Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Blog d'Elisabeth Poulain

Un formidable cliché de 7 enfants chinois…L’Illustration 11.11.1911

15 Décembre 2018, 10:44am

Publié par Elisabeth Poulain

Les 7 enfants chinois, L'Illustration 11.11.1991, Cl.EPoulain

Les 7 enfants chinois, L'Illustration 11.11.1991, Cl.EPoulain

C’est en page 380 de ce célèbre hebdomadaire que le lecteur peut admirer ce cliché étonnant à Amoy* qu’on ne peut oublier une fois qu’on l’a vu. Son titre attire déjà l’attention : « CEUX QUE LA REVOLUTION NE TROUBLE PAS » ! Il ne montre pourtant que sept enfants en train de manger leur bolée de riz  avec leurs baguettes. Il devait faire froid, au vu du nombre de couches de vêtements qu’ils semblent porter. Ils sont assis sur les marches d’une maison, leur bolée à la main, certains ayant déjà des aliments en bouche.

.1. Sur les sept, un seul ne semble tenir ni bol, ni a fortiori ses baguettes. C’est le plus jeune assis au second rang à droite. J’imagine qu’on l’a  fait manger avant. C’est par lui que va commencer notre tour  de vue dans le sens des aiguilles d’une montre. Il porte un bonnet tricoté sur la tête, avec un rang de couleur plus claire et un médaillon sur le haut de son front. Il semble plus intéressé par le photographe que par le repas.   

.2.Devant lui, au premier rang à ses côtés, se tient assis un petit garçon qui offre une particularité remarquable. Il regarde le photographe les yeux dans les yeux et …nous aussi par la même occasion. Son bonnet tricoté est fait de bandes de couleurs différentes. Il tient ses baguettes à la main qu’il plonge dans la bolée devant lui, avec ses joues gonflées par la bonne nourriture, celle qui remplit le ventre des petits. Devant lui, à côté de son bol, se trouve un autre bol placé près du bord de ce banc haut, qui sert de table,  adapté à la hauteur des enfants assis. Je gage que c’est celui du petit - le n° 1- qui est derrière lui tout à droite.

.3. Au milieu du banc de devant, un jeune garçon, ses baguettes dans « le bec »,  tient fermement son bol d’une seule main, les baguettes coincées dans le coin droit de sa bouche, tout en regardant vers sa droite. Il  semble être le plus grand des garçons qui sont tous assis.

.4. Notre regard se porte maintenant sur le troisième enfant, plus jeune, à gauche sur le cliché. Il porte le même bonnet que son voisin de table, son bol incliné tout près de sa bouche. Quelqu’un doit leur parler, sur leur droite, qu’ils écoutent avec attention.

.5. Cette fois-ci, c’est au tour d’un petit garçon assis au bout du banc sur une petite chaise. On le voit de profil ; il est en train de manger en regardant ses grands frères pour savoir s’il fait bien, comme s’il guettait leur approbation. Il porte son bonnet fleuri, me semble-t-il, une superbe veste ornée de fleurs, une sorte de couverture au-dessus de son pantalon et enfin encore des fleurs sur ses chaussons. 

.6 &7. Voyons maintenant les deux enfants qui se trouvent debout en arrière des petits garçons assis devant. Le plus petit à droite sur le cliché porte ce qui pourrait ressembler à un foulard foncé qui laisse apercevoir des cheveux fins comme coupés « au bol ». Le jeune enfant, qui tient son bol tout près de sa bouche, donne l’impression de pousser la nourriture dans sa bouche. Le plus grand regarde franchement le photographe dans les yeux, tout comme d’ailleurs le petit garçon au premier rang à droite, tout en tenant son bol devant sa bouche, mais cette fois-ci sans bonnet ni foulard sur sa tête…alors qu’il ne doit pas faire chaud.

. En 8ème position et sans que j’en ai parlé avant, mais je suis sûre que vous l’avez remarqué, voici un guetteur inattendu qui fait intégralement partie de la scène. C’est  le coq que le journaliste de l’Illustration décrit comme « un coq familier –qui – guette patiemment le geste généreux qui lui permettra de participer au festin.» 

Les 7 petits enfants chinois, L'Illustration 11.11.1991, Cl.EPoulain

Les 7 petits enfants chinois, L'Illustration 11.11.1991, Cl.EPoulain

Le  commentaire est tout à fait intéressant. «Ils sont là sept petits Chinois fort occupés à vider leur bol de riz, gloutonnement mais correctement à la mode de leur pays, en maniant les traditionnelles baguettes – cependantsuit la phrase sur le coq. La scène, tout récemment saisie à Amoy, par un photographe local, M. Mee Cheung, est vivante et plaisante. Cette vision sereine de l’intimité chinoise ce tableautin assez ‘Vieille Chine’ des tout petits à table est curieux  à reproduire … Il est à remarquer que, parmi les petits Célestes de notre document, il n’y a que des garçonnets. Les fillettes sont ailleurs, on ne sait où et peu importe, car les femmes comptent peu en Chine, où les hommes et même les futurs hommes ne les admettent pas à leur table. »           

Et c’est là, où je suis en désaccord avec ce commentaire à un double titre, bien entendu  sans certitude aucune. A bien regarder le cliché (29,2 cm sur 22,2) posé  à côté de moi, je pense que les petits garçons sont tous assis près du banc. C’est bien ce que dit le commentaire de l’Illustration. Regardez bien leurs pieds : certains ont des chaussons, des chaussures, des sandales de celui du milieu dont on voit les doigts de pieds. Ils seraient donc au nombre de quatre.

Les enfants en arrière, debout, sont des petites filles, auxquelles il faut joindre le petit « bout de chou » (tout à droite), dont on voit me semble-t-il  le pied gauche qui a une drôle d’allure. Il me semble bandé. Une information que je viens de lire sur wikipedia précise aussi qu’elles n’avaient pas le droit de manger à la table. C’est bien le cas : il y a quatre  garçons et trois filles.

                                                *******          

Pour suivre le chemin 

. L’Illustration du 11.11.1911, photo de Me Cheung Amoy

. Amoy est l’ancienne dénomination de la ville d’Hia-Men, qui est un port de Chine situé dans une île située en face de Taïwan, qui fut l’un des premiers ports ouverts en 1842 aux marchandises en provenance d’Europe…d’après le Grand Larousse encyclopédique, Ed. 1962

. Les pieds bandés des petites filles, à retrouver sur wikipedia, où il est précisé aussi que les femmes et donc les petites filles ne sont pas admises à la table         

          

 

Commenter cet article