Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Blog d'Elisabeth Poulain

Ca clique à l'Atelier informatique, Centre Tati, Belle-Beille, Angers

29 Janvier 2014, 11:55am

Publié par Elisabeth Poulain

A Angers, il suffit de dire « je vais à Tati » pour que tous comprennent qu’il s’agit du Centre Tati situé à Belle-Beille, le grand quartier universitaire situé juste en dessous de l’Etang Saint-Nicolas, en rive droite de la Maine.  Et quand on parle informatique, on pense aussi au Centre. Mais cette fois-ci c’est l’Atelier informatique que l’on  a en tête, avec aux commandes de l’atelier, son animateur, Mathias Jagueneau.  

centre-tati-les-jeunes-femmes-accueils-mairie-tati-belle-beille-angers

L’Atelier informatique. Il est ouvert trois séances par semaine à tous les membres du centre qui veulent commencer l’informatique, utiliser et/ou se perfectionner. Chacun vient et approche l’informatique à sa façon. C’est dire que la relation à la machine est toujours personnelle et que la demande varie fortement d’une personne à une autre.  

Des adhérents viennent aussi, qui sont adressées par deux autres associations membres du Centre, l’Aptira* et LEC**. Ils viennent apprendre et/ou développer leur connaissance du français en suivant des programmes informatiques adaptés à leur niveau de connaissance de la langue.

centre-tati-atelier-informatique-belle-beille-angers

La mixité des publics. C’est un des éléments fondamentaux  de l’atelier qui découle directement de la motivation des personnes qui sont présentes à l’atelier. Pour ceux qui viennent apprendre le français, il s’agit de faire des progrès dans la connaissance de la langue à sa vitesse propre, face à une machine qui ne juge pas et qui acceptera de recommencer autant de fois que ce sera nécessaire. D’autres viennent ici pour des démarrer ou se perfectionner en informatique pour des raisons privées et/ou professionnelles. Quelle qu’en soit la raison, la relation à l’informatique est toujours personnelle. Les premiers sont plutôt jeunes et les  seconds un peu plus âgés. Quant à la question de genre, la mixité s’impose aussi, avec une différence sensible selon Mathias, « les femmes n’hésitent pas à dire qu’elles ont besoin d’explication et à faire appel à moi ; d’une façon générale les hommes sont plus en retrait. »

centre-tati-membres-atelier-informatique-belle-beille-angers

La relation à Mathias.  En cas de besoin d’aide, la personne peut toujours faire appel à Mathias, qui est toujours « en veille ». C’est dire qu’il est toujours attentif à ce qui se passe et se rapproche par exemple de ceux qu’il sent bloqués dans « une impasse informatique » ou une question qu’ils se posent. Par ailleurs, les membres de l’atelier n’hésitent pas à faire directement appel à lui avec des formules qui varient peu. Il y a des  «Mathias, je suis bloqué-e ; est-ce que tu veux bien venir s’il te plait? », « Mathias, ça ne va pas, pas du tout, j’ai besoin de votre aide »,  « Mathias… ?

Les habitués, une catégorie bien particulière. Ils sont comme des piliers d’ancrage humain, eux qui ne demandent pas d’aide. Leur présence très discrète confère à l’ambiance une réelle tonalité douce, avec cette idée jamais formulée que si des personnes d’un âge certain sont là, pour utiliser lnternet, pour continuer à apprendre et partager avec les autres, eux aussi vont pouvoir progresser. Ils sont un encouragement pour les nouveaux qui sont parfois un peu découragés devant l’étendue de ce qu’il y a à savoir. Parmi ces fidèles, il y a par exemple Lazare qui fait des recherches sur des vieilles cartes postales d’Italie du Nord. Raymonde qui vient aussi depuis longtemps et qui fait une petite pause actuellement pendant l’hiver. A l’atelier, elle lit ses mails, échange avec certains membres de sa famille de cette façon et visionne un certain nombre de sites de reportages de voyages et de belles photos d’animaux. 

   2014.01.21-Tati-Mathias-059.JPG

Pour les nouveaux arrivants à l’atelier. Leur point commun est qu’ils ont un besoin d’informatique. Pour certains, c’est celui d’acquérir suffisamment de connaissances pour pouvoir utiliser leur propre ordinateur de façon autonome. C’est par exemple  le cas de cette dame qui  veut échanger  avec son fils qui est en Indonésie. C’est le seul moyen possible d’être en contact et c’est  pour elle une formidable motivation.  Il y a aussi cette dame qui a besoin de progresser au niveau professionnel ; « l’informatique va me permettre de le faire, apprendre me rassure » précise-t-elle. 

L’usage d’un ordinateur personnel. C’est un changement important que Mathias a pu  constater au cours de ses sept années en tant qu’animateur de l’atelier et plus largement du pôle informatique. « A mes débuts, on venait d’abord apprendre à l’atelier et on achetait ensuite un appareil, si cela était possible et nécessaire. Maintenant, quand on le peut,  on commence par acheter ou se faire offrir « un ordi ». On vient ensuite acquérir les premiers rudiments ici à Tati, sachant qu’il sera toujours possible de venir voir Mathias si on est bloqué et/ou si on a besoin de progresser. 

centre-tati-mathias-jagueneau-atelier-informatique-belle-beille-angers

Avoir son propre ordinateur n’est pourtant pas une obligation. Certains par exemple veulent pouvoir continuer à bénéficier de ses avantages, sans en avoir chez eux. Les six postes informatisés sont à leur disposition, ainsi bien sûr qu’aux personnes faisant leurs exercices de français. C’est le cas par exemple de cette jeune femme originaire de l’Est de Thaïlande parlant déjà bien le français et qui veut progresser à l’écrit ; ou   ce jeune homme qui vient du Ghana et qui demande à ce qu’on lui parle en français (et pas en anglais). D’autres commencent par accompagner un ami, qui est déjà engagé dans cette démarche de perfectionnement du français. C’est le cas de ce jeune homme de Téhéran qui  vient avec un ami d’Algérie qui a besoin de conforter ses bases en français. Entre eux, ils parlent arabe. Assister à la façon dont agissent les membres de cette petite communauté informatique est déjà riche d’enseignement pour qui a très peu de connaissances de la France, des Français et de leur langue.

