Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Blog d'Elisabeth Poulain

Angers-1995 > La crue de la Maine, vue de la rive droite > Clichés

14 Janvier 2019, 11:31am

Publié par Elisabeth Poulain

Inondation de la Maine 1995, tourbillon à l'approche du pont de Verdun, Cl. Elisabeth Poulain

Inondation de la Maine 1995, tourbillon à l'approche du pont de Verdun, Cl. Elisabeth Poulain

Ce sont évidemment des photos papier reprises en numérique que je vais vous présenter, sans pouvoir exactement vous indiquer les  dates exactes auxquelles  je les ai faites. La seule précision que je peux apporter est qu’il était encore possible de « passer le pont » au sens de traverser la rivière par le pont. Mais, c’était vraiment « limite » comme vous allez le voir.

En commençant par vous donner quelques informations sur la Maine. C’est la plus courte rivière de France qui offre en outre la particularité de ne pas avoir de source. Elle résulte en effet de la jonction entre la Mayenne, la Sarthe et son affluent, le Loir. Visiblement il avait beaucoup plu dans tout le bassin amont et aussi forcément en aval, à la confluence avec la Loire, de sorte que  l’eau en excès à Angers a été  « barrée » en aval par la hauteur de l’eau de la Loire dés Bouchemaine. Les apports d’eau en excès sont donc venus par l’amont et surtout aussi par l’aval.

Inondation Angers 1995, Vue sur l'eau de la Maine en amont du pont de Verdun, Cl. Elisabeth Poulain

Inondation Angers 1995, Vue sur l'eau de la Maine en amont du pont de Verdun, Cl. Elisabeth Poulain

En remontant la Maine à la hauteur de la place de La Rochefoucault-Liancourt qui est un grand espace boisé en hauteur sur son pourtour , qui « sert » de parking à ceux qui travaillent dans le Centre ou se rendent notamment au CHU proche en amont, j’ai pu prendre quelques clichés de la rivière. Je m’étais placée au début de l’autre pont, en amont cette fois-ci, celui de Haute Chaîne  de façon à bien voir la hauteur de la crue, en bas dans le lit de la rivière. Mais si vous regardez bien vous voyez qu’il y a aussi de l’eau à droite du muret, c’est-à-dire sur cette fameuse place. 

Inondation Angers 1995, Vue sur la Place de la Rochefoucault, Cl. Elisabeth Poulain

Inondation Angers 1995, Vue sur la Place de la Rochefoucault, Cl. Elisabeth Poulain

. Jamais je n’aurais jamais eu « le courage » ou « l’inconscience » de marcher sur le muret pour faire la photo du siècle, avec l’eau de la Maine recouvrant à la fois  les quais à ma gauche et, à ma droite, la Place de la Rochefoucault-Liancourt, que l’on ne voit que sur quelques mètres. Toutes les voitures avaient été enlevées à la demande de la ville. Et ceci pour éviter la question du « flottement » des voitures, qui aggrave la dangerosité de la crue. Le cliché montre également que la crue s’étendait aussi sur la place. On voit mal parce que c’est très sombre ; néanmoins  on perçoit  un halo vertical de lumière entre deux troncs et l’extrémité des branches.

Inondation Angers 1995, Vue sur la Maine à l'approche du pont de Verdun, Cl. Elisabeth Poulain

Inondation Angers 1995, Vue sur la Maine à l'approche du pont de Verdun, Cl. Elisabeth Poulain

                    

On voit clairement que l’eau de la Maine avait atteint un niveau inégalé. L’abondance des pluies venant d’en haut, de l’amont et de l’aval ne suffit pas à expliquer cette situation . Une autre « source » tient en la composition du sous-sol de ce « vaste espace » qui est composée à la fois de terre ferme à la hauteur du Grenier Saint-Jean et d’un « creux »  devant la Porte d’Entrée de l’Ecole des Arts et Métiers. C’est aussi par-là, par ce fossé sous terre  qui avait été comblé par des matériaux  composites, tels que des pierres, de la terre…, que l’eau de la Maine remonte quand elle est reçoit trop d’eau, des pluies, de l’amont, l’aval faisant barrage à l’écoulement. On comprend alors mieux la situation, en voyant un marcheur avancer sur l’asphalte en lisière de l’eau. J’étais alors placée plus en retrait sur la rue.

Inondation Angers 1995, Vue sur la cathédrale et la montée Ste Morille, Cl. Elisabeth Poulain

Inondation Angers 1995, Vue sur la cathédrale et la montée Ste Morille, Cl. Elisabeth Poulain

             

C’est par cette dernière vue  que se termine ce premier billet.

 

Pour suivre le chemin

. Sur la rivière « Maine »,    https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/angers-49000/est-ce-quon-dit-la-maine-ou-le-maine-4420180

 . Sur ses crues en amont d’Angers et celle de la Loire en aval, https://www.wiki-anjou.fr/index.php/Crues_en_Maine-et-Loire

. Pour la crue de 1995, voir plus spécialement   https://fr.wikipedia.org/wiki/Crue_de_la_Maine_de_1995

                                                                         **   

. Sur la Place elle-même, lire un billet en date du 22.09.2012 - sur ce blog – concernant le projet de l’urbaniste Grether   ayant pour objectif de transformer de cette grande place en un bel espace polyvalent  http://www.elisabethpoulain.com/article-la-place-la-rochefoucault-angers-variations-sur-son-nom-et-son-avenir-110417955.html

. Clichés Elisabeth Poulain datant de 1995, reprises en numérique, avec forcément des modifications de teintes… !

Et quant au sous-lignage, il m'est impossible de l'enlever! 

     

Commenter cet article