Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Blog d'Elisabeth Poulain

Les dessins de 11 animaux à la queue leu leu d’un petit garçon 6-8 ans

7 Octobre 2017, 15:59pm

Publié par Elisabeth Poulain

Dessins d'enfant, le serpent x 2, Cl. Elisabeth PoulainDessins d'enfant, le serpent x 2, Cl. Elisabeth Poulain

Dessins d'enfant, le serpent x 2, Cl. Elisabeth Poulain

Et d’abord une question pour commencer: pourquoi ne pas donner un âge précis ? La réponse est simple, toit simplement parce que je ne la connais pas ! Maintenant je peux commencer à vous parler de ses dessins.

Ces onze animaux se suivent sur un rouleau de papier ménager blanc double épaisseur. Cette information n’est pas un détail, car seule est visible la première couche ; celle du dessous, est toujours là mais elle s’est détachée de la première. Et le papier est d’une telle fragilité, qu’il est difficile à manipuler et à faire coïncider autant que faire se peuvent les traces des crayons feutres marquées sur le papier n°1 qui ont parfois teintées la couche n°2. De la même façon, comme il ne me semble pas possible de repasser – je précise au fer à repasser - ni  la première ni la seconde couche, je vous présenterai donc ces dessins avec leurs plis. Et comme la bande mesure 2,60 mètres environ, vous n’aurez que des vues partielles ! Après une introduction aussi « positive », je vais enfin commencer à vous montrer et à vous parler de ce fameux bestiaire ! 

Voici de gauche à droite, l’éventail choisi par le jeune dessinateur tout en ignorant s’il n’a pas commencé dans l’ordre inverse. Cela me semblerait difficile dans la mesure où tous les onze animaux avancent de gauche à droite, comme l’écriture :  

- l’Hippopotame, l’Eléphant, le Serpent, le Renne,

- le Singe, l'Oie, l’Oiseau, le Poisson,

le Chien, le Chat, la Tortue...

Dessins d'enfant, l'hippopotame, l'éléphant et le renne, Cl. Elisabeth Poulain
Dessins d'enfant, l'hippopotame, l'éléphant et le renne, Cl. Elisabeth Poulain
Dessins d'enfant, l'hippopotame, l'éléphant et le renne, Cl. Elisabeth Poulain

Dessins d'enfant, l'hippopotame, l'éléphant et le renne, Cl. Elisabeth Poulain

. L’Hippopotame, dit l’hippopo, en langage enfantin, est vu de profil comme tous les autres d’ailleurs, la tête vers la droite, dessiné au feutre marron. On voit ses cornes, son museau allongé, avec son œil gauche avec une pointe de rouge pour marquer la pupille, son oreille droite un peu plus en arrière sur la tête, son corps lourd et trapu et ses pattes courtes et lourdes. Il ne lui manque même pas la queue qui se termine avec un plumet au bout et au bout du bout  du bord du papier.  

. Devant lui, se présente ensuite l’Eléphant, dessiné au feutre bleu moyen. A juste titre, il est plus grand, avec une très grosse tête. En commençant par la tête à droite, notons qu’elle ressemble à un gros ballon rond, comme collé à un gros corps de forme ovale, avec des côtés arrondis sur à droite et à gauche. On voit vers le haut l’œil rond avec une grosse pupille franchement rouge  au milieu, une oreille bien dessinée et petite vers l’arrière du crâne. L’avant de la tête est très travaillé, avec cette superbe trompe arrondie, qui passe entre les deux défenses. L’artiste a pris soin de colorier les défenses en bleu pour mieux les faire ressortir, en faisant bien attention à ne teinter tout en en bleu que celle de droite que l’on voit en entier.

. Le Serpent devant l'éléphant. Il occupe la place qui lui convient au bas de la page mais sans que jamais le sol ne soit indiqué. C'est d'ailleurs le cas pour tous les dessins. Il ondule et tient et tient sa place en laissant un retrait aussi bien en arrière que devant. On voit bin l'œil et la langue fourchue tracés au feutre noir, ainsi que le mouvement donné par les ondulations. C'est le seul animal qui bouge de la série.  

. Le Cerf ensuite. Comment peut-on imaginer qu’après le serpent vienne le cerf ? Le taux probabilité doit être faible, voire très faible. Pour la première fois, une couleur chaude a été utilisée… C’est l’orange. C’est aussi le quadrupède le plus petit et le plus fin. On peut admirer de droite à gauche ses hautes cornes frisotées, son iris noir pour accentuer la force du regard, un début de sourire ? puis en descendant les pattes avec des cornes au bout qui ressemblent à des talons doubles…Le dessinateur était content de son travail. Le cerf lui a tapé dans l’œil !