A Tati, on n’apprend pas seulement à acquérir la langue informatique pour être moins démuni face un ordinateur, ou la langue française quand on arrive en France, on fait partie d’un groupe à géométrie variable d’une séance l’autre, qui rend la vie plus diversifiée et plus humaine. On apprend ainsi à parler aux autres et à les écouter quand on attend dans le couloir que Mathias ouvre les portes de l’atelier. L’autre jour par exemple, les membres de l’atelier ont commencé à dresser une cartographie active des différents pays avec lesquels ils ont des liens, pas seulement de nationalité : Algérie, Ghana, Indonésie, Italie, Thailande, République dominicaine, Venezuela….

centre-tati-mathias-jagueneau-atelier-informatique-belle-beille-angers

Le métier de Mathias Jagueneau au Centre. Il le décrit comme une aide aux personnes en sachant comprendre leur demande et en adaptant sa réponse, une veille informatique pour se tenir toujours informé dans un monde qui va très vite,  le croisement des connaissances, avec des gens très différents, d’âge très variables, des enfants du Centre des Loisirs à partir de 5 ans, jusqu’aux aux plus chargés d’ans. « La personne la plus âgée qui est venue avait près de 91 ans C’est d’être un passeur à la croisée de plusieurs chemins, que sont outre l’informatique, l’aide à l’apprentissage du français, la recherche d’emploi ou à la communication des associations… «  Ce qui me  fait vraiment plaisir, explique Mathias,  est de constater tout ce qui passe pendant les ateliers, à voir les gens se parler entre eux, échanger, nouer des liens, apporter une galette avec un peu de jus d’orange le jour des rois,  se montrer des photos prises par exemple lors d’une fête à Tati ou autre part…tout en continuant à chercher de l’information, travailler,  apprendre et pratiquer, sans gêner les autres. »

C’est ça la vie à Tati, à l’Atelier Informatique. Une vie ouverte, chaleureuse, en lien avec les autres, qui viennent chacun riche de ses différences pour apprendre et pratiquer la langue informatique, qui est un des vecteurs de la connaissance et d’action au sein de notre société, en phase avec l’évolution du Centre branché sur le quartier de Belle-Beille.

centre-tati-yves-coignard-directeur-belle-beille-angers

 Pour conclure, la parole à Yves Coignard, le directeur de Tati, « le Centre est une maison de quartier ouverte à tous les habitants du quartier, qui est agréée Centre social. La finalité de la structure est d’accompagner les habitants dans leur projet, au sens large, et de répondre à des besoins identifiés sur le quartier. Il est constitué sous forme d’une association dirigée par un conseil d’administration qui comprend des habitants du quartier.

Il accueille les habitants, tous les habitants dont certains deviennent aussi des bénévoles ici ainsi que de nombreuses associations. 60 sont adhérentes chez nous. Le Centre répond aux besoins des habitants. Citons par exemple, des demandes d’information sur des thèmes très divers, comme l’achat d’un ordinateur ou des demandes de parents largués en informatique face à leurs enfants, puisqu’on parle de l’atelier informatique; on peut citer aussi la création d’un repas entre voisins, des tas de choses différentes… C’est la pédagogie du ‘faire avec’.

Pour suivre le chemin

. Le Centre Tati, 5 rue Eugénie Mansion, 49000 Angers, 02 41 48 51 90,  http://www.centrejacquestati.fr/

centre-tati-atelier-informatique-belle-beille-angers

. Le Centre  est maintenant aussi présent sur Facebook, c'est là que vous trouverez le programme actualisé des acitivités du Centre   https://www.facebook.com/pages/Centre-Jacques-Tati/377998672304758

. L’Atelier informatique est ouvert le mardi après-midi de 14h à 15h 30, le jeudi de 18h30 à 20h hors des petites vacances scolaires et le vendredi de 10h30 à 12h. L’Atelier n’est pas ouvert pendant les grandes vacances d’été. En cas de doute, il est conseillé de téléphoner au Centre avant de venir. 

. Mathias Jagueneau assure également des mini-formations informatiques à la demande pour réaliser des projets, tels que « le montage photos, la mise en page, la création d’une boîte e’mail ».

. Les deux associations citées dans le billet, l’Aptira et Lec, assurent également des séances d’apprentissage du français au Centre. A voir sur le site de Tati et sur leur site propre.

. *L’APTIRA, 35 rue Saint-Exupéry, 49100 Angers, 02 41 88 64 33 qui est une association qui œuvre depuis 40 ans pour la promotion et l’intégration dans la région d’Angers.       

. **LEC, 4 rue Renée, 49100 Angers, 02 41 73 06 16 , http://www.lec-angers.fr/ Les personnes qui viennent dans ce cadre sont envoyées par leur employeur ou Pôle Emploi pour perfectionner les savoirs fondamentaux en français et en mathématiques.

. Photos Elisabeth Poulain prises à Tati.

Commenter cet article