Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Blog d'Elisabeth Poulain

A Amsterdam, voguez avec le Llyod Hotel

24 Décembre 2009, 14:47pm

Publié par Elisabeth Poulain

Si vous trouvez un lien de familiarité entre le nom de cet hôtel et la Llyod’s Cy de Londres, vous n'avez pas tort. Au départ, le grand bâtiment fut construit pour accueillir le personnel naviguant entre les dates de départ et d’arrivée des navires d’une compagnie maritime. La Llyod’s de Londres, pour sa pert, est la plus fameuse compagnie d’assurances du monde, de même que Londres est restée la capitale mondiale de la réassurance, qui assure les compagnies d’assurances. C’est cet assureur en effet qui a créé l’assurance maritime dans le monde. Quant à l’ami Llyod, c’était un cafetier installé à Londres et dont les clients -  propriétaires de navires - avaient pris l’habitude de sonner la cloche, la Lutine Bell, pour avertir les autres armateurs chaque fois qu’un des navires du port de Londres venait de connaître une avarie grave ou de disparaître en mer. Ces armateurs créèrent la Llyod’s Insurance Cy.

 

Le rapport avec la Llyod’s et le Llyod

Il n’y a pas de liens. Le parallèle présente toutefois des connexions troublantes. Le bâtiment a au cours de sa courte vie connut des fortunes très diverses, liées au transport au début comme on l’a vue et ensuite aussi dans des circonstances difficiles. Quand il a perdu sa fonctionnalité en matière de transport, il a vécu des épisodes troublants comme on va le voir. Le lien avec le monde demeure, non plus sous l’égide anglaise « Brittania rules the seas », mais cette fois-ci sous l’effet de la mondialisation et de la volonté néerlandaise.

  BXL-ADM 270

Les Pays-Bas

Ils se désignent en effet comme la porte d’entrée en Europe, Netherlands, the Gateway to Europe. Le port de Rotterdam se situait au 4è rang mondial en 2007. Maintenant, tout a changé et le transport maritime connaît de nombreux bouleversements. Il n’en demeure pas néanmoins qu’on sent l’air du large à Amsterdam qui a été par le passé un grand port maritime. L’hôtel est implanté sur les docks  (Easter Docklands Area) d’une île crée en 1875, The Oostelijke Handelskade, pour accueillir les entrepôts de compagnies maritimes naviguant vers le Brésil, le Panama, l’Argentine…Elle a fait récemment l’objet d’une grosse opération de valorisation architecturale et urbanistique. Sur la carte donnée par l’hôtel, les immeubles architecturales innovants à Amsterdam voisinent avec les bâtiments anciens et ceux qui ont une histoire. Le Llyod H peut entrer dans les trois catégories.

 

Amsterdam

On y sent aussi vraiment l’existence d’autres cultures. BXL-ADM 274Là, on se pose pas la question de l’identité culturelle nationale. Elle existe bien sûr, mais sa spécificité est de savoir accueillir celui qui passe, un touriste, un homme ou une femme d’affaires ou un-e artiste qui veut trouver sa place le temps d’un mouvement, ou d’une vie, dans le grand mouvement perpétuel.

 

L’innovation culturelle

Ce n’est pas un hasard si le nom de l’ensemble s’appelle ‘Llyod Hotel & Cultural Embassy’. A l’hôtel, on parle de la ‘Cultural Ambassade’ pour bien en montrer une certaine forme raffinement et de mixité. Car il y a vraiment tout au Llyod. Vous pourrez y passer une nuit ou plusieurs. Vous pourrez aussi changer de chambre et d’étoile, commencer par une, puis 2 et atteindre la 5 étoiles au bout du temps. Je ne sais pas si cela s’est déjà fait. Mais rien que cette idée là m’amuse : avoir sous le même toit toutes les catégories de chambres, sachant qu’aucune chambre ne ressemble à une autre. Ne me demandez pas si j’ai pu visiter les 118 chambres. Bien sûr que non. Je n’ai pu en tester que deux, toutes à fait différentes l’une de l’autre, avec points communs, le blanc des murs et le design épuré du mobilier.       

