Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Blog d'Elisabeth Poulain

1 Art + Dentelle + Broderie = Habillage de la bouteille de vin

7 Décembre 2007, 18:00pm

Publié par Elisabeth Poulain

zertyg.jpgC’est une drôle d’idée que de penser que la broderie est un art et non pas un moyen simple d’occuper les mains des dames pour éviter qu’elles se mettent à penser par exemple. Il fut un temps aussi où la broderie était une obligation sociale. Avant de se marier, la jeune fille devait monter son trousseau et marquer le linge à ses initiales, comme preuve de son savoir-faire et de sa capacité à maîtriser le temps et les choses de la maison.
 
Car c’est bien de broderie dont il s’agit quand on visite la 12ème Biennale internationale de la dentelle, Art contemporain qui vient de fermer ses portes à Angers. La broderie est l’art d’exécuter à l’aiguille ou à la machine des motifs ornementaux sur une étoffe servant de support. La dentelle est un tissu ajouré constitué de fils entrelacés formant un fond en réseau, sur lequel se détachent des motifs, réalisé à l’aide d’aiguille, de fuseaux, de crochet. Dans l’art contemporain, le travail demandé aux artistes est « d’être porteur d’idées actuelles et assimilable à la dentelle, en répondant à des critères de liberté de concept, de mouvement, de transparence, d’occupation de l’espace et présenter un caractère innovant. C’est ce que précise le règlement de la biennale créé en 1982 à Bruxelles par Colette Steyvoort, maître dentellier et qui est récompensée par le Grand Prix de la Reine Fabiola.
 
C’est une artiste française, Fanny Violet qui, comme lauréate 2004, a pu présenter une exposition personnelle au sein de la biennale récente. Une des œuvres exposées à Angers s’appelle « la mémoire, une dentelle de mots. » Elle a évidé le devant d’une chemise de nuit ancienne en lin en forme d’un corps de femme avec beaucoup de rondeurs. Puis elle a rempli ce corps « vide » d’un texte écrit au fil rose à la machine avec un tracé qui re-forme les rondeurs autour des seins, de la taille, des hanches. Ces formes sont magnifiées avec des mots d’amour piqués à la machine, sans interruption, une véritable ode au corps de couleur rose. Les mots sont tirés d’un texte du Cantiques des Cantiques où le roi Salomon et sa femme chantent leur amour et leurs désirs.
 
Devant vous se tient accroché au plafond et éloignée du mur, une chemise en lin à forme de trapèze, qui enserre un corps dessiné de femme avec des mots d’amour sans fin écrits en couleur rose pâle, une forme présente et pourtant transparente puisqu’on voit l’arrière du tissu du dos de la chemise, entre les mots. Et on s’approche, on regarde, on voit dedans, on devine quelques mots dans cette écriture liée très ronde faite à la machine. Revenue chez soi, il faut ensuite faire une petite recherche sur le net pour apprendre que cette technique de broderie nécessite une machine à broder à carte et du papier à broder sur lequel la broderie est portée. Un simple lavage permet de faire partir le papier soluble : ne reste que la broderie à effet dentelle. L’opposition entre la broderie et la dentelle s’est effacée pour libérer la magie de ces mots brodés, porteurs de mémoire, qui forment certainement l’œuvre d’art la plus bouleversante que j’ai vue depuis longtemps.
 
L’habillage de la bouteille de vin a beaucoup à voir avec cette création. Chacun des mots utilisés pour définir ce qu’on attend de l’artiste dentellier peut s’appliquer pour concevoir l’habillage de la bouteille : l’occupation de l’espace, le mouvement, la transparence, la liberté. J’ai seulement changé l’ordre de présentation.
 
-        L’occupation de l’espace,
La bouteille est un volume dont il faut habiller (habiter) l’enveloppe extérieure. Se posent alors des questions sur le but recherché, la façon d’y parvenir et l’équilibre. On touche à nouveau à l’occupation de l’espace lorsqu’on parle de l’étiquette. Ce sont les réponses données à ces questions qui donneront un effet de mouvement ou pas. 
 
= Il y a actuellement 3 tendances :
. l’épurement pour jouer la finesse, en magnifiant la ligne de la bouteille
. la densification renforcée ou gardée pour accroître la complexité ou
. le choix d’une autre variable pour se distinguer. 
 
-        Le mouvement peut s’entendre de deux façons, selon qu’il vise la bouteille ou
      l’étiquette.
. Pour la bouteille, le mouvement change selon qu’on cherche à hausser ou à baisser son point d’équilibre pour jouer avec l’œil et la main. Il y a des bouteilles assises si lourdes qu’elles occupent beaucoup d’espace, certaines qui dansent, d’autres debout en attente, certaines à retenir avant qu’elles ne s’envolent…
. C’est aussi le mouvement entre les lignes de force qui agissent dans le cadre de l’étiquette qui constitue son équilibre profond. Un grand trait rouge qui barre l’étiquette ne veut pas dire la même chose selon qu’il est en oblique coin gauche bas-coin droit haut (pour voler) ou l’inverse (pour ancrer). 
 
= La tendance est à revisiter chacune des parties constituantes d’une bouteille pour accroître, diminuer ou stopper le mouvement qui lie la bouteille à l’élément terre et à l’élément air. L’intéressant est que même la version minimaliste créée le mouvement car l’œil volète toujours autour et dans la bouteille.
 
-        La transparence est toujours une dimension présente même quand la teinte du verre est si foncée qu’il est impossible de voir la couleur du vin. C’est l’étiquette papier de qui souvent va servir de fenêtre pour voir à travers le verre de la bouteille. Elle peut renforcer cet effet grâce à un ensemble de lignes et d’effets visuels. La fenêtre peut aussi s’ouvrir comme une porte pour rentrer dans la maison. Le reflet est aussi un jeu à double degré sur la transparence. Le verre lui-même peut au contraire jouer l’effet transparence, en particulier pour les rosés et les blancs fruités ou liquoreux. 
 
= La tendance est à varier les effets transparence obtenus avec certains papiers, des typos inhabituelles, des couleurs ou métal à chaud, des brillances atténuées du verre, la sérigraphie qui efface le papier, le plastique transparent, des pièces supplémentaires posées comme des colliers pour attirer le regard et jouer de la profondeur…
= Il existe déjà sur certaines étiquettes un peu une recherche de profondeur, avec des mots écrits choisis pour leur effet graphique et placés en dessous des mentions obligatoires. Sans recherche de sens le plus souvent.
 
-        La liberté est celle du créateur. En matière d’habillage de la bouteille, comme dans tout autre domaine, il est toujours possible de choisir de faire à sa façon, en donnant du sens pour dire quelque chose, tout en restant dans un cadre culturel et réglementaire donné.
 
= Penser que la contrainte réglementaire nous empêche d’innover signifierait qu’il n’est plus de pouvoir de dire, de transmettre ou d’évoluer. Comme le fait Fanny Violet en magnifiant une forme avec des mots piqués, selon une technique nouvelle, qui permet à l’esprit de voir ce qu’il ne peut voir, l’intérieur, avec une force d’hommage à la fois respectueuse de secret qui est caché dedans et douce et ronde pour en renforcer le sens.
 
 Le plus intéressant dans ce rapprochement entre l'art et l'habillage c'est que des mots comme transparence prenne un nouveau sens. celle-ci peut se définir comme le rapport entre la sensualité de la matière et la spiritualité de l'imaginaire.  

 

Commenter cet article