Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Blog d'Elisabeth Poulain

M comme Man > Abel Faivre > Le soldat de 1914-1918 en affiche

3 Avril 2011, 16:16pm

Publié par Elisabeth Poulain

Abel Faivre fait partie de ces artistes très prolifiques en phase avec leur temps, qui furent

 

 Abel Faivre-2e emprunt 1916- aff 001 

 

dessinateurs, affichistes, caricaturistes, humoristiques… Ses réalisations très connues se vendent encore aujourd’hui et bien, semble-t-il. Les références à son nom sur Google sont impressionnantes. La diversité des sites également. Citons pour exemple :

. d’un côté les nombreux sites dédiés à la guerre de 1914-1918 au plan pédagogique, culturel…

. les sites professionnels qui vendent ses affiches, ses dessins

. et de l’autre, une vacuité certaine et sèche sur ce que fut l’homme.  

 

Une ambiance bizarre

Même Wikipedia n’en dit pas grand chose. La seule source citée est le Musée Jean-Jaurés à Castres pour certaines de ses caricatures. La fiche pédagogique intéressante du Centre pédagogique d’Amiens, qui traite de « l’affiche avant-guerre : support publicitaire et oeuvre d’art », ne le cite pas non plus dans le texte. Ses auteurs utilisent pourtant deux de ses plus fortes affiches pour illustrer leurs propos. Il est vrai que le titre ne convient pas : il aurait été plus juste de parler de « l’affiche de guerre », ce qui aurait permis de couvrir l’avant-guerre et le pendant-guerre, comme on dit l’après-guerre. L’absence de citation et le décalage du titre interpellent. En l’absence de certitudes concernant Abel Faivre, on ne peut faire que des hypothèses. Serait-ce inconvenant que d’associer l’argent, la guerre et le jeune soldat qui donne sa vie pour la patrie ou y-a-til autre chose? 

 

Ses affiches de guerre

Elles connaissent encore maintenant un succès  impressionnant. Ce sont des affiches faites à la demande du Crédit Lyonnais chargé par le gouvernement français d’organiser et de gérer les emprunts de guerre. Il s’agissait de mobiliser le patriotisme des Français en vue de recueillir de l’argent pour poursuivre l’effort de guerre. Le thème du jeune soldat tendant toutes ses forces pour défendre la patrie s’imposait de lui-même. Il y eut vraisemblablement autant d’affiches que d’emprunts de guerre. Seules celles lancées pour les emprunts n° 2, 3 et 4 sont largement diffusées. Je n’ai trouvé aucune référence concernant le premier emprunt. Quant à « L’emprunt de la Libération », il clôt la série. La guerre est finie. Une nouvelle époque commence. 

 

L’affiche de l’emprunt n° 2

Elle date de 1916. C’est la plus consensuelle des quatre

 

Abel Faibre, Le soldat, Guerre de 1914, Crédit Lyonnais, 3è Emprunt de

affiches de guerre d’Abel Faivre. On y voit un soldat en mouvement, le fusil en avant, le visage tourné vers nous, comme saisi par une photo, en marche vers l’Allemagne. Son visage jeune est ouvert. Le titre de l’affiche exprime son sentiment de confiance sur l’issu de la guerre : « On les aura ». En bas figure la double mention « Deuxième emprunt de la Défense nationale – Souscrivez ». A noter, l’économie des moyens utilisés par l’artiste, la simplicité des couleurs terre, l’écriture manuscrite pour la confiance et la souscription et l’allant empli d’équilibre de la composition. 

 

L’affiche de l’emprunt n° 3

Elle montre un poilu longiligne, calé contre le globe terrestre, s’apprêtant à ficher, les bras tendus, la hampe du drapeau de la liberté sur l’Allemagne. La date n’est pas précisée. Ce qu’on peut percevoir, c’est que du temps a passé depuis le dernier emprunt. Il n’est plus question de confiance, le soldat est obligé de se dresser sur la point des pieds. Il est convenablement vêtu, ses chaussures sont cirées, ses bandes molletières bien ajustées, sa besace garnie… 

 

Par contre le drapeau blanc de la Liberté qu’il porte est si troué et usé qu’on pense à un morceau de drap découpé à la hâte et imprimé au tampon rouge. Le monde, si noir et si lourd, occupe plus de la moitié de l’espace au total. Il pèse sur l’ensemble de la composition. On comprend que le combat est lourd et usant.  

 

L’expression est forte et l’ambivalence évidente. La liberté est chère à conquérir. En bas à droite, reste l’essentiel « 3è Emprunt de la Défense nationale – Crédit Lyonnais - Souscrivez ».  Seul reste en lettres manuscrites la mention « Souscrivez ». Le nom de la banque figurant désormais en gros caractères plus épais que les autres. La publicité de marque a pris le pas dans cette affiche très sombre.  

 

L’affiche de l’emprunt n° 4

 

Abel Faivre, Soldat de la Ière guerre, 4 Emprunt national,

 

C’est la plus forte et certainement la plus troublante. Elle date de 1918. On y voit un homme puissant nu, au corps d’athlète dans sa plus grande beauté d’expression, de plénitude forte et de détermination, combattant à la seule force de son glaive, qu’il tient de sa main droite, un aigle monstrueux qui l’écrase de sa puissance. Le sort est incertain, l’homme affronte d’une seule main le bec et les griffes de l’aigle noir qui ailes déployées occupe à lui seul plus de la moitié de l’affiche, cette fois-ci horizontale. Les autres étaient verticales. 