 

Amsterdam, Llyod Hotel, la salle amiral        

Quelques autres aspects

A l’hôtel, vous trouverez de grands canapés pour boire votre café ou votre thé à tous moments. Vous avez des livres d’art et la presse à côté. Vous pouvez prendre vos repas dedans ou dehors au soleil. De votre chambre vous pourrez admirer le Het Ij, le fleuve qui est une ancienne embouchure, qui sépare le Centre d’Amsterdam au Nord de la ville. Une grande liberté règne en ce lieu de calme, avec une atmosphère très particulière. D’ailleurs l’artiste japonaise qui a ouvert l’Ambassade,  Chikako Watanabe, ne s’y est pas trompée.  Elle a reproduit aux dimensions exactes et en bois la structure évidée d’une chambre telle qu’elle existait avant la transformation du lieu en hôtel pou rrendre hommage à ceux qui ont vécu là avant.

 

L’architecture interne

Cette cellule de 3m sur 3 forme un sas d’entrée dans la grande salle amiral qui tient lieu de cœur du bâtiment de cinq étages. Pour figurer un paquebot inversé, la structure a été conservée et évidée de part et d’autre d’un pont passerelle dédié aux expositions qui réunit les deux façades de l’hôtel. Assis en bas, on voit le ciel à travers la toiture évidée, comme si la hauteur ne suffisait pas et qu’il soit nécessaire de voir le ciel et les nuages bouger au-dessus de sa tête. Un escalier intérieur apparent du bas permet d’accéder outre la salle d’exposition, à la bibliothèque et Amsterdam, Llyod Hotel, vue de l'escalierà une salle de travail. Tout est ouvert et à disposition, prêt à l’usage. A vous de choisir ce que vous aller faire et comment : avec des artistes en train de discuter tous en anglais à côté de vous, il n’y a aucun souci pour échanger.  

 

L’absence de décoration

Pour faire ressortir les volumes et les lignes de cet endroit exceptionnel et d’une grande majorité de chambres, un style contemporain épuré a été choisi, avec du blanc sur les murs et des meubles de bois blond. Par contre le choix inverse a été fait pour les parties communes des étages. Les escaliers et les couloirs ont été restaurés à l’identique dans la mesure évidemment où cela a été possible. Les escaliers sont devenus des lieux de mémoire pour tous ceux qui ont vécu ici, sont passés par cette étape, ont restauré ses murs et redonné vie, une nouvelle vie à un endroit qui a vu passer des milliers de personnes depuis sa création en 1920. La seule note de couleurs vient des murs avec l’extérieur ; les hautes fenêtres possèdent des volets intérieurs recouverts de feutre de laine décoré.   

 

La création

BXL-ADM 325Elle date de 1920  quand l’architecte Evert Breman a conçu l’édifice pour la ‘Koninkijke Hollandsche Llyod’ pour les naviguants bien sûr mais aussi des personnes pauvres d’Europe de l’Est et d’Europe centrale désireux d’émigrer en Amérique latine. Pour cela, il fallait des bateaux, d’où le projet de la Llyod de prévoir également un centre d’accueil qui permette à ces émigrants d’attendre le départ et auparavant de satisfaire aux formalités douanières et sanitaires de désinfection. La cellule de 9 m2 était destinée à une famille.

 

A partir de 1935

Après la fin des flux d’émigration, le Llyod connut de grandes difficultés financières qui cessèrent quand il fut transformé en prison par les armées d’occupation allemandes. Cette fonctionnalité fut poursuivie par la suite, d’abord avec des prisonniers adultes et ensuite des jeunes.

 

De 1989 à 1999 puis 2004

Le lieu devient ateliers d’artistes.  En 2004 s’est ouvert lAmsterdam, Llyod Hotel, volets interieurs’hôtel conjointement avec la Cultural Embassy, dont je viens de vous parler.       

          

Pour suivre le chemin à Amsterdam

http://www.llyodhotel.com/article-chikawatanabe.html
. Voir aussi l'album photos 'Amsterdam' sur ce blog

Commenter cet article