Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Blog d'Elisabeth Poulain

Un petit jardin secret à Sassetôt Le Mauconduit, Normandie

14 Juillet 2008, 11:20am

Publié par Elisabeth Poulain

Je vous connais ! Vous allez me dire que tous  les jardins sont toujours un peu secrets par définition. Aucun ne peut ressembler à un autre puisque le jardin est le reflet de celui qui y jardine et vice et versa;  mais Celui-là ne ressemble vraiment pas à un autre. D’abord il est situé dans un autre jardin, un grand celui-là, avec des pelouses, une mare, des anciens arbres fruitiers et des rosiers, luxuriants comme la Normandie sait les faire fleurir. Comme en Grande Bretagne, la voisine de l’autre coté de la mer, il y a beaucoup de rosiers et en particulier des rosiers-lianes qui se rattachent à des vieux poiriers. Il y a aussi çà et là, des outils anciens de la ferme qui était située à cet endroit. La maison de maître rénovée continue à se réveiller tous les matins au soleil de l’Est. La cabane à outil poursuit vaillamment son office.   
 
C’est un petit jardin placé à un endroit stratégique près d’une maisonnette qui fait office d’entrée. On ne peut pas dire qu’il occupe un point central, car il est placé au nord du grand jardin protégé des vents froids par une rangée de grands hêtres et une haie en talus redevenu  sauvage. Il rayonne donc uniquement vers le sud et pas seulement dans l’espace du parc. Il rayonne aussi par sa fonction d’attente ou  de détente, quand les invités ou les amis sont partis à la mer à quelques kilomètres admirer les falaises du haut du GR 21 Ce petit jardin est aussi un peu oublié à cause des deux bancs légèrement placés de biais de part et d’autre face au parc. Après avoir demandé l’accord du Jardinier du Parc pour mettre un peu de désordre, nous sommes partis à 4, avons continué à 2 pour n’en garder qu’1 à la fin.  
 

. Nous avons décalé l’axe du jardin, en renforçant le fond, en arrière des bancs pour consolider leur implantation, en cachant en particulier un pot dans une grosse plante à port retombant située au centre du jardin et qui en forme un cœur vert arrière. Pour renforcer le coté droit, une clématite dans un vieux pot en terre a été enterrée toujours dans le coté droit derrière le banc droit.  

. Nous avons beaucoup travaillé la partie avant-gauche du jardin, en enlevant les plants de pissenlit fanés, ce qui a permis de mettre en valeur des petites fleurs blanches et de retrouver un pot jusqu’alors un peu caché par des herbes.  

. L’idée a été de mettre de la couleur rouge dans le pot. Aussitôt pensé, aussitôt fait grâce à notre Ami le Jardinier, amusé par nos suggestions et notre enthousiasme. Un autre plant à fleur rouge placé dans l’arrière fond droit du jardin de façon a permis de créer une ligne rouge en biais à deux points d’ancrage, sans passer par le centre puisque pour l’instant il n’y en a plus vraiment.  

. Nous nous sommes alors occupés du quart avant-droit. Nous y avons rassemblés trois parties d’un tronc d’arbre, utilisés jusqu’alors comme repose-pieds, pour figurer un univers de bois dans ce décor minéral. Le sol est en effet surtout au centre recouvert de petits silex blancs et gris arrondis. Chaque tronc a sa particularité ; l’un en particulier était déjà évidé en partie. Il a été facile de lui enlever des fibres desséchées pour y loger une petite plante blanche, venue grâce à nous, de l’autre partie avant du jardin, gauche cette fois. De cette façon très symbolique, la partie droite a été réunie à la gauche, avec l’idée de visualiser le cycle de vie, le vieux bois permettant à la petite fleur de s’épanouir.
 
       

. Les trois parties du tronc d’arbre ont été placées en décalé de façon  à créer de nouvelles lignes non seulement entre elles mais avec l’autre coté du jardin, au centre cette fois-ci et presque parallèlement au bord de ce jardin rectangulaire. De l’autre coté, ont été posés des bois de formes, variétés et âges différents, debout, seuls ou couchés dans les herbes. Une ligne bois structure maintenant l’espace au milieu de la longueur.
 
