Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Blog d'Elisabeth Poulain

Que mangez-vous, que buvez-vous, Jane Goodall?

18 Mai 2008, 17:13pm

Publié par Elisabeth Poulain

Ah, la belle question, surtout quand elle est posée à l’auteur de « Harvest for Hope, A Guide for Mindful Eating » (La moisson de l’Espoir, un guide pour donner du sens à ce qu’on mange)  paru en français sous un titre qui me titille « Nous sommes ce que nous mangeons ». Je suis d’accord avec l’énoncé qui est directement emprunté à Claude Fischler, le grand chercheur français parmi les plus renommé qui le premier a énoncé le principe d’incorporation dans l’Homnivore. Nous devenons lion quand nous mangeons son cœur et ainsi nous en prenons la force. C’est ainsi que raisonne le chasseur dans la savane. Mais pas seulement, si non on ne dirait pas fort comme un lion. Et puis le cœur est donné à l’homme, jamais à la femme.

 

Alors Jane et vous, qu’en pensez-vous du cœur du lion ? Je dirais que c’est un double très mauvais exemple. En effet Jane est végétarienne depuis des années et en plus on l’imagine mal aller à la chasse pour prendre seulement le cœur de l’animal. Laissons les en paix, la planète se portera certainement mieux. Il ne suffit pas de dire que Jane est végétarienne ; elle a beaucoup réfléchi et applique une véritable stratégie face à la nourriture : manger bio, équitable, peu et d’une façon très simple, si ce terme a encore un sens, et    adapté au lieu où elle se trouve. Elle décrit une journée type applicable en France ou en Tanzanie.

 

Le petit déjeuner s’articule autour d’une tasse de café  avec un demi-toast de blé complet sur lequel elle ajoute, marmelade d’orange ou Marmite. Vous gardez l’autre partie du toast pour le dîner du soir avec des œufs brouillés. A midi, des légumes avec une petite pomme de terre, cuits à la vapeur,  parfois une pomme de terre au four avec du fromage, mais alors sans légumes ; ou quand c’est jour de festin semble-t-il, un plat de macaronis cuits au four. En fin de repas, une tasse de café et quelques morceaux de chocolat. Entre les repas, un petit gâteau ou un fruit.

 

Quant à la boisson, le soir, Jane garde l’habitude très anglaise de déguster un doigt de  whisky écossais, avec une goutte d’eau et surtout sans glace. Au dîner qui suit,  elle boit un verre de vin rouge, bio évidemment. D’ailleurs, il existe maintenant, non pas un vin Jane Goodall , mais un vin « Gorilla, Grands Singes » produit par Comte Cathare en bio-dynamie pour promouvoir l’Institut qui porte le nom de cette scientifique. Jane débuta en effet sa carrière de chercheur en publiant une étude sur les chimpanzés de Gambie.  Le vigneron qui a eu cette idée généreuse est Robert Eden, le fils d’Anthony Eden, ancien Ier Ministre britannique.

 

En voyage, Jane Goodall fait preuve d’un grand sens pratique. Elle emporte toujours avec elle un petit stock alimentaire pour parer aux difficultés d’approvisionnement : café, crème, sucre + soupe de tomate. Elle dispose d’une résistance pour chauffer l’eau du café et/ou de la soupe. Elle rapporte de ses voyages en avion petit pain et beurre, comme ce qu’on faisait en Tanzanie « lorsque l’économie du pays était au plus bas », de façon à assurer son repas du soir.

  En conclusion elle mange peu, équilibrée et dégage une énergie qui paraît-il fait plaisir à voir. 

 
Pour suivre le chemin
 - marmite est le nom d'une marque anglaise de pâte à tartiner, faite à parir de levures utilisées pour la bière
- ouvrage paru chez Actes Sud, questions de société, février 2008
- vous saurez tout  sur le site de Jane : www.janegoodall.fr
- le vin ne figure pas sur le site de Robert Eden, Château Maris 34212 la Livinière,  robert@comtecathare
-
merci à Wikipedia pour les drapeaux du RU et de la Tanzanie
- sur ce bog, voir aussi dans cette série Alan Booth, Anglais vivant au Japon.  
  

Commenter cet article