Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Blog d'Elisabeth Poulain

Saulges, l’aire de pique-nique, allée du lavoir, le lavoir, été 2017

4 Novembre 2017, 11:45am

Publié par Elisabeth Poulain

Saulges, le lavoir à gauche dans le fond de l'aire de pic-nic, Cl. Elisabeth Poulain

Saulges, le lavoir à gauche dans le fond de l'aire de pic-nic, Cl. Elisabeth Poulain

L’endroit dont je vais vous parler est bien situé dans la petite commune de Saulges. Je précise aussi tout de suite qu’il n’a rien à voir avec la préhistoire. Nous l’avons découvert, à la fois par chance et parce que nous cherchions un endroit au calme où pique-niquer, en un jour très particulier en France. C’était en effet le 14 juillet de cette année 2017. Arrivées un peu en avance en fin de matinée, nous avions fait un tour pour découvrir le site archéologique lui-même, dont le parking en hauteur était déjà quasiment plein. L’idée de pique-niquer entre deux voitures ne nous  semblant pas formidablement intéressante, nous avons pris la décision de revenir au village de  Saulges, où l’aire de pique-nique nous attendait, après avoir laissé la voiture dans un parking arboré tout proche et tout à fait agréable.

Après avoir emprunté le chemin creux, bordé d’un long mur  (100 m. environ) sur le côté droit, avec les arbres d’un bosquet à notre gauche, nous avons découvert avec un grand plaisir l’aire de pique-nique. D’autant plus fort que nous ignorions qu’il y avait un lavoir qu’on ne peut manquer de voir puisqu’on passe à côté en arrivant dans la parcelle. Nos objectifs d’alors s’appelaient « table et banc de pique-nique » parce que nous avions hâte de déjeuner. Ceux-ci sont très bien implantés dans le fond de la petite prairie d’herbe bien verte en descente et qui doit être régulièrement tondue. Comme une grande partie des pique-niqueurs, nous nous sommes assises sur le banc du bas, avec la table devant nous, pour pouvoir admirer le lavoir.  

 

Saulges, le lavoir à gauche, avec le champ de blé à sa gauche, les vaches à droite, Cl. Elisabeth PoulainSaulges, le lavoir à gauche, avec le champ de blé à sa gauche, les vaches à droite, Cl. Elisabeth Poulain

Saulges, le lavoir à gauche, avec le champ de blé à sa gauche, les vaches à droite, Cl. Elisabeth Poulain

L’avantage a été d’abord de découvrir les deux grandes et belles parcelles situées à droite et à gauche de la prairie bien verte où se trouvent tables et bancs. A gauche on apercevait un champ où le blé murissait ; il atteignait déjà une belle hauteur et  avait  une belle couleur beige dorée. Il est vrai qu’on était en plein mois de juillet. Il faisait beau. Le soleil s’était levé en arrivant en Mayenne. A notre droite, dans une prairie, trois jeunes vaches de la race des "Rouge-des-Prés" bien curieuses se sont rapprochées de la clôture pour nous regarder, avant très vite de reprendre leur activité favorite, à  savoir brouter paisiblement la bonne herbe de la Mayenne. A gauche, la grande parcelle de blé continuait à se dorer  au soleil. Et tout aussi tranquillement, nous avons sorti notre pique-nique que nous avons dégusté avec un grand plaisir, en admirant le blé pousser calmement d’un côté et en voyant les vaches qui avaient repris leur activité principale, à savoir brouter au calme avec une belle ténacité, de l’autre côté. Il n’y aucun bruit, si ce n’est quelques chants d’oiseaux.

Les photos que j’ai faites ont été prises lors du pique-nique, alors que j’étais assise sur le banc du bas. Là où je me trouvais, j’ai bien aperçu un petit fossé bien régulier aux bords arrondis et qui n’existait que du côté gauche, entre le champ de blé et la « pelouse » du lavoir. Il ne fallait pas être grand clerc pour deviner que c’était là que s’écoulait le trop plein d’eau du lavoir. Par contre d’où venait l’eau en amont, je ne l’ai appris qu’en faisant ce billet. C’est une petite source qui renouvelle l’eau du lavoir, qui maintenant n’assure plus de fonction de rinçage du linge, comme au temps des  lavandières. 

