Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Blog d'Elisabeth Poulain

Dynamiser la relation à l'eau sur les berges de Lyon

15 Juin 2010, 16:06pm

Publié par Elisabeth Poulain

Cette fois-ci, on va plonger carrément dans le Rhône ou presque, juste à côté,

 

Lyon 2010.06.12 100

 

naviguer avec la péniche Varka, passer sous les ponts, marcher au milieu des graminées, s’arrêter pour prendre un pot ou donner à manger aux cygnes toujours affamés, glisser dans l’eau du bras d’eau courante, comme si on avait 10 ans…Euh, ça ce  n’est pas tout à fait vrai pour les membres de notre groupe de travail. Vous savez bien, nous les Angevins qui planchons sur les Rives de la Maine à Angers.

D'un côté, il y a..., de l'autre... 

Le rapprochement est amusant : d’un côté des Lyonnais, il y en a plus de 3 millions quand même, sans compter les touristes,  de l’autre des Angevins représentant une agglomération de presque 300 000 habitants. Et nous qui sommes une soixantaine. Le Rhône, un fleuve puissant au débit impressionnant avec de l’autre une très petite rivière de 11kms de long barrée par un seuil en aval d’Angers, ce qui fait ressembler la Maine à un lac. D’un côté le courant d’une eau vigoureuse qui ne laisse aucune ambiguïté sur son sens, de l’autre une eau dont on ne perçoit plus le sens du courant… 

 

Aujourd’hui nous sommes à Lyon, marcheurs  d’un jour, à la découverte du lien qui unit les passants au fleuve. Il y a donc deux grands acteurs à ce billet, l’eau du fleuve et les gens et vice et versa. Vous allez donc voir beaucoup de gens marcher, filer, flirter, manger, jouer, descendre en toboggan, pédaler, descendre, monter, humer, vibrer, boire… On y va. 

 

La segmentation des passants des Berges

Elle se doit d’être fine pour éviter de tomber dans la banalité. Je vais donc la faire selon la position debout, penchée, assise, allongée. On verra bien ensuite s’il manque des fonctions et lesquelles.

 

Les « Debout »

Lyon 2010.06.12 080Ils sont le plus souvent en mouvement. Ils marchent le plus souvent en descendant le fleuve, à se demander comment ils reviennent à leur point de départ. Seul le temps pourrait nous sonner une réponse ; en fin d’après-midi, le sens de la marche est peut être inversé, en remontant le courant.  Le plus souvent, ils sont en petit groupe, à deux, trois, quatre…Notre groupe d’ailleurs s’est morcelé pour pouvoir s’insérer dans le courant ambiant. Il y a de petits îlots flottants dont parfois d’ailleurs on découvre après-coup lors d’une halte qu’ils sont angevins aussi. Ah bon, vous aussi…

 

Les « Assis »

Disons le tout net, ils sont très nombreux, plus certainement que les Debout. Il faut dire là aussi, que l’heure joue un rôle certain. C’est la fin de la matinée, un samedi matin du mois de juin. Il fait doux, le soleil joue un peu à cache-cache. Tout est bien. Les Assis offrent une grande variété de situation sociologique. Il y a les amoureux de la nature, posés sur l’herbe. Certains se la jouent décontractés, avec seulement un sandwich à la main et une bouteille d’eau de l’autre ; d’autres ont prévu une nappe pour s’asseoir dessus, le plus souvent quand il y a  de jeunes enfants, ou pour une jeune fille avec une jambe dans le plâtre. 

 

D’autres préfèrent le minéral, plus pratique pour Lyon 2010.06.12 082s’asseoir, à qui j'ai demandé leur accord avant de les prendre en photo. Il y a enfin une catégorie qui recherche un vrai confort. Ce sont ceux qui vont déjeuner sur les berges et/ou les péniches amarrées dans les restaurants. Il y a du monde, sans le côté stressant de la foule. C’est la bonne dimension d’être ensemble. 

Outre ces Assis sur l’herbe, il y a  une catégorie particulière que sont les Assis sur des marches disposées comme dans un amphithéâtre  grec de l’Antiquité. Pour ceux-là, il faut créer une catégorie spéciale.

 

Les Assis comme au théâtre

Lyon 2010.06.12 096Ils sont les véritables héros de la journée, ceux que l’ont montrent tout le temps en photo dés lors qu’on évoque cette grande opération des berges du Rhône, au point que certains dont moi, pensaient que ces marches en gradin étaient l’élément dominant écrasant un peu, beaucoup le reste des aménagements. En fait, il n’en est rien et heureusement, tant la diversité des situations paysagères est grande le long de cette portion très centrale du Rhône.

 

C’est aussi là que nous avons déjeuné, en recherchant l’ombrage des arbres du haut du boulevard, au moment où les marchands forains commençaient à remballer leur étal et ce qui était dessus. J’ai vu comme un joli hasard le fait que nous étions très proches d’un fleuriste. Il faisait beau à ce moment là, lourd même au point que des Lyonnais prés de nous prédisaient un orage dans la soirée. Devant nous, des ados jouaient à la glisse dans l’eau, avec un énorme plaisir quand l’un deux tombait et en ressortait tout mouillé.

 

Les Penchés

Ils courent, pédalent, patinent, glissent, lancent, descendent…Traduction, ceux là sont des sportifs ou des enfants qui jouent. Leur corps est en mouvement en recherche de la bonne pénétration dans l’air.

