Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Blog d'Elisabeth Poulain

1 Le développement durable, l'estuaire de la Loire 2008 entre problématiques et prospectives

26 Octobre 2008, 09:34am

Publié par Elisabeth Poulain

Les problématiques de l’estuaire sont celles d’aujourd’hui, en suivant la Loire d’amont vers l’aval, d’Est en Ouest : 

 - la terre en rive droite

. la très forte urbanisation de l’estuaire, avec la formation d’une métropolisation de Nantes à Saint-Nazaire,

. l’implantation de zones d’activités industrielles en ruban entre les deux axes portuaires,

. l’existence d’un nombre important installations industrielles lourdes en terme d’impact sur le territoire et en terme de risques (Seveso) ;

 

- l’eau salée

. la remontée d’eau de mer dans le lit de la Loire à la suite du dragage pour permettre à Nantes de rester un port accessible à des navires de gros tonnage,

. la production de vase de plus en plus entre l’embouchure et Nantes, avec comme conséquence le dragage incessant de la vase, puisqu’elle se reforme à peine enlevée en raison du phénomène du bouchon vaseux ;

 

- l’eau douce

. des besoins en eau toujours plus élevés (habitat, usages agricoles, usages industriels),

. des traitements de l’eau toujours plus coûteux en terme de traitement et de réseaux ;

 

- la rencontre entre la mer et la terre

. avec un port aux deux extrémités de cet estuaire, celui de Saint-Nazaire, qui a en particulier une vocation agro-alimentaire, céréalière (Cargill), pétrolière (raffinerie de Donges)… et Nantes qui garde une compétence Bois…La dénomination de ce port : Nantes-Saint-Nazaire pour montrer la complémentarité des deux parties d’un tout ;  

 

A ces problématiques fonctionnelles s’ajoutent des données géographiques, économiques et historiques fortement impactantes :

 

. un fleuve, dans une multitude de lits, qui changent, bougent dans un espace large et non constructible,

. des zones inondables qui sont de véritables poches de nature de part et d’autre du fleuve, qui marquent les frontières les plus larges,

. des petits affluents en grand nombre;

  

. deux marais parmi les plus importants de France, situés en diagonale est-ouest. Le plus proche de Nantes est situé sur la rive gauche (Lac de Grandlieu), le plus éloigné sur la rive droite (La Brière). Le Lac est relié à l’estuaire par une multitude de rivières ; le marais a été coupé de l’estuaire pour éviter la remontée d’eau salée. Ces deux marais sont d’ailleurs insérés dans des frontières d’un parc naturel qui ne touchent pas la Loire ;

 

. des rives bien différenciées en terme climatiques, plus chaud et plus rural au sud, avec une métropolisation moins accentuée, une relation naturelle avec la Vendée alors que la rive nord est en lien avec la Bretagne. La poly-agriculture domine au sud, alors que le nord est placé sous le signe de la grande industrie, la ville étant le cœur des services. Un bon marqueur climatologique est la vigne qui est présente rive nord jusqu’au Cellier inclus et jusqu’à la mer rive sud, dans une zone littorale maritime qui va du Lac de Grandlieu jusqu’à la mer ;  

 

. le fleuve qui est toujours une frontière entre les deux rives. Il crée de facto une concurrence entre les deux rives, l’une étant toujours dominante par rapport à l’autre puisqu’elles sont différentes. La création du pont de Saint-Nazaire a eu pour première conséquence la vitalisation de la rive gauche de l’estuaire en terme d’habitat et d’implantations d’activités économiques ;

 

. un pont entraîne pour la rive la moins forte un  accroissement de la mobilité, une pression foncière de plus en plus accentuée et un renforcement du maillage économique ; d’où les projets de deux nouveaux ponts. Les deux derniers sont déjà saturés, que ce soit le Pont de Saint-Nazaire et celui beaucoup plus récent de Cheviré.

