Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Blog d'Elisabeth Poulain

Vite, vite, bougez-vous, changez

28 Août 2008, 11:23am

Publié par Elisabeth Poulain

Oui, c’est vrai. On vous dit de vous bouger, de faire du sport. Comprenez que vous devez aller chercher la baguette à pied et non plus en voiture. Quelle aventure ! Mais vous pouvez faire beaucoup mieux. Un peu de pep que diable ! Allez en train à Bruxelles et pas par le Thalys pour commencer. Pourquoi ? Pour changer, évidemment. La gare du Nord a certainement beaucoup de charme mais on peut s’en passer. Je préfère la gare Saint-Lazare, petite et à taille humaine. C’est vrai qu’elle ne va pas bien loin. C’est peut être pour cela. Les plus grands voyages sont aussi et d’abord intérieurs.  

UN. Passez par Lille, ensuite Gand et enfin Bruxelles. C’est excellent pour voir une campagne qui préfigure ce que sera demain : un nouvel espace vert très bien entretenu avec des maisons, des jardins, à côté de prairies, avec des vaches. Oui Madame, des vaches, et pas de gens. Sans délimitation réelle entre les activités. 

DEUX. A Bruxelles, pas de taxi, mais le tramway. Vous montez par n’importe quelle porte et allez voir le conducteur qui vous parle et vous vend, tout en roulant, 1 ticket contre 2 E. Cher, la fois d’après vous achetez une carte, 10 passages, 11 E, valable 3 ans. Le tramway, c’est un bain interculturel riche et ça fait beaucoup de bruit, j’aime. 

Rien à voir avec un bus si lourd, surtout quand il est double. Je vous en recommande l’usage la nuit avec un chauffeur un peu speed sur les pavés déjointés devant le Palais royal. Fantastique, vous sautez de 30 cm de haut sur votre siège quand le bus prend les virages à la corde. J’étais la seule à rire. Bizarre. C’était normal pour les autres. 

TROIS. A l’arrivée, tirez un matelas moelleux pour le poser devant le canapé dur et fixer devant vous hypnotiquement un tapis sculpture, avec des îles, sur lequel on ne marche pas. C’est beau comme de l’eau qui coule. Et hop un petit roupillon pour vous mettre d’attaque. 

QUATRE. Vous avez faim. Normal. Pas d’erreur maintenant, du style sandwich pain blanc et tranche de jambon + 1 tranchette de Gouda + 1 rondelle de tomate avec des grains encore verts. Non, vous allez chez Delhaize et vous foncez au rayon pain. Vous prenez les plus goûteux en forme de bouton de marguerite ou la baguette de tournesol dont la couleur avoisine celle du Pumpernickel, un peu moins noir quand même, beaucoup plus doux au goût. 

CINQ. Chez Delhaize, vous achetez vos pois chiches (c’est mon aliment fétiche actuellement, qu’on a du mal à trouver en Anjou : y aurait-il des menaces sur l’approvisionnement ou de la spéculation sur le marché mondial ?), des carottes, du riz long grain, des tomates séchées, des graines germées de luzerne, ++ ce qui vous tente. Vous rentrez  et vous préparez tout ça, en un tour de main. Evidemment, en n’oubliant pas d’ajouter votre touche personnelle bien sûr. C’est une quasi-obligation sociétale quand on achète du ready-made. Résultat, nous avons, nous, mangés nos hamburgers à la grecque ( à cause de la présence d’un peu de feta et d’olives) comme ça. 

SIX. Pour faire glisser en savourant, vous vous versez un Rioja, Torreadea, Tinto 2007,   dans un très beau verre à pied et à bord fin. Si vous n’avez pas de verre, rien, de l’eau chaude ou du thé vert léger à très petite gorgée, bien sûr. Si peut être, mais après le repas, du Combucha ou Kombucha. C’est une boisson fermentée et pasteurisée à base d’infusion aux herbes : jus de sureau, thé fermenté au combucha, infusion de baies de cynorrhodons et fleurs d’hibiscus.   

