Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Blog d'Elisabeth Poulain

Marronnier d'été et Ronde des Vins rosés en France (1)

23 Juillet 2008, 18:19pm

Publié par Elisabeth Poulain

Vous savez bien ce qu’est un marronnier ! Non, non pas l’arbre qui donne des marrons, mais

l’article de presse qui revient chaque année à période fixe. En été : 

. comment perdre du poids en mangeant de bons petits plats pas chers,

. comment séduire l’homme de vos rêves avec un décolleté époustouflant,

. partir faire du trecking sans préparation...

 

En matière de vins, ce sont les vendanges, le beaujolais nouveau, les grands et petits Champagne avant  Noël, le trio whisky-vodka-tequila aussi et au début des vacances d’été, le vin rosé. Ca y est, c’est fait, grosso modo, à la mi- juillet, des articles sortent encore sur ce fameux vin rosé.

 

A se demander ce qu’on faisait avant,  avant la vogue du vin rosé. On buvait quoi? Des blancs secs qui sentaient bon l’air du large et des fruits de mer. J’ai nommé Gros Plant et Muscadet et aussi des rosés d’Anjou et Cabernet d’Anjou, mais sans qu’on le dise.

 

Parce que c’est ça, la première distinction concernant le rosé, la différence entre ce qui se boit et ce qui s’écrit et la façon dont on en parle. Les premiers beaucoup moins chers et chics que les seconds. A placer sur le même plan, les grosses ventes faites de rosé à l’export, surtout pour l’Anjou, en particulier aux Pays-Bas et dans les pays nordiques. C’est avec le vin rosé que se trouve l’écart le plus grand entre un vin plébiscité par ceux qui le boivent et le vin déifié en tant que symbole culturel par ceux qui disent le vin et en fixent les codes culturels, entre un vin qui se vend et un vin qui se rêve. Un choc entre ordre marchand et ordre culturel toujours d’actualité.

 

Certains, et pas des moindres, ne citent même pas les vins rosés parmi le millésime 2007. C’est le cas de La Revue du Vin de France - Millésime 2007 -, qui accepte par contre quelques publicités pour le vin rosé, en faveur des vins du Languedoc en page 2 de couv., pour Celebris de Champagne Gosset, un rosé de Provence de la Commanderie Peyrassol de Provence et le Brut Rosé de Billecart-Salmon en pleine page avec son célèbre logo ‘signe d’exception’, pour ne pas avoir à dire que c’est un logo justement. 

 

C’est le seul vin qu’on peut désigner par sa couleur en occultant parfois le terme si culturellement riche de vin. C’est le vin rosé, quand on veut mettre l’accent sur la vinification ou le rosé quand on vise certainement plus une boisson, à boire l’été, avec un rien de condescendance. Quand Le Monde2 parle de Planète rosé, il ne dit pas autre chose, avec cet art si subtil de délivrer un message à peine subliminal.

 

Le Monde 2 se sent encore obligé de faire un rappel historique pour opposer les vins rouges à lettre de noblesse aux stars des campings. La phrase de Michel Bettane et Thierry Deseauve est à citer intégralement : le rosé, lui, acquérait le statut lucratif mais peu gratifiant de star des campings. Tout ça pour dire qu’il a fallu ensuite attendre les champagnes rosés pour attirer femmes et jeunes moins sensibles aux codes oenophiles. Heureusement qu’il y a les vins de  Champagne qui font de la publicité haut de gamme, en forme de photo volée,  comme ???? (vous le découvrirez plus loin) et Billecart-Salmon  avec la publicité déjà citée. Sans eux, le consommateur serait encore complexé ! Heureusement  aussi que la Provence joue le jeu d’une communication collective réussie, soutenue par la publicité de quelques domaines, comme ici Château Mentone avec l’Esprit Rosé.

 

La Loire, quant à elle n’est présente qu’en …rouge,  pour dire qu’un rouge de Loire bien frais remplace aussi le rosé dans sa fonction de vin de pique-nique. Encore une façon subtile de supprimer l’association Loire et Rosé, alors même que le titre de l’encart est « A table, une alternative au rouge ». Pour mémoire, rappelons que les vins rosés  de Loire représentent 20% du marché français (Provence 40% et +)! Le rouge encore apparaît cette fois-ci en publicité pour les Pinot noir d’Alsace, pour clore l’article de Laure Gasparotto. 

