Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Blog d'Elisabeth Poulain

Différences interculturelles, modes de raisonnement, modes de gouvernance et attitudes face au vin

18 Avril 2008, 09:27am

Publié par Elisabeth Poulain

 

     

Périodiquement les différences interculturelles se rappellent à notre souvenir. Nous ne pensons pas tous de la même façon. Il y a par exemple un mode de raisonnement que nous pouvons appeler latin et un autre anglo-saxon, qui ont chacun leurs particularités.

 

Beauvais-Salamandre en cuivre sur une maison
Quand Napoléon décide de réformer la France, il raisonne en bon méditerranéen qu’il est. Il décide d’une façon très novatrice de dire ce qu’est le droit. Pour cela, il réunit les meilleurs juristes de l’époque pour édicter les règles devant gouverner les citoyens : ce sera le Code Civil par exemple qui représente LE droit puis tous les autres codes qui vont le compléter. Pour savoir ce que doit faire un citoyen, il suffit à celui-ci de se référer à la règle quasi-immuable qui s’impose à lui et le concerne. Si je devais visualiser la relation, je dirais que le citoyen est en bas d’une flèche  commençant par la Loi d’essence quasi-divine, puis le gouvernement qui gère l’application de la loi et la modifie avec prudence et le citoyen.  


Quand on est anglo-saxon, on raisonne autrement. On se base sur les faits, et non plus sur la règle, pour chercher à savoir ce qu’il en est et ce qu’il faut faire. Le citoyen par exemple peut alors consulter les décisions de justice édictées par les juges qui vont à chaque fois  définir ce qu’est le droit à ce moment précis en fonction des circonstances précises. La justice vient de la précision apportée par les juges. Certes, ce sont des experts mandatés par la puissance publique, réunis en collège mais ce sont avant tout des personnes qui ont à chaque fois la délicate tâche de dire ce qui est juste à ce moment là. La relation s’inscrit là dans une relation beaucoup plus égalitaire sans avoir besoin de relever la tête vers une loi sacralisée et plus rigide. 
 
2008-avril-2-023.jpg
   

Ce double lien à l’Etat et à la loi induise deux types de raisonnement. Le système latin est basé sur la déduction qui va du général vers le particulier, de la règle vers l’application ; le système anglo-saxon est lui dit inductif. Il consiste à partir du particulier pour aller vers un général plus souple puisqu’il est la résultante d’un kaléidoscope. Le droit latin est l’œuvre de juristes au service du pouvoir étatique, le second est issu de la décision de juges qui ont à résoudre une affaire de justice concernant un ou plusieurs citoyens. La relation envers le droit et l’Etat sont différents.  

Arrive alors un troisième critère, celui de la religion et des relations individuelles que chacun entretient avec Dieu. En pays latin, le pouvoir de l’Eglise catholique repose sur une double essence, la nature divine de la loi religieuse et la nature étatique de cette église romaine qui s’impose naturellement aux habitants d’un pays catholique. En pays protestant, l’individu est seul face à Dieu : c’est à lui de créer et renforcer cette relation. Il commence d’ailleurs par choisir son église. Il adopte vis à vis de celle-ci une attitude beaucoup plus égalitaire. Il en attend moins parce qu’il s’engage plus en tant que personne. 

2008-9-juillet-divers-011.jpg   

Cette dichotomie a des conséquences intéressantes au niveau de la gouvernance d’entreprise. Dans les pays anglo-saxons, l’entreprise est toujours en recherche de la meilleure adaptation à la mutation. Rien n’est garanti puisque rien n’est stable. La concurrence est naturelle puisqu’il s’agit de trouver la meilleure voie vers le succès qui est béni par Dieu : « God bless America ». En pays latin traditionnel, l’entreprise aurait plus tendance à se tourner vers l’Etat dans l’attente que celui-ci rétablisse la situation permettant à la règle de s’appliquer. D’où les démarches qui apparaissent incongrues aux yeux d’Anglo-Saxons attentifs de ce que nous faisons : décider de fixer les situations, demander au gouvernement de protéger l’entreprise contre la concurrence étrangère, garantir une vie sans changement…Comme le dit l’économiste belge Bruno Colmant : les Européens choisissent les certitudes réglementaires et l’uniformité tandis que les Anglo-Saxons postulent la flexibilité et l’optimisme 