 

A ces données de base, il convient de rappeler deux autres dimensions :

. le poids de l’histoire, qui a marqué très distinctement les deux territoires et dont il n’est pas possible de ne pas tenir compte en terme de mentalités et de réactions sociales,

 

. le littoral, un concept du XIXè siècle, inventé à l’usage des riches bourgeois qui ont posé les jalons de la société des loisirs et découvert la mer en suivant  le modèle de l'aristocratie anglaise. La Baule en est très bon symbole. La métropolisation ici se traduit en terme de bétonnisation du bord de la mer de chaque coté de l’estuaire, surtout en rive nord avec l’ensemble La Baule-Pornichet. L’axe d’urbanisation Est-Ouest, Nantes- Saint Nazaire se traduit dans les faits par la création d’une métropole en T horizontal.

 

Les conséquences pour la zone sud

. la rive sud sert à éponger le trop plein de la zone nord,

. le mitage se renforce,

. le manque de terre, déjà très fort au sud-sud de Nantes, du fait de la géographie (bassin de la Sèvre et de la Maine) et de la vigne , se déplace vers l’ouest,

. l’urbanisation augmente, non seulement du fait de la métropole de Nantes, mais aussi du littoral (Saint-Brévin, Pornic …) et de chacune des communes petites et moyennes entre les deux, qui sont plus accessibles en terme de coûts premiers de logement,

. la création de pont renforce les flux entre les lieux de logement, les lieux de travail et les lieux de services en lien avec la ville et les modes de vie urbain, même quand on vit à la campagne.

 

Arrive maintenant un nouvel élément, le réchauffement climatique et ses conséquences en terme d’élévation du niveau de l’eau. La surface de la terre disponible pour les activités humaines baisse encore. La surface prise par les logements (travail + loisir), le travail dans l’agriculture, l’industrie et les services, le déplacement pour le travail, le déplacement pour les loisirs explose en terme de demande. Un département disparaît tous les 10 ans du fait de l’asphalte et du béton en France.

 

La question est : que fait-on dans le cadre du développement durable ?

C’est la question que la Région pose à des habitants sélectionnés par Ipsos pour réfléchir à différentes problématiques. Outre le Groupe-Estuaire qui planche sur l'industrialisation, il y a trois autres groupes qui travaillent sur l’industrialisation de l’est de la région, la santé et les contrats territoriaux. Chaque groupe de 15 citoyens - c’est la terminologie utilisée - est identifié par sa couleur. Le bleu pour l’estuaire.

 

Pour suivre le chemin

Ce billet est le Ier d’une série que je vais consacrer à la Région. Vous avez bien sûr compris que je fais partie du Groupe Estuaire/Industrie et que je  suis ravie de cet exercice, en temps réel serré, de fortes cogitations neuronales et  de rencontres humaines chaleureuses dans un cadre de prospective appliquée à un territoire qui nous concerne tous, pas seulement les Ligériens, la Loire. 

 

J’ai commencé cette synthèse avant la première réunion citoyenne, complétée par des informations reçues pendant et collectées depuis.  Ce n’est donc  pas un compte-rendu des interventions des experts que nous avons pu questionner ni des prises de positions de chacun des sous-groupes du groupe.  Il y a en outre des thématiques qui n’ont pas été évoquées (et que je cite)  puisque ce premier mini week-end de rencontres a été consacré à l’estuaire proprement dit. Le prochain est dédié au thème de l’industrie dans l’estuaire.  

.www.paysdelaloire.com

. Photos EP à partir d'étiquettes auto-collantes qui sont des outils de communication de la région. J'ai choisi la crevette et le vélo en Ier et le poisson et la grappe de raisin en 2. En guise de clin d'oeil pour ne pas oublier les vins de Loire, rive droite, rive gauche et littoral! 
. www.diversivie.com

Commenter cet article

claire 28/10/2008 11:27

Article tres interessant, mais cela fait 2 semaines que je ne vois plus les photos. (dommage)bizclaire