Saulges, le lavoir vu de la prairie, vue sur la prairie du lavoir, Cl. Elisabeth Poulain
Saulges, le lavoir vu de la prairie, vue sur la prairie du lavoir, Cl. Elisabeth Poulain

Saulges, le lavoir vu de la prairie, vue sur la prairie du lavoir, Cl. Elisabeth Poulain

Saulges, le lavoir, la charpente, détail, Cl. Elisabeth Poulain

Saulges, le lavoir, la charpente, détail, Cl. Elisabeth Poulain

 Le lavoir. Il est de belle taille, rectangulaire me semble-t-il sans que je puisse vous donner les dimensions exactes de sa partie « bassin de rétention d’eau ». Il est surmonté d’un toit débordant assez largement sur les côtés, les deux toits en pente se rejoignant en une ligne parallèle au sens du fil de l’eau, dans le sens de l’inclinaison descendante de la prairie rectangulaire, plus longue que large, comme l’abreuvoir. Cette descente, quoique légère, est continue depuis que nous avons emprunté l’allée du lavoir.

Le lavoir a été forcément implanté en un endroit où d’une part il pouvait recevoir de l’eau en continue, même si le débit n’est pas important, mais suffisant pour garder l’eau du lavoir suffisamment « propre » pour rincer le linge. Il ne s’agissait pas en effet de l’y laver, cette opération étant le plus souvent faite avant au domicile…par les villageoises ou des lavandières, ces laveuses qui se déplaçaient de ferme en ferme. On ne devrait donc en stricte logique pas faire référence à l’opération de laver, mais bien de rincer. On devrait donc parler des « rinceuse » ; zut, le terme est déjà pris, c’est une machine à nettoyer les bouteilles !  Il existe aussi des lavoirs où les femmes lavaient le linge sur place, tout en le rinçant après, pas forcément  dans la même eau  et tout en ne se déplaçant pas. Alors comment était-ce possible ? La réponse à cette devinette est qu’il suffit que ce soit l’eau qui se déplace, c’est le cas des lavoirs implantés le long des rivières ou des fleuves. C’est dans ce type d'ancien lavoir que l’on pouvait voir des lavandières laver vraiment le linge, sur une planche en bois incliné, un petit coussin pour leurs genoux, une caisse à savon à côté d'elle…

C’est la première interrogation qui vient à l’esprit, à bien regarder l’eau du lavoir et les rebords à angle droit en ciment. Aucun n’est incliné, ce qui suggérerait qu’il a « refait » plutôt que restauré. Il semblerait qu’il ait été utilisé jusqu’en 1970, ce qui est étonnant, tant la date semble tardive. Il est vrai que les ventes de machines à laver le linge ne se sont, semble-t-il, réellement développées  qu’à la fin des années 60/70. Tout dépend aussi de l'endroit en France.       

Saulges, le lavoir, au bout de l'allée du lavoir, Cl. Elisabeth Poulain

Saulges, le lavoir, au bout de l'allée du lavoir, Cl. Elisabeth Poulain

Revenons à Saulges et à son lavoir aujourd’hui. L’eau, qui continue à être constamment renouvelée grâce à une source en amont, s’échappe par le petit fossé sur le côté gauche qui coule vers le bas de la prairie, près de l’endroit où ont été placés les tables et les bancs. En arrière quand vous êtes assise sur le banc du bas, pour pouvoir admirer en même temps  le champ de blé à gauche, le lavoir devant vous légèrement à gauche et les "Rouge-des-prés", les vaches sur la droite, vous vous posez la question suivante « que fait donc ce filet d’eau, qui s’écoule dans un  petit fossé , une fois qu’il arrive en bas ? ». 

