Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Blog d'Elisabeth Poulain

Les Accroche Coeurs ou des Démons trop près des Anges à Angers

22 Septembre 2009, 17:15pm

Publié par Elisabeth Poulain

Angers est, comme chacun sait, le pays de la douceur angevine, ce qui n’empêche pas d’y vivre intensément. Il faut dire aussi d’emblée que pour cette 10ème édition des Accroche Cœurs, la fête municipale, la ville avait retenu comme thème les Anges et aux Démons pour s’inscrire dans la thématique de l’Apocalypse, présente à Angers sous la forme d’une tapisserie célèbre dans le monde entier. 

 

La fin de la fête

Les Accroche Cœurs  se tiennent chaque année à la mi-septembre pour marquer avec éclat la rentrée. Et bien l’éclat a bien eu lieu mais pas forcément celui qui était prévu au départ à cause de scènes à connotation sexuelle jugées scabreuses par une partie du public.  Qu’a-t-on vu à l’occasion  de la manifestations de clôture? :

-        Le maire d’Angers, Jean-Claude Antonini, quitte la manifestation avant la fin pour marquer son désaccord et en « dénoncer la vulgarité ». Il faut rappeler que la municipalité, qu’il conduit co-finance sur deniers municipaux, ce festival artistique de grande importance qui mobilise une bonne partie des services municipaux  et associe toutes les structures culturelles.

-        L’évêque d’Angers rédige le lendemain pour la presse un communiqué dans lequel il juge que « le sacrément de l’Eucharistie a été tourné en dérision ». De son côté, le Parti Chrétien démocrate se dit scandalisé par le déroulement des scènes de copulation et autres ‘amuseries’ ( c’est moi qui le dit entre guillemets) débridées de sexe  devant les « enfants et les 400 jeunes choristes ».

-        Le théâtreux, concepteur et réalisateur du spectacle final, Pascal Larderet de la Compagnie Caca-huète (c'est moi qui souligne), s’étonne de cet étonnement. Le thème accepté par la  municipalité traite de l’Apocalypse qui marque la fin de l’influence chrétienne, avec des démons qui descendent du ciel pour envahir la terre. « Ce n’est pas moi qui le dit, c’est Saint-Jean. Le Mal arrive sur terre et le Bien monte au ciel ».

-        Une bonne partie des Angevins s'est sentie interpellée par ce qui a été ressenti comme une gifle. D’aucuns aussi tiennent des propos impressionnants en réaction à la prise de position de l’évêque.    

 

La place des Anges et des Démons

A bien regarder a posteriori le fascicule diffusé par la municipalité d’Angers, on voit  des anges voleter gracieusement dans le ciel bleu angevin, avec deux ange-lettes vers la droite et deux ange-hommes voguant dans le ciel de gauche. Quant aux diables fourchus, ils continuent à danser tête en bas sous la terre, dans le feu de la terre. Cette fois-ci, il est vrai, pas de démones mais des créatures mi-homme mi-bête. Chacun est à sa place, Angers est au milieu et le monde est en ordre. L’Apocalypse, c’est autre chose quand même.

 

La programmation

Samedi, on a vu beaucoup d’anges dans les rues d’Angers. Tous revêtus de blanc, la couleur de la pureté. Les choristes étaient en blanc, certains, des hommes le plus souvent, avec des ailes en cartons accrochées sur leur dos. Les démons, pour ce que j’en ai vu, étaient représentés par un cheval noir en confrontation avec un cheval blanc porteur de l’identité ‘Anges’. Dimanche, d’autres choristes étaient présents et les Angevins ont eu plaisir à les écouter tout en pique-niquant sur de grandes tables installées face à la mairie.   

