Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Blog d'Elisabeth Poulain

Sur l’A11, les séquences paysagères d’été d’Angers vers Nantes

9 Novembre 2018, 17:37pm

Publié par Elisabeth Poulain

Paysage au départ d'Angers sur l'A11, en partance vers Nantes, Cl. Elisabeth Poulain

Paysage au départ d'Angers sur l'A11, en partance vers Nantes, Cl. Elisabeth Poulain

Quelques mots sur la ville de départ, Angers et la campagne environnante. Cette préfecture du département du Maine et Loire, compte plus de 120 000 habitants intra muros  et près de 400 000 habitants répartis dans les 80 communes de l’aire urbaine  dont elle est le centre. Elle offre  aussi cette particularité à ses habitants et aux touristes de pouvoir accéder très vite à la campagne, sans zone  intermédiaire, quelle que soit la destination choisie.  Cette proximité avec la campagne est accentuée par l’existence d’autoroutes, en particulier l’A11  qui porte le joli nom de « l’Océane » qui permet de rejoindre l’Océan atlantique rapidement, que l’on choisisse la rive droite de la Loire, vers Saint-Nazaire, Pornichet, La Baule…ou la rive gauche vers Saint-Brévin les Pins ou l’Océan, Pornic…Car la campagne que nous avons traversée cet été  est celle qui va vers l’Ouest, vers la mer.

Il faisait un temps magnifique, d’une luminosité d’une finesse extrême, avec une chaleur idéale en ce jour très symbolique en France du 14 juillet 2018. Il y avait un peu de circulation sur l’autoroute, mais pas de trop, avec quelques voitures dont certaines portaient les vélos de toute la famille, grands et petits, qui faisaient plaisir à voir. 

Sur l'A11, le vert tendre de la prairie, la voiture jaune de vacanciers, Cl. Elisabeth PoulainSur l'A11, le vert tendre de la prairie, la voiture jaune de vacanciers, Cl. Elisabeth Poulain

Sur l'A11, le vert tendre de la prairie, la voiture jaune de vacanciers, Cl. Elisabeth Poulain

Comme le dit le titre, ce billet porte sur une succession de séquences photographiques, pour montrer à la fois une certaine unité - celle d’une belle matinée d’été - et la diversité des paysages, alors que j’étais assise à côté de la conductrice, regrettant toujours le décalage « temps » entre le moment où le regard voit un paysage ou un élément visuel intéressant à prendre en photo et l’action du doigt appuyant sur la touche de l’appareil photo. Selon les cas, je vais vous présenter une sélection des clichés dans l’ordre de leur prise de vue et/ou parfois en les regroupant par thème…

Sur l'A11, la campagne l'été, une fois l'herbe coupée, Cl. Elisabeth PoulainSur l'A11, la campagne l'été, une fois l'herbe coupée, Cl. Elisabeth Poulain

Sur l'A11, la campagne l'été, une fois l'herbe coupée, Cl. Elisabeth Poulain

. La fenaison. Elle venait d’avoir lieu : les balles rondes étaient disposées sur le côté  régulièrement à la surface des champs de belles dimensions au point qu’il n’a été que rarement possible de voir les trois autres côtés. Plus loin, vers Nantes, le foin fauché formait des « carrés » comme on dit dans le métier ; ce sont en réalité  des parallélépipèdes rectangles posés au sol que nous avons vus. C’est alors que  vous pensez qu’avec chance, il fait beau et que le soleil fait bien les choses en permettant au foin de sécher dans de bonnes conditions…Vous vous dites aussi que les agriculteurs doivent suivre avec attention les prévisions météorologiques auxquelles ils  sont abonnés !

. « L’autre herbe », celle qui pousse entre  la clôture, sur le talus et le bitume,  venait d’être coupée, montrant clairement qu’il y a un fossé pour recueillir les eaux de pluie quand celles-ci sont abondantes. Une indication d’importance en cas de panne d’un véhicule ! Dans le fond du paysage, on voit un grand pylône peint en gris pour mieux se fondre dans le paysage, comme on en verra d’autres ensuite tout au long du trajet plus ou moins visibles selon les cas. Comme Il y a le trajet de l’autoroute qui grosso modo file de ville en ville, il y a aussi - hors la ville -  la ligne des pylônes très visibles en raison de leur taille et que nous allons   suivre tout au long du parcours jusqu’à l’embouchure de la Loire.      

