Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Blog d'Elisabeth Poulain

A Baugé=le château-le palais-le mur de la prison-la mairie=la ligne

20 Décembre 2014, 12:01pm

Publié par Elisabeth Poulain

Un titre à expliciter. A Baugé, il y a bien un château, un palais qui est celui de la justice ; il y avait une prison dont il ne reste que le mur. Il y a maintenant une mairie contemporaine et un centre culturel à la place de la Maison d’Arrêt. Et les quatre bâtiments sont en ligne. Ils forment un dessin géographique en alignement ou presque à trois composants ou à deux, et cela dans l’endroit le plus emblématique du centre de la ville de Baugé en Maine et Loire (49).

Ces implantations sont placées sur le site où a été édifié le premier château de Baugé, une motte féodale en haut ou presque de ce qui est devenu la Place du Champ de Foire, qui s’appelle maintenant la Place de l’Europe. Avec en plus un changement de nom de la ville, qui est dû à un regroupement volontaire de communes voisines. Commençons alors  par la ville, en reprenant ensuite chacun des termes un à un.   

   Baugé1571

. Baugé en Anjou. C’est la nouvelle dénomination de l’ancienne ville de Baugé, depuis son regroupement volontaire avec quatre communes voisines que sont Le Vieil-Baugé, Montpollin, Pontigné et Saint-Martin d’Arcé en vue d’optimiser les stratégies d’ investissements en fonction des moyens groupés des communes. Dans ce billet, je ne viserai que la ville de Baugé, qui est toujours placé au centre de « la commune nouvelle ».   

A Baugé, on distingue encore le tracé de l’ancienne ville close, la petite Cité de Caractère située à l’est du territoire, placée à un endroit très stratégique par le passé de l’ancienne circonscription de l’Anjou, plus étendue que l’actuel département du Maine et Loire actuel. Une ville très ancienne par son peuplement qui date du Néolithique, une époque très présente en Vallée de la Loire grâce à ses monuments de pierre dont la signification précise nous échappe encore. Il y a en effet une Pierre couverte inscrite aux Monuments historiques depuis 1910 à Pontigné à 2,5kms au Nord Est de Baugé. C’est dire l’importance du site.

Baugé 1570

. Le Château de Baugé. Il a été et continue à être le principal marqueur patrimonial qui  identifie la grande histoire de Baugé, de la France, de l’Angleterre... C’est d’abord lui qui fut édifié sur un promontoire où avait déjà été implantée une motte féodale (XI) qui fut brûlée. A son tour, ce château fut détruit au cours de diverses guerres et un autre reconstruit au même endroit par les Plantagenêt. Celui-là connut à son tour le même sort, la destruction après incendie. C’est le roi René d’Anjou qui en fit édifier alors un nouveau au XVe siècle. Retenez que le château connut ensuite des temps moins violents. Il devient en effet la résidence de chasse du Roi René, l’homme aux dix titres ancrés dans des territoires aussi variés que Bar, la Lorraine, l’Anjou, la Provence et Forcalquier, le Piémont, Barcelone, Naples, Jérusalem, la Sicile et l’Anjou.

On comprend l’importance du château de Baugé avec ce condensé de la grande histoire de France. Et pourtant ce billet ne va pas parler du château lui-même qui mériterait à lui seul un billet dédié. C’est le site lui –même, qui nous intéresse, comme s’il ne pouvait avoir d’autres monuments à forte  identité de Baugé à d’autres endroits que là, en face, à côté ou par derrière.

Baugé1573

. Le Palais de Justice. Il arrive bon second dans l’ordre de construction dans la seconde moitié du XIXe siècle (1862-1866). Le bâtiment occupe en grande partie l’emplacement de l’ancien château royal du XVe siècle. On voit bien que le site avait été choisi pour sa centralité à l’endroit le plus élevé de la ville.