En clair, y-a-il un étang-réservoir en bas? Rejoint-il un autre réseau ? La réponse est « oui et non ». Oui, car toute l’eau ne peut être absorbée par la terre lors de l’écoulement, non car il n’y a pas vraiment d’étang ou un autre ruisseau. Il y a ce qu’on appelle à Saulges, et pas seulement là, « la lagune », qu’on peut comparer à une grosse éponge qui permet à la terre d’absorber le trop plein d’eau, en cas notamment de pluie d’orage. C’est la raison pour laquelle j’avais vu, en arrière des bancs du fond, des lentilles d'eau, qui ne poussent que dans des terres saturées d’eau. C’est aussi vraisemblablement la raison pour laquelle, l’endroit, où sont situés les tables et les bancs en bas de la parcelle, a dû être surélevé par un apport de terre, qui a été ensuite engazonné et planté avec quelques arbres feuillus à haute tige…  

Et le lavoir après cette véritable "enquête hydraulique" ? En réalité plus que le lavoir proprement dit, c’est la charpente vue de dessous, près du bassin de rétention de l’eau qui m’a attirée. Voilà de vieilles poutres que j’ai admirées et qui pourtant ne doivent pas être  si vieilles que cela. On voit bien quelques fissures mais pas forcément des coups de hache qui dateraient plus le façonnage des poutres anciennes. Vues leur prix, on comprend.  La couverture en ardoises proprement dite est récente. Elle protège bien cette charpente, tout autant que le lavoir proprement dit dont les murets et le dallage en pierre  sont impeccables…Il est maintenant le temps d’arrêter ce billet car rien ne vaut le plaisir de la découverte par soi-même. Une photo - ou plusieurs – peut-peuvent donner l’envie d’en savoir plus et de découvrir soi. Mais rien ne vaut d'allez vous promener en Mayenne et à Saulges en particulier !

Saulges, l'allée du lavoir entre ombre et soleil, mur et arbres, Cl. Elisabeth PoulainSaulges, l'allée du lavoir entre ombre et soleil, mur et arbres, Cl. Elisabeth Poulain

Saulges, l'allée du lavoir entre ombre et soleil, mur et arbres, Cl. Elisabeth Poulain

Pour suivre le chemin

. La commune de Saulges, dont Mme Jacqueline Lepage est maire… à voir sur  http://www.saulges.mairie53.fr/l-equipe-municipale

. Un grand merci à toutes dames qui m’ont permis d’avancer dans ma quête d’informations, à commencer par Mme Jacqueline Lepage, que je viens de citer, également Mme Gwenaelle Boulay, guide-conférencière en Pays d’art et d’histoire Coëvrons Mayenne, Conseil départemental de la Mayenne, Direction de l’Attractivité des Territoires, Château de Sainte-Suzanne au 53270 Sainte-Suzanne et Chammes   

. Saulges, petite cité de caractère, à voir sur http://www.mayenne-tourisme.com/Decouvrez/Villes-et-villages-de-caractere/Saulges

. A Saulges toujours, découvrir aussi un autre site magnifique  http://www.moulin-de-thevalles.com/

. Retrouver la rivière, l’Erve, sur https://fr.wikipedia.org/wiki/Erve

. Le lavoir de Saulges, visiblement bien connu,  à voir sur http://www.lavoirsdelamayenne.fr/saulges.htm ,sur http://www.petit-patrimoine.com/fiche-petit-patrimoine.php?id_pp=53257_3 , https://www.lavoirs.org/view-lavoirs-pub.php?page=5&max=21&sortby=commune&sortdir=ASC&code=53

. Pour les  lavoirs, un article très documenté sur https://fr.wikipedia.org/wiki/Lavoir_(bassin_public)

. Elargir votre horizon au département de la Mayenne  avec  http://www.mayenne-tourisme.com/Guide-Touristique-de-la-Mayenne/(vue)/carte

. Clichés Elisabeth Poulain pour le lavoir sur l’Erve, cliché MontErve – wikipedia - pour celui pris à  Sainte-Suzanne sur l’Erve, avec mes remerciements…

Lavoirs sur l'Erve, Sainte-Suzanne en Mayenne, MontErve, wikipedia, avec mes remerciements

Lavoirs sur l'Erve, Sainte-Suzanne en Mayenne, MontErve, wikipedia, avec mes remerciements

Commenter cet article