Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Blog d'Elisabeth Poulain

Tendances > L'évanescence de l'homme > Le constat > 1

22 Août 2009, 16:29pm

Publié par Elisabeth Poulain

 Oui et ça fait peur. C’est ce que nous montrent des artistes à un même moment en des lieux différents.

 

Ce qu'on voit
Du premier homme, il reste une silhouette vue de dos, pour bien marquer la volonté de ne pas voir qu’il a un visage. Un homme qui date de la fin du double siècle passé, celui qui n’avait pas encore inventé le terme de guerre mondiale. Il est seul, loin de la ville à la regarder.

 

Pour la femme, on ne distingue plus qu’une forme extérieure, la blancheur de sa peau, ses cheveux noirs et la robe rouge. Tout le reste est comme mangé par le béton de la paroi. A la place de ce qui aurait du être un visage, son cou et le décolleté, une étrange lumière blanche dévoreuse accroche le regard.

 

Et puis il y a le troisième, vu de profil. Petit, il n’est que celui qui donne vie à la grande autruche qui est le véritable personnage central de ce décor de brume, mi-eau, mi-air, qui a mangé tout ce qui est autour. Où sommes-nous ? La question ne se pose même plus.

 

Qui sont-ils
L’Homme de dos
regarde la ville de Bruxelles à la tombée du jour, quand le soleil se couche. Il représente la ville de Bruxelles surréaliste pour cet été 2009 dans le guide de la cité offert aux touristes.


La Femme sans visage
incarne les visages de l’Etrange, Gezichten van het Vreemde, du Brigittines International Festival 09 de Bruxelles.


Celui qui est regardé par l’autruche
est le héros en mode mineur ou le miroir d’Estuaire 2007.2009.2011 qui va de Nantes à  Saint-Nazaire, avec pour thème, le paysage, l’art et le fleuve. La Loire bien sûr.

 

Pour suivre le chemin

. juin-juillet 2009, BRU XXL,

. 22.08 au 05.05.2009, www.brigittines.be

. 05.06 au 16.08.2009, www.estuaire.info

Commenter cet article