Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Blog d'Elisabeth Poulain

La cité végétale, la vision de Luc Schuiten

15 Juin 2009, 08:54am

Publié par Elisabeth Poulain

Le créateur de la 'Vegetal City'

Luc Schuiten est un architecte du futur qui s’exprime par des dessins qui sont autant de visions de la ville de demain. Pour elle, il a créé un nouveau mot parce que le concept est nouveau, la ‘vegetal city. C’est une ville qui surgit du végétal et qui change nos perceptions, même s’il reste parfois  en guise de clin d’œil une rangée d’arbres boule bien taillés.

 

Les couleurs de la cité

Dans cette cité végétale, la lumière est d’un bleu clair véiné de vert, où l’ombre projetée par les immeubles ou les maisons est gris-bleue, le ciel d’un bleu un peu plombé et les chemins couleur or jaune. Il n’y circule que des marcheurs, des cyclistes en position semi-couchée dans des vélocipèdes  protégés du vent et de la pluie ou des vélos à 3 personnes et un homme sur une drôle de machine en bois faite d’échasses douées d’un mouvement pendulaire actionnables avec les bras.

 

Le végétal au cœur de la cité

Malgré tous ces bleus et jaunes, le vert est la couleur dominante. Vertes sont les bordures bien sages devant les habitations, vertes comme les herbes qui les composent. Elles s’interrompent sagement à angle droit devant chaque entrée de maison ou d’immeuble de verre. Ce sont avec les quelques toits bien traditionnels de quelques maisons à deux étages, les seuls angles droits du dessin. Tout le reste est  plat,  végétalisé, avec quelques lignes aiguës pour certains hauts d’immeubles  aux allures de flamme.  La nature est en bas et en haut grâce aux platures (= toitures) végétalisées, qui recréent un autre niveau de vie urbaine. Entre les deux, les habitations dont les structures accueillent, hébergent des arbustes ou des arbres au point pour ces derniers de constituer parfois l’armature même de la structure. 

 

L’arbre

Il est si important pour Luc Schuiten que cet architecte désigne ses créations futuristes sous le terme d’archiborescence, « une architecture qui utilise pour matériaux de construction toutes formes d’organismes vivants ». Construire pour lui ne consiste pas à d’abord « détruire, qui conduit l’homme à une aliénation profonde, à l’épuisement des richesses naturelles, à la pollution de la planète ». Il faut revoir entièrement notre attitude. Nous sommes vivants et à ce titre nous devons refonder notre position d’être vivant, tel un arbre, qui synthétise le pouvoir du vivant sur l’inerte. Dans cette optique, l’architecture est une arborescence qui ne demande qu’à vivre.  D’où déjà réalisés ses jardins verticaux, ses maisons bio-solaires qui n’étonnent pas, tellement ses créations semblent évidentes une fois implantées.

 

Bruxelles et le végétal

C’est une véritable histoire d’amour. En pleine ville, sur de petits trottoirs, des habitants sèment des fleurs, piquent des plants, aménagent des arbustes, disposent des jardinières. Quand il n’y a pas de terre, ils en trouvent ; quand il y en a, au pied des arbres par exemple, ils le transforment en petit décor végétal. Derrière un parcmètre, entre le mur, dans les 8 cm de terre, ils plantent une glycine qui part à l’assaut des étages de l’immeuble. C’est un régal d’ingéniosité.

 

L’exposition

Dans un tel contexte, qu’une expo de Luc Schuiten se tienne à Bruxelles n’est en aucun cas un hasard.  Pour voir les autres dessins du créateur, il vous reste un peu de temps. L’expo, qui se tient au Musée du Cinquantenaire à Bruxelles, Jubelpark, ne ferme que le 30.08.2009.


Pour suivre le chemin

. Découvrir l’archiborescence sur www.sfere.be/2150/concept.htm

. Photos LS, la Ière a été choisie par l'architecte pour l'affiche de l'exposition, la 2è est une variante de la Ière et la 3è est une réalisation de Luc Schuiten à Bruxelles.       

Commenter cet article