Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Blog d'Elisabeth Poulain

5 Développement durable + Genre / Egalité des chances + Mainstreaming

10 Novembre 2008, 17:05pm

Publié par Elisabeth Poulain

Eh oui le cycle continue, en parlant cette fois-ci des questions de genre, toujours dans le cadre du mainstreaming bien sûr. Il s’agit cette fois-ci d’attirer  votre attention sur un nouvel avatar du développement durable, celui de développement humain durable. Alors pourquoi parler de genre ?  

. Genre
C’est ainsi qu’en anglais, on désigne le genre humain, pour parler de la distinction H/F (homme/femme). Ce que nous traduisons en France par la parité – sous-entendue de la femme par rapport à l’homme. Parler de parité (mot positif) ou de discrimination (mot négatif), n’est pas du tout équivalent à l’emploi de « gender ». On peut aussi parler d’égalité des chances, pour y inclure tous les autres cas de discriminations, en particulier ceux qui visent l’origine et/ou la couleur de peau.  

L’emploi du terme de genre a d’abord pour avantage de ne pas parler de sexe. Entendre à chaque fois ‘le sexe féminin’ pour parler des femmes est un peu réducteur quand même. Le genre fait appel au genre humain composé d’hommes et de femmes. Le raisonnement se fait alors à trois composantes, sans avoir à opposer l’une des deux parties du genre humain à l’autre. Ce mode raisonnement est hyper-important. On est d’accord que ça ne règle pas les problèmes pour autant tout de suite mais c’est cohérent au niveau du raisonnement. C’est au moins un début.  

. Genre / Egalité des chances + Développement durable = ?
Quand vous ajoutez les deux, cela donne une nouvelle notion, le développement humain durable. Certains ajoutent un ‘et’ entre les deux adjectifs : DD humain et durable. En réalité cette expression est très rarement employée, si ce n’est pas ceux qui sont victimes de discrimination et/ou de conditions de vie difficiles. Rappelons que la dimension sociétale est une des trois composantes de ce concept inclus dans le rapport Brundland en 1987. Il y a plus de 30 ans. Ca interpelle.  

. Mainstreaming
Ce mot anglo-saxon n’a pas d’équivalent en français. Il est absolument étonnant de voir qu’un concept aussi important et appliqué journellement par l’Union européenne et donc par nous autres membres de l’UE (rappelons que 70% de notre réglementation est d’origine européenne) n’a pas réussi à trouver sa traduction française en 10 ans et plus. En fait c’est plutôt le contraire. C’est un signe fort d’une très grande difficulté mentale à intégrer des modes culturelles de raisonnement différent.  

Pour comprendre cette approche, il faut décortiquer le terme composite anglais: stream, le courant, streaming, le fait d’établir ou d’activer le courant, main principal.  Si vous assemblez le tout, cela donne l’idée de faire entrer un concept, une valeur, comme par exemple l’égalité des chances, dans un domaine réglementaire, entrepreneurial ou social donné et au sein de la société en général, dans la manière de décider, de mettre en oeuvre et d’évaluer des actions qui sont portées par le mainstrreaming.  

Mainstreaming + Egalité des chances & Développement durable
Après une telle définition, il me faut vous donner un exemple. L’UE estimant que la politique d’égalité des chances est d’une importance telle qu’elle fait l’objet de la démarche du mainstreaming, au même titre que la question du développement durable. Le recours au mainstreaming a plusieurs conséquences :
. le changement de dimension et d’univers de référence (1),
. la fixation d’objectifs quantitatifs et qualitatifs (2),
. selon une méthodologie définie et assortie de dates  (3),
. dans le cadre d’une approche intégrée, transversale et globale (4),
. impulsée par les acteurs politiques et/ou institutionnels disposant d’un pouvoir décisionnel (51)
. ainsi que par les entreprises et les citoyens, dans leur sphère d’action (52) et
. orientée vers les résultats (6).  

Voilà pourquoi l’UE, les Etats membres, le gouvernement français, les régions, les départements mettent en place un Agenda 21. Le mainstreaming est un magnifique exemple d’un mode de raisonnement anglo-saxon qui part d’un constat (l’audit), crée un plan stratégique complété par un programme d’actions tactiques, le tout étant soumis à évaluation, dans un process sans cesse en mouvement pour intégrer le changement.  

C’est alors que vous cherchez à savoir quelles sont les autres grandes questions qui affectent la société, outre le développement durable, l’égalité des chances et le changement lui-même (c’est déjà énorme),  qui concernent l’humanité en cette fin de cette Iè décade du 3è millénaire. A mon sens, il y en a  au moins 3, qui sont toutes connectées entre elles dans le sens de la transversalité et qui relèvent du mainstreaming, la technique transversale par définition :
. l’accès équitable à la nourriture, aux soins, au savoir…
. l’égalité des chances en particulier dans les choix de vie, le travail, la rémunération, la prise de décision, la qualité de vie, la participation politique…
. la protection de l’enfance et des plus faibles, la lutte contre la violence... 

Et c’est à ce moment là que vous comprenez la beauté du raisonnement du développement durable  : chacune de ces grandes questions sociétales est étroitement connectée aux 5 autres. Elles inter-réagissent en outre de facto avec les deux autres grands domaines du DD (économie et écologie) :
. les grandes questions de la création de valeur dans le domaine économique et de la production d’une richesse plus équitablement répartie et
. la sauvegarde de la bio-diversité qui est un gage d’équilibre de notre planète. 
 

Pour suivre le chemin

. Genre et mainstreaming, voir l’article de la Commission Femmes et Développement (CFD) du Ministère belge de la Coopération au Développement : www.dgcd.be.themes/gender  

«  Le développement durable n’est possible que si l’égalité entre hommes et femmes est une réalité non seulement sur le plan juridique, politique, économique et sociétal mais aussi dans les faits. Ainsi chaque programme de développement doit comprendre une stratégie visant à promouvoir l ‘égalité des chances. Aucun programme de développement n’est neutre : chaque programme a des effets différents  sur les hommes et sur les femmes, que l’on se trouve dans une situation de pauvreté ou non, que l’on habite à la ville ou à la campagne ». 

Cette citation montre la force du développement durable. Se préoccuper de la question des femmes et de la pauvreté dans le cadre de la coopération. Mille fois, oui. A condition de ne pas oublier que le développement commence à notre porte, mille fois oui aussi. Merci à nos ami-e-s belges de le rappeler.

 

. Photos EP , le genre humain par l'exemple du végétal et la théorie des 3 cercles du développement durable à voir sur Wikipédia.      

 

Commenter cet article