Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Blog d'Elisabeth Poulain

Dernière journée du BRAFA 09, tour & taxis

1 Février 2009, 16:53pm

Publié par Elisabeth Poulain

=
ville, identité territoriale, transport, mixité, art, innovation, quartier nouveau, europe, mouvement, histoire, grande famille princière, pub, bruxelles

 


Un peu de décryptage d’abord. Nous sommes à Bruxelles, une ville qui bouge beaucoup et tout le temps. Avec des travaux tout le temps, au point que personne ne peste, au contraire puisque c’est la preuve que la ville s’adapte ou plutôt est en phase permanente et naturelle d’adaptation. C’est aussi une des grandes capitales mondiales de l’art. Vous voyez qu’aujourd’hui je suis politiquement correcte. Je dis ‘une’ parce que si non, je vais recevoir une volée de fléchettes, parfois empoissonnées, qui sait au curare, de la part de Bâle, de Londres, de Paris… J’oublie volontairement ce qui se passe aux Etats-Unis et en Chine puisque c’est maintenant l’endroit où ça se passe. Comprenez que c’est en Chine que le marché de l’art est le plus juteux.

 

Moi, je vous parle du BRAFA, 09 avec un B pour BRussels (= Bruxelles en wallon et pour nous), A pour Antiques ( = Antiquités), FA pour Fine Arts. 09, pour l’année et parce que c’est sa 54è édition.  Le sponsor principal est la Banque Delen pour la 3è année.

 

Tour et Taxis, non, rectification, tour & taxis, quesaco ? C’est un endroit de 45 ha, situé en pleine ville dans la partie nord, près du canal de Willbroek. A voir absolument quand vous irez par le Thalys (autre sponsor, une co-entreprise belge, française et néerlandaise)  à Bruxelles. Il n’y a pas de tour ni spécialement de taxis, sauf celui que vous allez prendre pour arriver avant la fermeture de l’expo ce soir. Ce tour et ces taxis font mon bonheur, à vous aussi quand vous saurez que ces termes sont une déformation de THURM und TASSIS, le nom d’une grande famille princière européenne, propriétaire du site et passionnée de transport de lettres et de colis. Ce sont eux qui ont fondé le transport postal de lettres et de colis en Europe. Rappelez-vous que sous l’Ancien Régime, en France, nos grandes familles de la noblesse avaient pour interdiction de travailler et de gagner de l’argent par eux-même. 

 

Impossible de résister à ma fascination pour l’esprit d’entreprise. Je continue. En 1516, Francisco Tasso, crée un service postal régulier entre Milan et Innsbrück et étend le réseau à toute l’Europe. En 1578, on compte plus de 1 200 courses de nuit partant de Bruxelles ! Comme les habitants protestèrent  contre le bruit du cerclage des roues sur les pavés qui les empêchaient de dormir, la municipalité voulut limiter les envois à 1 200 en répartissant les points de départ dans la ville. Impossible rétorqua Francisco : ‘on n’arrête pas le progrès’. Du coup, il est parti pour Frankfurt am Mein (= Franckfort) et devient Frantz von Tassis. Bravo le  champion. 

 

Beaucoup d’avatars tout au long des siècles mais on note la perdurance du transport. La ville achète le terrain pour en faire une plate-forme de distribution modale à la fin du XIXè siècle. Et beaucoup de misères ensuite, jusqu’au rachat de ce lot unique dans une capitale : 45 ha d’un seul tenant, près d’un canal, de grandes voies d’accès, en pleine ville.

 

Le projet ambitieux met l’accent sur la mixité fonctionnelle pour faire de cet endroit  un endroit branché, d’autant plus attirant que des immeubles de logement pour CSP (catégories socio-professionnelles) à bons revenus s’édifient en face sur l’autre rive du canal. Cette  réussite est aussi fondée sur l’art. Nous voilà arrivés au BRAFA.

 

Ouf, et pour commencer, je vais vous expliquer pourquoi je vous parle de cette expo. Je n’y suis pas allée. Dommage mais on ne peut tout faire à la fois. J’ai beaucoup  travaillé cette semaine sur les Assises 21 de la Région des Pays de Loire et sur la parution sur mon site du Monde à travers la bouteille de vin, ma recherche sur l’habillage de la bouteille de vin à partir de demain.

 

Pour le BRAFA, c’est la pub pour cette ‘Antiques et Fine Arts Fair’ à Bruxelles qui m’a scotché. Je suis restée en admiration devant la réussite de l’alliance, tout à fait improbable, entre un jeune marchand au chapeau bleu qui regarde la monde d’un œil aiguisé, sans illusion, mais pas désespéré qui regarde à terre, vers l’avenir et l’annonce d’un salon international d’art à Bruxelles. Ce homme jeune a une présence d’une telle force, que je sais que je ne l’oublierai pas. 

 

Tout comme je n’oublierai pas la mise en scène graphique faite par le créateur de la pub. Il a géré la difficile mission qui lui a été confié  avec beaucoup de finesse : une typo, forte et fine, BRAFA en caractères romains (droits) avec une petite originalité sur les courbes des B et du R pour donner la rondeur, une dissymétrie sur les barres inclinées du A et un soulignement différenciée des lettres du BRAFA, l’apostrophe entre le nom du salon et 09 qui empiète sur la barre inclinée pleine du A, un 0 rond comme un petit O et un 9 à la partie supérieure pleine comme le o plein à coté. Tout est écrit en blanc sur le noir de fond, sauf un énorme rouge-rose choisi en arrière plan qui s’intercale entre l’écriture en blanc et le noir du fond.

 

Le seul bémol que je pourrais avoir, porte sur l’emploi de lettres inclinés en avant dernière ligne, « one of the most inspiring fairs in the world », juste avant de citer le nom de la banque Delen, principal sponsor.  A mon avis, cela affaiblit l’ensemble.

 

Et un vrai regret, quel est le nom de cet homme ? Est-il un marchand flamand ? Qui est le peintre ? A quelle date cette oeuvre été peinte ? Ah, vite un mail au BRAFA. Je vous tiens au courant.

 

Pour suivre le chemin, les trois pistes principales

Sur le salon, www.brafa.be

Sur le transport, www.delen.be

Sur le site, http://fr.wikipedia.org/wiki/Tour_et_Taxis

Sur Bruxelles,  

http://www.brusselsinternational.be/wabxlint/fr/visiteur/bruxelles-tourisme-visite.act

Photos EP, sauf celles du BRAFA 

  

Commenter cet article