Baugé-Palais-de-Justice 1559

Actuellement quand on arrive au bas de la Place de l’Europe, le nom actuel de ce grand espace qui libère la perspective vers le haut, c’est le corps central du Palais de Justice que l’on voit en premier à la place d’honneur, au milieu de la place,  et non pas le château qui est situé à sa gauche, dans une position non rayonnante  et plus basse. Il faut dire aussi que ce Palais  a tout d’un bâtiment de prestige, situé ouest-sud-ouest. Il signe la force du pouvoir et paraît beaucoup plus grand qu’il n’est en réalité grâce ce style néo-classique très apprécié d’une l’époque qui voulait montrer la réussite. Une autre raison tient en la faible visibilité des deux ailes basses qui longent chacun des côtés du corps central.

Baugé 1567

Sa composition intérieure est révélatrice de la volonté d’apparat d’un vraiment petit palais. Il y a globalement trois espaces. En entrant, on pénètre dans la salle des Pas-Perdus, un long espace tampon en arrière de la façade avant  de prestige, qui forme un déambulatoire orné des symboles de la République, où le public attendait de pouvoir assister aux audiences. Puis en arrière, en position médiane, se trouve la salle d’audience qui est restée « dans son jus du XIXe siècle » à un point troublant.  Arrive ensuite sur les côtés et en arrière de ce bloc médian, des salles de travail  faiblement éclairées par l’arrière, grâce à des fenêtres hautes qui donnent directement sur le mur de la prison à un point troublant.

Baugé 1569

L’intérieur est surprenant tant on a l’impression d’entrer dans un lieu hors du temps, ou plutôt où un endroit où le temps se serait arrêté  sans qu’il y ait une suite prévue à son destin ultérieur. Et c’est effectivement ce qui s’est passé. Le bâtiment n’est plus un palais où la justice est rendue. Maintenant on parle du « tribunal ». C’est la ville de Baugé, qui en assure la conservation de ce qui est maintenant un Monument historique protégé, sans usage actuel ni prévisible.

Baugé 1670

. La Maison d’Arrêt située juste en arrière de la façade principale, de l’autre côté d’ un espace séparatif extrêmement étroit entre les deux murs. Il s’agissait non seulement de donner de la lumière aux quelques fenêtres du Palais mais de garder une distanciation claire entre les juges et ceux qu’ils envoyaient derrière les murs. Peut-être y avait-il un souterrain ou un passage direct entre les bâtiments aux fonctionnalités bien distinctes ? De la prison, de son agencement intérieur, de ses modalités de fonctionnement, on ne sait rien, au moins rien de visible sur le Net. Tout l’intérieur a été détruit, seul le mur extérieur a été gardé en raison de son importance historique, bien qu’il ne soit pas protégé au contraire des petites grilles du jardin proche du Palais qui le sont bien.

Baugé 1602

Garder les murs-remparts, pour re-vitaliser l’intérieur de cet énorme espace situé en pleine ville à l’endroit le plus fort de l’histoire de Baugé, tel a été le challenge confié par la municipalité à Lionel Vié architecte et Laurent Vié architecte & architecte d’intérieur. Que fallait-il faire ? La décision a été prise de transformer tout le volume intérieur, quitte à repousser le ciel en hauteur, à monter d’autres murs intérieurs en guise de structure pour en faire le lieu le plus emblématique de la ville nouvelle, le Centre culturel René d’Anjou, un lieu en plus dédié à la transmission de la culture, du patrimoine...et ouvert à tous. Mais avant je dois vous parler de la mairie. 

Baugé 1663

. La mairie de Baugé. Elle se dresse face au château, quasiment en ligne, l’un – le château- forme la barre gauche du U lorsqu’on est Place de l’Europe du bas tandis que l’autre bâtiment – la mairie- est placé en transversal dans l’autre partie du U. Si l’on continue l’axe de la construction qui date de 1995, la ligne arrive en plein milieu du château. La forme de la mairie est dictée directement par la forme allongée du terrain, une longue bande étroite, qui descend en pente assez forte vers le Couasnon, la rivière d’eau vive, qui coule au bas. Un petit pont de bois placé près d’un énorme bouquet de platanes permet de le franchir pour se promener dans un joli jardin municipal sur la rive gauche.

