Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Blog d'Elisabeth Poulain

Le camion, l'eau noire, la glace blanche, la Red River et Fargo

10 Avril 2009, 11:05am

Publié par Elisabeth Poulain

Cette photo est si troublante, que je l’ai mise en fond d’écran et à chaque fois que j’ouvre et que je ferme l’ordi, elle me saute aux yeux.  

 

Camion vers Fargo, Red River     

   

Le camion, c’est la vitesse et la puissance, deux emblèmes de notre société qui déifie encore l’automobile. Là, il s’agit d’un attelage qui doit bien faire dans les 25 mètres de long avec la remorque.
L’eau est toujours figurée sous l’aspect d’un liquide fluide transparent en mouvement
.

La glace est blanche, d’un blanc d’autant plus glacé qu’il joue en contraste avec le noir. La glace est une matière troublante, elle peut être si solide qu’elle supporte l’hiver le passage des chars, si fine qu’on si noie lorsqu’elle se rompt.

 

- Au départ, j’ai surtout vu les couleurs, des gris, des noirs et des blancs, avec une seule note de couleur, du bleu tendre, sur le toit du tracteur du camion.

 

- Ensuite j’ai reconstitué les espaces ; il y en a trois différents, avec à gauche des grandes dalles de glace, à gauche de la glace plus fine et des dalles plus éclatées et au milieu de l’eau libre au dessus de la route.

 

- J’ai remarqué alors le mouvement provoqué par l’avancée du camion dans l’eau, marquée par des lignes qui partent du camion en s’éloignant en oblique, comme la pointe d’une flèche, en créant des ondes irrégulières. Plus il y a de glace figée à droite du camion, moins il y a de vagues et vice et versa.

 

- Arrivent alors les fractures causées par le passage du camion et qui structurent les morceaux de glace. Les lignes de fractures sont placées dans le sens des ondes qui partent du camion et se sous-divisent ensuite en éclats de moindre envergure.

 

- On remarque alors que le camion roule sur la partie droite de la route ; on discerne très bien les deux lignes blanches qui marquent les bords de la chaussée et la ligne en pointillé au milieu. Il doit y avoir très peu d’eau au moment de la prise de la photo. Ces lignes fines  structurent toute la composition ; elles sont si essentielles qu’elles s’imposent au camion qui pourtant au départ est l’élément dominant.

 

Camion vers Fargo, Red River

  

- C’est alors qu’on se met à penser que ce camion seul n’a pu causer autant de fractures, à commencer par celles qui sont devant. Une hypothèse vient à l’esprit : il y a un autre ou d’autres camions devant qui voyagent en convoi ou qui sont passés avant, ce qui permettrait d’expliquer les ondes nombreuses devant le camion que nous voyons.

 

- Cette photo construite sur le mouvement légèrement en biais par rapport au camion situé au milieu de la photo a une telle force, qu’elle nous fait oublier de regarder le seul champ que voit le chauffeur. Nous avons vu tout le reste, le camion, l’eau noire, la glace blanche, les ondes de vitesse, les diverses formes des fractures sur les cotés, les lignes blanches. Le seul endroit dont je n’ai pas parlé jusqu’ici, c’est devant le camion. Que voit le chauffeur ?  La route bien sûr, en se guidant sur les lignes blanches …un autre camion ou l’inondation de la Red River le menant à Fargo ?  

 

Pour suivre le chemin

Photo de Eric HyldenAP/Sipa, figurant dans la sélection du Figaro, 24 heures photo

http://www.lefigaro.fr/lefigaromagazine/2009/04/06/01006-20090406DIMWWW00503-24-heures-photo.php 

Commenter cet article