroles.net/georges-brassens/paroles-rien-a-jeter

. Des astuces pour que les oiseaux ne vous « piquent » pas toutes les cerises, sur  http://www.graines-et-plantes.com/index.php?forum=jardin-jardinage&question=comment-sauver-mes-cerises-des-oiseaux

. Le kirsch d’Alsace à retrouver sur https://www.wolfberger.com/arboriculture/

. Clichés Elisabeth Poulain de quelques cerises vues du dessous du cerisier…sachant qu’il a déjà beaucoup donné cette année…avec mes remerciements à la personne qui m’a autorisé à prendre ces quelques clichés de belles cerises dans le cerisier de son jardin…Avec également une très belle planche de cerises, variété Lambert, mise en ligne sur wikipedia par le site www.nat.usa.gov.

 

 

Commenter cet article