 

Dessins d'enfant, l'oie, l'oiseau et le poisson, Cl. Elisabeth PoulainDessins d'enfant, l'oie, l'oiseau et le poisson, Cl. Elisabeth PoulainDessins d'enfant, l'oie, l'oiseau et le poisson, Cl. Elisabeth Poulain

Dessins d'enfant, l'oie, l'oiseau et le poisson, Cl. Elisabeth Poulain

. Le Singe. Il est très fier de lui, cet animal. Il nous regarde franchement dans les yeux. Il sourit presque jusqu’aux oreilles qu’il a larges et bien ouvertes, des yeux rieurs avec ses pupilles noires. Son bras gauche est très développé, surtout par rapport au droit ; quant aux pattes arrière, celle de droite  est cette fois-ci plus forte que  sa correspondante. Il a un corps en forme de franc suppositoire.  Tant les pattes que les mains ont chacun cinq doigts, un vrai raffinement !    

. L’Oie. C’est clairement le dessin le plus difficile à voir tant sa couleur jaune d’or est peu perceptible, sauf à mettre cette partie du rouleau dans la lumière du soleil. Cette oie est tellement grande que le petit garçon n’a pas eu la place de  faire ne serait-ce que d’esquisser ses pattes. Il a pourtant pris soin de dessiner en noir son aile droite repliée en forme presque de pied pour occuper ce grand espace.  En noir également, la pupille de l’œil  et la bouche qui a l’air de sourire. C’est le second animal  qui a l’air content.

. L’Oiseau. Est-ce une mouette ? Difficile à dire, peut-être à condition  s’il en existe en forme de bombardier lourd et qui aurait un bec pointu et non bombé sur le dessus. C’est donc un autre volatile, du genre sérieux, attentif  et au regard perçant, avec une pupille rouge, cette fois-ci et sans le sourire. Les ailes sont particulièrement soignées et la queue se termine par trois plumes…

. C’est au tour du Poisson d’arriver sous  les feux de la rampe. Il est absolument superbe. Les deux traits du corps ont été faits d’un seul coup, puis vraisemblablement est venue ensuite la forme incurvée vers l’intérieur pour finir la queue. Les écailles ont été formées, quitte à dépasser un peu ; puis  l’oeil rond à la pupille bleue et le petit sourire d’un poisson satisfait ont fini le dessin. La vie est belle quand on est un poisson heureux…

Dessins d'enfant, le chien, le chat et la tortue, Cl. Elisabeth Poulain Dessins d'enfant, le chien, le chat et la tortue, Cl. Elisabeth Poulain Dessins d'enfant, le chien, le chat et la tortue, Cl. Elisabeth Poulain

Dessins d'enfant, le chien, le chat et la tortue, Cl. Elisabeth Poulain

. Le Chien violet maintenant.  Il n’aura pas le premier prix de beauté, c’est une certitude. C’est peut-être une des raisons qui explique son air ronchon. Il a une tête en forme de poire pas très réussie avec quatre petites pattes tournées vers l’avant, une oreille qui pendouille, un œil ovale à la  pupille noire, une dentition à faire peur et une queue pas terrible…C’est sûr, il n’aura pas le premier prix de beauté.

. Au tour du Chat orange maintenant. L’artiste devait commencer à fatiguer. Le corps aurait pu être celui du chien. Les pattes sont des sortes de bâtons arrondis au bas, avec une queue plus travaillée que celle du chien, son voisin. Reste la tête qui est plus drôle, avec sa moustache fournie, ses deux petites oreilles pointues et sa pupille violette.

. La Tortue arrive bonne dernière à la fin. C’est normal, me direz-vous ou peut-être pas, n’oubliez pas qu’elle a derrière elle une véritable troupe de dix animaux et des « lourds » qui la poussent pour qu’elle aille plus vite ! Je la trouve positivement admirable, d’autant plus qu’elle est bien dessinée avec ses écailles en forme de triangles  qui s’insèrent les uns dans les autres. Sa couleur bleue lui va très bien au teint…    Et c’est ainsi que se termine cette petite histoire, sans fin…

Pour suivre le chemin

. Lire comment les dessins d’enfant évoluent avec l’âge, sachant que chaque enfant est forcément un cas particulier, sur http://www.persee.fr/doc/enfan_0013-7545_1961_num_14_2_2261

. Clichés Elisabeth Poulain       

 

Dessins d'enfant, le singe souriant, Cl. Elisabeth Poulain

Dessins d'enfant, le singe souriant, Cl. Elisabeth Poulain

 

Au tour du chat orange maintenant. L’artiste devait commencer à fatiguer. Le corps aurait pu être celui du chien. Les pattes sont des sortes de bâtons arrondis au bas, avec une queue plus travaillée que celle du chien, son voisin. Reste la tête qui est plus drôle, avec sa moustache fournie, ses deux petites oreilles pointues et sa pupille violette.  

La tortue arrive à la fin, bonne dernière. Elle a une bonne tête, elle sourit, ses écailles sont disposées en forme de triangles qui s’ajustent les uns aux autres…Elle est visiblement contente et nous aussi… 

Pour suivre le chemin

. Lire en particulier comment les dessins d’enfant évoluent avec l’âge, sachant que chaque enfant est forcément un cas particulier, sur http://www.persee.fr/doc/enfan_0013-7545_1961_num_14_2_2261

. Clichés Elisabeth Poulain, les animaux n'ont pas pu toujours être présentés dans l'ordre suivi par le texte!          

Commenter cet article