Sur l'A11, les arbres préservés sur le haut du talus, Cl. Elisabeth PoulainSur l'A11, les arbres préservés sur le haut du talus, Cl. Elisabeth Poulain

Sur l'A11, les arbres préservés sur le haut du talus, Cl. Elisabeth Poulain

. L’arbre poussant de l’autre côté de la clôture, c’est-à-dire à l’intérieur de l'enclos. Ceux que j’ai vus  étaient en bonne forme et ne risquaient donc pas de « tomber » du côté de l’autoroute. Parfois, comme dans le second cliché, les arbres ont pu pousser de façon assez serrés pour former une véritable haie en hauteur, bénéfique à la qualité de l’air du côté du champ.    

. Arrive ensuite la descente puis la remontée dans un endroit boisé, au-dessus de la petite rivière du « Havre », qui doit être un des plus petits affluents de la Loire, qui se trouve dans le département de la Loire Atlantique, en traversant le village d’Oudon. C’est un site très ancien. En font preuve, au milieu des vignes, «le menhir de la Pierre Blanche »   qui est classé au titre des Monuments historiques ainsi  que la découverte  de deux  pirogues de bois, taillées chacune dans un seul demi-tronc d’arbre, trouvées dans cette petite rivière longue de quelques 31 kms qui coupe le village en deux, avec un seul pont, avant sa confluence avec la Loire. La voie ferrée Paris-Nantes parallèle au grand fleuve passe aussi par Oudon.

Sur l’autoroute en allant vers Nantes, la présence de cette petite rivière du Havre que l’on ne peut pas voir du haut du viaduc, se manifeste par une descente où règnent les genets et une remontée, toutes deux couvertes d’une forêt sur ces deux côtés pentus. Avant Nantes, c’est le seul endroit qui garde un caractère « naturel » . Un petit panneau sur le côté de l’autoroute indique « Le Havre ». C’est cette petite rivière qui  explique la raison de ce  creusement, avec ces pentes abruptes.

Sur l'A11, le passage du Havre, un très petit affluent de la Loire, Oudon, Cl. Elisabeth Poulain

Sur l'A11, le passage du Havre, un très petit affluent de la Loire, Oudon, Cl. Elisabeth Poulain

Sur l'A11, l'approche de l'agglomération nantaise, Cl. Elisabeth Poulain
Sur l'A11, l'approche de l'agglomération nantaise, Cl. Elisabeth Poulain Sur l'A11, l'approche de l'agglomération nantaise, Cl. Elisabeth Poulain

Sur l'A11, l'approche de l'agglomération nantaise, Cl. Elisabeth Poulain

Vient le moment où on s'approche de la métropole nantaise. Ce sont des serres d’une surface qu’on imagine vraiment importante qui nous l’annoncent sur le côté gauche.   Peut-être est-ce là  que pousse le fameux muguet de Nantes. Sur le côté droit, sur le  bas-côté, un grand panneau vous indique les prochains accès d’abord pour La Roche-sur-Yon et ensuite pour … Bordeaux!

Du côté droit en avançant, des tunnels en plastique protègent du froid des végétaux de plus grande hauteur. Vous dire lesquels me seraient difficile ! Un peu plus loin, différents types de matériel agricole vraisemblablement d’occasion  sont exposés à la vue des conducteurs des voitures derrière le grillage tout proche de l’autoroute ; ils attirent aussi mon regard par leur couleur rouge, jaune, verte… 

Enfin un grand souffle d’air, qui survient en regardant le ciel au-dessus de l’autoroute. Un oiseau noir –peut-être est-ce un corbeau ? – venait de  s’envoler du côté droit de la forêt pour aller de l’autre côté…en hauteur. On le voit presque au-dessus d’un lampadaire. Clairement c’est le cliché le plus minimaliste que je vous montre. C’est aussi le seul animal qui vit librement dans la nature, en toute liberté et en parcourant des kilomètres…

Sur l'A11, le ciel et l'oiseau, la descente vers le Havre, le pylone électrique, Cl. Elisabeth Poulain
Sur l'A11, le ciel et l'oiseau, la descente vers le Havre, le pylone électrique, Cl. Elisabeth Poulain

Sur l'A11, le ciel et l'oiseau, la descente vers le Havre, le pylone électrique, Cl. Elisabeth Poulain

