Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Blog d'Elisabeth Poulain

Deux photos + 1 > Villes & Multi-Mobilité > Avrillé & Angers

7 Avril 2013, 10:13am

Publié par Elisabeth Poulain

Ce sont deux photos bien différentes et qui portent sur des sujets proches. La plus ancienne du début de XXe siècle  a été prise à Avrillé en Maine et Loire. Elle est en noir et blanc. La seconde  très récente en couleur a été prise à Angers. Les deux sont l’œuvre de photographes professionnels qui ont demandé à des personnes de poser pour le cliché.

     Mobilité-Avrillais-Avrillé-Carte-postale publicitaire Avis

A Avrillé, c’est l’entrée dans le bourg qui fait l’objet central de la photo en l’absence de véritable place de l’église et/ou de la mairie qui marque traditionnellement le centre de la ville ou comme ici du village, qui abritait environ 1000 habitants au début du XXe siècle. La seule rue pavée à l’époque était la rue principale qui était reliée à Angers vers l’Est  et au Lion d’Angers  vers l’Ouest. C’est cette dernière entrée  que nous voyons sur ce cliché. A l’exception d’une femme qui marche dans la rue et d’un enfant qui se trouve sur le trottoir, il n’y a nul autre signe de vie en dehors des premiers et seconds plans qui ont mises en scène par le photographe.

Devant il y a un chien debout face à l’objectif  au milieu de la rue. En seconde ligne, en partant de la droite de la photo, il y a l’âne posant fièrement attelé à la carriole avec une dame semble-t-il à l’intérieur. En côté gauche, dans le bon sens de circulation cette fois-ci, se trouve une voiture décapotable,  sans chauffeur assis le volant entre les mains. Sur le trottoir se trouvent trois petites filles en tablier. Derrière elles, un tonneau posé sur un petit attelage à roue de façon à faciliter la vente en se déplaçant de maison en maison. En arrière un cheval est attaché au mur d’un magasin semble-t-il. On voit une plaque au-dessus d’une porte ouverte. Un homme à la chemise blanche dont on voit  le bras est placé devant le flanc du cheval. De l’autre côté une vieille dame à la canne semble parler à un homme à la solide carrure.

Mobilité-Gert Schuon-Vélomobiliste-Angers 

A Angers, le cliché a été pris à un endroit où le tramway aux couleurs arc-en-ciel tourne légèrement de sorte qu’on peut voir son côté droit. Il éclate de propreté vive sur fond du vert jeune pousse à la forte vitalité tendance « développement durable ». Pose devant le tramway à un endroit idéal pour la photo mais évidemment fortement interdit à tout personne voulant y stationner son véhicule, Gerhard Schuon le conducteur-pédaleur assis sur son superbe vélomobile de couleur rouge et de marque Quest.

En un siècle, l’objectif du photographe a changé. Il ne s’agit plus de montrer de la vie à l’entrée d’un village, mais la nature poussant dans une ville desservie par le tramway pour offrir une alternative à la voiture qui a très fortement marqué le XXe siècle. On aperçoit quelques passagers dans le tramway ainsi que peut-être trois piétons  tout à l’arrière de la photo en côté gauche, entre un panneau publicitaire et un poteau de feu rouge.

Le bilan est  curieux. Si on devait s’en tenir à ces deux clichés qui ont tous deux le même objectif qui est de montrer la modernité de la ville, grâce aux moyens de déplacement, la voiture à moteur à essence a disparu, remplacée par le tramway et un curieux hybride, mi-voiture de course, mi-vélo, tractée à la force du jarret d’un véritable sportif qui couvre ses 8 à 10 000 kms par an. Les déplacements à pied demeurent, avec ou sans recours à d’autres moyens de transport. Le cheval n’a plus sa place en ville à l’exception du défilé du 14 juillet. Il ne tracte plus de carriole, ni son copain l’âne qu’on ne voit plus du tout. On en voyait brouter l’herbe verte d’une prairie au Lac de Maine au début des années 2000. 

Les enfants ne jouent plus dans la rue ; les vieilles personnes marchent pour certaines courbées mais elles ne sont plus forcément habillées en noir avec un tablier. Les engins de déplacement roulent toujours à droite sauf quand ce n’est plus le cas, en particulier pour le tramway et les vélos. Ceux-ci sont absents des clichés. Le vélomobile a beau être considéré comme un vélo au regard de Code de la Route, je ne lui conseille pas de prendre les petites voies à contresens réservées aux cyclistes.  Il doit en plus repérer à l’avance les bons trajets, avec très peu de côtes à monter et à descendre.

Bravo au  vélomobiliste. Je ne crains pourtant pas de m’avancer à prédire que son exemple sera peu suivi. Rendez-vous dans 100 ans.  On verra bien !

Pour suivre le chemin

. La carte postale de l’entrée du bourg d’Avrillé (Maine et Loire) a été utilisée encore il y a peu en guise de publicité d’Avis Immobilier de l’agence Avis d’Avrillé. Le verso porte les coordonnées et le texte publicitaire. On peut la retrouver, sans indication de dates, sur le site de la ville, en 16è position sur 21 sur http://www.ville-avrille.fr/photoAlbum.html?webfolder=240

. La photo couleurs provient du Courrier de l’Ouest en date du 28 avril 2012 dans un article consacré à la drôle de machine de Gerhard Schuon, un Européen allemand qui travaille à l’Office communautaire des Variétés végétales implanté à Angers. Elle est l’œuvre de Josselin Clair pour le Courrier de l’Ouest.

Mobilité-Vélomobiles-Ville-Yves-Bertin-2006-

. Yves Bertin est l’auteur de la photo des vélomobiles en ville sur Wikipedia, où l'on retrouve la belle rouge.

. Mes remerciements à tous les deux.Les photos sont à voir dans l'album "Personnes, Personnalités" à mobilité.     

Commenter cet article