Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Blog d'Elisabeth Poulain

Peinture > L’arbre dans la vigne en début d’automne en Sancerrois

19 Janvier 2018, 12:02pm

Publié par Elisabeth Poulain

*L'arbre dans le vignoble du Sancerrois, Dessin & couleurs signés France Poulain, Cl. Elisabeth Poulain

*L'arbre dans le vignoble du Sancerrois, Dessin & couleurs signés France Poulain, Cl. Elisabeth Poulain

C’est une « encre », me semble-t-il, tant la lumière des couleurs jaillit de cette création qui date maintenant du début du IIIe millénaire. C’est à mes yeux une véritable pépite visuelle qui éclate de vitalité, avec pour composantes, en dehors des couleurs et des lignes, les arbres et surtout celui qui règne en majesté au premier plan avec la vigne qui se déploie par derrière lui à l’automne. Ce paysage a un tel pouvoir d’attraction que ceux, qui l’aperçoivent, s’approchent pour mieux voir, comme pour entrer  dans le cadre.  

L’automne est le moment de l’année où la flamboyance du Sancerrois est telle qu’elle nous éblouit, d’autant plus que nous savons que, peu de temps après, le froid et la pluie associés au vent vont stopper toute cette polyphonie visuelle stratifiée au point que l’on peut compter le nombre de bandes de couleurs qui semblent partir à l’abordage de la colline.  Le nôtre  commence, non pas dans le sens montant dans le fond, de gauche vers la droite, mais de façon inversée à droite du tronc de l’arbre sortant de terre, en bas du milieu du premier plan,  vers le milieu haut du fond, légèrement vers la droite.  

L'arbre dans le vignoble du Sancerrois, Dessin & couleurs signés France Poulain, Cl. Elisabeth Poulain

L'arbre dans le vignoble du Sancerrois, Dessin & couleurs signés France Poulain, Cl. Elisabeth Poulain

Au premier abord, les poteaux de bois nous indiquent le sens de ces bandes paysagères de fonctionnalités et de couleurs différenciées. Ce sont eux qui portent les fils de fer sur lesquels se développent les vignes qui portent les grappes de raisin. 

Une question se pose alors : pourquoi ne pas avoir donné leur couleur aux feuilles de ce petit arbre que l’on voit au premier plan avec son tronc en brun clair grisé et l’indication sur sa partie gauche des détails de son écorce  pour figurer l’ombre ? La seule réponse qui me vient à l’esprit est qu’il y a déjà tellement de couleurs que l’artiste a  choisi de valoriser la structure à la fois verticale d’un tronc à la circonférence déjà  importante et pas trop haute pour mettre en valeur le feuillage dont curieusement les feuilles n’ont pas été colorées pour permettre au regard de traverser le site en profondeur.

Voici maintenant les lignes qui composent une petite quinzaine de bandes plus ou moins complètes, une façon de dire qu’elles vont entièrement du côté gauche vers la droite. Il est difficile d’être beaucoup plus précise dans la partie montante du coteau, derrière l’arbre.  

Les couleurs. C’est le vert ou plutôt deux verts qui  commencent la déclinaison. En bas, une bande est composée de deux verts, avec un vert jaune acide vers le bas et plus turquoise vers la vigne, au point de se poursuivre sous les premiers plants de vigne. Puis arrive un composite multiple avec beaucoup de vert-jaune-assombri à gauche de l’arbre, avec cinq plants de vigne en Ier plan puis vers la droite des touffes vertes, qui absorbent du jaune, puis viennent trois autres qui passent du vert orangé à du franc orange rouge pour terminer par trois plants verts foncés qui forment une courbe. C’est là que commence la série de courbes très resserrées en quatre rangs : vert clair avec des poteaux, noir, jaune foncé puis orange. A partir de cet endroit commence une autre nature faite de bandes plus larges et plus longues puisqu’elles donnent l’impression de traverser le vallon, avant de partir à l’abordage de la montée du vallon.

Un groupe de deux arbres à droite et à gauche structure l’espace, où la vigne n’a pas sa place, avant de la reprendre, semble-t-il dans la partie montante dans le fond de la composition. Et les rangées de vigne reprennent dans le sens de la pente…

L'arbre dans le vignoble du Sancerrois, Dessin sépia signé France Poulain, Cl. Elisabeth Poulain

L'arbre dans le vignoble du Sancerrois, Dessin sépia signé France Poulain, Cl. Elisabeth Poulain

Pour suivre le chemin

. Cette scène de vignoble est l’œuvre de France Poulain, qu’elle a réalisée à la suite d’un voyage de découverte du vignoble ligérien que nous avons fait ensemble en 2003. Nous avons pris un nombre impressionnant de clichés , dont seuls quelques-uns ont été gardés pour les transformer en dessin afin d’illustrer chacun des 75 portraits de Dames de la Vigne et du Vin parue aux Editions Cheminements en 2004, sous le titre « Le Vin aussi est affaire de Femmes ». Cet arbre, qui est le véritable héros de ce paysage du Sancerrois, est aussi l’icône associée à Hélène Dubois-Aubin, historienne d’art spécialisée en mythologie des plantes, peintre, dessinnateur et illustrateur…

. Cliché Elisabeth Poulain, l'* du libellé du Ier dessin signifie que le cliché est tronqué. Le dernier dessin couleur sepia est issu de ma recherche parue dans le livre cité, Cheminements éditeur

Commenter cet article