Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Blog d'Elisabeth Poulain

A Marseille > L'Ombrière de Norman Foster, un mystère urbain en miroir

22 Juillet 2014, 17:02pm

Publié par Elisabeth Poulain

On connait les kiosques à musique précieusement conservés depuis le XIXe siècle même si on n’y entend plus guère l’orchestre municipal jouer pour animer les douces soirées estivales des grandes places urbaines, les temples de l’Amour dans de grands espaces qui ne célèbrent plus guère les folies de Cupidon, les fontaines d’eau jaillissante en hommage aux grands fleuves de la France pour encadrer l’obélisque donnée par l'Egypte au XVIIIe à France et qui a été érigée à Paris Place de la Concorde, l’ Arc de Triomphe pour célébrer les victoires militaires de Napoléon, en haut des Champs-Elysées dans l’axe de la Place de la Concorde…  

 Marseile, Quai Fraternité, Ombrière, découverte, P1300336    

Restait  à inventer « un objet culturel » propre à Marseille pour animer une des plus grandes places d’Europe, qui forme l’arrière-plan du Vieux Port de Marseille. Une place rectangulaire qui n’avait pas vraiment d’identité propre, tant l’appellation de Vieux Port était et continue à être forte, comme si l’eau l’emportait sur la pierre du quai, les fonctions maritimes sur les fonctions terrestres...

Marseille, Quai Fraternité, rendez-Vous, P1300324

L’Ombrière, située sur la partie sud du Quai de la Fraternité est la réponse à ce manque. Elle est la partie visible d’un grand projet urbain concernant toute cette façade maritime du Vieux Port de cette très vieille ville de Marseille qui a gardé son grand port rectangulaire enfoncé dans la terre et la pierre  depuis l’Antiquité. C’est dans le fond, dans la largeur au contact de la terre, que s’est développée la ville à partir du XVe-XVIe siècle  puis sur la rive sud dominée par Notre-Dame de la Garde. C’est là son point nodal qui vitalise tout le centre la ville…

Marseille, Quai Fraternité, Ombrière & Métro P1300335

Il faut alors faire preuve d’imagination. Une réelle nécessité, une urgence, quand on ne peut plus se baser sur le lointain passé grec et romain, quand on veut éviter de célébrer les conquêtes militaires, dépasser la vision de la prospérité des siècles passés… quand les grands concerts en plein air débordent largement l’aire d’écoute des kiosques. Alors, il faut voir autrement, d’abord l’eau, puis les quais, en voyant devant tout autant que dessus, dans les airs… Il faut voir en termes d’espace et de strates et concevoir une nouvelle conception du plan d’eau, de circulation des bateaux et de leur amarrage dans le port avant de penser à ce qui va se passer sur terre, sur les quais, cette fois-ci pour les voitures et enfin, pour les piétons. 

Marseille, Ombrière, Trouble P1300347

Concevoir « le socle, socle unitaire, socle de la ville, seuil de la ville vers la mer » est la réponse de Michel Desvigne, le paysagiste concepteur du projet avec Norman Foster, l’architecte. C’est ce socle qui va porter la triple novation de ce grand aménagement de la seconde ville de France qui fait du Quai de la Fraternité un lieu de rassemblement propre à attirer les gens en doublant quasiment la surface d’un seul tenant à leurs pieds, en facilitant la circulation automobile tout en réduisant la place de la voiture et en remettant de l’ordre dans la partie aquatique du port afin que soit facilité  « le seuil de la ville vers la mer ».  Les trois acteurs concernés sont donc les gens, les voitures ensuite et les bateaux qui sont directement visés dans ce lieu de passage et de rassemblement placé sous le signe de la « Fraternité », la 3è composante  de la devise nationale « Liberté, Egalité, Fraternité. » Pour un projet d’urbanisme d’une telle hauteur d’objectifs, il fallait concevoir quelque chose de fort et d’indiscutable au plan architectural pour le quai lui-même.

Marseille, Quai Fraternité, Soleil & Ombre, P1300337

C’est là qu’intervient toute l'intelligence du projet de Michel Desvignes. Son choix s’est porté sur un sol de granit blanc pour donner la force, l’élan, une portance d’un seul tenant, uniforme. Il n’y a là aucun chichi tel que des bacs à fleur, de la statuaire ou du mobilier urbain usuel tels que des bancs ; les lampadaires oui, parce qu’ils sont indispensables, mais ils ont été repoussés au bord extérieur de la place, là ou passent les voitures. Cette portance blanche, qui s’impose comme une évidence, constitue la porte d’accès à l’univers bouillonnant de l’eau, des bateaux et de la danse sonore de leurs mats.  Pour border ce socle, il y a ce que Michel Desvigne appelle « le seuil », cette marche, qui ici se descend pour aller de la pierre blanche dur du socle à l’eau si changeante qui reflète les couleurs du ciel.

Pour renforcer le socle, c’est-à-dire-le quai de la Fraternité, le projet paysager et architectural a fait le pari de « la cohérence et la grandeur attendues », avec trois autres cartes majeures qui fonctionnent en synergie les unes avec les autres. Nommons la polyvalence des usages, la dimension portuaire et la stratégie du temps.

Marseille, Quai de la Fraternité, Point rendez-Vous-P1300322

. La polyvalence des usages. Le quai de la Fraternité va être amené à exercer des usages nombreux et variés qui vont évoluer dans le temps, car la ville est toujours vivante. Elle change tout le temps, même quand cela ne se voit pas.  Connaissant la suite, on peut penser que l’édification implantée sur ce quai allait être elle aussi être polyvalente.  C'était d'ailleurs un des axes majeurs du projet conçu par le paysagiste Michel Desvignes en accord avec l'architecte Norman Forster, tous deux se connaissant bien pour avoir réalisé le pont de Millau.       