Baugé1649

Le bâtiment très contemporain est l’œuvre de l’architecte Thierry van de Wyngaert (1995), choisi certainement pour sa capacité à travailler dans des sites intéressants de par les difficultés qu’ils présentent. C’est le cas ici, avec un devers important entre le haut de l'étroite  parcelle proche de la  rue, là où se trouve la vue exceptionnelle sur le palais et le château, et le bas qui est souvent ou parfois inondé lors des crues hivernales du Couasnon. Toutes les maisons proches sont d’ailleurs construites en haut.  Le pari réussi a été de jouer de la forme de ce long parallélépipède  rectangle, en accentuant la force de sa façade rectangulaire  coté place pour « exister » face aux « poids lourds » que sont le château en face et le palais en haut à droite. Par ailleurs l’autre façade ronde cette fois-ci sur le vallon est aussi très présente en signe d’équilibre. Celle-ci est valorisée par une longue rampe qui permet d’accéder à la salle des mariages placée là.

Baugé 1631

La mairie forme un navire à deux proues. Dans les deux cas, la vue est exceptionnelle, tout comme l’est aussi celle qui est situé sur le côté droit vers la ville.  A l’intérieur, le choix de l’architecte a été de mettre la lumière à l’honneur, non seulement provenant de l’extérieur pour faire vibrer les deux longues façades latérales avec vue sur des jardins potagers mais aussi entre les étages.  

   Baugé 1711 

. Il reste à vous citer le centre culturel qui occupe l’intérieur de ce qui a été la prison dont seuls ont été conservés les quatre murs de ce grand quadrilatère situé juste en arrière du tribunal. Ces murs ornés de petites tourelles aux quatre coins sont tellement emblématiques -  ils sont tellement forts - que Lionel Vié et Laurent Vié, les architectes en charge de la profonde transformation de ce grand volume parlent à leurs propos de « remparts ». C’est d’autant plus parlant que de l’autre côté de la petite rue qui longe le bâtiment en longueur commence le faubourg Saint-Michel.

Baugé 1624

. Cette visite forte intéressante a été organisée au début de l’année 2014 par le CAUE du Maine et Loire en lien avec la Mairie de Baugé à l’intention de personnes sensibles à la découverte du patrimoine contemporain et ancien du département dans le cadre du programme culturel de MATP 2013-2014. Notre groupe a été reçu avec beaucoup de chaleur par le Ier adjoint au maire,  différents conseillers municipaux et le personnel communal. Arrivés un peu avant l’heure, nous avons pu nous rendre à l’église Saint-Pierre et Saint-Laurent (dont je ne vous ai pas parlé. Ce sera pour une autre fois). Revenus devant le château et cherché de la documentation à l’Office de Tourisme, nous avons découvert avec fascination l’intérieur du Palais de Justice. Quelques pas, et nous avons ensuite rejoint la mairie où nous attendait une délégation d’élus tels que le Ier adjoint au maire, l’adjoint aux travaux, l’adjoint à l’urbanisme… qui nous ont fait visiter le bâtiment, en descendant jusqu’au Couasnon.  Nous nous sommes rendus ensuite, en traversant la rue, au Centre Culturel René d’Anjou.

  Baugé 1623 

La ligne d’hier. Elle est celle qui lie le château ---) au Palais de Justice ---) à la prison, en tournant autour du Champ de Foire.

La ligne d’aujourd’hui. Elle relie la mairie ---) au château, qui a été aussi le siège de l'ancienne mairie ---) au centre culturel René d’Anjou ---) en passant devant le tribunal et ...en rejoignant par la pensée Kelsterbach, la ville du Land de Hesse avec laquelle Baugé en Anjou est jumelée, cette fois-ci en tournant autour de la Place de l'Europe!  

