Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Blog d'Elisabeth Poulain

Angers, ce mardi 7 octobre 2008

7 Octobre 2008, 17:16pm

Publié par Elisabeth Poulain

Il pleut sur Angers. Une pluie douce et pas ce crachin des jours derniers suffisamment présent pour vous faire dire qu’il pleut et pas assez pour que le jardin puisse en bénéficier. Aujourd’hui, oui, la seule chose à noter est qu’il y a juste un petit souffle d’air pour vous rassurer sur la vie des feuilles des arbres.  

Le centre d’Angers est bloqué par les travaux d’installation d’un tramway, offert en guise de récompense d’entrée dans ce siècle post-moderniste. La voiture est désormais écologique ou plutôt le sera. Pour l’heure, il n’y a jamais autant d’automobiles que lorsqu’il pleut, même un petit peu comme aujourd’hui. Juste de quoi satisfaire la conversation avec les voisins. Il pleut et il fait doux. Il y a très peu de promeneurs autour du Lac du Parc Saint-Nicolas pour en profiter.  Je n'en ai vu qu'un seul, à part moi bien sûr. Pas de chiens non plus à tirer leur maître ou maîtresse au bout de la laisse. Pas de chien, ce qui est rarissime mais trois énormes corbeaux noirs.  Heureusement qu’il y a des joggeurs, par groupe de trois ou de deux. Et un brave en t'shirt qui riait sous la pluie.   

Sortir oui, c’est une bonne idée, comme en Bretagne, quand vous allez affronter la tempête. Sortir ici juste le temps d’être vraiment  mouillée et de se rappeler qu’elle mouille, la sournoise. On a les tempêtes qu’on peut. On se met à rêver alors combien on est bien au chaud dans sa voiture en train de pester contre tous ces automobilistes qui prennent leur voiture pour un rien une petite pluie de rien du tout. Comme celle d’aujourd’hui, celle qui colle votre pantalon trempé contre vos jambes.

Tout ça au Parc Saint-Nicolas qui a une longue histoire derrière lui, un parc qui devrait plutôt un bois tant il paraît naturel. La forêt existait déjà au XIè siècle ; elle fournissait le bois de chauffage à l’abbaye édifiée avec le schiste tirée des carrières proches. Celles-ci étaient situées le long d’un petit ruisseau. Le Brionneau, car tel est son nom, a vite comblé ce nouvel espace et créé un étang. Double avantage pour les moines : avoir une réserve de poissons toujours frais et pouvoir installer des moulins à eau au bord de ce lac de retenue pour broyer le grain, avant que l’eau qui s’écoule reprenne son nom de Brionneau et rejoigne La Maine si proche. Celle qui coule au pied du Château d’Angers. Il reste des traces visibles au moins d’un moulin à eau. 

 

Le plus remarquable de ces 8 kms de promenade du tour de l’étang (sans compter les autres sentiers) est qu’ils sont situés dans un ensemble naturel préservé d’une rare beauté dont les 2/3 sont placés en zone urbaine d’Angers pour la plus grande partie  et Avrillé pour la partie amont du lac. Rappelons que cet ensemble et le lac en particulier ont été volontairement créée à cet endroit à la demande d’un homme Foulques Nerra au tout début des  années 1 000.  

 

Pour suivre le chemin

- Lire dans Vivre à Angers, l’étude très complète publiée par le Conservateur des Archives d’Angers, Sylvain Bertoldi, mai 2007
- Photos EP en date de 07.10.2008, la Ière d'une carrière de schiste remplie d'eau, située en hauteur tout prés du lac, la seconde de la barrière qui très exceptionnellement empêche les promeneurs de faire le tour du lac par le bas.

Commenter cet article