Mais les choses changent et vite. Les entreprises françaises bougent beaucoup, les entreprises européennes aussi. La question de la nationalité des entreprises et de leur management est d’ailleurs posée. On vient ainsi de ‘découvrir’ que les gens travaillent mieux quand ils parlent leur langue de naissance. Commencent à se dégager des situations qui sont  des ‘ni-ni-ni’, ni latine, ni anglo-saxonne, ni… mais un ‘déjà et +’, déjà mondialisée et adaptées à la concurrence, sans que l’on sache exactement où nous conduit ce pluralisme. En tout cas vers un ailleurs que nous ne connaissons pas, comme nous le montre l’exemple de la Chine qui a adopté la nouvelle attitude faite à la fois d’une modernité pragmatique étonnante et d’un attachement très fort à ce qui est le paradigme de l’Empire du Milieu : œuvrer au développement de la Chine. Le lien qui unit le citoyen à son gouvernement est plus centré sur la fierté d'être chinois que sur la demarche individuelle. Quant à la réglementation, elle est adoptée par les pouvoirs publics chinois dans sa version  américaine très réactive par rapport au marché, avec l'intention de l'appliquer d'abord aux co-entreprises occidentales implantées en Chine. Le droit contemporain est alors une preuve de la modernité de la Chine. Cependant les pouvoirs publics partagent avec la France en particulier la vision d'un Etat centralisé. Les relations entre l'Etat, le droit et le citoyen sont à voir dans cette optique novatrice par rapport à ce que nous connaissons.     
 
Cassandre-Le verre pour Nicolas
   

Dans le domaine du vin, la situation est très variée au plan mondial. Dans l’UE, on y trouve une logique étatique et institutionnelle d’une part et une logique de marché d’autre part. Cette fois-ci la frontière se situe à l’intérieur même de l’Europe, avec d’un coté une France toujours très latine très attachée à la réglementation des AOC, de l’autre ses deux voisines l’Italie et l’Espagne qui ont intégré les deux démarches et les nouveaux Etats membres qui sont déjà aussi dans une logique de marché tout en essayant de se protéger grâce à la réglementation européenne.  Quant à la Chine, elle emprunte là aussi une voie nouvelle, reposant sur trois étapes: en 1, attirer il y a près de 30 ans les investisseurs étrangers sur son sol pour produire du vin au ratio qualité/prix imbattable exportable dans le monde entier, en 2 apprendre le métier du vin et constituer un embryon de filière et en 3, constituer un vignoble chinois aux mains des Chinois. C'est ce qui se passe maintenant. D'abord basé sur les marchés étrangers, cette phase est ciblée sur la montée en qualité technique et réglementaire, afin de rassurer sur la démarche et de prouver la compétence. Exactement, comme les vignerons français.  

Pour suivre le chemin
-        lire l’article sur la différence économique anglo-saxonne de Bruno Colmant, président d’Euronext, professeur à HEC-BE,  dans Trends-Tendances 16.08.2007,
-        voir sur www.udi.hec.ulg.ac.be/cours/seminaires, le séminaire de Gabrielle Gérard sur le management interculturel
- et relire Geert Hofstede et Edward T. Hall.    

- La photo représente une salamandre qui, comme chacun sait, résiste au feu et se régénère à chaque fois. Cette oeuvre figure sur la façade de la Maison Gréber, au 63 rue de Calais à Beauvais (Oise). Chales Gréber orna la maison en preuve de son savoir-faire. Sculpteur et céramiste, il était originaire du Tyrol autrichien  et sut avec sa famille développer la fabrique de céramique et assurer une production de qualité représentative de l'art de la céramique dans le Beauvaisis.      

 

Commenter cet article