 Baugé 1707             

. Ce parcours de découverte architecturale à Baugé en Anjou, dans les murs de ces réalisations  actuelles particulièrement fortes au regard de leur pouvoir d’expression a été organisé par le CAUE 49 conjointement avec l’équipe municipale avec M. Philippe Chalopin, maire de Baugé en Anjou, à sa tête.  A la mairie en ce début d'avril 2014, nous avons été très chaleureusement  accueillis en particulier par Joseph Ergand, le Ier Adjoint, Jean-Louis le Drogo, Adjoint en charge de l’Urbanisme ainsi que par Jacky Boyeau, Adjoint responsable des Travaux, qui nous ont accompagnés lors de la découverte du Centre culturel René d’Anjou... Trois autres billets à venir sur ce blog en 2015 vous permettront de mieux découvrir les trois bâtiments cités. Patience!     

Pour suivre le chemin

. Baugé-en-Anjou  à retrouver sur le site de la mairie http://www.baugeenanjou.fr/ et http://fr.wikipedia.org/wiki/Kelsterbach pour la ville jumelle.

.Outre ses bâtiments emblématiques, Baugé appartient au club très fermé des villes closes de l’Anjou, avec une bonne centaine de très beaux hôtels particuliers qui témoignent chacun à sa façon de la richesse patrimoniale de laville. C’est dire si le parcours de découverte du patrimoine conçu la ville est riche et varié. Le dépliant est disponible à l’Office du Tourisme  situé justement au château.   

. Les 100 plus Beaux Détours de France, à retrouver surwww.plusbeauxdetours.com , Baugé en page 16 avec une photo intéressante du château prise où se trouve l’Office du Tourisme côté jardins et une carte page 115.           

. Pour le parcours de découverte du patrimoine, voir l’Association des Petites Cités de Caractère de Maine et Loire, Mairie de Turquant, 49730 Turquant, contact@pcc-paysdeloire.fr

. Pour le dolmen situé dans une propriété privée, voir

http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Pontign%C3%A9_-_Dolmen_3.jpg

. Les sites mégalithiques du Maine et Loire à découvrir sur http://fr.wikipedia.org/wiki/Sites_m%C3%A9galithiques_de_Maine-et-Loire

. Une carte ancienne du département du Maine et Loire sur http://www.wiki-anjou.fr/images/4/48/Carte_maineetloire_1852_levasseur.jpg

. Retrouver la Bataille du Vieil Baugé en 1421 sur http://www.histoire-fr.com/lancastre_guerre_lancastrienne_2.htm

. Pour le roi René, voir http://www.occitanies.fr/patrimoine/RoiRene.html

. La vie culturelle à Baugé en Anjou à retrouver grâce au centre culturel René d’Anjou sur http://www.baugeenanjou.fr/culture/centre-culturel/ avec une photo aérienne très intéressante du Château, du Palais et du Centre

. La Maison d’Arrêt de Baugé citée dans   http://prisons.voila.net/Prisons.HTML

. L’attitude des Juges dans « l’Anjou, la République et ses Juges, 1883, L’épuration du corps judiciaire, entre réaction de légitime défense et instrument de consolidation du régime (1883) », une étude de Vincent Bernaudeau 2011 dans l’excellent site sur l’univers pénitentiaire http://criminocorpus.revues.org/558  

. La visite de la ville avec des photos sur http://bauge.pagesperso-orange.fr/visitedelaville.htm ,

. Découvrir le site de l’architecte Thierry van de Wyngaert, maintenant associé à Véronique Feigel architecte, sur http://www.tvdwarchi.com/index.php?act=projets&proj=maison   au 43 rue Bobillot 75013 Paris,  +33 (0)1 45 89 30 00, agence@tvaa.fr  Sur le site, je vous conseille d’aller voir « la maison derrière le mur ». C’est remarquable.

. Voir aussi le site de Lionel Vié, architecte en charge de la mutation de la prison en Centre culturel  http://www.lionel-vie.fr/portfolio/centre-culturel-rene-danjou/

. Et celui de Laurent Vié, architecte et architecte d’intérieur, en charge de la profonde transformation des fonctionnalités de la nouvelle construction   http://laurent-vie.fr/centre-culturel-rene-danjou.html

Baugé 1568

 . Pour le CAUE 49, voir http://www.caue49.com/-Visites,201-.html Celles-ci vont recommencer pour le nouveau semestre à venir le vendredi après-midi.  

. Photos Elisabeth Poulain   

Commenter cet article