 

. Il a fallu alors créer un autre cœur au jardin, en plus du vert qui est en arrière. C’est un très joli pot jaune qui nous en a donné l’idée. Nous l’avons placé à un endroit très précis sur l’axe  médian entre le centre vert au fond et l’avant . Ce pot vide a reçu de la terre  et une belle plante sauvage haute de couleur forcément jaune. Aucune autre fleur jaune ne contrarie son pouvoir de rayonnement au cœur du jardin. Cette fois-ci, c’est le vrai. L’assise du pot a été renforcée par de gros silex de couleurs différentes éparpillés autour. La pierre froide vient en renfort de la plante à la couleur chaude. Le cœur de chaleur est aussi un cœur de pierre.  

. Le lendemain matin, nous avons complété la structure du jardin en travaillant surtout l’avant du côté droit  proche d’un endroit passant pour éviter qu’il soit piétiné. Il a suffi de planter une plante à fleur rouge, entourée de deux jardinières qui protègent le coin.  
 

. Restait un dernier  élément placé sur la ligne bois au centre du jardin. Il y avait là, deux pièces de découpe d’un gros chêne posées  à terre, comme des pas japonais, un peu éloignées l’une de l’autre qui en fait formaient un tout. C’est une rondelle unique épaisse de quelques 8 cm de haut. Il a suffi de retourner  la plus petit partie pour voir qu’elle s’emboîtait parfaitement dans l’autre. Les deux pièces ont été rapprochées  et  décalées de façon à planter entre les cailloux trois petites plantes grasses qui se sont prolongées par des cailloux de différentes couleurs, pour former un soleil bien particulier. Cette fois, le jardin a aussi un coeur de pierre fait à partir du bois et de la plante.  

Vous comprenez bien pourquoi ce jardin est extraordinaire.  Il a plusieurs cœurs, végétal, minéral, de couleurs, plusieurs lignes de force en plantes, en couleurs, en bois, en pierre et beaucoup de couleurs. Il est très ouvert et en même temps bourré de symboles et de sens que nous lui avons donnés tout en lui gardant sa fonctionnalité. Il a, comme tout vrai jardin aussi, un coin un peu secret. C’est une très belle pierre grise claire veinée de blanc, semi-enterrée au pied de la clématite, qui donne le mystère.  


Extraordinaire parce qu'il a été refait en quelques heures, par quatre personnes qui ne se ne se connaissaient pas avant, qui ont inventé des façons de travailler ensemble, sans discours ni méthode préliminaire, en toute liberté, par ajustement continuel, l’un-e suggérant, l’autre faisant, le 3è poursuivant, le 4ème décalant et ainsi de suite…Tout ça avec ‘la bénédiction’ de notre Ami le Jardinier et l’amusement des autres qui riaient de notre plaisir.
 


Jusqu’à l’oiseau qui au petit matin a déplacé un caillou brun du soleil  de pierre, en preuve que notre désordre a été validé par l’ordre de la nature. Une autre preuve est qu’un des bancs a été utilisé par une des dames du groupe, qui téléphonait, pendant même que nous étions en train d’y travailler, sans la gêner et vice et versa.  
 


Pour suivre le chemin
. Les 4, ce sont Catherine l'humaniste chaleureuse, Solange la philosophe  vagabonde, Benoît le sage mystérieux et moi dans le rôle de l’iconoclaste qui rédige ce billet. 

. Voir sur ce blog,
-        Devinette savez-vous ce qu’est un mini-jardin ?
-        Des nouvelles des mini-jardins et des pissenlits   

. Le GR 21 est en fait le seul vrai moyen d’admirer cet ensemble unique au monde que constituent la mer, le vent, la craie, l’herbe et les bois profonds de hêtres poussant dans les vallées étroites dans lesquelles se sont implantés les villages au dessus de Dieppe. 

Photos EP 

Commenter cet article