. La dimension portuaire est toujours présente à Marseille. C’est vrai qu’au Vieux Port, il s’agit  de nautisme de loisir plutôt que du transport maritime des voyageurs et des marchandises. Dans ces deux derniers cas, les hangars  de grandes dimensions étaient indissociables des opérations de chargement et de déchargement, comme Michel Desvignes l'a souligné au cours de la conception.   

Marseille, Quai Fraternité, Etals pêcheurs, P1300333

. La stratégie du temps peut s’interpréter de deux façons. Il s’agit tout autant d’être de son temps, en ce début du 3è millénaire, que de marquer le projet d’une réponse forte adaptée. Il ne s’agit plus de faire à la manière de…mais d’édifier en 2013 un bâtiment qui représente une véritable prouesse technologique de notre époque.

La réponse à toutes dimensions est « l’Ombrière » de Norman Foster qui signe  cette grande place afin que chacun puisse se l’approprier. Et ceci d’une façon magistrale, comme l’a écrit  Michel Desvignes « Seul un projet architectural permet de donner la cohérence et la grandeur attendues. » Il s’agit d’un grand hangar de 1012m2 de surface, porté par huit poteaux, constitué par 153 panneaux d’inox micro-billé pour la toiture  et d’inox poli-miroir pour le plafond réfléchissant  de ce qui s’appelle maintenant l’Ombrière du Vieux Port, tant le succès populaire a été immédiat.

Marseille, Ombrière, Sommeil, P1300357

Cette ombrière, dont la fonction est de faire de l'ombre,  s’élève à 6 mètres au-dessus du sol-socle du Quai. L’effet visuel est saisissant, car on se voit soi et ses voisins au-dessus de soi, quand on est dessous. Ce qu’on sait moins est que cet exploit n’a été rendu possible que par l’enfouissement profond de piliers de 16 mètres dans le sol, tout près de la ligne du métro. Une coexistence délicate rendue nécessaire par l’importance de la prise au vent de la toiture. Il y a du vent, beaucoup de vent en Méditerranée. Tous les marins le savent qui sortent  en mer vers les Iles du Frioul par exemple.  

Marseille, Ombrière, Où suis-je, P1300351

Cette ombrière a un pouvoir d’attraction absolument fabuleux. Quand on arrive, on voit toujours des personnes dessous. Curieux, on y va pour découvrir que tous  regardent le plafond. Et c’est ça le plus beau : on vient ici pour voir les bateaux et la première chose que l’on fait est de s’admirer soi en haut vu d’en bas. "Parlez-moi de moi, il n'y a que ça qui m'intéresse..." chantait Jeanne Moreau.  Ce que je retiens de ce pari d’une grande ombrière unique est que cette véritable audace architecturale de Norman Foster n’a été rendue possible que parce qu’il y a eu un grand travail préalable basé sur la forte cohérence et la simplicité visibles par tous conçues et mises en place par Michel Desvignes.

Une dernière remarque pour clore ce billet sur cet édifice, solidement ancré dans le sol, à quelques mètres de la mer, dans un sol de granit blanc. C'est la dimension symbolique du regard tourné vers l'éther du ciel, après avoir regardé devant et imaginé dessous. C'est aussi le changement perpétuel de ce miroir immobile et qui nous offre à chaque moment une image changeante de lui, de nous, de la ville. Cette réussite de métal, qui joue en symbiose avec la pierre, l'eau et l'air, dans la ville, sur un quai, près de la mer, fascine par son intelligence humaine.

 Pour suivre le chemin  

. Connaître l’essentiel sur le vieux port de Marseille surhttp://fr.wikipedia.org/wiki/Vieux-Port_de_Marseille

. "Le groupement Michel Desvigne" était composé de Michel Desvigne paysagiste & mandataire,  Foster + Partners architectes,  Tangram urbanistes et Yann Kersalé lumière matière

. Consulter le projet de Michel Desvigne et de Norman Foster sur http://www.lemoniteur.fr/155-projets/article/actualite/772928-michel-desvigne-presente-le-nouveau-vieux-port-de-marseille

Marseille, Ombrière, départ du bateau, P1300370

. Apprécier le projet sur http://www.marseille-provence.com/assets/plugins/tinymce/jscripts/tiny_mce/plugins/filemanager/files/Presse_2012-03-07_dp_mipim-2012_marseille_mpm.pdf

. Voir des photos et des dessins du « Projet de semi-piétonisation  du Vieux-Port-Concertation » et l’aménagement du plan d’eau sur http://www.vieuxportdemarseille.fr/images/amenagement_plan_d_eau.pdf

. Voir aussi le dossier de concertation sur http://www.marseille-provence.com/assets/plugins/tinymce/jscripts/tiny_mce/plugins/filemanager/files/Presse_2011-05-06_dossier-concertation-vieux-port_marseille_mpm.pdf    

. Suivre le montage en photos de l’Ombrière grâce à Julia Z., rédacteur en chef http://projets-architecte-urbanisme.fr/vieux-port-marseille-norman-foster-ombriere/

Marseille, Ombrière, Retour du bateau, P1300599

. Retrouver la ville en perspectives http://www.playlistsociety.fr/2013/09/marseille-capitale-europeenne-de-la-culture-2013/113651/

Photos Elisabeth Poulain

. Et merci au sympathique lecteur qui m'a précisé que l'Obélisque de la Place de la Concorde avait été "donné" à la France et non pas "capturé"...! Cela a changé mon regard.

Commenter cet article