Le départ en vacances. On le sent à l’approche de l'agglomération nantaise . Un panneau électrique signale le ralentissement écrit en jaune sur fond noir. Pour la première fois depuis notre départ,  quelques voitures roulent l’une derrière l’autre. Il y a aussi à l’arrière sur certaines  voitures des vélos de plusieurs types ou plusieurs tailles (balades ou sportifs,  adultes ou, enfants…). Cette courte scène de départ en vacances en famille fait plaisir à voir. Je vous présente le cliché des vélos vus de près où l’on distingue bien le plus grand du père au plus près de la voiture, le petit de l’enfant accroché à lui et la bicyclette moyenne de la maman qui assure la stabilité de l’accrochage grâce à plusieurs sandows ! 

L’arrivée dans l’agglomération nantaise. Elle se perçoit à la proximité  de grandes entreprises et/ou d’aires de stockage de matériels, avec en particulier Porcelanosa qui a eu la bonne idée, pour mettre en valeur son site, de planter en terre  trois mâts de haute taille avec le  drapeau français à gauche, le drapeau européen au centre et l’italien à droite. Un léger vent nous a fait le plaisir de les déployer. Un peu plus loin, nous rentrons dans un espace boisé protégé de l’autoroute par un mur anti-bruit barré d’un trait rouge.  

Sur l'A11, l'approche de Nantes, un bâtiment de grande marque, le mur anti-bruit. Cl. Elisabeth Poulain
Sur l'A11, l'approche de Nantes, un bâtiment de grande marque, le mur anti-bruit. Cl. Elisabeth Poulain

Sur l'A11, l'approche de Nantes, un bâtiment de grande marque, le mur anti-bruit. Cl. Elisabeth Poulain

C’est le moment d’arrêter ce premier billet  « autoroutier ». Un second suivra, dans quelque temps,  pour vous présenter les clichés de la seconde séquence, après avoir quitté l’autoroute pour voir comment la route s'inscrit dans le paysage. Y-a-t-il plus de diversité paysagère  entre Nantes et Saint-Nazaire, en longeant de loin  la Loire sur sa rive droite. On verra qu'entre la Loire et la route, l’ambiance est totalement différente : on a en effet une impression de « plat  pays »… !  C'est étonnant. Et du coup, on se surprend à encore plus regarder le ciel…   

 

Pour suivre le chemin

. La ville d’Angers sur http://www.angers.fr/index-static.html

. La communauté d’agglomération d’Angers Loire Métropole à voir sur  http://www.angersloiremetropole.fr/accueil/index.html

. L’aire urbaine d’Angers à voir  sur     https://fr.wikipedia.org/wiki/Aire_urbaine_d%27Angers

. L’A11 sur https://fr.mappy.com/itineraire/49000-angers/44600-saint-nazaire#/5/M2/TItinerary/IFRAngers%2049000-49100|TOSaint-Nazaire%2044600|MOvoiture|PRcar|RI0/N151.12061,6.11309,-1.3884,47.44016/Z9/

. La balle « ronde », voir ses avantages par rapport à la balle « carrée » sur  http://www.lafranceagricole.fr/article/secher-le-foin-en-balles-rondes-ou-carrees-1,0,39169515.html

. La Loire, voir l’essentiel sur https://fr.wikipedia.org/wiki/Loire#La_Loire_inf%C3%A9rieure   

. La petite rivière « le Havre » qui traverse Oudon avant de rejoindre la Loire  fait un peu plus de 31kms de long.   

. La ville d’Oudon en Loire-Atlantique, à retrouver sur http://www.oudon.fr/pages/oudon-tourisme/histoire-de-la-commune/l-histoire-d-oudon.php  . Lisez l’histoire de cette petite ville  dont le seigneur du château – dont le donjon existe encore-  fit don d’une abbaye à des moines d’Angers. Elle doit maintenant approcher les 4 000 habitants.

. Les pirogues monoxyles, à découvrir sur   https://fr.wikipedia.org/wiki/Pirogue_monoxyle

. Le menhir de la Pierre Blanche  d’Oudon est une photo de Selbymail, à voir sur https://commons.wikimedia.org/wiki/File:OudonMenhir3.jpg .

Le muguet de Nantes à retrouver sur https://www.plusdefleurs.com/muguet-fleur-1er-mai.html

. Clichés  Elisabeth Poulain,  avec mes remerciements  à la conductrice qui m'a encouragé à prendre toutes ces photos...

Commenter cet article