 

De sa main gauche, l’homme tire à lui le drapeau français dans sa partie bleue que lui dispute l’aigle. La composition est impressionnante. Aux ailes noires de l’aigle, répond le drapeau dans sa partie blanche en arrière du corps du soldat et le rouge vers le bas, comme une danse de vie face à la mort qui veut l’enserrer dans un piège mortel à trois pinces, le bec qui tue et les griffes qui immobilisent. Entre la bête et le drapeau, cet homme le glaive à la main. Il est vêtu de sa seule ceinture qui porte le fourreau de son glaive. Imaginez l’impact qu’a pu avoir cette affiche dans la population, qui savait fort bien  à ce moment là ce qui se passait, les soldats qui mourraient de faim, gazés dans les tranchées...

 

Au plan de la conception de l'espace, l’avancée est grande. La maîtrise est totale, un encadré enserre l’ensemble, avec des débordements volontaires pour montrer que la force du contenu l’emporte sur l’encadré :

-        le drapeau bleu tenu par la main en haut en partie gauche horizontale, à côté de CREDIT LYONNAIS en lettres majuscules,

-        le drapeau bleu dans la verticale gauche,

-        le bord de l’aile noire de l’aigle en bas, au dessus du « A » de NATIONAL dans l’expression SOUSCRIVEZ AU 4è EMPRUNT NATIONAL. 

 

Les lettres figurent désormais en lettres majuscules, avec un jeu sur le U qui se présente comme un V pour styliser les mentions et aérer l’ensemble. La mention du Crédit Lyonnais s’affiche maintenant ouvertement en haut. Le 4è emprunt devient un produit de la banque. Cette évolution également est étonnante. Il a fallu si peu de temps.  

 

Le seul commentaire que j’ai pu trouver concernant cette affiche l’inscrit dans un courant de « romanité ». Il parle d’ « un gladiateur, combattant l’aigle allemand à l’aide du drapeau tricolore ». Ce n’est pas ce que j’ai vu. J’y vois un homme qui tire à lui le drapeau que tient l’aigle fermement dans son bec. Personne non plus n'évoque cette nudité troublante et ce fourreau de l'épée. C'était en 1918! 

 

L’affiche de l’Emprunt de la Libération

 

Abel Faivre-L'emprunt de la Libération-1918-Royal Canada M

 

L’affiche, qui date de 1918, ne montre plus de soldat. La force des drapeaux des Alliés l’emporte sur tout autre élément pour montrer la victoire. L’ennemi, l’Empereur Guillaume II, muni de son célèbre casque à pointe, emblème du haïssable, avec son épée brisée, signe de la défaite, courbe la tête comme s’il était écrasé par le poids des drapeaux multicolores.  

 

On retrouve une composition en biais, cette fois ci au tiers et non plus à la moitié comme dans l’affiche précédente :

. à l’Empereur, la plus petite partie de gauche à droite en gris et blanc, avec un col noir et un nuage d’orage au-dessus de sa tête,

. au dessus de lui et dans toute la plus grande partie de l’affiche, des drapeaux enroulés qui semblent gonflés de l’intérieur, pour en montrer la force de vie. Il y a là un rendu impressionnant du tissus, des rayures et des couleurs pris comme un symbole d’une nouvelle vie, joyeuse. 

 

La mention de la banque a disparu au dessus de la scène de liesse. Seul dépasse le haut des hampes des drapeaux.                 

 

Pour suivre le chemin

. Lire le premier billet sur le thème de l'homme sur ce blog, M01 comme Man > Le soldat en pub  M01 comme Man > Le soldat en pub     

. Retrouver toutes les affiches de guerre de la Première Guerre mondiale - dont celles d’Abel Faivre - sur le site portugais tout à fait remarquable de la Biblioteca Nacional Digital http://purl.pt/398/1/indice_f.html

. Lire l’étude du Centre régional de Documentation pédagogique d’Amiens sur "l’affiche et la représentation du soldat pendant la guerre (de 1914-1918)" 

http://crdp.ac-amiens.fr/historial/soldat/aff_pres_presentation.html 

et aussi "la guerre de l’affiche" sur

http://www.royalalbertamuseum.ca/vexhibit/warpost/french/page41.htm

. Les affiches d’Abel Faivre en vente sur http://www.galaxidion.com/home/catalogues.php?LIB=saintlamb&CAT=469978

. Pour comprendre l’époque, voir la recherche d’Olivier Fillieule, L’avenir en crise (1914-1918)

http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/mat_0769-3206_1990_num_21_1_410704   . . Mes remerciements aux contributeurs des photos; à retrouver ici dans l'album-photos "Symboles".  

Commenter cet article

Mathon 01/01/2014 15:46


Les affiches d'Abel Faivre consacrées à la guerre sont au nombre de 6. La première, qui ne figure pas dans ce commentaire est sans doute la plus célèbre affiche de la première guerre... et il
était facile d'en trouver trace... Il s'agit de la pièce d'or d'où surgit un coq gaulois qui agresse un soldat allemand. Il suffit de mettre le nom d'Abel Faivre dans le moteur de recherche et
c'est cette affiche qui sera mise en évidence. L'affiche du sixième emprunt est beaucoup plus difficile à trouver. Le sixième emprunt est celui de la reconstruction. C'est une affiche paisible,
où un paysan en train de labourer salue une tombe esseulée sur le bord de son champ. Je travaille sur ces six affiches actuellement pour une exposition et je serai ravi de vous envoyer le
fascicule de présentation.


salutations


P. Mathon