. Les coureurs à dire vrai devaient déjà être sous la douche après leur jogging plus tôt dans la matinée, avant l’arrivée des touristes, comme nous ou des familles.

 

Lyon 2010.06.12 030

 

. Les cyclistes étaient plus nombreux. L’éventail était grand, des vrais pros habillés de rouge qui ont accepté de poser le temps d'une photo, à la famille tous à vélo ou aux jeunes filles en ballade plus au nord, près de la Cité internationale.

 

. Les patineurs, il semble me souvenir que j’en ai vu un, faisant de grands gestes des bras pour accompagner et dynamiser sa glisse.

. La glisse, justement parlons-en. Elle est à prendre dans deux sens, avec des glisseurs de deux types, tous des enfants d’ailleurs. Il y a ceux qui glissent dans les toboggans en acier brillant riveté accolés contre le mur de soutènement des quais au-dessus des jardins sur les berges. Et les ados qui ont mis à profit les algues du bassin d’eau courante pour faire de grandes glissades transversales, parfois ponctués de belles chutes quand ils tombent en riant.

 

Les Allongés

Ils profitent des chaises longues de bois verni, inspirés des transatlantiques, adossés, comme les toboggans au quai incliné. Ceux-là sont forcément peu nombreux, puisqu’il n’y a que quelques transats, mais suffisamment pour donner une ambiance un peu décalée, propre à rêver aux grands voyages maritimes inter-continentaux. Je n’ai vu qu’une seule personne faire sa sieste en plein soleil, allongée sur un bloc de granit clair dans la partie minérale des berges, proche de l’eau. Je n’ai pas osé la prendre en photo, elle dormait et je me noyais la réveiller pour lui demander si je pouvais la photographier en train de dormir.

 

A ce stade de ma description, je m’aperçois qu’il manque plusieurs catégories. Tous ceux que j’ai décrit appartiennent à la grande catégorie des passants des berges. Ce sont tous des Terriens. Il manque deux autres catégories, qui ont en commun de n'être pas visibles, ce sont les Invisibles qui échappent à cette logique de la terre.       

 

Les Invisibles

Ils doivent se cacher le week-end ou quand il fait beau. Se cacher est peut être un Lyon 2010.06.12 069grand mot ; en tout cas, nous ne les avons pas vus, au contraire de ceux qui vont dans les péniches-restaurants pour y prendre un verre ou un repas. Ce sont ceux qui possèdent une péniche d’habitation. Difficile de vivre sur une péniche amarrée, quand les passants les photographient comme s’ils n’en avaient jamais vues avant. Certains ont développé de véritables murs végétaux pour fermer la vue et garder un peu d’intimité au moins face à la rive gauche. La  rive droite est moins passante et plus lointaine.

 

Les autres invisibles sont tous ceux qui travaillent pendant que les autres se promènent, vagabondent, se dépensent ou méditent. On ne les voit pas par définition et pourtant dans eux, rien ne serait possible. C’est grâce à eux, que l’on peut se restaurer près du fleuve ou sur l’eau. C’est grâce à eux, que l’ensemble est tenu dans un réel état de propreté. Au point que certains ont trouvé formidable que les installations, les végétaux et l’ensemble soient gardés aussi propres et entretenues. Comme si c’était naturel !

 

Et les représentants du Grand Lyon

Une catégorie ponctuelle de Fluviaux a dérogé à cette invibilité. Il s'agit de notre groupe. Nous avons en effet embarqué sur la péniche Varka, après avoir prix un café avec des petits gâteaux (macarons, mini-clafoutis à 3 cerises...), pour écouter et interroger plusieurs intervenants-acteurs de cette grande opération urbaine: Lyon 2010.06.12 112 

.  Gilles Buna (Vice-Président du Grand Lyon en charge de l'Urbanisme,

. Gérard Claisse (Vice-Président du Grand Lyon en charge de la Concertation et du Développement),

. et Annie Tardivon (Architecte-Paysagiste DPLG, co-associée de l'Agence In Situ de Lyon).   

 

Il manque encore une autre catégorie d’acteurs de ces paysages aussi bien fluviaux qu’urbains. Ce sont les salariés qui travaillent au Grand Lyon. Ils se sont réparti la journée pour nous accompagner tout au long de notre périple à Lyon. Nous les retrouverons dans d’autres billets à venir. D’ici là, nous pouvons déjà les remercier de leur accueil, du retour d’expériences qu’ils ont su partager avec nous, pendant une journée citoyenne bien dense, qui s’est terminée, dans notre groupe par une grande crise de fou rire dans le train en revenant vers Angers, tellement nous étions en forme. Merci le service de restauration de la SNCF.

 

Pour suivre le chemin en attendant la suite

. Retrouver l’aventure des Berges du Rhône sur  

www.grandlyon.com

www.in-situ.fr/agence.html

. Voyez le billet précédent sur Lyon

Sentir à Lyon la force vive du Rhône à la Cité internationale  

. Ainsi que la série des six billets sur Bordeaux

Des hardis Angevins à Bordeaux sur les berges de la Garonne

Bouger à Bordeaux sur les quais de la Garonne

Déjeuner à Bordeaux à l'Hôtel de Rohan, avec des Viallat aux murs

Ré-aménager à Bordeaux les quais de la Garonne

Jardiner à Bordeaux sur les Quais de la Garonne

Se mirer dans l'eau de la Garonne sur les quais de Bordeaux

. Photos EP

Commenter cet article