Jacques Dupont, le chroniqueur vins du Point offre une autre présentation des vins rosés. C’est vrai qu'il nous fait aussi le coup du camping des Flots bleus, encore plus fort d’ailleurs car il cite les Bidochon. Son article est paru avant de celui de la journaliste déjà citée.  Lui aussi parle des consommateurs décomplexés, maintenant décontractés. C’est mieux, on quitte la dévalorisation. La situation change car il axe beaucoup plus son article sur le terroir et la vinification. Il vous donne la description des ‘bons’ vins rosés : pas trop d’alcool, un peu d’acidité pour la fraîcheur, une couleur pas trop foncée et beaucoup d’arômes fruités et floraux.                                                                       

 

Il laisse la parole aussi à François Millo (Dr de l’interprofession des vins de Provence) qui précise que doubler le taux de sucre (2 à 4 gr) permet de favoriser la perception des arômes. Le sucre cette fois-ci présenté en valorisation et sans son aspect de diabolisation. Contrairement à la présentation du Monde2, cette fois, le choix éditorial a été de laisser la part belle aux vins rosés de domaine, pour la Provence & Co, 3 pages en tout dont 2 pleines d’adresses et 1 avec l’article de Laure Gasparotto. 

 

La Loire bénéficie de 2 pages où Jacques Dupont parle de diversité, de fraîcheur, de fruité, de taux d’alcool assez bas et d’un pouvoir rafraîchissant inimitable. Le Cabernet d’Anjou se vend très bien en France et à l’export. Il note pour finir les spectaculaires progrès de l’avancée du bio dans la façon de travailler la vigne. 

 

La Loire mise à l’honneur, son cabernet d’Anjou réhabilité, et la percée incroyable d’un changement des mentalités par les grands noms de ceux qui portent l’image Loire grâce à leurs vins. L’été commence bien, surtout aussi quand vous avez face à vous sur Le Point face aux noms des vigernons ligériens, une très belle publicité sur les vins rosés de Loire, qui citent toutes les appellations qui sont concernées : 11 (et sans compter le Centre) sur les 68 au total avec cette annonce : Grands rosés de Loire, Les vins qui ont un fleuve pour terroir. Ouf l’honneur est sauf : Rosé devient Grand en se voyant ré-attribuer sa nature de Vin !

 

C’est aussi ce que pense La Revue du Vin de France dans son numéro suivant dédié cette fois-ci aux vins d’été. Le vin rosé  - un Côtes de Provence/Domaine Gavoty - se trouve en couverture encadré à sa droite par un blanc – un Santenay.Vincent - et à sa gauche par un rouge –un Bergerac/Carles et Pascal.  Le dossier est si riche en informations qu’il va vous falloir le lire vous-même en entier. Retenez seulement un des messages délivrés par la rédaction : sachez être curieux, ne restez pas scotché à vos habitudes (ou à celles de votre caviste), bougez-vous et découvrez les Pinot gris de Reuilly, le clairet de Bordeaux, le rosé sec du Sud Ouest, ceux de la Méditerranée, tout en goûtant Rouge de Loire (le re-voila, cette fois-ci en positif) avec  Antoine Gerbelle qui a choisi l’Hurluberlu, un Saint Nicolas de Bourgueil  de Sébastien David, Cépages étrangers, Bourgogne blancs, Blancs de Provence, Vins der pays avec en particulier un Chardonnay du Château de la Ragottière.  

Une nouvelle étape est enfin franchie : la représentation du vin rosé a rejoint l’orbite de la culture du vin

Pour suivre le chemin

. La Revue du Vin de France, n° 522, juin 2008

. Le Monde2, Planète rosé, 21 juin 2008

. Le Point, Eté 2008, Nos meilleurs rosés, 12 juin 2008

. Publicité Vins Rosés de Loire à voir sur www.vinsdeloire.fr

. Vins de Loire cités par Jacques Dupont, dans un prochain billet.

. La Revue du Vin de France, n° 523, juillet-août 2008 

. L'Hurluberlu de Sébastien David de saint Nicolas de Bourgueil est en vente sur www.ochato.com/producteur/domaine-Sébastien     au prix de 7,5 EUR

. Peintures Dulux
. Publicité Vins de Loire

. NB: les caractères gras de fin de billet ne sont pas de mon fait!

Commenter cet article