SEPT. Pour vous bouger, vous partez de l’avenue Louise (les Champs-Elysées bruxellois, faîtes attention, il y a aussi une rue des Champs Elysées proche du Delhaize d’Ixelles d’ailleurs), et vous descendez Place Flaget qui a été enfin reliftée après des années de travaux. Le résultat minéral à souhait est réchauffé par le plus grand banc en bois verni d’Europe (plus ?) et des jets d’eau. A voir avant de faire le tour des étangs d’Ixelles. 

HUIT. Aux abords des étangs, il y a beaucoup de canards à hautes pattes et de très belles maisons art déco & co qui peuvent admirer les grands arbres et les étangs d’en haut. Il y a aussi quelques immeubles hauts récents, dont l’un joue la carte du vert à foison. Le végétal est plus fort que le minéral ; il dévore la hauteur du penthouse et coule vers les étages inférieurs. Faisant fi des fenêtres qu’il recouvre d’un voilage vert extérieur qui bouge au vent

Le promeneur  peut aussi regarder à sa hauteur pour voir comment sont agencés des petits jardins de  ville (10/20m2), avec topiaires de petite taille – buis et ifs jeunes -, des bambous à racines en motte ( = sans rhizomes surtout) pour donner de la structure, beaucoup de graminées qui ondulent au vent pour la douceur du mouvement et toujours du lierre qui s’adapte bravement à toutes les situations. Sur les murs, chèvrefeuilles et glycines partent, elles, à l’attaque du ciel. Elles bénéficient de la même sollicitude que les plantes retombantes.

Bruxelles est un grand bonheur pour les jardiniers. 

NEUF.  Un peu de cueillette pour finir de remplir mon panier, avant de rentrer. Ce n’est ni de la cueillette de champignons, ni du shopping, même si ça peut l’être. C’est une recherche très spéciale qui consiste à repérer dans les paysages de rue et la vie quotidienne, des « trucs, des petites choses, des traces » qui sont différents de ce que vous voyez tous les jours, chez vous en France. A mon retour, dans mon panier, j’ai :
. des boîtes de cigarettes vides avec des photos pour illustrer l’avertissement légal,
. une bouteille haute bleue de 25 cl qui est un vinaigre salé de cidre, aux algues, salicornes et échalottes produit par le Domaine de Terres Rouges à Collonges (5 E et quelques cents),
. une bouteille espagnole d’huile d’olive, Nectar, de 500ml, Med International  en forme de bouteille de cognac, avec une couleur qui ressemble à celle du cognac,
. des bâtonnets d’encens « Fraîche journée de vendanges, Mesure d’un instant » sous emballage violet, MDI Terre dOc. Sur les 4 produits, les 3 derniers empruntent le code et les mots du vin pour attirer l’acheteur.  

Pour terminer, un peu de pub, celle que fait MDI Terre d’Oc pour vanter ses bâtonnets : Il est des parfums qui suscitent l’imaginaire, des souvenirs, enfouis dans la mémoire qui affleurent aux accords d’une senteur, des fragrances qui exaltent des instants  d’émotions retrouvées ». Que dire de plus ? 


Pour suivre le chemin
-        Ouvrez l’œil.


-        Lisez la presse locale et les gratuits. C’est ainsi que vous découvrez dans Vlan Bruxelles du 20.08.08 la dernière distillerie de Bruxelles, dont le distilleur et patron entend « lutter contre l’uniformité, l’homogénéisation des produits pour préserver une mémoire artisanale ». 


- Site Huile d'olive: 
www.med-int.com     qui donne en plus sur un petit livret attaché à la bouteille la table nutritionnelle de l'huile d'olive de catégorie supérieure obtenue directement des olives et uniquement par des procédés mécaniques (protéines pour 100ml 874 kcal, protéines 0, hydrates de carbone 0, cholestérol 0, lipides 91,6 g...)     


 - Pour l'encens, qui est dans l'air du temps, voici des sources envoyées par Bernard Pichetto
:
http://www.terredoc.com/FR/MDI.htm (c'est le site des bâtonnets)
et
http://toildepices.com/forum/viewtopic.php?f=16&t=440

 

 

 

 

Commenter cet article