Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Blog d'Elisabeth Poulain

Avancer en construisant son chemin de bois posé sur l'eau > Voeux 2014

17 Janvier 2014, 10:53am

Publié par Elisabeth Poulain

C’est une photo émouvante pour dynamiser votre avancée dans le long chemin de 2014 qui pèse déjà si lourd, à peine commencé. Quelques raisons tout de suite dans le désordre : son accrochage à 1914, ou bien est-ce le contraire,  ces évènements médiatiques qui vous tombent sur la tête tous les jours, sans parler des élections avant lesquels tous refont le monde…

Avec cette question «  vous êtes fromage ou dessert ou fromage et dessert ? », comme s’il pouvait y avoir un doute !  Bien sûr, vous voulez tout.  

Homme contruisant son chemin de bois sur l'eau

Vous, pendant ce temps, près de chez vous,sous le crachin breton, vous êtes entouré d’eau, dessous, devant, sur les côtés et dessus, avec cette pluie fine qui vous pénètre de part en part. Vous êtes mouillé du haut en bas et vous vous demandez ce que vous faites là. Vous êtes pourtant bien couvert, sauf que vous n’avez ni chapeau, ni gant, ni imperméable. Vous avez seulement pensé à l’essentiel, votre gros marteau qui ressemblerait presque à un  piolet.

Etes-vous bien sûr de ne pas vous êtes trompé ?  Peu importe dites-vous ? Il suffit d’avoir le moral ! Oui, bien sûr. 

Un piolet pour réparer un vieux ponton branlant sur l’eau du lac près de chez vous. C’est déjà ça. En plus vous avez pris la précaution de vous munir de planches de bois que vous aviez sous la main. Comme vous n’avez pas de sac à dos, vous le génie du résout-tout, vous les avez directement fixées avec une cordelette sur votre dos.

C’est plus pratique. Oui bien sûr, il n’y a pas de poids inutile. Vous n’êtes pas là pour regarder l’horizon. De toutes les façons, il n’y en a pas avec cette brume qui se prend pour du vrai brouillard.

Homme contruisant son chemin de bois sur l'eau

Et vous cloutez, vous cloutez…sauf que vos planches ne sont pas exactement du gabarit qu’il vous faudrait. Plus ça va, et plus elles auraient tendance d’ailleurs à se rapetisser. Ca devient de plus en dur pour vous parce qu’il vous faut bien tenir compte de l’écart entre les planchettes sous l’eau qui sont fixées aux poteaux enfoncés dans la vase. Ce sont sur elles que vous plantez vos clous pour y fixer les fameuses planchettes. Votre chemin de bois prend une drôle d’allure. Il commence à tourner. Surtout, il ne vous reste que quelques planches à fixer.

Mais pour aller où ? Pour rejoindre la rive en face ! Ah bon, je commençais à être inquiète. Mais comment allez-vous faire ? C’est loin quand même.

Vous allez prendre des planchettes du début du ponton. Ah oui, très bonne idée pour faire du « Hors Piste ». Et puis vous me dites que ceux qui sont restés à terre pourront bien à leur tour refaire le début du chemin, en apportant leur propres planchettes. Oui, vous avez mille fois raisons, on ne ne demande pas à un seul de tout faire mais à chacun de faire un peu, chacun à "sa suffisance" , comme disait un vieux docteur de Saint-Nazaire! Il avait bien raison.  

Bon courage surtout et bonne année.     

 Pour suivre le chemin

. Cette très bonne photo est issue du programme 2013 du Cirque-Théâtre d’Elboeuf, intitulée pour sa saison 2012-2013 « Danse au-dessus du volcan » en clin d'oeil au célèbre ouvrage de Malcom Lowry "Danse au-dessous du volcan" (1947). Elle illustre la programmation « hors-piste » en page 49. Elle est l’œuvre de Passage. Photo à retrouver dans l'album "Symboles 2".

. Retrouvez les autres billets portant sur le ponton, l'estacade, le chemin de bois  sur ce blog; il faudra attendre des jours meilleurs pour les liens!    

Commenter cet article