Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Blog d'Elisabeth Poulain

Le ciel si bleu au-dessus du pont sur la Loire, St-Nazaire-St-Brévin

16 Septembre 2018, 16:38pm

Publié par Elisabeth Poulain

Pont de Saint-Nazaire, rive droite, avec vue sur la Loire et la rive gauche, été 2018, Cl. Elisabeth Poulain

Pont de Saint-Nazaire, rive droite, avec vue sur la Loire et la rive gauche, été 2018, Cl. Elisabeth Poulain

Ce pont est si connu, qu’il apparait difficile d’arriver à en dire du nouveau. Ce sont toujours ses caractéristiques techniques innovatrices qui sont mises en avant. Avant de vous parler de la vue, quelques mots me semblent pourtant nécessaires pour le situer dans son environnement, le défi technique qui continue à le caractériser encore maintenant pour arriver à en limiter le coût tout autant que son poids. Et d’abord un rappel de ce pont à gables, qui est tout autant une prouesse technique qu’une  œuvre d’art, tout en remplissant sa fonction de jonction entre les deux rives de la Loire à son embouchure dans ses différents environnements et usages.

Un pont permet de franchir un cours d’eau de façon à lier les deux rives d’un torrent, d’une rivière, d’un fleuve. Ici, le pont permet de joindre Saint-Nazaire en rive gauche de l’estuaire de la Loire à Saint-Brévin en rive droite. Remarquons que curieusement, seule la ville-port de Saint-Nazaire est citée, et pas Saint-Brévin à vocation plus touristique.  Ce lien entre le pont, l’eau, la terre et le ciel est la première caractéristique d’évidence. Ses usagers sont ceux des routes et des rues, qu’ils soient motorisés, à vélo ou à pied.  

Pont de Saint-Nazaire, L'amplitude de la vue sur le fleuve et la rive droite, Elisabeth Poulain

Pont de Saint-Nazaire, L'amplitude de la vue sur le fleuve et la rive droite, Elisabeth Poulain

Il  offre  une caractéristique majeure, à savoir qu’il est édifié sur le lieu de la rencontre entre l’eau du fleuve et l’eau de la mer, celle de l’Océan atlantique, selon les deux cycles des marées, en marée montante et marée descendante. Ses fondations sont ainsi soumises en dessous du niveau de l’eau  à une double pression par deux fois en 24h, à la marée descendante et à la marée montante, avec en plus le phénomène des « grandes marées », sans omettre les tempêtes, surtout dans la période que je viens de citer.

De ce fait, il représente également une réussite majeure car il n’était pas possible de lui adjoindre des fondations plus profondes. Il a fallu alors recourir au béton pour le « lester » et à la technique des haubans, pour l’équilibrer et résister aux marées. On dit alors que le pont est « haubané » avec la conséquence que ses structures sont métalliques.

Pont de Saint-Nazaire, rive droite, la structure à hautbans , été 2018, Cl. Elisabeth Poulain

Pont de Saint-Nazaire, rive droite, la structure à hautbans , été 2018, Cl. Elisabeth Poulain

Visuellement, il fait le bonheur des photographes. Il est devenu un monument d’attraction en soi, avec de magnifiques clichés qui sont le plus souvent pris de Saint-Brévin, parfois de l’estuaire lui-même. Pour ma part, ayant le plaisir d’avoir une jeune et charmante conductrice, j’ai pu prendre quelques clichés de ce célèbre pont qui fait la joie des photographes quelle que soit la rive d’où se fait la prise de vue : à droite,  du côté de Saint-Nazaire, à gauche, du côté de Saint-Brévin-les-Pins.

J’ai choisi de prendre en photo le ciel, celui du matin, au milieu de la matinée, éclairée par le soleil. Il faisait un temps magnifique, avec quelques petits nuages dissipés par une petite brise de mer. Tout était d’un bleu très léger, avec un jeu de lignes de nuages blancs effilées par le vent qui allaient descendants vers la droite, vers la mer d’un bleu plus foncé qui reflétait le bleu du ciel, que l’on apercevait à travers les barreaux de la rambarde peinte en bleu plus foncé.

