Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Blog d'Elisabeth Poulain

Angers > Accueillir dans une ville qui se veut accueillante

25 Mai 2010, 17:01pm

Publié par Elisabeth Poulain

Yoshina Davelaar, fleurs de fleursC’est vraiment une délicate question. La question au départ n’aurait pas vraiment de sens, si on savait accueillir comme on respire. Si on se sait accueillant, on accueille.  Ce n’est même pas un syllogisme et nul n’a besoin de se référer aux Grecs : tous les hommes sont mortels, les Grecs sont des hommes, donc ils le sont (mortels). Là c’est encore plus simple : si vous êtes accueillant, vous accueillez. Oui, bon, pas tout à fait, on le sait bien.

 

Pas n’importe qui, ni n’importe comment ou pas forcément soi, en comptant sur les autres bien souvent. En somme l’idée de l’accueil est peut être plus facile à chanter qu’à pratiquer.  La communication sur l’accueil est une chose souvent affirmée en guise de postulat qui n’aurait pas besoin d’être vérifié ou testé. Les mots valant plus que les actes ou à leur place. Comme si la beauté des paysages englobait aussi l’accueil.

 

Ecoutez ceux qui voyagent au loin ou dans des régions proches. A leur retour, ce qui ressort dans les premiers mots, ce sont ces paroles : «  nous avons été magnifiquement accueillis. Les gens ont été vraiment sympas avec nous. A peine arrivé, on a été invité chez des gens qui ne nous connaissait pas, par hospitalité, par gentillesse. Et puis, c’est beau ». Nous avons tous des histoires comme ça dans la tête. Plus que la culture, c’est ce qui reste quand on a tout oublié. Plus que la beauté des paysages ou des monuments à admirer ou à visiter citée en second, c’est le contactAngers Le Quai, cocktail de voeux humain qui compte. Ces invitations à partager un moment chaleureux se font souvent en accompagnement d’un repas à partager ensemble, selon la très jolie formule « à la fortune du pot ». Ce sont souvent les moments les plus sympas et les plus chaleureux, sans objectif autre que celui de l’hospitalité pour un repas, un moment dans la sincérité de l’instant, sans objectif d’attendre de l’autre un retour ou quoi que ce soit d’autre que ce moment ensemble avec un voyageur sur la route.

 

Dans certaines civilisations, cet accueil est même au cœur de la philosophie de vie. Cette extrême simplicité est en fait un art que tous peuvent pratiquer, sans revendiquer quoi que ce soit. En un mot, ce sens du partage, de l’accueil échappe aux politiques, aux marchands de toutes sortes ou aux carriéristes. Il ne s’agit pas de vendre quoi que ce soit ; il n’est pas question d’argent mais d’échanges par un regard, un langage non verbal quand on ne pratique pas la langue…   

 

MBrochette de fruits, Isabelle Bigéaintenant  mettez-vous à la place d’un-e jeune de 18 ans qui quitte pour la première fois sa famille, sa région d’appartenance, sa culture…Il découvre pour la première fois l’Occident et en particulier la France et cette drôle de langue bien difficile à saisir pour un palais et une oreille chinoise. Ils sont plusieurs centaines de jeunes à venir dans notre pays pour un semestre d’immersion linguistique et culturelle. Ils arrivent de Chine sur décision de leurs parents. Les plus fortunés partent aux Etats-Unis où les formations sont payantes ; ceux de la classe moyenne supérieure arrivent en Europe et plus spécialement en France où il existe des formations gratuites.  

 

Ils trouvent que notre ville est belle et que les gens de la rue sont aimables. Très peu sont invités à entrer dans une maison par les habitants avant leur départ pour partager un moment, un repas et quelques sourires, à l’exception des logeurs qui leur louent le logement. Ils repartent pour la plus grande part sans pouvoir dire qu’au moins une fois, ils ont mangé avec des Français, comme ces Français annoncent à leur retour de voyage en Chine ou autre part qu’ils ont été si merveilleusement reçus. Comme leurs enfants seront accueillis à leur tour quand ils partiront découvrir le vaste monde et la Chine en particulier.  

 

Pour suivre le chemin

. Voir le billet consacré aux étudiants chinois en Région Pays de Loire

La Chine et Confucius à Angers, Pays de Loire > Un pont culturel direct

. Photos EP

Commenter cet article