 

La recherche de la confrontation

Pour la fin de la fête, le choix des organisateurs s’est porté sur l’avènement des démons sur terre avec en particulier des simulations de l’acte sexuel. Rien d’étonnant qu’à ‘jouer’ avec les symboles religieux en terre très chrétienne, on prend forcément le risque de ne plus être dans le consensus. Le faire en plus au moment de la clôture de la manifestation en apothéose, comme dernière image à garder en tête au moment de rentrer chez soi, ne peut qu’étonner fortement.

 

Pour avoir une explication, il suffit de se renseigner sur le Net. Il est de notoriété que la compagnie Caca-huète travaille beaucoup dans l’improvisation et la provocation. C’est même sa marque de fabrique. Elle a en effet comme objectif de chercher à provoquer le débat, partant du principe qu’une bonne agitation vaut mieux que le silence sociétal. Les thèmes favoris de Pascal Larderet sont en effet la mort, la religion le corps. Pour lui « l’important est que le débat se crée. Tout dépend de l’ouverture d’esprit de ceux qui nous regardent ». 

 

L’esprit ouvert

On peut être angevin, avoir l’esprit ouvert et ne pas être du tout d’accord, surtout quand ces scènes se font dans le cadre d’une fête d’extérieur en journée dans le cadre d’une commande d’une municipalité à l’intention des habitants et des touristes. Amuser, intéresser, interpeller, oui, c’est d’ailleurs un des rôles de la culture. Choquer volontairement, en cherchant à heurter,   c’est non. Une des choses à retenir aussi est qu’à jouer avec le diable et le feu, on se brûle les mimines, à Angers et ailleurs.  

 

Pour suivre le chemin

. http://fr.wikipedia.org/wiki/Apocalypse

. http://fr.wikipedia.org/wiki/Tapisserie_de_l'Apocalypse

. Interview de Pascal Larderet du 28.03.2009 sous le titre « Le drôle d’humour de la Cie Cacahuète » sur http://www.clicanoo.com/index.php?id_article=205869&page=article

 

. Photos EP prises la veille,
-     une nouvelle vue du château, avec l'arrière de l'écran gonflable,
-    des plumes de canard restées collées sur le bitume à la gloire des anges, (une idée curieuse quand on sait que 4 tonnes de plume ont été déversées sur la chaussée, toujours pour figurer la légèreté des anges qui montent au ciel !),   
-
        rue Lepneveu, d’une chorale menée par une jeune chef formidablement enthousiaste et joyeuse guidant avec passion sa chorale chantant ‘Nathalie’ de Gilbert Bécaud,

-        la maîtrise de l' écuyère figurant le Mal sur le parking de la cathédrale, 
+    voir l'album photo "Angers" avec d'autres photos des Accroche-Coeurs.

Commenter cet article

Antoine Vincent 10/12/2009 02:18


Je retiens même pas le côté subversif de la chose, car après tout, ça appartient à chacun, et certains symboles peuvent heurter tout un chacun suivant sa perception des choses, ou amuser des gens
emprunts d'ouverture ou d'esprit free style. Moi la seule chose qui m'ennerve c'est la vision volontairement angélique affiché par notre Maire qui voit dans ce mode d'expression un formidable
rassemblement populaire incontournable pour les Angevins et qui fait rayonner notre ville. Ca donne une idée précise dy sens de l'évaluation et de l'analyse comportementale de nos élus.
Car au dela des gouts des uns et des autres, tout cela était perceptible depuis l'origine, et là ou beaucoup y voient de l'art de rue et de la poésie, j'y perçois "pardon" que peu d'art et un sens
inné pour la provocation, et c'est à peine s'y j'oserais parler de foutoir de rue désorganisé, mais mon amour des arts (re pardon) ne peut me faire jubiler devant pareille fresque, à laquelle je ne
comprends pas grand chose, et qui (n'en déplaise à notre cher JCA) ne fait pas parler de nous bien loin.


Elisabeth Poulain 10/12/2009 11:38


Personne n'est obligée d'aimer les arts de la rue. Aller se ballader le long de la Loire est un grand plaisir.