 

Pont de Saint-Brévin à Saint-Nazaire, le retour, le bleu du ciel, le portique, Cliché Elisabeth Poulain été 2018

Pont de Saint-Brévin à Saint-Nazaire, le retour, le bleu du ciel, le portique, Cliché Elisabeth Poulain été 2018

Sur ce fond se détache avec force, en V inversé, le premier hauban de grande hauteur striée de rayures blanches et rouges dont le choix des couleurs ne peut être un hasard. Outre le célèbre trio de couleurs bleu-blanc-rouge, que tous les Français connaissent, je verrais tout aussi bien  un code chromatique  pour être mieux vu  des hélicoptères…Et ce qui me parait vraiment intéressant relève du jeu des lignes noires, en forme d’un bouquet, que forment  les haubans qui sont fixés à la rambarde et qui tiennent ces structures.

Il me faut vous parler de la barre transversale à hauteur des yeux et des lumières qui s’y affichent : rouge et verte. Comme il n’y a que 3 voies, et que l’emploi se trouve majoritairement  à Saint-Nazaire, ces feux verts et rouges  permettent d’être inversés : le matin, la piste de droite  est verte pour aller  de Saint-Nazaire à Saint-Brévin et celle de gauche, forcément rouge. Quant à la piste du milieu, elle est là comme piste de délaissement en cas de problème ; c’est au moins ce que j’imagine. Je vois mal des voitures doubler pour gagner une place en cas de « bouchon ». Par contre j’en vois mieux l’utilisation en cas de déplacement d’urgence, par exemple en ambulance ou lorsque la police a besoin d’en faire usage.   

Pont de Saint-Brévin à Saint-Nazaire, les cabanes de pêcheurs en rive droite, l'accroche des cables, Cl. Elisabeth Poulain Pont de Saint-Brévin à Saint-Nazaire, les cabanes de pêcheurs en rive droite, l'accroche des cables, Cl. Elisabeth Poulain Pont de Saint-Brévin à Saint-Nazaire, les cabanes de pêcheurs en rive droite, l'accroche des cables, Cl. Elisabeth Poulain

Pont de Saint-Brévin à Saint-Nazaire, les cabanes de pêcheurs en rive droite, l'accroche des cables, Cl. Elisabeth Poulain

Au retour de notre traversée, venant cette fois-ci de Saint-Brévin, après une bonne baignade revigorante, le ciel avait changé, le petit vent frais avait disparu, il n’y avait plus guère de nuages légers et surtout l’ambiance était autre, tout comme le paysage par exemple que l’on voyait à travers les solides barreaux. Ce ne sont pas les quelques bateaux de plaisance ancrés dans le petit port tout proche de la rive gauche, qui ont attiré mon regard, mais les cabanes de pêche dressées dans l’eau sur des poteaux suffisamment  longs  pour pouvoir s’ancrer dans le « bon sol » le plus profondément possible, pour ne pas s’enfoncer dans l’eau. Et puis dans le fond du cliché, en rive droite dans le fond, on arrive à voir des éléments portuaires de couleur rouge.    

  

Pour suivre le chemin

. Voir l’article sur le pont de Saint-Nazaire, sur https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Pont_de_Saint-Nazaire.jpg ainsi que la carte jointe.

. Les ponts à haubans, sur  https://fr.wikipedia.org/wiki/Pont_%C3%A0_haubans

. Les chiffres à connaître sur le pont le plus long de France https://inforoutes.loire-atlantique.fr/jcms/pont-de-saint-nazaire/les-mensurations-du-pont-en-infographie/les-mensurations-du-pont-de-saint-nazaire-en-infographie-fr-p1_11447?portal=dev_5121&category=p1_11945&gclid=EAIaIQobChMI-M6S2pnC3QIVmoXVCh1cDgU4EAAYASACEgJ4JPD_BwE

. Avec un très beau cliché de Ludovic Péron, du 13-08-2006 sur le pont lui-même vue de la rive droite, à partir de Penhoët https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Pont_de_Saint-Nazaire.jpg

. Voir l’étude sur les paysages de Loire-Atlantique sur   http://www.paysages.loire-atlantique.gouv.fr/indexe61d.html?_

. Clichés Elisabeth Poulain        

Commenter cet article